Connect with us

Economie

Les ménages abidjanais dépensent près de 1 200 milliards FCFA dans le transport chaque année

Publié

le

Dans son dernier rapport sur la situation économique de la Côte d’Ivoire, la banque Mondiale met en lumière une mobilité urbaine déficiente. Les dépenses en transport des ménages sont estimées à 1,26 milliards FCFA par jour.

Chaque jour ouvrable, un ménage de la ville d’Abidjan effectue en moyenne 6,09 déplacements, chacun d’entre eux ayant une durée d’environ 33 minutes. Il dépense quotidiennement 1 075 FCFA. Dans la mesure où il y a près de 1,167 millions de ménages dans l’agglomération d’Abidjan, le coût monétaire direct est donc de 1,26 milliard de FCFA par jour soit 1 200 milliards FCFA par an.

Le manque de mobilité urbaine pénalise directement les ménages, qui doivent consacrer une part importante de leur budget et de leur temps aux transports, et indirectement en les empêchant de bénéficier des  opportunités de trouver un emploi ou d’accéder à une meilleure éducation et à des soins de santé. De plus, le manque de mobilité est aussi une faiblesse pour l’entreprise.  En effet, le transport peut représenter plus de 20 % du budget d’une entreprise commerciale. Enfin l’insécurité routière et l’accroissement de la population ont un impact négatif sur la qualité de la vie.  Le nombre de décès sur les routes est plus élevé en Côte d’Ivoire  qu’au Nigeria  et au Ghana.

Selon la banque mondiale, il y a trois raisons principales à cette mobilité non efficiente. La première est le développement inadéquat des infrastructures de transport. En effet, malgré les ouvrages routiers qui existent, le réseau routier est encore faible. De plus, la majorité des routes est dans un état dégradé à cause de l’entretien et des conditions climatiques. Enfin la répartition spatiale du réseau routier  inégale, avec des quartiers favorisés comme le Plateau et Cocody, alors que d’autres souffrent de déficits importants (Abobo, Yopougon).

Ensuite les moyens de transport sont insuffisants et limités. Abidjan se différencie des capitales européennes par l’usage élevé des transports en commun informels (woro-woro et Gbakas). Aujourd’hui, l’usage des véhicules privés reste marginal (1 déplacement sue 10)  en raison des contraintes budgétaires. Toutefois, le nombre de véhicules explose avec environ 1000 voitures par mois sont importées au port d’Abidjan. Cette augmentation risque d’augmenter la pollution et les embouteillages.

L’amélioration de la mobilité urbaine est un enjeu. Selon les experts de la banque mondiale, Si les dépenses que les ménages urbains consacrent à leurs déplacements diminuaient de 20%, le pays pourrait gagner près de 800 millions de FCFA par jour et  cela pourrait amener à un gain de 1,9% par an sur la croissance économique.

Economie

Tunisie : la Banque Africaine de développement lance un programme de soutien aux petites et moyennes entreprises

Publié

le

La Banque africaine de développement a lancé, le jeudi 31 octobre à Tunis, le programme « Investia Enterprise ».

 « Investia Enterprise » est un programme pilote pour faciliter l’accès aux financements non bancaires à plus de 120 PME. Ce programme est né d’un partenariat entre le Royaume-Uni et le ministère des Finances tunisien. L’objectif[21]  de ce programme pilote est de faciliter l’accès aux financements non bancaires à plus de 120 PME. Les PME représentent 97 % du tissus économique tunisien.

 « À travers « Investia Entreprise », nous renouvelons notre engagement à soutenir le développement des PME. Aux côtés du gouvernement tunisien, nous sommes déterminés à lever toutes les contraintes qui affectent le potentiel de développement et de croissance du secteur privé du pays », a confirmé Mohamed El Azizi, directeur général de la Banque africaine de développement pour la région Afrique du Nord. 


 [21]

Lire l'article

Economie

Le commerce mondial en baisse au 4 ème trimestre 2019

Publié

le

Le baromètre mondial du commerce mondial de l’organisation mondial du commerce révèle un commerce mondial en baisse

L’OMC a publié les résultats de son dernier baromètre du commerce mondial. Ce baromètre montre que l’indice du commerce mondial est inférieur à la tendance avec un indice de 96,6. Toutefois le baromètre est en hausse par rapport au mois d’août.

Les indices pour les commandes à l’exportation (97,5), les produits automobiles (99,8) et le transport de conteneurs (100,8) se sont raffermis dans un territoire en tendance. Toutefois, les indices du fret aérien international (93,0), des composants électroniques (88,2) et des matières premières (91,4) se sont encore détériorés sous la tendance. Le commerce des composants électroniques a été le plus faible de tous, probablement en raison des hausses tarifaires récentes affectant le secteur.

Le commerce de marchandises n’a augmenté que de 0,2% en un an au deuxième trimestre de 2019, contre 3,5% au même trimestre de l’année précédente. De plus, les économistes de l’OMC ont baissé leurs prévisions de croissance du commerce extérieur pour 2019 de 2,6 % en avril 2019 à 1,2 % en Septembre 2019. Cette baisse est liée au ralentissement de la croissance économique, l’augmentation des tarifs, l’incertitude liée au Brexit.

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : le cacao broyé en hausse de 4,4% à la fin du mois d’octobre 2019

Publié

le

Avec 470 000 tonnes de fèves à fin octobre, la quantité de cacao broyé est en hausse annuelle de 4,4% en Côte d’Ivoire selon Reuters.

Ces données incluent les six grandes entreprises de l’association des exportateurs GEPEX ( Barry Callebaut, Olam et Cargill).  La Côte d’Ivoire a une capacité de broyage totale de 712 000 tonnes.

Lire l'article

Les dernières tendances