Connect with us

Business

Africab, Taxijet, Yango qui domine le marché ivorien des VTC ?

Publié

le

Le marché des véhicules de Transport avec Chauffeur est en forte croissance depuis 2015. Mais ce marché est difficile car on observe une mortalité forte des entreprises. Qui de Africab, Taxijet, Yango est le leader ?

Abidjan  compte 4,3 millions d’habitants selon le Recensement Général de la Population de 2014 soient près de 20 % de la population de Côte d’Ivoire. Mais le dispositif de transports publics actuel reste insuffisant. L’offre de transport s’est développée face à ces insuffisances : mini cars ou gbakas, woro woro sont venus combler les déficits de la SOTRA.

Pour les déplacements rapides et dans des conditions de qualité et de sécurité, les taxis ne remplissaient plus les conditions. A partir de 2015, on a assisté à l’éclosion de compagnie de Véhicules de Transport avec Chauffeur (VTC). Plus de 7 entreprises  opèrent sur ce segment depuis 2015. Ce sont Africab, Izicab, TaxiJet, Drive, Tituce Drive, Wassa Taxi, Taxipro, Ivoire Driver et Yango.

Izicab, Drive  ont disparu

Le secteur attire mais la durée de vie des entreprises est courte. Izicab a disparu.  Drive, qui a été l’un des premiers opérateurs du secteur, a été racheté par Africab.  Africab, qui était présenté comme le leader du secteur, est en restructuration.  Vangsy Goma, son CEO, a annoncé l’entrée de nouveaux actionnaires et partenaires stratégiques. Ensuite il précise que l’entreprise est en cours de restructuration sur les plans administratifs et opérationnels. D’abord l’application est en cours d’amélioration afin d’être plus adaptée à la demande. Ensuite l’équipe est en train d’être renforcée pour répondre aux nouveaux objectifs.

Avec un taux élevé de mortalité des entreprises dans le secteur, on peut penser que le business modèle reste un défi pour les entreprises. Mais l’arrêt de drive et Africab permettent de penser qu’un positionnement haut de gamme ne semble pas soutenable à long terme.

Pour Africab, les clients ont mis en lumière deux problèmes principaux. Le prix est l’un des points faibles. En effet, certains clients révèlent des prix élevés qui était deux à trois fois plus élevé plus élevé que des taxis classiques. « Les prix n’étaient pas compétitifs. Je les trouvais assez cher quand même », «  Prévisible! Leur grille tarifaire n’était vraiment pas réaliste » rapporte certains internautes.  Mais selon des informations rapportées par Jeune Afrique, c’est la clientèle entreprise qui générait la part la plus importante du chiffre d’affaires. Ensuite Africab a rencontré des problèmes avec les chauffeurs qui se plaignaient du montant des salaires et aussi non paiement des salaires. Ils ont effectué plusieurs mouvements de grèves (en décembre 2017 et 2018 notamment).

 Un secteur du transport en restructuration

La vision du gouvernement est d’assainir le secteur et accroître la proportion de taxis-compteurs légaux. Il y aurait 29 000 taxis-compteurs à Abidjan en 2017 et 19 000 (66%) ne sont pas déclarés. Le gouvernement a opté pour l’émergence d’entreprises structurées qui opéreraient comme le modèle parisien. Ainsi en novembre 2017, cent nouveaux taxis ont été confiés à dix entreprises. Parmi ces entreprises, Ivoire Taxi est la plus visible.

Cette politique attire donc les acteurs du segment des VTC. Yango est le dernier arrivant sur le secteur indique très souvent qu’il ne dispose pas de véhicules disponibles. Lancé en Octobre 2018, Yango est une filiale de la compagnie russe Yandex. Il opère dans 13 pays sous le nom Yandex. Contrairement à Drive et Africab, Yango a choisi un positionnement prix bon marché avec des courses. L’arrivée du taxi et les deux premiers kilomètres en route sont de 300 Francs CFA, ensuite – 150 Francs CFA par kilomètre et 100 francs CFA à partir de 6-ième kilomètre. Yango a été bien accueilli par les Abidjanais. De plus, l’entreprise semble même débordée par la demande, nous avons essayé de tester le service durant le mois de novembre 2018 sans succès car aucun véhicule n’était disponible.

Créée en 2015, Taxi jet est le pionner du secteur. Son directeur général est Parfait Ouattara un des membres fondateurs de la jeune pousse. Taxi jet revendique le leadership du segment VTC avec au moins 35 000 personnes connectées sur la plateforme. Il dispose de l’offre la plus complète avec les trajets fixes, le covoiturage et de la location longue durée.

Qui de Taxijet, Africab ou Yango va survivre sur ce marché concurrentiel ? Les acteurs qui auront adopté le bon business modèle et qui vont pouvoir s’améliorer continuellement : augmenter la flotte, offrir des services de qualité, avoir des conducteurs de qualité et des prix jugés abordables.

 

Business

Visa acquiert une participation minoritaire dans la startup nigériane Interswitch

Publié

le

Visa a annoncé avoir pris une participation minoritaire significative dans Interswitch, une plateforme de paiement nigériane. Les détails de financiers de la transaction n’ont pas été dévoilé.

Andrew Toree, président régional de Visa pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, a déclaré que l’Afrique le deuxième marché bancaire au monde qui connaît la plus forte croissance selon le rapport McKinsey 2017, est une « région prioritaire » pour Visa à Reuters.

Interswitch a été fondée en 2002 par Mitchell Elegbe. L’entreprise détient Verve le plus grand système de cartes de débit national en Afrique et Quickteller une plateforme de paiement grand public qui permet les transferts d’argent, le paiement de factures et les achats de temps d’antenne sur Internet et sur mobiles. Elgebe a déclaré que l’expansion de ses activités hors du Nigeria vers d’autres pays d’Afrique subsaharienne constituait un objectif principal.

Au 31 juillet, Quickteller avait traité plus de 42 millions de transactions par mois, soit l’équivalent de 1,82 milliard de dollars.

En septembre, l’agence de notation Moody’s a attribué à Interswitch une classification de famille B2, indiquant qu’elle traitait environ 90% du total des transactions électroniques au Nigéria. Les paiements électroniques ont augmenté de 32% en 2018 et devraient continuer de croître. Selon Moody’s, Interswitch a enregistré une croissance moyenne de ses revenus nets de 17% par rapport à 2017-2019 et une marge EBITDA moyenne de 40% sur la même période.

Lire l'article

Business

Halima Aliko Dangote nommée directrice des opérations commerciales du Groupe Dangote

Publié

le

Le Groupe Dangote Industries Limited a annoncé le 11 Novembre 2019 la nomination d’Halima Aliko Dangote au poste de directrice exécutive du Goupe Dangote Industries Limited.

Halima Aliko Dangote sera responsable du développement et de la mise en œuvre de la stratégie commerciale du Groupe Dangote. Elle aura pour tâche la croissance de la clientèle, l’amélioration de la gestion de la clientèle, l’amélioration de l’expérience client et l’accroissement à long terme de la valeur pour le client.

Halima Aliko Dangote dispose de plus de douze années d’expériences professionnelles. Avant sa nomination, elle était détachée auprès de deux unités opérationnelles du groupe. Elle est également administratrice de la fondation Aliko Dangote, la branche philanthropique du conglomérat.

Halima Aliko Dangote a été directrice exécutive de Dangote Flour Mills. Auparavant, elle a dirigé la société NASCON, une entreprise spécialisée dans la production et la commercialisation de sels raffinés, assaisonnements et produits de consommation connexes extrêmement appréciés par les consommateurs. Actuellement, elle reste directrice non exécutive de NASCON.

Halima Aliko Dangote, est titulaire d’une licence en marketing de l’American Intercontinental University de Londres, et d’un MBA (Master in Business Administration) de la Webster Business School de Londres. De plus, elle a suivi plusieurs programmes de haut niveau en développement du leadership, notamment le programme de développement du leadership (PLD) de la Harvard Business School, le programme de développement des fonctions exécutives de la Kellogg School of Management, et le programme Finances et comptabilité pour les directeurs non financiers de la Columbia Business School.


Lire l'article

Business

Le bénéfice net de la BICICI baisse de 47,8 % à 2 201 millions FCFA au 1 er semestre 2019

Publié

le

Au 1 er semestre 2019, les dépôts clients ont progressé de 15,4% pour s’établir à 648 500 millions FCFA alors que les crédits à la clientèle ont augmenté de 0,4% à 483 902 millions FCFA.

Le Produit Net Bancaire (PNB) est passé de 24 257 millions à fin juin 2018 à 24 887 millions à fin juin 2019. C’est une hausse de 2,6%. Mais la Banque précise dans son communiqué que la concurrence provoque l’érosion des marges de banque.

Le résultat d’exploitation a augmenté de 15,4% par rapport à fin juin 2018 et s’élève à 7 916 millions FCFA. Cependant le coefficient d’exploitation a baissé de 71,8 % à fin juin 2018 à 68,2% à fin juin 2019.

Le coût du risque a cru de 178,5 % et se chiffre à – 5182 millions FCFA. Cette hausse s’explique par l’augmentation des provisionnements en lien avec le financement des filières cacao et anacarde.

Le bénéfice net a chuté de 48 % et s’établit à 2 201 millions FCFA.

Lire l'article

Les dernières tendances