Connect with us

Business

Africab, Taxijet, Yango qui domine le marché ivorien des VTC ?

Avatar

Publié

le

Le marché des véhicules de Transport avec Chauffeur est en forte croissance depuis 2015. Mais ce marché est difficile car on observe une mortalité forte des entreprises. Qui de Africab, Taxijet, Yango est le leader ?

Abidjan  compte 4,3 millions d’habitants selon le Recensement Général de la Population de 2014 soient près de 20 % de la population de Côte d’Ivoire. Mais le dispositif de transports publics actuel reste insuffisant. L’offre de transport s’est développée face à ces insuffisances : mini cars ou gbakas, woro woro sont venus combler les déficits de la SOTRA.

Pour les déplacements rapides et dans des conditions de qualité et de sécurité, les taxis ne remplissaient plus les conditions. A partir de 2015, on a assisté à l’éclosion de compagnie de Véhicules de Transport avec Chauffeur (VTC). Plus de 7 entreprises  opèrent sur ce segment depuis 2015. Ce sont Africab, Izicab, TaxiJet, Drive, Tituce Drive, Wassa Taxi, Taxipro, Ivoire Driver et Yango.

Izicab, Drive  ont disparu

Le secteur attire mais la durée de vie des entreprises est courte. Izicab a disparu.  Drive, qui a été l’un des premiers opérateurs du secteur, a été racheté par Africab.  Africab, qui était présenté comme le leader du secteur, est en restructuration.  Vangsy Goma, son CEO, a annoncé l’entrée de nouveaux actionnaires et partenaires stratégiques. Ensuite il précise que l’entreprise est en cours de restructuration sur les plans administratifs et opérationnels. D’abord l’application est en cours d’amélioration afin d’être plus adaptée à la demande. Ensuite l’équipe est en train d’être renforcée pour répondre aux nouveaux objectifs.

Avec un taux élevé de mortalité des entreprises dans le secteur, on peut penser que le business modèle reste un défi pour les entreprises. Mais l’arrêt de drive et Africab permettent de penser qu’un positionnement haut de gamme ne semble pas soutenable à long terme.

Pour Africab, les clients ont mis en lumière deux problèmes principaux. Le prix est l’un des points faibles. En effet, certains clients révèlent des prix élevés qui était deux à trois fois plus élevé plus élevé que des taxis classiques. « Les prix n’étaient pas compétitifs. Je les trouvais assez cher quand même », «  Prévisible! Leur grille tarifaire n’était vraiment pas réaliste » rapporte certains internautes.  Mais selon des informations rapportées par Jeune Afrique, c’est la clientèle entreprise qui générait la part la plus importante du chiffre d’affaires. Ensuite Africab a rencontré des problèmes avec les chauffeurs qui se plaignaient du montant des salaires et aussi non paiement des salaires. Ils ont effectué plusieurs mouvements de grèves (en décembre 2017 et 2018 notamment).

 Un secteur du transport en restructuration

La vision du gouvernement est d’assainir le secteur et accroître la proportion de taxis-compteurs légaux. Il y aurait 29 000 taxis-compteurs à Abidjan en 2017 et 19 000 (66%) ne sont pas déclarés. Le gouvernement a opté pour l’émergence d’entreprises structurées qui opéreraient comme le modèle parisien. Ainsi en novembre 2017, cent nouveaux taxis ont été confiés à dix entreprises. Parmi ces entreprises, Ivoire Taxi est la plus visible.

Cette politique attire donc les acteurs du segment des VTC. Yango est le dernier arrivant sur le secteur indique très souvent qu’il ne dispose pas de véhicules disponibles. Lancé en Octobre 2018, Yango est une filiale de la compagnie russe Yandex. Il opère dans 13 pays sous le nom Yandex. Contrairement à Drive et Africab, Yango a choisi un positionnement prix bon marché avec des courses. L’arrivée du taxi et les deux premiers kilomètres en route sont de 300 Francs CFA, ensuite – 150 Francs CFA par kilomètre et 100 francs CFA à partir de 6-ième kilomètre. Yango a été bien accueilli par les Abidjanais. De plus, l’entreprise semble même débordée par la demande, nous avons essayé de tester le service durant le mois de novembre 2018 sans succès car aucun véhicule n’était disponible.

Créée en 2015, Taxi jet est le pionner du secteur. Son directeur général est Parfait Ouattara un des membres fondateurs de la jeune pousse. Taxi jet revendique le leadership du segment VTC avec au moins 35 000 personnes connectées sur la plateforme. Il dispose de l’offre la plus complète avec les trajets fixes, le covoiturage et de la location longue durée.

Qui de Taxijet, Africab ou Yango va survivre sur ce marché concurrentiel ? Les acteurs qui auront adopté le bon business modèle et qui vont pouvoir s’améliorer continuellement : augmenter la flotte, offrir des services de qualité, avoir des conducteurs de qualité et des prix jugés abordables.

 

Business

UEMOA : le BTP en repli en mai 2021

Avatar

Publié

le

D’après la note mensuelle de conjoncture économique de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’activité économique dans la zone est dans une phase haussière sauf pour le BTP qui marque le pas.

L’indice de la production industrielle a marqué le pas au mois de mai 2021 avec une baisse mensuelle de 6,6 %. Cette baisse s’explique par l’activité des industries manufacturières (-5,1 %) et des activités extractives (-1,3 %) qui ont été impacté par le délestage en Côte d’Ivoire, au Mali et au Burkina Faso. Toutefois, en glissement annuel, la production industrielle a augmenté de 11,9 %.

L’enquête auprès des dirigeants d’entreprise a mis en lumière une dégradation de l’activité dans le secteur des bâtiments et travaux publics (BTP). Ce repli a concerné quatre pays : Mali, Guinée-Bissau, Togo et Niger.

L’indice du chiffre d’affaires du commerce a baissé de 5,8 % au mois de mai porté par le repli des produits pétroliers (-4,9 %), des produits de l’alimentation (-0,7 %) et des produits automobiles motocycles, et pièces détachées (-0,5 %).

Alors qu’elle avait été fortement impactée par la pandémie, les services marchands non-financiers ont progressé de 18,7 % en glissement annuel. 

Lire l'article

Business

Petroci repasse au vert avec un bénéfice net de 9,538 milliards FCFA en 2020

Avatar

Publié

le

Après une année 2019 assez difficile soldée par un profit net négatif, Petroci a réalisé un profit net de 9,538 milliards de F CFA malgré un recul de son chiffre d’affaires.

Le géant pétrolier ivoirien a connu sur la période 2019-2020 une baisse de son chiffre d’affaires de 6 %. Cette baisse de qui se justifie par un recul de son chiffre d’affaires de 2019 évalué à 268,827 milliards de FCFA à 253,407 milliards FCFA en 2020. Cependant, la bonne maîtrise de ses charges d’exploitation a permis à l’activité de générer des ressources suffisantes. Cela se justifie par son excédent brut d’exploitation qui a augmenté de 6,54 %. En effet, cet indicateur est passé de 74,051 milliards de F CFA à 78,893 milliards de F CFA respectivement de 2019 à 2020. Après une perte nette de 15,064 milliards FCFA en 2019, Petroci a enregistré un bénéfice net de 9,538 milliards FCFA en 2020. De plus, son taux de rentabilité qui est 3,76 % montre bien que l’entreprise est rentable.

L’analyse de la liquidité montre que PETROCI n’a aucun besoin à financer et qui se justifie par un besoin en fonds de roulement déficitaire estimé à -192,679 milliards. Par ailleurs, sa trésorerie est positive et s’évalue à 4,415 milliards de F CFA en 2020. Cette trésorerie justifie sa capacité à assurer son fonctionnement à court terme. En outre, son ratio de liquidité générale qui est égale à 1 montre la capacité de l’entreprise à faire face à ses engagements de court terme.

Son analyse financière montre que l’entreprise a une bonne autonomie financière (29,51 %). Ce niveau d’autonomie  traduit que Petroci est indépendante des financements extérieurs. De plus, sa capacité de remboursement satisfaisante (2,14) témoigne de sa solvabilité à long terme.

Lire l'article

Business

La Société Ivoirienne de Tabacs réalise une hausse de son bénéfice net de 44 % en 2020

Avatar

Publié

le

Le chiffre d’affaires de la Société Ivoirienne de Tabac a augmenté de 23 % à 116,185 milliards de F CFA et un bénéfice net en augmentation de 44 % de 8,452 milliards FCFA.

Malgré le contexte de la pandémie de Covid-19, la Société Ivoirienne de Tabacs (SITAB) a enregistré une hausse de son chiffre d’affaire de 23 %. En effet, il est passé de 94,693 milliards de FCFA en 2019 à 116,185 milliards de CFA en 2020. Cet accroissement peut s’expliquer par une hausse des ventes en volume et en valeur. Son excédent brut d’exploitation (EBE) a augmenté de plus de 100 % par rapport à 2019 pour s’élever à 4,385 milliards de FCFA. Enfin, son bénéfice net affiche en hausse de 44 % par rapport à 2019 et s’est chiffré à 8,542 milliards de F CFA. Son taux de rentabilité estimé à 7,35 % témoigne donc de la bonne santé économique de l’entreprise.

Son Besoin en fonds de roulement (BFR) s’élève à 3,662 milliards de F CFA en 2020. De plus, sa trésorerie nette est positive et s’est élevée à 3,047 milliards F CFA. Mais elle ne peut couvrir intégralement le besoin à financer. En revanche, son ratio de liquidité générale qui est égale à 1 indique que l’entreprise à la capacité de faire face à ses engagements de court terme.

Son ratio d’autonomie financière s’est élevé à 55,2 % en 2020. Il représente environ le double de la norme financière. Il traduit l’indépendance du groupe vis-à-vis des financements extérieurs. Enfin, sa capacité de remboursement égale à 0 signifie que l’entreprise est solvable à long terme.

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?