Connect with us

Tribune

Les Fintechs du Ghana et d’Afrique apportent une valeur ajoutée à l’écosystème bancaire

Avatar

Publié

le

Fintech, la contraction des mots finance et technologie, fait référence à l’innovation qui bouleverse les méthodes financières traditionnelles dans la prestation de services financiers. Au Ghana, l’écosystème des paiements est composé principalement d’entreprises qui fournissent des services financiers aux clients et aux commerçants, et cela ne se limite point à l’envoi et la réception d’argent.

À plus grande échelle, seule, l’Afrique bénéficie d’une aussi grande variété de solutions fintech qui ne sont présentes nulle part ailleurs dans le monde. L’introduction du transfert d’argent par mobile au Ghana par MTN en 2009 a été l’occasion d’introduire des services fintech simples à la fois pour les personnes bancarisées et non bancarisées. À plus grande échelle, seule, l’Afrique bénéficie d’une aussi grande variété de solutions fintech qui ne sont présentes nulle part ailleurs dans le monde.

Malgré la faible prolifération du système bancaire en Afrique – environ 30 % au Ghana – il existe un vaste marché pour les banques. Ces dernières peuvent proposer de nouvelles solutions bancaires, renforcer la sécurité des transactions, et proposer plusieurs canaux de recouvrement des fonds, pour une meilleure satisfaction de leurs clientèles. Avec la pandémie de coronavirus, de nombreuses banques s’efforcent d’intégrer des solutions technologiques pour répondre aux besoins toujours croissants de leurs clients, des particuliers et des commerçants. Des banques au Ghana, au Nigeria et en Afrique du Sud sont les pionnières de cette transformation numérique en Afrique avec l’aide d’entreprises de technologie financière. Les Fintechs complètent ainsi les services de banques et autres institutions dans leurs démarches vers la transformation numérique de l’Afrique.

Au XIVe siècle, lorsque les banques ont été introduites en Europe, elles démarrèrent comme des banques d’affaires offrant des services bancaires aux explorateurs et aux voyageurs qui faisaient le tour du monde et rapportaient des trésors d’autres pays. Ces trésors devaient être mis en lieu sûr pendant l’absence de leurs propriétaires. Ces trésors, qui comprenaient notamment de l’or et des pierres précieuses, étaient utilisés comme monnaie d’échange afin que les commerçants locaux puissent emprunter de l’argent pour acheter des biens et rembourser la banque avec des intérêts. Cette méthode, idéale à l’époque, permettait à ces premiers clients de banques, d’épargner leur argent dans les banques, augmentant ainsi le capital de ces banques, puis d’obtenir des intérêts supplémentaires au retour de leurs voyages.

L’innovation du transfert d’argent par mobile (Mobile Money), apparue à la fin des années 2010, a connu une histoire similaire où la valeur stockée était utilisée pour effectuer des transactions simples en utilisant la technologie mobile. 

Avec un taux de pénétration de plus de 100 % au Ghana et dans de nombreux autres pays d’Afrique, les téléphones portables servent désormais de principal support aux échanges mobiles. 8 personnes sur 10 peuvent accepter de l’argent numérique dans leur portefeuille mobile partout au Ghana. Dans les villes et villages éloignés de la capitale, le transfert d’argent mobile est le principal moyen d’envoyer et de recevoir de l’argent électroniquement, ce qui fait de cette technologie un bon produit adapté au marché africain. En 2019, avant la pandémie de COVID, le marché ghanéen avait une valeur de transaction de 46,9 milliards de dollars US selon IMARC Group.

Bien que l’adoption des services bancaires, de transferts d’argent par mobile et du commerce électronique ait pris du temps, ce trio représente aujourd’hui une évolution importante pour la civilisation. Lorsque les activités bancaires ont commencé au Ghana, les clients se rendaient fréquemment dans leurs banques pour retirer leur argent et vérifier qu’il était toujours intact dans leur compte bancaire. Il a fallu du temps pour prouver que l’épargne d’argent en banque était sûre. Il en sera de même pour les transactions numériques sécurisées par les sociétés de fintech.

Une de nos solutions Fintech chez DreamOval par exemple, est de permettre les transferts directs de fonds des comptes bancaires vers les portefeuilles mobiles. Cela signifie que les gens n’ont plus besoin de quitter leur domicile ou leur bureau pour recevoir les transferts de fonds de leurs proches à l’étranger. En travaillant avec la plupart des banques, les clients utilisent nos technologies tous les jours sans savoir que nous leur apportons une valeur significative pour leur bénéfice et celui de nos partenaires financiers.

Les clients veulent de la commodité, de la sécurité et de la fiabilité. Les sociétés technologiques spécialisées dans les services financiers, telles que DreamOval Limited, travaillent avec plusieurs partenaires financiers pour s’assurer que les clients et les commerçants obtiennent une valeur ajoutée. La beauté de la technologie financière au Ghana est que nous fournissons ces technologies à d’autres pays, aux institutions financières et aux grands commerçants. Ce faisant, nous améliorons les services financiers et offrons des solutions personnalisées pour leurs clients, et tout cela est fait depuis l’Afrique.

Par Charles Kollo, Administrateur du pôle Ventes et Marketing chez DreamOval




Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?