Connect with us

African Media Agency (AMA)

Soudan du Sud : 700.000 personnes affectées par les inondations (PAM)

Avatar

Publié

le

Les inondations au Soudan du Sud ont affecté 700.000 personnes, a annoncé mardi le Programme alimentaire mondial (PAM), relevant que ces pluies torrentielles ont créé une menace de niveaux de faim « catastrophiques » et ont laissé des centaines de milliers de personnes sans abri.

NEW YORK, USA, le 30 Septembre 2020,-/African Media Agency (AMA)/-« La situation humanitaire se détériore au Soudan du Sud. Environ 700.000 personnes sont dans une situation désespérée », a déclaré Matthew Hollingworth, Représentant du PAM au Soudan du Sud, lors d’une conférence de presse virtuelle. 

Selon l’agence onusienne, ces inondations « sans précédent » concernent plus de 36 comtés dans ce pays d’Afrique orientale. Ces pluies torrentielles ont ainsi submergé des villages entiers, des maisons, des terres agricoles, du bétail et des moyens de subsistance. 

Ces fortes précipitations ont amené les rivières à sortir de leur lit, inondant de vastes zones et habitations. Elles ont provoqué le déplacement de 85.000 personnes. Elles ont également perturbé les routes commerciales, endommagé les cultures et submergé des maisons.

Ces inondations ont tué le bétail qui est une source de richesse et dont les enfants dépendent pour avoir du lait nutritif. Les pluies torrentielles ont également décimé les récoltes, privant les communautés du fruit de leur travail et les plongeant résolument dans la faim et la pauvreté.© UNICEF/Maria Louise De La GuaQuelque 700.000 personnes ont été touchées par les inondations au Soudan du Sud, notamment à Pibor.

Les pires inondations depuis 60 ans

L’État de Jonglei a été le plus touché. Dans cette province, les récoltes risquent d’être décimées. 

« Je reviens tout juste de deux visites à Jonglei et 45% de toutes les terres de plantations de céréales et de sorgho – le pilier de l’alimentation – ont été perdues cette année. Cela vient s’ajouter à ce que nous avons vu l’année dernière, qui était très similaire », a ajouté M. Hollingworth.

De plus, sur le nombre total des 700.000 personnes affectées par les inondations, au moins 230.000 personnes vivent dans le Jonglei, qui a connu des débordements plus d’une fois. Dans tout le Jonglei et l’État de l’Unité, des maisons et des cliniques sont submergées, des communautés sont bloquées et des animaux sont morts dans les champs. Les écoles qui devraient ouvrir la semaine prochaine sont remplies de sans-abri.

Plus largement, la hausse du niveau des rivières et les inondations submergent les communautés de la région du Grand Nil supérieur à une vitesse alarmante, pour la deuxième année consécutive. 

« Ce qui est très préoccupant, c’est que ces pluies torrentielles dont nous sommes témoins ont commencé avant que les eaux de l’inondation de l’année dernière ne se soient complètement retirées », a fait valoir M. Hollingworth.

Les inondations sans précédent de 2019 avaient entraîné l’expansion des zones humides, les bassins du Sobat et du Nil. 

Cette année, « les inondations risquent d’être plus graves, les pires depuis 60 ans – et nous ne sommes pas encore au plus fort de la saison des inondations annuelles », a mis en garde le Représentant du PAM au Soudan du Sud.

En attendant, l’agence onusienne reste active sur le terrain. Elle entend venir en aide à ces milliers de personnes touchées par les inondations et qui ont perdu entre octobre et mars, leurs récoltes ainsi que leurs moyens de subsistance.PAMLe PAM a déclaré que les conditions humanitaires au Soudan du Sud se détériorent rapidement alors que le spectre de la faim plane sur le pays.

Eviter des niveaux de faim catastrophiques

Depuis le début des inondations en juin, plus de 300.000 personnes ont été atteintes dans les zones touchées par les inondations chaque mois.

Mais ces inondations viennent s’ajouter à « la sécurité alimentaire déplorable dans le Jonglei où plus de 1,4 million de personnes souffrent de faim aiguë et sévère ».  De plus, 300.000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë. 

« Ne vous y trompez pas, ces conditions difficiles ne peuvent que se détériorer davantage si aucune aide humanitaire adéquate n’est fournie », a insisté le Représentant du PAM. 

« Nous n’avons pas encore reçu de données confirmant la gravité de la situation, mais je pense que nous devons tous nous préparer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter la famine et pour éviter les niveaux de faim – une faim catastrophique – que nous avons malheureusement connus dans le passé dans ce pays », a fait remarquer le responsable du PAM. 

Plus largement, le Soudan du Sud traverse une crise complexe. La combinaison d’un conflit ayant entraîné le déplacement de près de 160.000 personnes, mais aussi des chocs économiques avec les prix élevés des denrées alimentaires, le changement climatique, qui se traduit par des conditions météorologiques extrêmes, plongent les communautés vulnérables dans la faim et le désespoir.

Le PAM a besoin de 58 millions de dollars pour les six prochains mois

Face à ces différentes urgences, le PAM a besoin d’au moins 58 millions de dollars pour les six mois à venir.

Ces contributions des pays donateurs permettront ainsi à l’agence onusienne de continuer à fournir une aide alimentaire d’urgence et la réhabilitation des biens des communautés qui ont été touchées par les inondations, comme la reconstruction de digues.

Nous devons tous nous préparer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter la famine 

Pour le Représentant du PAM, il est important d’apporter une aide aux communautés d’accueil qui doivent faire face à afflux de personnes déplacées par des inondations ou des violences. Il s’agit ainsi de prévenir de nouvelles tensions alors que Juba continue d’avancer progressivement dans la mise en œuvre de l’accord de paix de 2018.

« Alors que le bétail se déplace vers des zones où il n’était pas en pâturage auparavant, que les personnes sont déplacées vers des zones où il n’y a pas nécessairement suffisamment de ressources pour s’occuper d’elles et de la communauté hôte, tous ces éléments peuvent engendrer des problèmes à l’avenir », a mis en garde M. Hollingworth.

À long terme, il est également important de pouvoir encourager les gens à rentrer chez eux et à retrouver leurs moyens de subsistance, a-t-il insisté.

« Nous devons encore obtenir des données pour confirmer à quel point la situation sera grave, mais je pense que nous devons tous nous préparer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter la famine et pour éviter les niveaux de faim – la faim catastrophique – que nous avons malheureusement connus dans le passé au Soudan du Sud », a conclu le Représentant du PAM.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info.

The post Soudan du Sud : 700.000 personnes affectées par les inondations (PAM) appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

African Media Agency (AMA)

RDC : Une plénière de vérité sur l’affaire de Minembwe

Avatar

Publié

le

Azarias Ruberwa

Le ministre de la décentralisation et réformes institutionnelles Azarias Ruberwa était de nouveau devant les députés nationaux pour répondre aux questions de ces derniers sur l’installation du bourgmestre de la commune rurale de Minembwe.

Face aux élus nationaux, Azarias Ruberwa de sa réponse, a expliqué de toute manière sa version de faits sur le dossier Minembwe.

Il est d’abord parti de l’hypothèse de l’ordre de mission à celle de la décentralisation en passant par l’installation du Bourgmestre de Minembwe. Par la suite, le Ministre d’Etat a expliqué qu’il n’est nullement impliqué dans l’existence de cette commune dont l’origine remonte à plusieurs années depuis.

Après plusieurs démonstrations de Ruberwa, l’heure est venue pour l’honorable Muhindo Nzangi, auteur de l’interpellation à mettre à nue le mensonge de son interlocuteur.

Cet élu du Nord-Kivu a également présenté sa version en réfutant toutes les allégations du Ministre.

 » Le Ministre d’Etat Azarias Ruberwa doit démissionner de lui-même face à ses contrevérités  », a-t-il recommandé Muhindo Nzangi devant ses collègues députés.

Après, la présidente de la chambre basse Jeanine Mabunda a levé la séance tout en saluant l’implication de tous les députés nationaux dans ce dossier.
À la suite de cette séance plénière, les députés couleront les propositions du député Muhindo Nzangi en recommandations au cours des séances prochaines avant que l’Assemblée nationale ne se prononce.

Le ministre Azarias Ruberwa n’a pas encore échappé car une motion de défiance pourrai s’en suivre. Tout dépendra donc des élu nationaux.

Si le ministre ne démissionnait pas de lui même comme lui recommandé, l’auteur de l’interpellation pourrait la transformer en motion de défiance.

Jules Ninda

L’article RDC : Une plénière de vérité sur l’affaire de Minembwe est apparu en premier sur Matininfos.NET – Information de la RDC en toute impartialité.

Source: Matininfos

The post RDC : Une plénière de vérité sur l’affaire de Minembwe appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

RDC : Le FCC de Joseph Kabila prêt pour la cohabitation

Avatar

Publié

le

FCC

Depuis le message du chef de l’état Felix Tshisekedi le vendredi 23 octobre 2020 annonçant presque de manière voilée la rupture de la coalition mise en place au lendemain de l’élection présidentielle de décembre 2018, au FCC, front commun pour le Congo, plateforme politique que conduit l’ancien président, Joseph Kabila, les réunions se multiplient.

L’heure est grave, a murmuré un cadre du FCC qui a justifié cette série de réunions présidées par Joseph Kabila dans sa ferme privée de Kingakati, par le fait que le FCC veut anticiper tout ce qui peut arriver. Et le FCC qui tient à conserver sa majorité au Parlement doit resserrer le rang pour consolider la cohésion de tous les membres.

Déjà, les cadres qui ont désobéi au mot d’ordre de la coordination qui les interdisaient aux cadres et militants du FCC d’assister à la cérémonie de prestation de serment de trois juges constitutionnels, ont été exclu. Puis Mwabilu, par exemple, dont le numéro a même été retiré du groupe whatsapp du FCC est exclu du regroupement politique AAa.

Puis que dans son message, le chef de l’état avait souligné qu’aucun engagement politique, de quelque nature que ce soit ne pourra primer sur les prérogatives constitutionnelles et sur l’intérêt supérieur du peuple congolais, du coup, le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila se dit disposé à appliquer la cohabitation, en cas de rupture avec son allié Cap pour le changement (CACH) du Président Félix Tshisekedi.

Que va-t-il arriver ? La question est sur toutes les lèvres désormais.

PB

L’article RDC : Le FCC de Joseph Kabila prêt pour la cohabitation est apparu en premier sur Matininfos.NET – Information de la RDC en toute impartialité.

Source: Matininfos

The post RDC : Le FCC de Joseph Kabila prêt pour la cohabitation appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Cameroun: Huit élèves tués, une nouvelle étape terrible dans la crise anglophone

Avatar

Publié

le

LONDRES, Royaume-Uni, le 27 Octobre 2020,-/African Media Agency (AMA)/-En réaction à l’homicide de huit élèves dans la ville de Kumba dans la région anglophone du Cameroun, Tity Agbahey, chargée de campagne pour l’Afrique centrale à Amnesty International, a déclaré :

« L’homicide de huit enfants au sein de leur salle de classe est une atrocité qui met en évidence le besoin urgent de protéger les gens ordinaires de la violence qui continue de secouer les régions anglophones du Cameroun. Cette attaque effroyable montre la vitesse à laquelle la situation se détériore, et nous appelons les autorités camerounaises à prendre sans délai toutes les mesures possibles pour protéger la population.

« Au moins 12 autres élèves ont été blessés lors de l’attaque. L’année qui s’est écoulée a été marquée par une augmentation des attaques dans la région anglophone, où de nombreuses personnes ont été tuées, enlevées ou blessées.

« Les autorités camerounaises doivent envoyer un message clair et fort en enquêtant immédiatement sur ces homicides pour montrer que des crimes aussi déplorables ne sauraient être tolérés. Les responsables présumés doivent être identifiés, arrêtés, poursuivis et jugés dans le cadre d’un procès équitable.

« Nous appelons également les autorités à garantir, à tout moment et en tout lieu, le libre exercice du droit à l’éducation, car celui-ci est menacé. »

Complément d’information

Selon certaines informations, le 24 octobre, des hommes armés en tenue civile ont attaqué une école à Kumba, dans la région camerounaise du Sud-Ouest, tuant au moins huit enfants et en blessant 12 autres. Ils sont arrivés à moto et ont tiré dans une salle de classe. D’après des informations, plusieurs enfants ont été blessés en tentant de fuir les balles.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Amnesty International.

The post Cameroun: Huit élèves tués, une nouvelle étape terrible dans la crise anglophone appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?