Connect with us

Sante

Côte d’Ivoire : 3 cliniques privées sur 10 exercent de façon légale

Publié

le

Credit photo : Reuters

On estime à environ 2 000 le nombre de cliniques privées en Côte d’Ivoire. Mais la majorité de ces cliniques exerçent sans l’autorisation officielle .

Les autorités ivoiriennes ont décider de lutter pour la fermeture de ces cliniques clandestines. Cette opération a débuté le 3 janvier par une descente terrain pour dénicher certains établissements.

« Le ministre Aka Aouélé déploie la police sanitaire sur le grand Abidjan pour lutter contre les établissements sanitaires clandestins (cliniques privées) », indique une note du ministère qui explique que « cette action contre la prolifération des cliniques privées clandestines vise à lutter contre la mauvaise qualité de soins offerts aux populations dans ces officines de santé ». « Il s’est agi au cours de ces visites inopinées, de faire un contrôle administratif et technique », a précisé la note.

Lire plus sur La tribune 

Business

Côte d’Ivoire : le paludisme est une affection majeure pour les assurés

Publié

le

Le paludisme est une maladie les plus récurrentes en Côte d’Ivoire. C’est l’une des informations majeures du baromètre Santé du courtier Willis Tower Watson publié au mois de Juin dernier.

L’analyse des données de remboursement de Willis Towers montre 14% des motifs des consultations des assurés sont des cas de Paludisme loin devant les maladies infectieuses (7%) et l’hypertension artérielle (5%). Au total, 37% des assurés ont contracté au moins une fois le Paludisme en 2018 contre 43% en 2017 et 38% en 2016. Cette baisse du nombre d’assurés ayant contracté la pathologie semble en ligne avec les données nationales. En effet, selon les données gouvernementales, le nombre de cas de paludisme a baissé de 14 % entre 2016 et 2017. 3, 558 millions de cas ont été diagnostiqué en 2017.

La dépense moyenne pour le traitement du Paludisme entre 2016 et 2018 est de 16 000 FCFA. Mais la dépense avec hospitalisation est 9 fois plus cher que la dépense sans hospitalisation.

Lire l'article

Economie

La tuberculose coûte au moins 1 153 milliards FCFA par an aux économies africaines

Publié

le

Selon Le rapport « Il est temps de mettre fin à la tuberculose pharmaco-résistante. Il faut agir » produit The Economist Intelligence Unit et financé par Johnson & Johnson, La tuberculose coûte 10 264 milliards FCFA aux économes mondiales et 1 153 milliards FCFA par année aux économies africaines.
L’impact économique de la tuberculose sur les économies sont lourdes selon le rapport. En effet, rapport, les décès dus à la tuberculose pharmaco résistante coûtent aux économies mondiale et africaine au moins 17,8 milliards de dollars américains et 2 milliards de dollars américains par an respectivement, ce qui représente une perte anticipée en termes de production de biens et services.

Le Botswana, Les Comores, Le Mozambique, La Namibie, L’Afrique du Sud, La Zambie et Le Zimbabwe sont les pays les plus touchés en Afrique subsaharienne. Mais le diagnostic de cette pathologie demeure problématique car les pays ne disposaient pas des ressources nécessaires pour identifier activement les personnes atteintes de tuberculose pharmaco-résistante aux fins d’interventions. Ensuite il existe un déficit de personnel, peu d’ambulanciers paramédicaux et un suivi inadéquat.

« Par exemple, les pertes futures dues à la tuberculose à bacilles pharmaco-résistants au Zimbabwe sont les plus importantes en termes relatifs, représentant 0,21% de son produit intérieur brut en 2017 », explique Rob Cooke le directeur clinique de la société britannique Economist Intelligence Unit.

Lire plus sur Scidev.net

Lire l'article

Sante

Côte d’Ivoire : 1,6 milliard FCFA d’investissements pour réduire la mortalité maternelle

Publié

le

Le gouvernement ivoirien a annoncé le 3 avril 2019 avoir adopté un plan d’investissement de 1,6 milliard pour réduire le taux de mortalité maternelle et le taux de mortalité infanto-juvénile.

Avec 720 décès pour 10 000 naissances vivantes en 2013 et 108 décès pour 1 000 naissances vivantes, la Côte d’Ivoire enregistre l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde. Ces taux sont préoccupants et un plan pour améliorer la santé maternelle et infanto-juvénile a été élaboré pour la période de 2020 à 2024. Ce plan d’investissement a été adopté en conseil des ministres le 03 Avril 2019.

« Ce document stratégique s’articule autour du renforcement de la santé communautaire et de la chaîne d’approvisionnement ainsi que de l’amélioration des capacités des ressources humaines et de la qualité des soins, pour des investissements de l’ordre de 1,6 milliard de Fcfa » a précisé le communiqué du conseil des ministres.

Lire l'article

Les dernières tendances