Connect with us

Economie

L’Afrique subsaharienne est le leader mondial en matière de mobile money

Publié

le

Le FMI et la Banque Mondiale ont publié en mai dernier un rapport sur les Fintech dans le monde. Ce rapport dresse l’état des lieux des fintech dans le monde. L’Afrique Subsaharienne est le leader en matière d’utilisation de mobile money.Les services financiers mobiles ou mobile money ont transformé radicalement la fourniture de services financiers en Afrique subsaharienne. Ces services financiers ont permis d’améliorer l’inclusion financière.

L’Afrique compte le plus grand nombre d’argent mobile dans le mobile et ce nombre est en croissance. Le nombre de compte mobile money a pratiquement doublé entre 2014 et 2017 pour atteindre 21 % de la population. Le transfert de fonds est l’usage principale de ces comptes mobiles.

Alors qu’en Afrique de l’est, le mobile money est la porte d’entrée à une gamme plus large de services financiers (épargne, assurance, investissements, crédit), l’adoption en Afrique Australe est plus faible. En Afrique de l’Ouest, les pays se préparent à tirer parti des technologies numériques. La pénétration de la finance mobile s’est améliorée d’environ 30% dans l’ensemble de la région. Au Sénégal, au Mali et au Burkina Faso, la pénétration de l’argent mobile a augmenté de 10% à 27% et plus en moins de 3 ans. Les ministères des finances du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et du Niger ont entamé le processus de numérisation de leurs paiements via mobile.

Les législateurs et les régulateurs doivent modifiés leurs législations pour autoriser les paiements numériques. Les réformes en cours dans plusieurs pays devraient donner des impulsions au développement des services financiers numériques. Les défis de la fintech sont nombreux : cybersécurité, de protection des consommateurs et de confidentialité des données, la protection des consommateurs. Les modifications de la réglementation visant à atténuer ces risques prennent la forme d’obligations et de contrôles pour les prestataires de services.

Economie

Côte d’Ivoire : Plus de 600 milliards FCFA pour restaurer 20 % du couvert forestier d’ici 2030

Publié

le

credit photo : APA

Plus de 600 milliards FCFA, c’est le montant nécessaire à la Côte d’Ivoire pour restaurer 20 % de son couvert forestier d’ici 2030. C’est une des informations majeures annoncée lors d’un atelier sur les chaînes de valeur durables pour les paysages agro-forestiers à Abidjan le 11 novembre 2019.

« Un milliard de dollars, c’est beaucoup mais c’est peu pour réhabiliter la forêt ivoirienne (…) mais pour la stratégie bâtie, on a besoin de 616 milliards de Fcfa pour réhabiliter la forêt sur les dix prochaines années », a indiqué le colonel Martial Mé Kouamé, le directeur de Cabinet adjoint du ministère ivoirien des Eaux et forêts.

 Pour mobiliser ce fonds, le ministère des Eaux et forêts a lancé en octobre une table ronde des bailleurs de fonds qui devrait se tenir le 16 janvier 2020. Selon le colonel Mé Kouamé, la part de l’Etat ivoirien se situe à « environ 35% » car cette réhabilitation devrait permettre de régler des problèmes sociaux.  

Au rythme actuel de la déforestation, la Côte d’Ivoire est en voie de perdre la totalité de son couvert forestier d’ici à 2034. L’extension des terres agricoles pour les cultures de rente est l’un des principaux moteurs de déforestation et de dégradation des sols.

L’Etat envisage un vaste programme d’agroforesterie devant permettre le planting d’au moins 1 million. Selon le colonel Mé il s’agira d’introduire entre 20 et 30 arbres dans chaque hectare de plantation de cacaoyers régénérés.   

Lire plus sur Apanews

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : l’Afreximbank finance le parc industriel d’Akoupe-Zeudji

Publié

le

Le 8 Novembre 2019, l’Afewimbank et le gouvernement uvoirien ont signé deux accords pour le financement du parc industriel d’Akoupe-Zeudji.

« L’accord pour le développement du parc industriel d’Akoupé-Zeudji PK24 est un modèle unique, dans lequel Afreximbank intervient comme développeur. Ainsi, avec des partenaires nationaux, la banque va aménager, construire, gérer, exploiter et entretenir un parc industriel de 113 hectares », s’est réjoui Souleymane Diarrassouba, ministre en charge de l’Industrie

Le parc industriel d’Akoupé-Zeudji a la capacité d’accueillir 60 entreprises. Son coût est de 150 milliards FCFA.

Lire l'article

Economie

Le Forum pour l’investissement en Afrique 2019 s’est ouvert en Afrique du Sud

Publié

le

Le forum pour l’investissement en Afrique s’est ouvert le 11 Novembre 2019 en Afrique du Sud en présence des présidents Cyril Ramaphosa de l’Afrique du Sud, Nana Akufo Addo du Ghana, Paul Kagamé du Rwanda et Agostinho do Rosario du Mozambique.

« Le temps est venu d’agir rapidement pour libérer notre potentiel… En effet, notre continent est prêt pour les investissements, mais il est surtout très riche en opportunités énormes et rentables », a déclaré le président Ramaphosa dans son discours.

C’est la deuxième édiction du forum pour l’investissement en Afrique qui se déroule du 11 au 13 Novembre 2019. Il s’agit d’un marché transactionnel organisé par la Banque Africaine de Développement avec plusieurs organisations internationales (Africa50, Afrexim Bank, la Banque de développement du commerce, la Société africaine de financement, etc.) pour lever des capitaux et faire avancer les projets au stade bancable et à accélérer la clôture financière des transactions.

Le premier forum sur l’investissement en Afrique a garanti des intérêts d’investissement pour des transactions d’une valeur de 38,7 milliards de dollars en moins de 72 heures.

Lire l'article

Les dernières tendances