Connect with us

African Media Agency (AMA)

Thales présente son Atlas des cyberattaquants 2022

Avatar

Publié

le

Pour tout savoir de la nouvelle vague de menaces invisibles

  • La crise sanitaire a généré l’apparition de nouveaux vecteurs de cybermenaces, comme le recours accru au télétravail, l’augmentation des échanges à distance et la digitalisation de la majorité des secteurs d’activité. Les conséquences sont inédites : une augmentation de 37,7% des attaques entre 2020 et 2021, sur la zone Europe, selon l’ANSSI.
  • Face à ce constat et pour lutter efficacement et collectivement contre cette menace, il est indispensable d’avoir une bonne « hygiène cyber » et d’améliorer notre connaissance et compréhension des cyberattaques.
  • C’est l’ambition du centre d’analyse technique de la menace (CTI) de Thales. Il collecte, analyse, trie et met en corrélation les données relatives à chaque type de cyberattaque, à l’attaquant et à son mode opératoire, dans le but de détecter et lutter contre ces attaques.
  • Dans le prolongement de ses missions, le CTI de Thales vient de lancer sur Internet son Atlas des cyberattaquants 2022, qui témoigne de l’importance des attaques et de l’organisation des groupes attaquants.

PARIS, France, Le 02 Juin 2022 -/African Media Agency(AMA)/-Thales publie aujourd’hui son Atlas des cyberattaquants 2022 accessible sur Internet et mis constamment à jour, en direct. Ces 5 dernières années, plus de 20 000 cyberattaques ont été analysées par les experts du CTI de Thales, sur 9 zones géographiques et dans 16 secteurs d’activité. Ces cyberattaques révèlent l’impressionnante capacité d’organisation des attaquants, des formes inédites de menaces installées sur le long terme et de nouveaux jeux de pouvoirs hybrides, entre les secteurs publics et privés.

  • Une professionnalisation des cyberattaquants de plus en plus importante

Afin de faire face aux enjeux de développement et de rentabilité qu’ils rencontrent, les groupes d’attaquants se sont progressivement organisés et structurés sur le même modèle que nos petites et moyennes entreprises. Leurs nouvelles organisations regroupent notamment un département R&D, chargé de renforcer l’efficacité des cyberattaques et d’en développer de nouvelles toujours plus innovantes ; un département Ressources Humaines, qui gère le recrutement de nouveaux profils ou encore un département juridique, qui négocie avec les victimes les contreparties financières de « l’après-attaque ».

Selon l’Atlas, ce dernier département semble indispensable pour faire de cette cyberactivité une activité lucrative, comme le démontre l’augmentation du nombre d’organisations qui acceptent de payer une rançon pour récupérer leurs données. En 2021, 32% des organisations cyberattaquées ont payé une rançon aux attaquants, tandis qu’en 2020 elles étaient 26%. L’un des groupes d’attaquants a même extorqué 180 millions d’euros en une seule cyberattaque1.

Cette recherche constante de rentabilité conduit ces attaquants à adopter une stratégie coûts/bénéfices, en prospectant sur les industries et les pays les plus ouverts à la numérisation de leur modèle économique. L’Atlas révèle que sur les 20 000 attaques analysées, 72% des cyberattaquants ont pris pour cible le secteur de la défense et des administrations et 62% le secteur de la communication ; tandis que 72% d’entre eux ont perpétré leurs attaques en Amérique du Nord et 66% en Europe.

  • Une progression des cyberattaques « dormantes » d’origine étatique

Ces 5 dernières années, l’Atlas dévoile un accroissement des cyberattaques d’origine étatique, en raison notamment de l’augmentation du nombre d’attaques dites « dormantes ». Les cyberattaquants installent un virus dans le système informatique d’une entité afin d’accéder aux informations de son réseau sans se faire détecter, favorisant la mise en place d’un espionnage sur le long terme, donc plus dangereux.

Pouvant opérer entre 2 ans et plus d’une décennie, ces attaques dormantes s’expliquent par l’évolution des liens toujours étroits entre les entreprises privées et les Etats face aux cybermenaces et la professionnalisation des cyberattaquants. Aujourd’hui, de plus en plus d’Etats tendent à externaliser leur activité cyber en ayant recours à des organisations de cyberattaquants.

« Le travail approfondi réalisé par Thales de connaissance du profil des attaquants, de leurs modes opératoires dans certaines régions et sur des secteurs spécifiques offre aujourd’hui la possibilité de se préparer à la menace. Cette cartographie est d’autant plus essentielle que dans certaines zones géographiques, telles que l’Afrique, les incidents dans leur grande majorité ne sont pas rapportés. Cette invisibilité du risque est une inquiétude majeure, alors même que la digitalisation croissante du continent a progressé au point de compter presque autant d’utilisateurs de services numériques qu’en Europe, soit 601 millions d’utilisateurs ! Des territoires entiers restent encore à explorer. L’ambition de l’Atlas des cyberattaquants 2022 est de rendre le maximum d’informations accessibles au plus grand nombre pour apporter une solution mondiale. » précise Ivan Fontarensky, Directeur technique cyberdéfense, Thales.

  • Thales et la cybersécurité

Thales sert 130 grands clients dans le monde, des gouvernements, opérateurs d’importance vitale et administrations. Le Groupe sécurise les systèmes critiques de 19 des 20 plus grandes banques mondiales, de 9 des 10 géants mondiaux de l’internet mais aussi plusieurs milliers d’entreprises.

Le Groupe dispose de trois grandes familles de produits :

  • Un portefeuille complet de services, Cybels, adressant les besoins d’évaluation des risques, d’entraînement et de simulation, de détection et de réponse aux attaques ;
  • Des produits dits de souveraineté comprenant le chiffrement et les sondes pour protéger les systèmes d’information critiques ;
  • Une plateforme de protection des données, de sécurité du cloud et de gestion d’accès.

Pour en savoir plus, une page internet dédiée au Thales Media Day est mise à jour régulièrement. A l’issue du Thales Media Day, les enregistrements de la plénière d’ouverture, des tables rondes et du discours de clôture seront accessibles.

L’Atlas des cyberattaquants est disponible sur ce lien.

1 [Source: https://news.sophos.com/en-us/2021/04/27/the-state-of-ransomware-2021/?cmp=30726]

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Thales.

À propos de Thales

Thales (Euronext Paris: HO) est un leader mondial des hautes technologies qui investit dans les innovations du numérique et de la « deep tech » – connectivité, big data, intelligence artificielle, cybersécurité et quantique – pour construire un avenir de confiance, essentiel au développement de nos sociétés. Le Groupe propose des solutions, services et produits qui aident ses clients – entreprises, organisations, Etats – dans les domaines de la défense, de l’aéronautique, de l’espace, du transport et de l’identité et sécurité numériques, à remplir leurs missions critiques en plaçant l’humain au cœur des décisions.

Thales compte 81 000 collaborateurs dans 68 pays. En 2021, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 16,2 milliards d’euros.

Contacts Presse

Thales, Relations médias Chrystelle Dugimont

Chystelle.dugimont@thalesgroup.com

Anne-Sophie Malot

Anne-sophie.malot@thalesgroup.com

Marion Bonnet

marion.bonnet@thalesgroup.com

EN SAVOIR PLUS

Thales Group

Sécurité

The post Thales présente son Atlas des cyberattaquants 2022 appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

African Media Agency (AMA)

Revenue assurance gives utilities fair footing for growth, just transition

Avatar

Publié

le

by Hannes Venter, Industry Value Advisor: Utilities at SAP Africa

NAIROBI, Kenya, 30 November 2022 -/African Media Agency(AMA)/- No company can survive a consistent loss in revenue. When companies fail to collect the revenue owed for services rendered, it puts pressure on their cash flow that could leave them unable to cover their operational costs, struggle to grow, and even enter into decline. 

This is proving abundantly clear in the African utilities sector, where non-payment, consumption-based fraud, illegal connections and other factors are costing billions in lost revenue. 

Power utility Eskom recently revealed that more than half of the electricity purchased by South African municipalities is lost to illegal connections and non-payment. This has led to a R51-billion debt by municipalities, adding to Eskom’s significant R400-billion debt burden and hampering the utility’s plans to build additional capacity or its transition to renewable energy. 

In East Africa, Kenya Power has investigated cases of fraud in its post-paid billing system, citing billions in lost revenue

This issue is prevalent in the utilities sector of other regions too. A 2017 study estimated that electricity theft and non-technical losses cost the global utilities sector $96-billion per year. This places enormous pressure on utilities and hampers efforts to improve service delivery to customers, adopt new, more sustainable forms of energy, and scale into new markets.

Revenue assurance mitigates fraud, reduces losses

In the utilities sector, several factors contribute to lost revenue, including faulty metering, inaccurate billing, ineffective revenue collection, consumption-based fraud, leaks, and issues with incorrect customer accounts and contracts. 

As the sector shifts to meet the utility needs of a growing population – Africa’s population is expected to nearly double to almost 2.5 billion people by 2050 – and pressure grows to move to more sustainable, less carbon-intensive forms of energy, maintaining high levels of revenue collection will be critical.

A vital component of optimal revenue collection is the practice of revenue assurance. 

Revenue assurance is a way of increasing an organisation’s income by identifying areas where revenue is lost, and minimising such losses by fixing the cause of lost revenue.

One global study found that it takes an organisation twelve months to detect a typical fraud case, with the average annual loss across industries amounting to $1.8-million. In fact, an estimated 5% of revenue is lost to fraud every year.

In response, organisations need to leverage the power of technology to improve fraud detection, risk mitigation and fraud prevention capabilities. 

Using a revenue assurance tool is one way for utilities to detect anomalies earlier. This can help them reduce financial loss, improve the accuracy of detection at a lower cost, and improve their ability to predict and prevent future occurrences of revenue leakage.

Leveraging tech to improve revenue collection

A growing number of utilities are using tools such as SAP Business Integrity Screening in combination with SAP partner solutions to improve revenue assurance and plug any gaps in operations that may lead to revenue loss.

By leveraging powerful analytics and big data capabilities, revenue assurance tools help utilities identify potential cases of fraud and proactively inform technical teams to investigate.

For example, if a customer’s energy consumption stays exactly the same month after month despite seasonal changes, there is a likelihood that some form of fraud is being committed. Energy use usually increases and decreases in different seasons, with most customers using less power in summer when it’s warm compared to winter when heaters are used and electrical hot water heaters work harder to stay warm.

By tracking energy consumption patterns over long periods of time and matching that data to seasonal consumption models, utilities can leverage their revenue assurance tool to ensure they always collect the optimal revenue from every customer. 

By using predictive models and integrating the revenue assurance functionality to their enterprise resource planning core, utilities can develop a better understanding of known customer usage patterns. Over time, utilities can apply this knowledge to develop detection methods and strategies that can highlight unknown patterns that may indicate fraud or revenue leakage. 

African utilities are at a pivotal moment as booming population growth and rapid economic development pushes them into building greater capacity while also transitioning to a clean energy future. However, without optimal revenue collection, utilities will lack the financial agility to survive and thrive during this disruptive time.

With the clever application of technology, however, utilities can mitigate the risk of fraud and ensure they have the financial stability to take a leading role in our continent’s development and just energy transition.

Distributed by African Media Agency (AMA) on behalf of SAP Africa.

Visit the SAP News Center. Follow SAP on Twitter at @SAPNews.

About SAP 

SAP’s strategy is to help every business run as an intelligent, sustainable enterprise. As a market leader in enterprise application software, we help companies of all sizes and in all industries run at their best: SAP customers generate 87% of total global commerce. Our machine learning, Internet of Things (IoT), and advanced analytics technologies help turn customers’ businesses into intelligent enterprises. SAP helps give people and organizations deep business insight and fosters collaboration that helps them stay ahead of their competition. We simplify technology for companies so they can consume our software the way they want – without disruption. Our end-to-end suite of applications and services enables business and public customers across 25 industries globally to operate profitably, adapt continuously, and make a difference. With a global network of customers, partners, employees, and thought leaders, SAP helps the world run better and improve people’s lives. For more information, visit www.sap.com.   

Note to editors: 

To preview and download broadcast-standard stock footage and press photos digitally, please visit www.sap.com/photos. On this platform, you can find high resolution material for your media channels. To view video stories on diverse topics, visit www.sap-tv.com. From this site, you can embed videos into your own Web pages, share video via email links, and subscribe to RSS feeds from SAP TV. 

For customers interested in learning more about SAP products:  

Global Customer Center: +49 180 534-34-24 

For more information, press only: 

Delia Sieff, SAP Africa, +27 (11) 235 6000, delia.sieff@sap.com  

SAP Press Roompress@sap.com 

The post Revenue assurance gives utilities fair footing for growth, just transition appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Plus de 1000 nouveaux policiers maliens du groupement mobile de sécurité formés avec l’appui de la police des nations unies

Avatar

Publié

le

BAMAKO, Mali, le 30 Novembre 2022 -/ De février à novembre 2022, dix sessions de formation théorique et pratique au pré-déploiement sur le terrain, ont eu lieu au profit des policiers du Groupement mobile de sécurité (GMS) de la Police du Mali. Chaque session pour 100 policiers a duré trois semaines. Ainsi, 1 000 policiers ont conjointement été formés par les formateurs spécialisés de la Police nationale du Mali et les instructeurs de la Police des Nations unies (UNPOL). Vingt-deux officiers du personnel de commandement ont également bénéficié de ces formations spécialisées.

Un renforcement ciblé des capacités pour des stagiaires déjà opérationnels

Le GMS est l’une des plus grandes unités de la police en termes d’effectif et de moyens. La gestion des foules et de l’ordre public sont ses principaux rôles. Les thématiques et modules spécialisés de cette formation ont ainsi été soigneusement définis et développés en tenant compte de cet aspect. Il s’agissait notamment de la gestion démocratique des foules, des techniques et gestes professionnels d’interventions et de protection, du secourisme au combat (« se protéger pour mieux protéger »), de la détection et de la prévention des engins explosifs improvisés, du concept de police de proximité et le renseignement territorial. Les droits humains, les droits des conflits armés et les violences basées sur le genre, ainsi que la déontologie policière, ont été revus durant l’ensemble des sessions.

Plus de 80 % de l’effectif formé a déjà été redéployé dans les différentes régions du Mali pour renforcer le maillage sécuritaire national, accroître le déploiement des forces de sécurité au Centre et au Nord du pays, ainsi que pour favoriser la restauration et l’extension de l’autorité de l’Etat. Cette formation a également permis de préparer et d’aguerrir les nouvelles recrues du GMS pour faire face aux menaces sécuritaires auxquelles ils seront confrontés sur le terrain. En outre, dans un contexte de préparation aux prochaines échéances électorales et à leur sécurisation, le renouvellement des capacités et la formation d’une telle unité spécialisée dans la gestion des foules et de l’ordre public, doit permettre de mieux maîtriser la gestion des risques.

Une nouvelle doctrine pour une coopération plus dynamique  

« Je remercie au nom du Directeur général de la Police nationale, la MINUSMA, pour son appui sans relâche à la police et de façon spécifique pour le renforcement de capacité d’action du GMS, » a déclaré le Contrôleur général de police, Sory KEITA, lors de la cérémonie de clôture des dix sessions de formation, le 25 novembre 2022. Pour sa part, le Commissaire général de Police Thierry MARTIN, de la Police des Nations unies a salué les dix mois de sacrifices et d’activités intenses consentis par les formateurs et les participants. Il a aussi rappelé le contexte de la mise en œuvre de ce projet de formation, qui s’inscrit dans le cadre de l’application de la nouvelle doctrine de coopération d’UNPOL avec ses partenaires des Forces de sécurité maliennes (FSM).

La Police des Nations unies a en effet réorienté et restructuré ses programmes d’appui en matière de renforcement des capacités, au profit des unités opérationnelles des Forces de sécurité maliennes dans le cadre d’un meilleur impact sur le terrain et du transfert des compétences, notamment à travers la formation des formateurs. Une nouvelle phase de ce programme spécialisé est en cours d’élaboration pour un prochain atelier de retour d’expérience et de culture du résultat.

Distribué par  African Media Agency pour Minusma.

The post Plus de 1000 nouveaux policiers maliens du groupement mobile de sécurité formés avec l’appui de la police des nations unies appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Technologie USSD et inclusion financière : des services digitaux ivoiriens présentés en RDC lors du Myriad Connect & Meet

Avatar

Publié

le

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, le 29 Novembre 2022 -/African Media Agency (AMA)/- La Côte d’Ivoire, référence en matière de digitalisation et plus globalement, de technologie, a été mise à l’honneur à Kinshasa, dans le cadre de l’évènement itinérant initié par Myriad Connect : Myriad Connect & Meet.

En effet, Myriad Connect a, à travers son concept « Myriad Connect & Meet », partagé les différentes expériences en matière de digitalisation via USSD en Côte d’Ivoire, avec les acteurs de l’écosystème Fintech et Digital de la RDC.

Des expériences qui ont toutes été des réussites dans plusieurs domaines d’activités, notamment les impôts et taxes, le secteur bancaire, ou encore le Mobile Money.

Après une 1ère édition en Juin 2021 à Abidjan, et Une 2ème en Juillet 2022, cette  3ème rencontre du genre, à Kinshasa cette fois ci, a réuni plus de 80  acteurs de l’écosystème digital et fintechs en RDC, tous, experts dans leur domaine.

Au menu de cette rencontre, 3 conférences et un Panel pour échanger principalement sur les impacts positifs de la technologie que les entreprises, l’expérience client mais plus globalement sur le quotidien des communautés africaines.

La Côte d’Ivoire étant un modèle en matière de transformation digitale et d’innovation, il a été question de plusieurs cas d’utilisation, notamment en Côte d’Ivoire, dans cette série de conférences introduite par Fabien Delanaud, CEO de Myriad Group.

Fabien Delanaud qui a rappelé en quelques mots l’expérience et l’historique de Myriad Connect, ainsi que les valeurs et objectifs de la compagnie : participer au développement du continent africain, en accélérant l’inclusion financière et digitale grâce à la technologie USSD.

Franck Kankologo , FBNMonie Director de FBN en RDC, a partagé son expérience sur l’inclusion financière boostée grâce à l’USSD,  à travers plusieurs services bancaires lancés via ce canal, qui ont permis aux populations d’accéder à la bancarisation, sans nécessairement se déplacer.

Fabrice Kabongolo,  Market and Product Development pour la RDC de Myriad Connect, a pour sa part mis en lumière tous les avantages liés à la digitalisation via USSD, dans un pays à fort potentiel humain et économique tel que la République Démocratique du Congo.

Rabiaa Diallo, Marketing Manager chez Myriad Connect, a, quant à elle, mis en évidence les impacts positifs de l’utilisation du canal USSD dans l’engagement consommateurs, la construction et le renforcement de la marque ainsi que la digitalisation via USSD des processus d’enquêtes et de veille sur le terrain.

Un panel s’est également tenu, modéré par Rabiaa Diallo, et qui a réuni 2 grands noms de l’écosystème digital en RDC : Robert MAPANGUILUA Responsable Broadband de la Direction du Marché Entreprises de Orange RDC et Daddy YOGO Airtel Enterprise Director. Les échanges ont tourné autour des différents cas d’utilisations de l’USSD, en l’occurrence, dans: la santé, l’agriculture, le secteur bancaire, les assurances, les services publics de grande portée, entre autres.

Cette 3ème édition du Myriad Connect & Meet, rencontre inédite en République Démocratique du Congo, a été l’occasion pour l’équipe de Myriad de rencontrer tous les acteurs de l’écosystème Digital et Fintech et d’échanger autour des questions et défis liées à l’inclusion digitale et financière en  Afrique.

Myriad Connect remercie tous ses partenaires locaux, ses partenaires presse, tous les invités qui ont répondu présents à cet évènement, et tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réussite de cette rencontre.

Distribué par African Media Agency pour Myriad Group.

The post Technologie USSD et inclusion financière : des services digitaux ivoiriens présentés en RDC lors du Myriad Connect & Meet appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances