Connect with us

Startup

618 hubs technologiques identifiés en Afrique en 2019

Publié

le

Credit Photo : GSMA et Briter Bridges

Le nombre de hub technologiques a augmenté de 442 en 2017 à 618 en 2019 selon le GSMA Ecosystem Accelerator. C’est une hausse de 40%.

Le Nigéria, l’Afrique du Sud, l’Egypte et le Kenya dominent le continent avec 85, 80, 56 et 50 respectivement

Lagos est la ville la plus innovante avec plus de 40 pôles technologiques. L’analyse par ville permet de classer les grandes villes en trois groupes : le premier regroupe les villes comptant entre 20 et 40 hubs (Lagos, Le Caire, Le Cap, Nairobi et Johannesburg), le second groupe comprend les villes avec plus de 15 hubs (Casablanca, Accra, Abidjan, Tunis et Abuja) et le dernier groupe comprend des villes de plus de 10 hubs (Dakar, Bamako, Kampala, Dar es Salaam et Lomé).

La scène technologique monte en Afrique du nord tandis qu’en Afrique de l’Ouest elle commence à se concrétiser

On observe la montée des pôles technologiques en Afrique du nord. L’Égypte, le Maroc (31) et la Tunisie (29) constituent le trio de tête de la zone. Tandis que l’Afrique de l’ouest a été désigné comme l’un des écosystèmes les plus rapides du continent. Selon le GSMA, la Côte d’Ivoire est sur le chemin de devenir  le premier écosystème innovant francophone d’Afrique de l’Ouest, avec plus de 20 hubs, Seedspace et quatre sites différents de Jokkolabs, suivis du Sénégal (15), qui abrite les plus grandes sociétés de capital-risque de la région et le nouvel établissement.

Startup

L’agence Cote d’Ivoire PME et GIZ lancent l’appel à candidature pour le programme d’appui à la productivité des start-up et PME

Publié

le

Le lundi 16 janvier 2020, l’agence Cote d’Ivoire PME a annoncé le lancement de son appel à candidature pour le programme d’appui à la productivité des start-ups en Côte d’Ivoire. L’objectif du programme est de contribuer à la création de valeur, d’emplois décents et de croissance en Côte d’Ivoire.

Le programme cible les entreprises innovantes dans quatre domaines : agro-industrie, foodtech et Agritech et le tourisme. Pour être éligible au programme, il faut avoir un produit alimentaire à base de produits locaux, avoir fait des ventes ou un minimum viable product.

Les entreprises sélectionnées vont bénéficier d’un semestre de séminaires et coaching d’experts pour valider leurs marchés, leurs modèles d’affaires, de construire une image de marque, de comprendre les enjeux liés aux emballages, au développement d’un produit, à la distribution ainsi qu’à la gestion d’une entreprise qui vise la croissance.

Lire l'article

Startup

House Africa a développé le premier registre foncier et immobilier basé sur la blockchain en Afrique

Publié

le

credit photo : bitcoin.io

La start-up nigériane House Africa a remporté en 2019 le prix de la meilleure start-up africaine Blockchain.

Fondée en 2018 par deux nigériains, House Africa apporte une solution aux problèmes de transactions immobilières en Afrique avec les ventes multiples de titres fonciers, les ventes illégales de terrains et le faible accès à l’hypothèque.

La start-up utilise la technologie Blockchain pour diviser les projets immobiliers en unités numériques accessibles via des partages à partir de 30 $ (17 600 FCFA). Elle réduit le temps nécessaire aux banques, aux avocats et autres parties prenantes pour enregistrer et faire des recherches sur les titres fonciers. Son revenu modèle est basé sur des frais de validation des titres fonciers et des commissions sur les paiements hypothécaires.

« Notre solution est très évolutive car la plupart des pays africains, asiatiques et latino-américains ont les mêmes problèmes. Premièrement, nous envisageons de nous étendre à d’autres pays africains, comme le Ghana, Kanya, le Rwanda, l’Afrique du Sud, la Tanzanie et l’Angola » a déclaré le co-fondateur Uba Nnamdi à Disrupt Africa.

Lire l'article

Startup

Glovo introduit la tarification à la distance au Kenya

Publié

le

credit photo : Hapa Kenya

Le service de livraison à la demande a introduit une nouvelle tarification pour les livraisons de nourriture au Kenya selon Hapa Kenya.

Au Kenya, Glovo, qui facturait des frais fixes de 100 Ksh. Soit 575 FCFA quel que soit la distance parcourue, a opté pour une facturation dynamique. L’entreprise espagnole de livraison à la demande facture désormais au kilomètre parcouru. Cette nouvelle tarification va permettre de mieux rémunérer les livreurs selon l’entreprise.

Selon le Business Daily, cette augmentation de glovo est en ligne avec les actions de ses concurrents (Jumia Food, Uber Eats et Yum) qui ont aussi augmenté leurs prix en fonction de la distance parcourue.

L’augmentation des frais de livraison de nourriture suit une tendance sur le marché où ses concurrents, Jumia Food, Uber Eats et Yum, ont également augmenté leurs prix en fonction de la distance parcourue.

Glovo opère dans quatre pays africains : le Kenya, le Maroc, l’Egypte et la Côte d’ivoire.

Lire l'article

Les dernières tendances