Connect with us

Startup

Avec les cessations de Yaatoo et Afrimarket, jumia règne sans partage sur le commerce en ligne en Côte d’ivoire

Publié

le

Le vendredi 13 Septembre 2019, la rédaction d’Afriveille a appris l’arrêt du de Yaatoo, filiale de commerce en ligne de Prosuma et la mise en liquidation d’Afrimarket. Avec l’arrêt de ces deux acteurs de poids, Jumia confirme son leadership sur le commerce en ligne en Côte d’Ivoire.

Prosuma arrête les investissements dans Yaatoo

Créée en 2016, Yaatoo est le site de commerce en ligne du groupe de grande distribution ivoirien Prosuma. Yaatoo voulait se positionner comme une alternative à Jumia en particulier dans l’alimentaire. Yaatoo proposait des produits des magasins des enseignes du groupe. Mais la jeune pousse avait débuté une diversification de sa gamme produit. Elle a adopté un positionnement prix bas moins chers que la boutique du quartier, d’après ses services marketing »), pour accroitre son volume de chiffre d’affaires. Mais après trois années, Le directeur général de Yaatoo Monsieur Dougnan Coulibaly a annoncé le 13 septembre 2019 la fin d’activité de l’entreprise de commerce en ligne. « La nouvelle est, en effet, tombée à l’issue d’une réunion avec les actionnaires du groupe Prosuma, qui m’ont informé de leur volonté d’arrêter les investissements dans le E-commerce, 3 années après le lancement de la plateforme Yaatoo » a-t-il indiqué sur Linkedin. Hasard du calendrier, on apprend le même jour la mise en liquidation d’Afrimarket en France.

Afrimarket mise en liquidation judiciaire

Créée en 2013 par Rania Belkahia et Jeremy Stoss, Afrimarket est une plateforme de commerce en ligne. Elle opère dans cinq pays africains (Côté d’Ivoire, Sénégal, Cameroun, Bénin et Mali). L’offre porte sur différents domaines : alimentaire, high-tech, beauté/hygiène, électroménager, enfants, maison). La jeune pousse se rémunère sur un pourcentage sur les ventes.

Afrimarket est une place de marché présente dans cinq pays africains dont la Côte d’Ivoire. La startup était en croissance et avait enregistré de belles performances ces quatre dernières années selon ses dirigeants : le volume d’affaires de sa plateforme a fini par atteindre 19,679 milliards FCFA en 2018, contre   163, 989 millions FCFA en 2015. De plus, elle avait aussi réussi à réduire ses coûts d’acquisition par huit et atteint une marge brute positive.

Afrimarket avait pour vision de devenir l’Amazon Africain comme son concurrent principal Jumia. De plus, l’entreprise revendiquait 20 à 30 % de croissance mensuelle. Mais pour financer cette croissance, la startup avait besoin de lever 13 milliards FCFA. Elle a tenté sans succès de lever ses fonds auprès de deux fonds d’investissements.

Le manque de maturité du marché africain est la raison principale avancée pour expliquer cette déconvenue. Afrimarket visait essentiellement la classe moyenne. Elle voulait leur offrir un vrai service de qualité. De plus, les difficultés opérationnelles en particulier logistique constituent des barrières importantes au développement des sites de commerce en ligne.

Le marché ivoirien est-il assez mature pour le commerce en ligne

L’échec d’Afrimarket montre les difficultés pour les entreprises de commerce en ligne de se développer sur le marché africain. En juin 2018, Africashop, la filiale de CFAO dédié au commerce en ligne était liquidée.

Cdiscount, qui était le leader français du commerce en ligne avait cessé ses activités dix-huit mois plus tôt. Les raisons de cet échec sont la mauvaise gestion des livraisons avec un stock situé à Bordeaux et un délai de livraison très long (36 à 60 jours). De plus, le manque de partenariats locaux. Enfin le positionnement trop haut de gamme, des prix trop élevés et le manque de flexibilité en termes de paiement.

Jumia devient le leader incontesté du commerce en ligne ivoirien avec la disparition de ses concurrents principaux.

Startup

Ecobank lance la 3ème édition de son fintech challenge

Publié

le

Le groupe bancaire Ecobank a annoncé le lancement de son fintech challenge le 20 février 2020.

Ecobank lance un appel à candidature pour les start-up africaines et les développeurs à s’incrire à son concours. « En tant que groupe bancaire nous continuons d’être impressionnés par la façon qu’ont les Fintechs de transformer le secteur bancaire en Afrique. Nous avons avons hâte de découvrir les nouvelles innovations et opportunités de partenariat qui marqueront l’édition 2020 » a indiqué Le Directeur des Opérations du Groupe Ecobank, M. Eddy Ogbogu.

Selon le communiqué, les Fintech pourront bénéficier de plusieurs avantages:

         

  • La possibilité de participer au programme de mentorat dédié aux Fintechs 
  • L’établissement de partenariat de service avec  Ecobank ;
  • Le déploiement de leurs produits à l’échelle multinationale.

Lire l'article

Startup

La plateforme numérique d’agriculture Farmcrowdy acquiert Best Foods

Publié

le

credit photo : Prnews

La plateforme nigériane d’agriculture numérique Farmcrowdy a annoncé l’acquisition de Best Foods un groupe alimentaire.

Farmcrowdy est une plateforme numérique qui qui connecte les petits agriculteurs aux techniques agricoles intelligentes, aux intrants agricoles de qualité et à l’accès à des marchés supérieurs. La startup a annoncé être devenu actionnaire majoritaire de Best Foods une entreprise de production de bétail.

Avec cette acquisition Farmcrowdy devient le premier fournisseur de viande transformé du Nigéria. Elle va fournir de la viande à travers un réseau de plus de 100 points de vente. Le lancement de Farmcrowdy Meat Hubs est planifié pour le second trimestre 2020  pour fournir un accès à de la viande de qualité via la technologie, produite et commercialisée par Farmcrowdy.

« Best Foods offre à Farmcrowdy une opportunité passionnante d’améliorer ses services dans la production, la transformation et l’approvisionnement du bétail« , explique Kenneth Obiajulu, directeur général de Farmcrowdy.

Lire l'article

Entreprendre

Mathydy, la nouvelle marque africaine de marque qui émerge

Publié

le

credit photo : Le Monde

Créé par un couple de Sénégalais, Mathydy est une marque de montre luxes conçues et assemblés au Sénégal.

Matydy est la contraction de Mathy et Idy, un couple d’entrepreneurs sénégalais. Idy était salarié d’Alcaltel à Paris et Mathy vivait et travaillait dans une banque au Canada. Le couple a décidé de revenir au Sénégal pour contribuer au développement. Ils rentrent sans idée claire de ce qu’ils veulent faire et sans business plan précisent-ils au journal Le Monde.

Ils sont séduits se lancent dans l’aventure avec l’aide des artisans en bogolan. Mais ils rendent comptent qu’ils doivent s’orienter vers un design plus recherché. « Au départ, on avait pensé à un graphisme wax, mais c’était une idée à dépasser parce qu’il nous fallait quelque chose de plus raffiné, de plus recherché, un peu moins attendu ». L’idée est de proposer des bijoux simples mais raffinés. Leur business modèle est le suivant : les artisans locaux réalisent le design sur place, ils importent des mécanismes japonais et les montres sont assemblées à Dakar.

Les clés du succès sont l’adéquation entre le produit et les envies du consommateur. Ils ciblent la classe moyenne avec un prix 52 000 et 59 000 FCFA. Les montres sont vendues dans des boutiques ou sur Internet. Les montres sont vendus au Sénégal, en Côte d’Ivoire, en France en Belgique ou en Suisse.

Lire l'article

Les dernières tendances