Connect with us

Economie

Cameroun : le budget 2020 à 4 952 milliards FCFA en hausse de 2%

Avatar

Publié

le

Le budget 2020 du Cameroun devrait s’élever à 4951,7 milliards FCFA. C’est une hausse de 101 milliards FCFA (+2%) rapporte Apanews. Les priorités des pouvoirs publics sont : l’accélération des travaux liés à l’organisation du Championnat d’Afrique de football (CHAN) 2020 et de la CAN 2021. La reconstruction de la Société nationale de raffinage (Sonara), la décentralisation et l’opérationnalisation du statut spécial des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Dans la circulaire programmatique publiée en juin 2019, le président Paul Biya avait indiqué que le prochain budget de l’État camerounais serait élaboré sur la base d’un taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de 4,5%, un taux d’inflation inférieur à 3%, un déficit budgétaire global dons compris de 1,5% du PIB et un déficit du compte courant transferts publics inclus de 3,3% du PIB.

Les objectifs budgétaires de 2020 viseront, quant à eux, l’élargissement de l’assiette fiscale par la rationalisation et la maîtrise des régimes fiscaux incitatifs, la sécurisation des recettes, la lutte contre la fraude fiscale et l’évasion fiscale internationale, l’amélioration de l’environnement fiscal et des affaires, la promotion du civisme et de la justice fiscale.

Lire plus sur Apanews

Economie

Fitch confirme la note de B+ avec une perspective stable à la Côte d’Ivoire

Avatar

Publié

le

L’agence de notation Fitch a affirmé la note de défaut à long terme de l’émetteur en devises étrangères (IDR) de la Côte d’Ivoire à ‘B +’. A ces notes sont associés une perspective positive.

L’agence de notation internationale Fitch n’a pas dégradé la note de Côte d’Ivoire. Elle a affirmé la note B+. A ces notes est associée une perspective positive.

L’agence table sur une prudence budgétaire et des réformes des autorités ivoiriennes. De plus, cette notation Il reflète également les bonnes perspectives de l’économie de la Côte d’Ivoire,  tandis que les déficits extérieurs et budgétaires relativement modérés et la faible inflation limiteront les risques pour la stabilité macroéconomique.

Selon les hypothèses de l’agence, la croissance du PIB devrait ralentir de 2 % en 2020 puis remonter à 8,5 % en 2021. Le ralentissement de l’économie s’explique par la  détérioration de l’environnement extérieur et les mesures nationales de prévention pour endiguer la propagation de la pandémie auront un impact sur l’activité économique dans un large éventail de secteurs nationaux.  La crise va provoquer une baisse de la demande extérieure, une chute des investissements étrangers. Une hausse des dépenses budgétaires de près 1,5 % du PIB devrait permettre de limiter partiellement l’impact de la crise du covid-19 sur la demande intérieure.

Le déficit budgétaire devrait augmenter à 5,5 % du PIB en 2020 contre 2,3 % en 2019. Cette augmentation devrait s’expliquer par la diminution des recettes fiscales et des pressions sur les dépenses liées au choc pandémique.

Au plan social, l’agence signale le risque que les mesures prises pour limiter la propagation provoquent des tensions sociales et poser des défis à l’élaboration des politiques avant l’élection présidentielle du dernier trimestre 2020. Tandis qu’au plan politique, l’agence signale que les risques de tension politique sont élevés même si elle pense que les élections ne seront pas source de trouble en raison des désaccords entre le gouvernement et les principaux partis d’opposition sur la gestion des élections ainsi que les poursuites judiciaires en cours contre d’anciens responsables pourraient déclencher de graves tensions politiques.

Lire l'article

Covid19

ExxonMobil reporte sa décision d’investir dans un projet gazier au Mozambique

Avatar

Publié

le

ExxonMobil a reporté sa décision finale  à 2021 d’investir dans le projet gazier Rovuma d’un montant de 30 milliards de dollars au Mozambique.

Le groupe pétrolier ExxonMobil va finalement annoncer sa décision sur l’investissement dans le projet Rovuma LNG au Mozambique. Le géant pétrolier a reporté son FID pour le projet, qui était attendu cette année, en mars, car l’épidémie de coronavirus et la chute des prix du pétrole ont forcé les entreprises à retarder les projets et à réduire les dépenses rapporte Reuters.

La décision finale d’investissement du projet Rovuma LNG a été reportée en principe l’année prochaine« , a déclaré le président de l’INP, Carlos Zacaria à Reuters.

Lire l'article

Covid19

Covid-19 : 10 milliards FCFA distribués pour soutenir les acteurs de l’informel

Avatar

Publié

le

2 779 acteurs ont reçu 10 milliards FCFA soit 10 % du fonds pour les aider à limiter l’impact de la crise du coronavirus sur l’économie en Côte d’Ivoire révèle l’APA.

3 vagues d’acteurs de l’informel ont bénéficié de l’appui du Fonds d’appui au secteur informel (FASI) créé dans le cadre de la lutte contre le coronavirus : 1260 récipiendaires lors de la première vague, 1 119 récipiendaires lors de la seconde vague et 400 bénéficiaires le 29 mai 2020.

 Ces entrepreneurs ont reçu un maximum de 300 000 FCFA chacun. Le montant total distribué au 29 mars 2020 est de 10 milliards soit 10 % de la dotation du fonds.

Ce fonds vise plusieurs objectifs. D’abord aider les entrepreneurs à faire face à la crise économique du COVID-19. Ensuite il doit aider à la formalisation des acteurs de l’informel. « L’objectif final de cette action, c’est la modernisation de l’économie. Et celle-ci suppose le recul de ce qui est informel afin d’arriver à une part beaucoup plus importante de ce secteur dans l’économie nationale. C’est en cela que le Fonds d’appui au secteur informel vient comme une opportunité pour atteindre cet objectif », a  expliqué Oguié Sain, le président du Comité de gestion du FASI.

Lire plus sur APA

Lire l'article

Les dernières tendances