Connect with us

Business

Côte d’Ivoire : Le commerce en ligne des produits frais va-t-il-décoller ?

Avatar

Publié

le

Avec le confinement, on a constaté la multiplication de nombreuses pages de vente de produits frais ou de site web. Nous avons réalisé une étude de marché sur ce segment naissant afin d’en connaître les acteurs et les chiffres clés.

Une distribution des produits alimentaires dominée par l’informel

Pour s’approvisionner en vivres et produits de consommation, les Ivoiriens fréquent en majorité les marchés. La distribution des produits est dominée par les acteurs informels qui représentent environ 75 % du marché total. Tandis que les achats alimentaires représentent entre 15 et 25 % des ventes de la grande distribution selon Business France.

Les canaux principaux d’approvisionnement pour les achats alimentaires sont : les marchés (plus de 120 à Abidjan), les vendeurs de rue, les boutiques (plus de 16 000 en Côte d’Ivoire) et la grande distribution.

La grande distribution n’a pas développé le modèle du drive

Avec l’arrêt de Yaatoo en 2019, la grande distribution alimentaire n’a pas adoptée le modèle du drive comme en France pour conquérir de nouveaux acteurs. Le drive permet d’effectuer ses courses en ligne pour un retrait se faisant sous un délai de 24h. Yaatoo proposait un système de drive classique où l’on récupérait ses courses en magasin après les avoir effectuées en ligne. Elle collabore avec les acteurs en ligne comme Glovo et Jumia Food. Il existe encore de nombreux freins au décollage du commerce en ligne : le grand nombre de commerce de proximité, l’expérience d’achat, la logistique du dernier kilomètre.

Livraison à domicile et prix bas : ingrédients clés du positionnement des acteurs en ligne

Nous avons identifié une vingtaine d’acteurs de commerce en ligne alimentaire comme âtrê marché. 52 % des acteurs identifiés ont été créées au premier trimestre 2020.

La majorité de ces entreprises sont des pure players, qui vendent en ligne uniquement,  comme ÂlloMarché, âtreMarché. Ces nouveaux acteurs optent pour ce modèle pour éviter les coûts élevés d’installation et de gestion d’un site fixe ou d’un drive.  En outre, ils optent pour plus de 90 % pour la livraison à domicile. La livraison à domicile consiste à ce que les courses soient effectuées en ligne et ensuite livrées à notre domicile. Enfin ils offrent un parcours client similaire: une commande via Facebook ou une application et la livraison à domicile. Les quatre critères clés sur lesquelles qu’ils mettent en avant sont:

  • l’offre locale, bio, internationale
  • l’offre alimentaire ou non alimentaire
  • le délai de livraison : H+ ou J+
  • le prix : prix de gros ou prix du marché

Contrairement à certains pays, ces pures players sont positionnés sur des produits de masse. Tandis qu’une minorité propose des produits biologiques ou venant de circuits courts. En outre, ils optent en majorité pour un positionnement prix bas. Mais  ces acteurs n’ont en général aucune procédure de livraison adaptée aux produits frais. En principe, la livraison des produits frais est plus coûteuse, car les fruits et légumes sont fragiles périment rapidement et doivent rester au frais.

La crise a favorisé l’adoption du commerce en ligne

Avec la réduction des déplacements dus à la crise du coronavirus, une partie de la population a augmenté ses achats via Internet. En outre, on a constaté durant le premier trimestre, une forte demande des produits de grande consommation en ligne comme le riz, les pâtes, etc. Les entreprises du commerce en ligne de produits frais ont bénéficié durant le premier trimestre des mesures de distanciation physique. “ Depuis l’avènement de la crise, les consommateurs se sont ruées en masse sur notre solution Il y a eu un bond d’environ 30 % sur notre chiffre d’affaires depuis le déclenchement de la crise “ a indiqué Marcel  Yao le fondateur d’ âtre marché . Des consommateurs par peur ont effectué leurs premiers  achats en ligne.  Mais après la peur au début de la crise, les ventes se sont tassées car les consommateurs avaient constitué les stocks a indiqué Jessica N’gatta d’ Assémarket. D’après Lobar Josiane de Soutra market, leurs clients sont les particuliers des classes moyennes, les restaurateurs ou les grossistes.

La crise de la COVID-19 a stimulé la croissance du commerce en ligne des produits frais. Toutefois, on observe que cette branche reste marginale. En effet, aucun acteur n’a atteint une taille critique. Âllo Marché comptait plus de 13 000 abonnés Facebook ou environ 1 700 pour Âtre Marché. L’analyse de la visite des sites montraient que la majorité n’atteint pas la barre  de 3 000 visiteurs uniques mensuels.

Vous souhaitez plus d’informations sur ce marché, achetez notre étude

Business

Le profit net de la BOA Bénin en hausse de 1,56 % à 8,08 milliards de FCFA au premier semestre 2020

Avatar

Publié

le

La Banque Of Africa Bénin a publié ses résultats semestriels et ils sont encourageants dans le contexte de coronavirus.

Dans un contexte de crise de la COVID-19, qui a impacté négativement l’activité économique du Bénin, les indicateurs clés de la banque ont progressé au premier semestre 2020. La Banque a conservé sa position de leader et a collecté 648 milliards de FCFA en ligne avec ses objectifs. C’est une augmentation de 4,4 % comparée au premier semestre 2019.

Le produit net bancaire est passé de 19,448 milliards FCFA à fin juin 2019 à 22, 950 milliards FCFA à fin juin 2020. Il a augmenté de 18 %. Cette augmentation s’explique par une hausse des intérêts et produits assimilés et la baisse des intérêts et charges assimilés.

Le coût du risque a augmenté de 756 % et s’est élevé à 3,222 milliards FCFA.

Le profit net après impôt a augmenté de 1,56 % à 8,08 milliards FCFA.

Lire l'article

Business

Nestlé a lancé un projet de lutte contre les déchets plastiques en Côte d’Ivoire

Avatar

Publié

le

credit photo :

Nestlé Côte d’Ivoire, filiale du groupe alimentaire suisse Nestlé, s’est associée à la commune de Cocody, pour lancer un projet de gestion des déchets plastiques.

Nestlé Côte d’Ivoire et la commune de Cocody ont lancé le projet J’aime Cocody, loin de ma lagune les déchets plastiques. L’objectif du projet est de réduire la pollution plastique dans les baies de la commune de cocody.

Nestlé Côte d’Ivoire veut réduire d’un tiers son utilisation de plastiques vierges d’ici 2025. Ainsi elle souhaite augmenter la quantité de plastiques usagés pour l’élaboration d’emballages emballages alimentaires. Nestlé va payer à des prix supérieurs au marché des plastiques recyclées. L’entreprise agro-alimentaire suisse va réduire les charges dans d’autres secteurs pour acheter 2 millions de tonnes métriques de plastique recyclé plus de 896  milliards de FCFA (1,6 milliard de dollar).

La commune de Cocody et le groupe Nestlé vont créer un système de collecte des déchets plastiques.

Lire l'article

Business

Grève des employés d’Ecobank Côte d’ivoire en pleine restructuration

Avatar

Publié

le

Le lundi 28 septembre 2020 les salariés de la filiale ivoirienne d’Ecobank ont débuté une grève de trois jours pour dénoncer des réductions de prime et un climat tendu.

Le 2 juin 2020, la direction générale de la banque a annoncé l’implémentation de mesures d’austérité dans un contexte de crise de coronavirus et de transformation de la banque vers le digital. Ces mesures comprennent la suppression du 14e mois, la réduction de la prime de carburant, la réduction de la prime d’eau et d’électricité.

L’entreprise et les salariés n’ont pas trouvé d’accord lors de discussions qui ont eu lieu au tribunal du travail. Mais la direction générale a demandé via  un courriel aux employés pour donner leur approbation ou non de ces mesures le 8 septembre 2020.

Le Syndicat national des travailleurs d’Ecobank Côte d’Ivoire (Synteco) a indiqué que cette grève avait pour but de dénoncer cette pression de la direction générale. « Nous manifestons aujourd’hui, principalement, à cause du harcèlement qui se fait », a déclaré Jean-Paul N’da le secrétaire général du Synteco à APA.

La Banque a justifié ces mesures  par la nécessité de revoir son modèle opérationnel et sa structure organisationnelle afin de rester compétitive dans une conjoncture économique devenu difficile. La direction de la Banque a indiqué dans un communiqué qu’elle privilégie le dialogue avec ses salariés.

Lire l'article

Les dernières tendances