Connect with us

Business

Bloomfield Investment attribue la note de A+ à BGFI Bank Gabon

Avatar

Publié

le

L’agence de notation Bloomfield Investment Corporation a attribué la note de A+ à long terme et A1+ à court terme à la BGFI Bank Gabon. À ces notes sont associées une perspective stable.

Pour sa première notation, l’agence a évalué la qualité de risque de la banque faible et lui a attribué la notation d’A+ pour le long terme. L’agence a révélé sept facteurs principaux qui justifient cette évaluation. Le premier facteur, c’est la position de leader de la banque sur le marché. L’adoption du système de management de la qualité constitue le second facteur. De plus, l’agence a noté le renforcement de la gouvernance et de la gestion des risques. Le quatrième facteur positif est la relance de la stratégie de digitalisation pour augmenter les marges. Le soutien du groupe à la filiale constitue une force qui a motivé la notation de la banque. Enfin la flexibilité financière et la trésorerie jugée confortable de la banque constitue les derniers facteurs positifs.

Six facteurs ont contraint cette notation à la baisse. La baisse des indicateurs de performances. En effet, en 2019, le produit net bancaire de la banque a baissé de 17 % à 62,7 milliards FCFA. Tandis que le résultat d’exploitation a diminué de  41 % et s’est élevé à 29,576 milliards FCFA. Enfin le profit est passé de 15,2 milliards FCFA en 2018 à 11,5 milliards FCFA en 2019. De plus, l’agence note le niveau élevé des charges et pertes opérationnelles qui grèvent les marges. La capacité à atteindre les objectifs et accroître les marges constituent un facteur de fragilité pour la banque. Enfin l’environnement socio-économique du Gabon qui reste fragile constitue le dernier facteur de fragilité de la qualité de crédit.

Business

Le profit net de la BOA Bénin en hausse de 1,56 % à 8,08 milliards de FCFA au premier semestre 2020

Avatar

Publié

le

La Banque Of Africa Bénin a publié ses résultats semestriels et ils sont encourageants dans le contexte de coronavirus.

Dans un contexte de crise de la COVID-19, qui a impacté négativement l’activité économique du Bénin, les indicateurs clés de la banque ont progressé au premier semestre 2020. La Banque a conservé sa position de leader et a collecté 648 milliards de FCFA en ligne avec ses objectifs. C’est une augmentation de 4,4 % comparée au premier semestre 2019.

Le produit net bancaire est passé de 19,448 milliards FCFA à fin juin 2019 à 22, 950 milliards FCFA à fin juin 2020. Il a augmenté de 18 %. Cette augmentation s’explique par une hausse des intérêts et produits assimilés et la baisse des intérêts et charges assimilés.

Le coût du risque a augmenté de 756 % et s’est élevé à 3,222 milliards FCFA.

Le profit net après impôt a augmenté de 1,56 % à 8,08 milliards FCFA.

Lire l'article

Business

Nestlé a lancé un projet de lutte contre les déchets plastiques en Côte d’Ivoire

Avatar

Publié

le

credit photo :

Nestlé Côte d’Ivoire, filiale du groupe alimentaire suisse Nestlé, s’est associée à la commune de Cocody, pour lancer un projet de gestion des déchets plastiques.

Nestlé Côte d’Ivoire et la commune de Cocody ont lancé le projet J’aime Cocody, loin de ma lagune les déchets plastiques. L’objectif du projet est de réduire la pollution plastique dans les baies de la commune de cocody.

Nestlé Côte d’Ivoire veut réduire d’un tiers son utilisation de plastiques vierges d’ici 2025. Ainsi elle souhaite augmenter la quantité de plastiques usagés pour l’élaboration d’emballages emballages alimentaires. Nestlé va payer à des prix supérieurs au marché des plastiques recyclées. L’entreprise agro-alimentaire suisse va réduire les charges dans d’autres secteurs pour acheter 2 millions de tonnes métriques de plastique recyclé plus de 896  milliards de FCFA (1,6 milliard de dollar).

La commune de Cocody et le groupe Nestlé vont créer un système de collecte des déchets plastiques.

Lire l'article

Business

Grève des employés d’Ecobank Côte d’ivoire en pleine restructuration

Avatar

Publié

le

Le lundi 28 septembre 2020 les salariés de la filiale ivoirienne d’Ecobank ont débuté une grève de trois jours pour dénoncer des réductions de prime et un climat tendu.

Le 2 juin 2020, la direction générale de la banque a annoncé l’implémentation de mesures d’austérité dans un contexte de crise de coronavirus et de transformation de la banque vers le digital. Ces mesures comprennent la suppression du 14e mois, la réduction de la prime de carburant, la réduction de la prime d’eau et d’électricité.

L’entreprise et les salariés n’ont pas trouvé d’accord lors de discussions qui ont eu lieu au tribunal du travail. Mais la direction générale a demandé via  un courriel aux employés pour donner leur approbation ou non de ces mesures le 8 septembre 2020.

Le Syndicat national des travailleurs d’Ecobank Côte d’Ivoire (Synteco) a indiqué que cette grève avait pour but de dénoncer cette pression de la direction générale. « Nous manifestons aujourd’hui, principalement, à cause du harcèlement qui se fait », a déclaré Jean-Paul N’da le secrétaire général du Synteco à APA.

La Banque a justifié ces mesures  par la nécessité de revoir son modèle opérationnel et sa structure organisationnelle afin de rester compétitive dans une conjoncture économique devenu difficile. La direction de la Banque a indiqué dans un communiqué qu’elle privilégie le dialogue avec ses salariés.

Lire l'article

Les dernières tendances