Connect with us

Politique

Guinée : la junte débute les consultations avec les acteurs de la société

Avatar

Publié

le

Les responsables de la junte militaire en Guinée ont débuté ce 14 septembre des consultations avec les dirigeants politiques, religieux et commerciaux pour la formation d’un gouvernement de transition.

Ce mardi 14 septembre 2021, des discussions entre les dirigeants de la junte de Guinée ont débuté des pourparlers avec les différents acteurs clé de la vie politique, religieuse et commerciale. Ces discussions ont pour objectif de définir le cadre d’un gouvernement d’unité nationale : durée de la transition, réformes politiques et institutionnelles nécessaires avant les élections et qui dirigera la transition.

« Nous allons retourner auprès de nos états-majors et alliances respectifs pour essayer de formuler par écrit notre vision, nos propositions que nous soumettrons aux nouvelles autorités », a déclaré le principal leader de l’opposition Cellou Dalein Diallo à Reuters.

Le 5 septembre dernier, un putsch a eu lieu et Alpha Condé, qui était au pouvoir depuis onze années, a été arrêté lors de ce coup d’état.

African Media Agency (AMA)

Les Élus Africains Examinent les Directives Africaines sur L’assainissement à la Loupe

Avatar

Publié

le

OUAGADOUGOU, Burkina Faso, Le 23 Septembre 2021 -/African Media Agency(AMA)/- Dans une résurgence inquiétante du choléra couplée à une pandémie de COVID-19, l’accès à l’eau potable et à un assainissement décent en Afrique devient une question de vie ou de mort. Ces maladies ont révélé le besoin et l’urgence pour les pays africains de renforcer les politiques d’assainissement pour garantir le bien-être de leurs populations.

Dans leur mission de contrôle et de veille de l’action gouvernementale, les élus africains à travers le REPHA-Afrique, ont tenu à s’auto-saisir et définir une feuille de route en faveur d’un meilleur assainissement. Ceci autour d’un webinaire public tenu le 22 septembre dont le thème portait sur les Directives Africaines pour l’élaboration des Politiques d’Assainissement.

L’honorable Jacqueline AMONGIN n’a pas manqué de rappeler : “… le rôle du parlement ne peut être minimisé. Les parlementaires africains doivent se faire entendre en défendant l’agenda WASH, en veillant à ce que les législations et les politiques relatives à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène soient intégrées dans les législations nationales et en comblant au besoin les différentes lacunes dans les politiques.”

En rappel, le REPHA-Afrique est le Réseau des Parlementaires pour l’Eau Potable, l’Hygiène et Assainissement de l’Afrique. Un an après sa création en 2020, l’une de ses premières actions est de poser des jalons pour faire bouger les lignes directives institutionnalisées par AMCOW à travers l’organisation dudit webinaire.

Les Directives Africaines pour l’élaboration des Politiques d’Assainissement, ont été lancées par le Conseil des Ministres Africains de l’Eau (AMCOW) le 11 juin 2021 pour aider les gouvernements à garantir l’accès à un assainissement adéquat et inclusif pour tous. Arrivées à point nommé, ces directives représentent un atout pour les parlementaires de faire bouger les lignes.

Kitchinme BAWA, responsable du département assainissement à AMCOW disait à ce propos: “…les parlementaires ont un rôle clé pour s’assurer que les lois nécessaires sont en place et que le financement nécessaire est approprié et mis à disposition par les gouvernements, pour garantir que nous avons des programmes d’assainissement à grande échelle capables de fournir un accès à un assainissement géré en toute sécurité pour améliorer les moyens de subsistance de notre population’’.

Riche en contenu, le webinaire a principalement concerné la présentation desDirectives Africaines pour l’Élaboration de Politiques d’Assainissement (ASPG) mises en place par AMCOW; l’élaboration d’un mécanisme pour utiliser les ASPG comme outil d’aide aux décideurs et outil de redevabilité pour les populations; l’impulsion d’une synergie d’actions aux acteurs de l’assainissement.

Laetitia DELAUNAY, Chargée de plaidoyer Senior à NIYEL et partenaire de cette initiative a également donné son avis sur la question: “Nous sommes à un tournant décisif dans l’avenir de l’assainissement en Afrique. Ces lignes directrices viennent être un outil de renforcement de nos politiques pour que celles-ci soit plus tournées vers l’inclusion et la redevabilité.’’

Cette démarche d’organiser un webinaire a particulièrement été importante puisqu’elle vient en amont à la première conférence des Nations Unies sur l’eau et l’assainissement depuis près de 50 ans qui se tiendra en 2023 et réunira tous les pays du monde.

Ont été panélistes du webinaire des parlementaires et experts africains tels que Halidou SANFO Président du REPHA-Afrique du Burkina Faso, Jacqueline AMONGIN Présidente Alliance WASH des parlementaires africains, Kitchinme BAWA du Conseil des Ministres Africain de l’Eau (AMCOW) et Laetitia DELAUNAY de l’agence NIYEL. Des OSCs, ONGs, des mouvements sociaux, entreprises individuelles… œuvrant dans le domaine de l’eau et de l’assainissement ont également été présentes.

Selon l’honorable Halidou SANFO, Président du REPHA-Afrique : “L’accès à l’eau et à l’assainissement est un luxe pour les populations africaines, une situation qui s’impose comme un défi en premier plan pour les parlementaires’’.
Comptant aujourd’hui 8 pays membres, le REPHA-Afrique à travers ce webinaire a souhaité étendre son réseau à 15 pays membres dans les prochains mois à venir, et il peut compter sur la collaboration de Niyel pour atteindre son objectif.

Pour plus d’informations :Honorable Blaise DALA – Secrétaire à la communication – dalablaise@gmail.com – (00226) 70 06 37 98Adeline ILBOUDO – Advocacy Officer – ailboudo@niyel.net– (00226) 71 85 34 35

Distribué parAfrican Media Agencypour NIYEL.

REPHA-AFRIQUE
Le REPHA-Afrique est le Réseau des Parlementaires pour l’Eau Potable, l’Hygiène et l’Assainissement de l’Afrique. Il a été mis en place en 2020 avec le soutien de Niyel, et se veut un cadre d’influence sur les prises de décision et l’exécution effective des politiques publiques pour un meilleur engagement politique et social en faveur de la promotion de l’accès équitable à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement en Afrique.  

NIYEL
Fondée en 2008, Niyel est une agence internationale de plaidoyer et de campagnes basée à Dakar au Sénégal. Elle travaille à promouvoir des politiques publiques propices au développement de tous, et à influencer les pratiques pour s’assurer qu’en tant que citoyen, individu et communauté, nous comprenons les enjeux sociaux, politiques et culturels liés à notre vie quotidienne.

The post Les Élus Africains Examinent les Directives Africaines sur L’assainissement à la Loupe appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

En visite en Somalie, la numéro deux de l’ONU plaide pour davantage de participation politique des femmes

Avatar

Publié

le

La Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina J. Mohammed, a effectué dimanche une visite en Somalie en signe de solidarité avec les femmes somaliennes qui réclament une participation pleine et égale à la vie politique, et pour exprimer le soutien de la communauté internationale à des élections inclusives, pacifiques et crédibles.

NEW YORK, USA, le 13 Septembre 2021,-/African Media Agency (AMA)/-La Vice-Secrétaire générale a souligné que les élections législatives étaient une opportunité de tirer parti des progrès réalisés en matière de participation politique des femmes et a souligné que la pleine inclusion des femmes dans tous les secteurs de la société contribuera à une plus grande résilience, à la paix et à la stabilité.

« La Somalie a franchi une étape importante lors de ses dernières élections en 2016/17 avec 24% des sièges parlementaires occupés par des femmes, et j’espère que le pays s’appuiera sur cela en élargissant encore la participation des femmes – en veillant à ce que le quota de 30% soit atteint. C’est une première étape importante vers une pleine représentation et une société inclusive. Les dividendes de la paix n’arriveront pas sans les femmes », a déclaré Mme Mohammed.

Quota minimum de 30%

Pendant son séjour dans la capitale Mogadiscio, elle a rencontré le Président Mohamed Abdullahi Mohamed ‘Farmaajo’. Elle a également rencontré le Premier ministre Mohamed Hussein Roble et le Conseil consultatif national (NCC), dont les membres comprennent les dirigeants des États membres de la fédération et qui est chargé de donner l’orientation générale des élections.

« Le Premier ministre Roble et d’autres membres du NCC ont fait preuve d’un grand leadership et d’un engagement pour faire progresser la participation politique des femmes, notamment par le biais de mesures spécifiques telles que la diminution des frais pour les femmes candidates et la nomination d’ambassadeurs de bonne volonté et de champions pour plaider en faveur d’une plus grande inclusion. Il sera également important de convenir d’un mécanisme spécifique sur la manière dont l’engagement d’un quota minimum de 30% sera atteint lors des prochaines élections », a déclaré la Vice-Secrétaire générale.

Mme Mohammed a aussi rencontré des femmes leaders et militantes et a exprimé sa solidarité avec leurs efforts pour favoriser une plus grande implication des femmes dans la vie du pays. politique comme dans la vie économique.

Elle a noté les préoccupations exprimées sur la situation globale des femmes somaliennes, y compris les niveaux de violence et d’insécurité pour les femmes, et comment cela affecte également la participation à la vie politique.

« Les femmes devraient pouvoir participer aux élections sans craindre la violence, l’intimidation et la discrimination », a déclaré Mme Mohammed. « Il en va de même dans la vie quotidienne, que ce soit dans l’éducation, le commerce ou la vie sociale ».

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info.

The post En visite en Somalie, la numéro deux de l’ONU plaide pour davantage de participation politique des femmes appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

La Côte d’Ivoire et les pays d’asile s’accordent pour mettre fin à la situation des réfugiés ivoiriens

Avatar

Publié

le

Les gouvernements de la Côte d’Ivoire et des pays accueillant un grand nombre de réfugiés ivoiriens ont signé mardi une déclaration conjointe conduisant à la cessation du statut de réfugié pour la grande majorité d’entre eux, a indiqué l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

NEW YORK, USA, le 08 Septembre 2021,-/African Media Agency (AMA)/-La réunion régionale de deux jours qui s’est tenue à Abidjan a également souligné l’importance d’accélérer le rapatriement volontaire et de soutenir un statut légal alternatif pour ceux qui choisissent de rester dans leur pays d’asile.

« Sur la base d’une analyse approfondie de la situation en Côte d’Ivoire, le HCR estime que les circonstances dans lesquelles de nombreux Ivoiriens ont fui leur pays en tant que réfugiés ont cessé d’exister et que beaucoup d’entre eux n’ont plus besoin de protection internationale », a déclaré Raouf Mazou, Haut-Commissaire assistant du HCR pour les opérations, qui a signé la déclaration conjointe au nom de l’agence onusienne.

Des convois hebdomadaires de rapatriement

Cette décision intervient à un moment où 60% des réfugiés ivoiriens interrogés souhaitent être rapatriés, tandis que 30% des réfugiés et demandeurs d’asile ivoiriens en Afrique de l’Ouest et du Centre se disent indécis, et 10% ont décidé de rester dans leur pays d’accueil où ils ont développé des liens forts.

Actuellement, le HCR organise des convois hebdomadaires de rapatriement de 1.800 réfugiés ivoiriens depuis le Libéria, où réside la majorité d’entre eux.

Les deux guerres civiles ivoiriennes (2002-2007 et 2011-2012) ont entraîné deux vagues distinctes de déplacements civils à grande échelle à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Pendant la première guerre civile ivoirienne (2002-2007), plus d’un demi-million d’Ivoiriens ont été déplacés, ceux qui sont partis cherchant refuge principalement au Libéria, en Guinée et au Mali. De décembre 2010 à fin février 2011, des violences post-électorales ont éclaté, déplaçant un demi-million d’Ivoiriens, dont la plupart ont fui au Libéria.

Depuis 2011, un total de 287.000 réfugiés ivoiriens, représentant plus de 92% de ceux d’Afrique de l’Ouest, sont rentrés volontairement en Côte d’Ivoire et d’autres sont en train de rentrer. Actuellement, 51.000 demeurent réfugiés et demandeurs d’asile dans la région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, principalement au Ghana, au Libéria, en Guinée, au Mali, en Mauritanie et au Togo.

Procédure d’exemption

Depuis 2018, le HCR s’est engagé auprès des réfugiés et des autorités pour trouver des solutions à cette situation. Cela comprend la promotion du rapatriement volontaire et la délivrance de documents civils, d’identité et de voyage. Il s’agit également d’acquérir des permis de séjour pour les réfugiés ivoiriens qui choisissent de rester dans leur pays d’accueil. Ceux qui se considèrent toujours en danger en cas de retour peuvent demander une procédure d’exemption pour rester sous la protection du HCR.

« Nous considérons qu’il est essentiel que les États et les autres acteurs concernés apportent un soutien total à ces solutions avec diligence et de manière concertée », a déclaré Raouf Mazou. « Cela permettra de garantir un avenir à chaque réfugié ivoirien ».

« Parmi les défis associés au retour des réfugiés, il y a le risque d’apatridie », a souligné Mahamat Saleh Annadif, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS).

La clause de cessation devrait être officiellement recommandée par le Haut-Commissaire du HCR lors de la 72e session du Comité exécutif du HCR, organisée du 4 au 8 octobre 2021. Les États devraient l’annoncer avant le 31 janvier 2022. Le HCR a recommandé qu’elle prenne effet à partir du 30 juin 2022.

Les clauses de cessation sont intégrées dans la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et dans la Convention de 1969 de l’Organisation de l’unité africaine relative au statut des réfugiés. Elles prévoient que le statut de réfugié prend fin lorsque des changements fondamentaux et durables ont eu lieu dans le pays d’origine et que les circonstances qui ont conduit à le fuir n’existent plus.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info.

The post La Côte d’Ivoire et les pays d’asile s’accordent pour mettre fin à la situation des réfugiés ivoiriens appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?