Connect with us

African Media Agency (AMA)

Selon un nouveau rapport de l’UNFPA, un nombre impressionnant de femmes n’est pas libre des choix qui concernent son corps

Avatar

Publié

le

BAMAKO, Mali, le 6 Avril 2020,-/African Media Agency (AMA)/- Sur neuf grossesses, Kadiatou a malheureusement donné naissance à cinq enfants morts-nés ; les accouchements ont tous eu lieu à son domicile, dans une région rurale du Mali. Elle a chaque fois accouché sans l’aide d’une personne qualifiée, et n’a jamais reçu de soins prénatals.

Rien de tout cela n’a été un choix.

Sa neuvième grossesse s’est terminée par un travail prolongé et des douleurs terribles, ce qui a conduit à une fistule obstétricale, une blessure traumatique qui crée une incontinence chronique, et qui peut aussi provoquer des douleurs, une infection et même le rejet de la personne par sa communauté.

Malgré les circonstances, la famille de son mari a refusé de l’autoriser à demander des soins.

« Mon mari voulait m’envoyer à Bamako pour y être soignée », explique à l’UNFPA Kadiatou, qui a 46 ans, « mais son petit frère s’y est opposé, en disant que ce n’était pas si grave ».

Elle a souffert pendant un an avant d’enfin bénéficier de la chirurgie réparatrice dont elle avait besoin.

Le cas de Kadiatou n’est pas isolé : des millions de femmes dans le monde n’ont pas le pouvoir de faire des choix essentiels en ce qui concerne leur corps et leur santé.

Un nouveau rapport de l’UNFPA propose, pour la première fois, une vue d’ensemble du pouvoir de décision qu’ont les femmes sur leur corps. Les conclusions sont consternantes.

En s’appuyant sur des données provenant de 57 pays, on constate qu’un quart des femmes n’a pas la possibilité de décider de son propre accès aux soins de santé. Un quart des femmes de ces 57 pays n’a pas le pouvoir de refuser un rapport sexuel avec son mari ou partenaire. Près d’une femme sur 10 n’est pas libre de ses choix en matière de contraception.

Seules 55 % des femmes sont en mesure de faire leurs propres choix dans ces trois domaines à la fois. 

Dans plus de 40 % de ces pays, le pouvoir de décision des femmes ne s’améliore pas, et va jusqu’à régresser. Au Bénin, par exemple, 41% des femmes pouvaient faire ces choix en 2006, contre 36% en 2018.

« Les femmes ne parlaient presque jamais »

Le Dr Lise Marie Dejean a pu constater tout cela par elle-même lorsqu’elle exerçait dans le sud-ouest d’Haïti.

« Je me souviens de la période où j’animais des sessions de formation pour les couples sur la santé procréative », raconte-t-elle. « Les femmes ne parlaient presque jamais. C’étaient toujours les hommes qui s’exprimaient ».

Ces expériences ont beaucoup marqué le Dr Dejean. Elle est par la suite devenue la toute première ministre du Statut et des Droits des femmes, et a fondé l’association féministe Solidarite Fanm Ayisyen.

Les nouvelles données de l’UNFPA montrent que plus de 20 % des femmes haïtiennes ne sont pas libres de faire leurs propres choix en matière de santé. On estime être presque identique la part de femmes qui ne peuvent pas refuser un rapport sexuel avec leur partenaire. 7 % ne peuvent pas prendre de décision en matière de contraception. De façon générale, seules 59% des femmes haïtiennes ont la capacité de faire leurs propres choix dans ces trois domaines à la fois.

La pauvreté et l’isolation rurale peuvent aggraver les choses. « Dans deux localités isolées de Grande Anse, Lopineau et Massanga, j’ai également remarqué que c’étaient les hommes – membres de communautés paysannes – qui venaient me demander un contraceptif pour leur femme. En d’autres termes, lorsque les femmes avaient recours à la contraception, c’était par une méthode choisie par un homme », ajoute le Dr Dejean. « Tout cela reflète à mon avis un manque d’autonomie chez les femmes ».

Entre la loi et la réalité, un gouffre

Le nouveau rapport de l’UNFPA lance également un système permettant de mesurer l’application par les gouvernements des lois de protection de l’accès des femmes à l’information et aux services de santé sexuelle et reproductive

Au Mali, où vit Kadiatou, sont en place 79 % des lois et des régulations nécessaires à la garantie de l’accès total et égalitaire aux droits et à la santé sexuelle et procréative. Les lois du Mali garantissent par exemple l’accès aux soins de santé maternelle. Cela rend le cas de Kadiatou particulièrement éclairant : les lois n’ont pas suffi à soutenir son droit à une grossesse et un accouchement sûrs.

En réalité, le Mali fait partie des pays présentant un écart significatif entre les mesures légales mises en place pour protéger l’autonomie des femmes, et les expériences réelles de celles-ci. Les résultats de l’étude peuvent permettre d’identifier les actions nécessaires et les endroits où les appliquer. Certains pays ont besoin d’intervenir pour améliorer les comportements et l’éducation, tandis que d’autres présentent encore des lacunes juridiques immenses.

Le rapport souligne également un autre manque crucial : plus de 100 pays du monde n’ont pas de données disponibles sur le pouvoir de décision des femmes sur leur santé sexuelle et procréative, ni sur les lois qui garantissent leur accès à l’information et aux services de santé.

« Il est urgent d’agir pour recueillir ces données, à la fois dans les pays à faibles et moyens revenus et dans les pays à hauts revenus, pour concrétiser notre engagement en faveur d’un accès universel aux droits et à la santé sexuelle et procréative », déclare Mengjia Liang, spécialiste des données pour l’UNFPA, qui a travaillé sur ce rapport.

« Avant d’avoir ces données, nous savions déjà que le choix des femmes en matière de santé sexuelle et procréative était une difficulté énorme, et que des lois restrictives étaient en place, mais nous n’avions pas de chiffres qui le prouvaient », ajoute Emilie Filmer-Wilson, experte des droits de la personne auprès de l’UNFPA, qui a également travaillé sur ce rapport. « Ces données nous montrent qu’il est urgent d’intensifier nos efforts pour soutenir les droits des femmes et leur libre-arbitre ».

Distribué par African Media Agency (AMA) pour UNFPA.

Source : African Media Agency (AMA)

African Media Agency (AMA)

Africa Publishing Innovation Fund and DAISY Consortium Giving Free Expert Training in Production of Accessible Books for Visually Impaired Readers 

Avatar

Publié

le

GENEVA, Switzerland,29 June, 2022,-/African Media Agency (AMA)/- The Africa Publishing Innovation Fund (APIF), a grant-giving program co-led by philanthropic organization Dubai Cares and the International Publishers Association (IPA), and the DAISY Consortium, a world authority on publishing for people with visual impairments and other print disabilities, are offering African publishers free expert training on the production of accessible works.  

Under the scheme, African publishers are invited to join a first webinar called Accessible Publishing in Africa – the Fundamentals, which will be delivered in English, French, and Arabic, respectively on 5, 6, and 7 July. 

DAISY’s international experts will explain how accessible publishing practices open books to people with print disabilities, including blindness, low vision, and learning disabilities. Participants will also share their own experiences, which will be used to help shape technical accessible publishing training to be offered later this year.  

The July webinars will cover the fundamentals about print disabilities and the assistive technologies they use, as well as how publishers can better serve print disabled readers, and why it is mutually beneficial to do so.  

Publishers that further pursue the programme with DAISY will be able to secure APIF financing to support the production of accessible works and their introduction to the market. 

IPA President Bodour Al Qasimi, the architect of the Africa Publishing Innovation Fund, said: ‘It’s so important – particularly in these tempestuous times – that publishers play a part in ensuring that no one is denied access to information and content. Accessible publishing opens the literary world to everyone, regardless of physical status, and as a founder member of the Accessible Books Consortium, this is a core principle of the work we do at the IPA. We hope that by dedicating APIF financing to this specific issue we can make a big contribution to increasing the range of accessible African works available to the readers that need them.’ 

DAISY Consortium CEO Richard Orme said: ‘Many publishers in Africa are accelerating their adoption of digital publishing solutions, especially following the global pandemic. This also provides the opportunity to create publications that can be read by children and adults who were previously excluded, including those with blindness and low vision. Accessible publications are better publications for everyone, and we’re excited to share the practical steps that can be taken by publishers to reach new audiences and address long-standing inequities.’  

Register for the webinar here.

Distributed by African Media Agency (AMA) on behalf of African Publishing Innovation Fund (APIF).

About the African Publishing Innovation Fund (APIF)

The APIF is a four-year, USD 800,000 fund provided by Dubai Cares, a UAE-based global philanthropic organization, and administered by the IPA. The decision to incentivize learning innovations to help African students pursue their education followed the confinement measures imposed worldwide in response to the Covid-19 pandemic. Around 190 countries had to close schools and universities, affecting more than 1.5 billion school-aged children – around 90% of the world’s student population.

www.apinnovation.fund 

About the International Publishers Association (IPA)

The IPA is the world’s largest federation of publishers associations with 83 members in 69 countries. Established in 1896, the IPA is an industry body with a human rights mandate. The IPA’s mission is to promote and protect publishing and to raise awareness of publishing as a force for economic, cultural and social development. Working in cooperation with the World Intellectual Property Organization (WIPO) and numerous international NGOs, the IPA champions the interests of book and journal publishing at national and supranational level. Internationally, the IPA actively opposes censorship and promotes copyright, freedom to publish (including through the IPA Prix Voltaire), and literacy. 

www.internationalpublishers.org

About Dubai Cares: 

Since its inception in 2007, Dubai Cares, part of Mohammed bin Rashid Al Maktoum Global Initiatives, has been working towards providing children and youth in developing countries with access to quality education through the design and funding of programs that aim to be impactful, sustainable and scalable. To date, the UAE-based global philanthropic organization has successfully launched education programs reaching over 21 million beneficiaries in 60 developing countries.

Dubai Cares plays a key role in helping achieve the United Nations Sustainable Development Goal (SDG) 4, which aims to ensure inclusive and quality education for all, and promote lifelong learning by 2030, by supporting programs in early childhood development, access to quality primary and secondary education, technical and vocational education and training for youth as well as a particular focus on education in emergencies and protracted crises. Moreover, Dubai Cares adopts a strategic approach to improve student enrollment and learning outcomes through an integrated school health and nutrition model that is made up of school-based deworming activities, school feeding, and WASH (Water, Sanitation & Hygiene) in schools. 

Dubai Cares is a member of the United Nations Department of Global Communications (UN DGC), as well as a registered non-government organization under IACAD, the charitable activities regulator in Dubai. The UAE-based global philanthropic organization is authorized to raise funds through direct donations and fundraising campaigns, as well as process all permit approvals with IACAD. 

Volunteerism is a powerful tool to Dubai Cares in order to engage people in tackling development challenges. Dubai Cares rallies the UAE wider community through a large spectrum of volunteering and awareness initiatives that are linked to its global mandate. 

To learn more, please visit www.dubaicares.ae

About the DAISY Consortium 

The DAISY Consortium is a registered not-for-profit global collective of organizations committed to delivering worldwide change to achieve a common Vision that “People have equal access to information and knowledge regardless of disability; a right confirmed by the UN Convention on the Rights of Persons with Disabilities.” 

Together we contribute to mainstream standards, develop guidelines to promote best practices, create tools which support accessible publishing, raise awareness of accessible reading systems and support open standards for inclusive publishing. 

daisy.org 

Media Contact

For Africa Communications Media Group (ACG):

Ms. Ayomide Ibironke

ACG Media Relations Department

Mobile: +276 (1) 326 4765

ayomide@africacommunicationsgroup.com

The post Africa Publishing Innovation Fund and DAISY Consortium Giving Free Expert Training in Production of Accessible Books for Visually Impaired Readers  appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

VivaTech dévoile les 3 lauréats de AfricaTech 2022

Avatar

Publié

le

PARIS, France, le 22 Juin 2022 -/African Media Agency (AMA)/- Dans le cadre de sa dynamique d’ouverture internationale, VivaTech a organisé cette année pour la première fois les AfricaTech Awards, aux côtés de la Société Financière Internationale (SFI), appartenant à la Banque mondiale. 

Cette initiative panafricaine visant à reconnaître et soutenir les startups les plus innovantes sur le continent a pour sa première édition récompensé trois startups à fort potentiel qui favorisent l’innovation positive et suscitent un impact sur le développement dans trois secteurs principaux : Climate tech, health tech et fintech.

Ces Awards ont été soutenus par Proparco et sponsorisés par Cassava Technologies, New Energy Nexus, Orange et Deloitte Africa. 

Les gagnants de chaque catégorie sont les suivants :

  • Climate Tech : WEEE Centre fournit des services de gestion des déchets électroniques en menant des opérations écologiques sûres et qui protègent l’environnement et la santé humaine.
  • Health Tech : Chefaa est une plateforme de prestations pharmaceutiques avec une fonction GPS pour aider les patients chroniques à commander, programmer et renouveler leurs ordonnances et tous leurs besoins pharmaceutiques, et à gérer le suivi de leur traitement, indépendamment de leur localisation et de leurs revenus.
  • Fintech : Click2Sure a construit un SaaS d’assurance basé sur le cloud, modulaire et évolutif, qui permet aux entreprises proposant des assurances, une distribution omnicanale, une réduction des coûts administratifs et de meilleures décisions grâce à des rapports et des informations en temps réel.

Lien vers le replay de la cérémonie

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Viva Technology.

À propos de Viva Technology 

Viva Technology est l’événement start-up et tech numéro 1 en Europe, il est reconnu dans le monde entier comme un puissant catalyseur de la transformation des entreprises, de la croissance des start-ups et de l’innovation pour le bien commun. Depuis 2016, VivaTech réunit à Paris les plus grands chefs d’entreprise, startups, investisseurs, chercheurs et penseurs du monde pour une expérience unique alliant inspiration, networking et vitrine de l’innovation. A partir de l’édition 2021, VivaTech s’est enrichie d’une plateforme digitale qui relie une communauté mondiale d’innovateurs. La 6ème édition de VivaTech aura lieu du 15 au 18 juin 2022. Plus d’informations disponibles sur https://vivatechnology.com/media et @VivaTech.  

Contacts Presses:

Léa Roos: lroos@vivatechnology.com

Laura Loustalot: lloustalot@vivatechnology.com

The post VivaTech dévoile les 3 lauréats de AfricaTech 2022 appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

FTT DAO raises $7 million, donated by FTX token fans

Avatar

Publié

le

FTX Token Fans Start FTT DAO

HONG KONG SAR, 29 June 2022 -/African Media Agency(AMA)/- FTT DAO, a community-led ecosystem DAO, has received 250,000 $FTT, worth approximately $7 million USD, in community donations to help kick start its activities.

A number of community contributors participated in the donation to help grow FTT DAO. Through this donation, which will be used as an ecosystem fund, FTT DAO plans to support upcoming community-led projects across areas such as crypto education, decentralized finance and effective altruism for the FTT community.

“As an independent, community-led DAO, fans of FTX and Sam Bankman-Fried are encouraged to follow and get involved as a BFF, a Bankman-Fried Fan, Friend or Follower” said contributor 0xMarcJ. “There are limitless opportunities for FTT DAO right now, those interested also have the option to apply for a grant for an idea or project they have in mind.”

“I’m aware of FTT DAO and it’s cool that the community is spontaneously coming together”, said Sam Bankman-Fried, CEO of FTX.

Fans can expect to see more crypto educational videos, content, and events. Donations are also earmarked for FTT-related NFT projects and further building the FTT global community and utility.

Distributed by African Media Agency (AMA) on behalf of Dao.

About FTT DAO:

FTT DAO is an independent, community-led DAO set up by friends, followers and fans of the FTX Token (FTT). They are fully independent of FTX, who are aware and have no objections. FTT DAOs believe in the future of crypto and digital assets, education to bridge the current gap and giving back to the world. The FTT DAO community are called “BFFs”, otherwise known as Bankman-Fried Fans/Followers/Friends. We share the same values as SBF (Sam Bankman-Fried) and support his mission to give back to society in order to make a positive impact on our world.

For more information information visit  fttdao.com/

For updates, follow FTT DAOs socials:

 Twitter.com/fttdao

https://discord.gg/DnpAMwMJ3d

#FTTDAO

Press Contact

Holly 

wlokyung@gmail.com

The post FTT DAO raises $7 million, donated by FTX token fans appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances