Connect with us

Economie

UEMOA : le moral des chefs d’entreprise en amélioration en avril 2021

Avatar

Publié

le

D’après le bulletin mensuel statistique d’avril de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest, le moral des chefs d’entreprise est en hausse par rapport au mois de mars 2021.

Portée par la hausse du carnet de commandes, l’amélioration de la situation de trésorerie des entreprises, l’indicateur du climat des affaires, qui synthétise les opinions des chefs d’entreprises sur la conjoncture, est passée de 101,6 en mars à 102,2 en avril. Cet indicateur a augmenté dans tous les pays de la zone sauf le Mali. Enfin, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ont enregistré l’indice le plus élevé à 103,4.

Cette amélioration du moral des dirigeants est en ligne avec la hausse des indicateurs d’activités ont enregistré une hausse sensible en avril 2021 par rapport à leurs niveaux du mois d’avril 2020. L’indice du chiffre d’affaires dans le commerce a progressé de 16,4 %, sur un an, en avril 2021 en rapport avec l’accroissement des ventes de produits alimentaires, textiles et d’automobiles. Par ailleurs, la production industrielle a augmenté de 12,7 % en lien avec la bonne orientation des productions alimentaire, textile et pétrolière. Enfin, l’indice du chiffre d’affaires dans les services marchands a augmenté de 20,3 %.

Economie

Côte d’Ivoire : Fitch Ratings relève la note souveraine à BB-

Avatar

Publié

le

L’agence de notation a relevé la note de défaut à long terme des émetteurs en devises étrangères de la Côte d’Ivoire à BB-au lieu de B+.

L’agence de notation a annoncé avoir rehaussé la notation de la Côte d’Ivoire en lui attribuant la note BB- avec une perspective stable.

L’agence de notation explique cette augmentation de la notation par plusieurs facteurs clé. D’abord le risque politique qui est en baisse. En effet, les derniers développements politiques font espérer un retour vers une vie politique normale avec la tenue des élections législatives pacifiques en mars 2021 et le retour de l’ancien président en juin 2021. Ensuite, Fitch projette que le maintien de la prudence et des réformes budgétaires des autorités va progressivement inverser la détérioration temporaire du solde budgétaire et stabiliser la dette publique. Enfin, Fitch prévoit une forte croissance économie. Selon les prévisions de l’agence, la Côte d’Ivoire devrait enregistrer une croissance du PIB de 6 % en moyenne contre 2 % en 2021-2022. Cette croissance va être portée par la demande intérieure et d’importantes dépenses en infrastructure.

Avec cette notation, la Côte d’Ivoire devient le troisième pays africain le mieux noté par l’institution, et le deuxième d’Afrique subsaharienne, derrière respectivement le Maroc et le Botswana.

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Burkina Faso : 6% de la population désormais déplacée en raison des violences (HCR)

Avatar

Publié

le

Face aux attaques contre les civils et les forces de sécurité par des groupes djihadistes au Burkina Faso qui s’accélèrent et deviennent de plus en plus violentes, l’Agence des Nations Unies pour les réfugié (HCR) a appelé, vendredi, à une action concertée pour répondre aux besoins du nombre sans précédent de personnes contraintes de fuir à l’intérieur du pays et au-delà des frontières internationales.

NEW YORK, USA, le 26 Juillet 2021,-/African Media Agency (AMA)/-« Plus de 1,3 million de Burkinabès sont devenus des déplacés internes en un peu plus de deux ans et 6% de la population du Burkina Faso est désormais déplacée à l’intérieur du pays », a déclaré le porte-parole du HCR Babar Baloch lors d’une point de presse à Genève, citant les nouveaux chiffres publiés cette semaine par le gouvernement du Burkina Faso.

Aucun signe de ralentissement des déplacements forcés

Aussi, le HCR signale que le rythme des déplacements forcés au sein du pays ne montre « aucun signe de ralentissement », alors que les attaques contre les civils et les forces de sécurité se poursuivent « sans relâche ».

« Durant le premier semestre 2021, 237.000 personnes ont été forcées de fuir leurs foyers et ont rejoint d’autres régions du Burkina Faso, soit une forte hausse par rapport aux 96.000 personnes qui avaient été enregistrées au cours du second semestre 2020 », a déclaré M. Baloch.

Le nombre de réfugiés burkinabés a presque doublé en 6 mois 

Le HCR est également alarmé par l’accélération du déplacement forcé en provenance du Burkina Faso. Il note que depuis janvier 2021, plus de 17.500 personnes ont fui vers les pays voisins. 

Le nombre total de réfugiés burkinabès a presque doublé en seulement six mois et l’on compte désormais 38.000 réfugiés et demandeurs d’asile burkinabés à travers la région, a précisé l’agence onusienne.

Plus de 1,3 million de Burkinabès sont devenus des déplacés internes en un peu plus de deux ans et six pour cent de la population du Burkina Faso est désormais déplacée à l’intérieur du pays.

Le Niger voisin accueille 11.400 demandeurs d’asile burkinabès, alors que leur nombre s’élevait à 7.400 au début de l’année. Le mois dernier, quelque 900 demandeurs d’asile sont arrivés au Niger en provenance de Solhan au Burkina Faso, après avoir fui l’attaque la plus meurtrière dans le pays depuis 2015, lors de laquelle 130 personnes avaient été tuées.

Le HCR, ses partenaires et les autorités fournissent des vivres, des abris, des articles de secours et des soins de santé. Malheureusement, la violence et l’insécurité continuent d’entraver l’accès humanitaire.

Le Mali accueille actuellement 20.000 demandeurs d’asile burkinabès, dont 6.600 personnes qui sont arrivées dans la région de Tombouctou durant la seule année 2021. L’agence onusienne fait valoir qu’il il est possible que ce nombre soit encore plus élevé, les conditions de sécurité limitant l’accès humanitaire dans cette partie du Mali.

Au nord du Bénin, une mission du HCR a récemment enregistré 179 demandeurs d’asile burkinabès. Des milliers d’autres vivraient toutefois dans des zones frontalières inaccessibles aux travailleurs humanitaires pour des raisons de sécurité. 

Le partenaire gouvernemental du HCR au Bénin, le Comité national pour les réfugiés, prépare actuellement un plan d’urgence pour aider au moins 4.500 demandeurs d’asile.

La Côte d’Ivoire, également le théâtre de cette tendance inquiétante, a reçu ses premiers demandeurs d’asile burkinabès en mai, lorsque quelque 430 personnes sont arrivées en quête de sécurité. Le HCR, en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’ONG Caritas et son partenaire gouvernemental, a fourni des abris et des kits d’hygiène.

Prêts à aider les déplacés et appuyer les communautés

Le HCR réitère son appel à une action concertée pour la paix et la stabilité au Burkina Faso et dans les pays voisins du Sahel central, le Mali et le Niger, qui connaissent également une forte augmentation de la violence et des déplacements forcés. 

« Avec nos partenaires, nous nous tenons prêts à aider les personnes nouvellement déplacées et à apporter notre appui aux autorités et aux communautés d’accueil qui sont en première ligne des efforts de réponse », a déclaré M. Baloch.

Des ressources supplémentaires sont nécessaires de toute urgence pour répondre aux besoins humanitaires croissants au Burkina Faso et dans les pays voisins. Les besoins du HCR en matière de financement pour le Sahel central en 2021 sont de 259,3 millions de dollars. A ce jour, seule la moitié des fonds recherchés a été reçue.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info. 

The post Burkina Faso : 6% de la population désormais déplacée en raison des violences (HCR) appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Economie

UEMOA : les banques ont résisté à la crise alors que les institutions de microfinance sont devenues plus fragiles

Avatar

Publié

le

D’après le rapport de la commission bancaire 2020, les banques de la zone francophone d’Afrique de l’Ouest ont résisté à la crise avec des indicateurs de gestion en progression.

152 établissements bancaires ont opéré en 2020 dans la zone UEMOA. Ces établissements ont ouvert 1,800 millions nouveaux comptes pour un nombre total de 15,414 comptes bancaires dans la zone. D’après les données provisoires, les indicateurs de l’activité des banques sont en hausse. Le total de bilan est passé de 41 559 milliards FCFA en 2019 à 47 719 milliards FCFA. Tandis que les crédits ont augmenté de 8 % pour s’élever à 24 981 milliards FCFA. En outre, les dépôts et emprunts ont augmenté de 17 % et se sont élevés à 33 007 milliards FCFA. Le produit net bancaire s’est chiffré 2 348 milliards FCFA. Le taux brut de dégradation du portefeuille à 10,9 % en 2020 contre 11,8 % en 2019. Enfin, le résultat brut du secteur a augmenté de 19,8 % et s’est établi à 552 milliards FCFA.

188 institutions de microfinance (IMF) ont été actifs durant la période. Pour ces IMF, le total de bilan a crû de 9 % et s’est établi à 2 561 milliards FCFA. De plus, les crédits à la clientèle ont augmenté de 6 % et se sont élevés à 1 454 milliards FCFA. Par ailleurs, les dépôts et les emprunts ont aussi progressé de 9 % et se sont établis à 1 226 milliards FCFA. On observe une hausse de la dégradation du portefeuille avec un taux brut de dégradation du portefeuille qui est passé de 3,9 % en 2019 à 9,2 % en 2020. De plus, la marge bénéficiaire a été réduite de 3,9 point à 3,8 %. En revanche, le résultat net a chuté de 30 % à 18,8 milliards FCFA.

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?