Connect with us

African Media Agency (AMA)

Covid-19 en Afrique : hausse inquiétante des cas qui se rapproche du pic de la première vague

Avatar

Publié

le

Alors que l’Afrique s’inquiète déjà des effets d’une troisième vague, les cas de Covid-19 ont augmenté de plus de 20 % d’une semaine à l’autre à travers le continent, a alerté mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

NEW YORK, USA, le 18 Juin 2021,-/African Media Agency (AMA)/-Avec une troisième vague qui s’accélère, le continent africain se rapproche du pic de la première vague, soit plus de 120.000 cas hebdomadaires enregistrés en juillet 2020, selon de nouvelles données de la branche africaine de l’OMS.

« Nous avons maintenant dépassé les 5 millions de cas de Covid-19 en Afrique et 136.000 personnes sont malheureusement décédées », a déclaré la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Dre Matshidiso Moeti, lors d’un point de presse en visioconférence depuis Brazzaville (Congo).

Sur le terrain, les signes d’une troisième vague se multiplient. Les cas sont passés à plus de 116.500 au cours de la semaine se terminant le 13 juin, contre près de 91.000 cas la semaine précédente. Une dynamique notée après un mois « d’augmentation progressive » du nombre de cas qui a permis au continent de dépasser la barre des 5 millions de cas. 

Inquiétudes en Afrique du nord, australe et orientale 

Or seule l’Afrique reste sujette à une augmentation du nombre de cas de Covid-19 semaine après semaine, alors que dans les cinq autres régions de l’OMS à travers le monde, le nombre de nouvelles infections continue de baisser.

Cinq pays représentent 76 % des nouveaux cas : l’Afrique du Sud avec 43 %, suivie par la Tunisie, la Zambie, l’Ouganda et la Namibie. 

« Au niveau continental, nous observons une augmentation de cas similaire au pic de la première vague en juillet 2020 et environ 50 % du pic de la deuxième vague en janvier 2021 », a ajouté Dre Moeti.

Pour la deuxième semaine consécutive, la barre des 20 % de nouveaux cas a été franchie sur le continent.  Les nouveaux cas à l’échelle du continent ont ainsi augmenté de près de 30% au cours de la semaine dernière. 

Dans 22 pays africains – soit près de 40 % des 54 nations africaines – les cas ont augmenté de plus de 20 % au cours de la semaine se terminant le 13 juin. Au cours de la même semaine, les décès ont augmenté de près de 15 % pour atteindre plus de 2.200 dans 36 pays. 

RDC, Namibie et Ouganda signalent leur plus grand nombre de nouveaux cas hebdomadaires depuis le début de la pandémie

Les nouveaux cas enregistrés chaque semaine en Afrique ont désormais dépassé la moitié du pic de la deuxième vague de plus de 224.000 cas hebdomadaires enregistré début janvier 2021. 

La République démocratique du Congo, la Namibie et l’Ouganda ont signalé leur plus grand nombre de nouveaux cas hebdomadaires depuis le début de la pandémie.

Pour la cheffe du Bureau de l’OMS pour l’Afrique, le continent est en train de vivre une véritable troisième vague. 

« La trajectoire de l’augmentation des cas donne à réfléchir et devrait inciter tout le monde à agir de toute urgence », a-t-elle dit.

Parmi les facteurs expliquant cette tendance à la hausse, l’OMS avance « le manque d’adhésion aux mesures de prévention, qui a alimenté cette nouvelle flambée ».  

Cette nouvelle donne coïncide aussi avec un climat plus froid en Afrique australe et avec la propagation de variantes plus contagieuses. 

A l’instar de la variante Delta, détectée pour la première fois en Inde en octobre 2020, qui a été signalée dans 14 pays africains. Les variants Alpha (britannique) et Beta (sud-africain) sont, quant à eux, présents dans plus de 25 pays africains.

5 millions de doses de vaccins en cinq jours en Afrique

« Nous avons vu en Inde et ailleurs à quelle vitesse le nouveau coronavirus peut rebondir et submerger les systèmes de santé », a mis en garde la Dre Moeti, prônant un renforcement des mesures de santé publique, en trouvant, testant, isolant et soignant les patients ainsi qu’en retraçant rapidement les cas contacts.

Par ailleurs, cette nouvelle flambée s’explique en partie aussi par le difficile déploiement de la vaccination sur le continent, surtout par rapport au reste du monde.  

Certes le déploiement en Afrique s’accélère avec plus de 5 millions de doses administrées au cours des cinq derniers jours, contre environ 3,5 millions de doses par semaine au cours des trois dernières semaines. Près de 12 millions de personnes sont désormais entièrement vaccinées, mais cela représente toujours moins de 1 % de la population africaine.

Vingt-trois pays africains ont utilisé moins de la moitié des doses qu’ils ont reçues jusqu’à présent, dont quatre des pays qui connaissent une résurgence. 

Environ 1,25 million de doses AstraZeneca dans 18 pays doivent être utilisées avant la fin du mois d’août pour éviter l’expiration. Sept pays africains ont déjà utilisé 100 % des vaccins qu’ils ont reçus par le biais du mécanisme COVAX et sept autres en ont administré plus de 80 %.

Selon l’OMS, ces pays sont notamment confrontés à des défis logistiques, à des lacunes dans le financement opérationnel et à des hésitations en matière de vaccins. 

Vaccination et remobilisation communautaire 

« L’augmentation du nombre de cas et de décès est un signal d’alarme urgent pour ceux qui sont à la traîne, qui doivent rapidement multiplier les sites de vaccination, atteindre les groupes prioritaires et répondre aux préoccupations de la communauté », a fait valoir la Dre Moeti.

A noter que près de 85 % de toutes les doses de vaccin dans le monde ont été administrées dans des pays à revenu élevé ou moyen supérieur – une moyenne de 68 doses pour 100 personnes dans les pays à revenu élevé, contre près de 2 doses pour 100 personnes en Afrique. 

Le nombre de doses administrées dans le monde jusqu’à présent aurait été suffisant pour couvrir tous les agents de santé et les personnes âgées, si elles avaient été distribuées équitablement.
Malgré ces difficultés dans l’accès vaccinal, l’OMS aide les pays à examiner et à mettre en œuvre des plans de résurgence jusqu’au niveau du district. L’Agence sanitaire mondiale de l’ONU élargit également l’accès à des tests de diagnostic rapide faciles à utiliser pour la détection d’antigènes dans les communautés qui n’auraient pas accès aux tests standard PCR.

Avec ses partenaires, l’OMS mobilise aussi les communautés des pays africains par l’intermédiaire de leurs dirigeants et de leurs associations, ainsi que par le biais des médias sociaux, afin de promouvoir l’adhésion aux mesures préventives, de contrer les rumeurs ou la désinformation et de surmonter l’hésitation à se faire vacciner.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info. 

The post Covid-19 en Afrique : hausse inquiétante des cas qui se rapproche du pic de la première vague appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

African Media Agency (AMA)

Dans le sud de Madagascar, la malnutrition des enfants risque de quadrupler, préviennent l’UNICEF et le PAM

Avatar

Publié

le

Au moins un demi-million d’enfants de moins de cinq ans dans le sud de Madagascar risquent souffrir de malnutrition aiguë, dont 110.000 dans un état grave, ont averti, mardi, l’UNICEF et le PAM, mettant en garde contre les dommages irréversibles sur leur croissance et leur développement.

NEW YORK, USA, le 28 Juillet 2021,-/African Media Agency (AMA)/-« Ce qui se passe actuellement dans le sud de Madagascar est déchirant. Nous ne pouvons pas tourner le dos à ces enfants dont la vie est en jeu », a déclaré le représentant du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) à Madagascar, Moumini Ouedraogo.

Selon les deux agences onusiennes, le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë dans cette région touché par la sécheresse, devrait être multiplié par quatre par rapport à la précédente évaluation réalisée en octobre 2020.

« Nous devons redoubler d’efforts pour enrayer cette augmentation catastrophique de la faim, mais nous ne pouvons pas le faire sans des ressources financières importantes et l’adhésion des partenaires », a souligné M. Ouedraogo.

Une région frappée par la sécheresse

L’UNICF et le PAM expliquent que quatre années consécutives de sécheresse ont anéanti les récoltes et coupé l’accès des populations à la nourriture.

Aussi, à l’approche de la période de soudure, qui correspond à l’épuisement des stocks de nourriture, la crise devrait s’aggraver considérablement. Plus de 1,14 million de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire dans le sud de Madagascar et le nombre de personnes en situation « catastrophique » risque de doubler pour atteindre 28.000 personnes d’ici octobre.

Le district d’Ambovombe-Androy, le plus touché, où les taux de malnutrition aiguë globale ont atteint le chiffre alarmant de 27%, risque de connaître la famine si des mesures urgentes ne sont pas prises pour empêcher une nouvelle détérioration de la situation. La crise a été aggravée par la médiocrité des installations sanitaires et le manque d’eau potable. 

Agir maintenant pour sauver des vies

« Il est urgent d’investir dans la prévention et le traitement de la malnutrition chez les enfants pour éviter que la situation ne devienne encore plus critique », a, pour sa part, déclaré le représentant de du Fonds des Nations Unie spour l’enfance (UNICEF) à Madagascar, Michel Saint-Lot. 

Il affirme que « des vies peuvent être sauvées » en fournissant aux familles un accès à l’eau potable et en traitant les enfants malnutris « mais nous devons agir maintenant ».

Les augmentations continues des prix de certains aliments de base, couplées à une diminution marquée de la disponibilité sur les marchés, continuent d’avoir un impact négatif sur la sécurité alimentaire. 

De plus, les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 en cours posent des problèmes supplémentaires limitant l’accès des populations à la nourriture, aux marchés et aux emplois.

Depuis l’année dernière, le PAM et l’UNICEF travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement et les partenaires malgaches pour lutter contre la faim dans le sud du pays. 

La crise s’aggravant, les efforts doivent être intensifiés et les agences des Nations Unies sont en train de renforcer leur réponse nutritionnelle d’urgence dans le sud. Une réponse intégrée est nécessaire pour s’attaquer à tous les facteurs de malnutrition. L’UNICEF et le PAM précisent que le traitement de la malnutrition doit aller de pair avec un plan de prévention et de réponse multisectoriel solide, en collaboration avec tous les partenaires et les autorités nationales.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info. 

The post Dans le sud de Madagascar, la malnutrition des enfants risque de quadrupler, préviennent l’UNICEF et le PAM appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency -English

Connecting the dots to deliver true customer service

Avatar

Publié

le

Customer service must evolve if companies want to deliver true value and radically change engagement

JOHANNESBURG, South Africa, 27 July 2021 -/African Media Agency(AMA)/- Most companies have invested in some form of digital customer experience toolkit or technology solution to gain deeper understanding, improve processes, and streamline engagements. Most have looked at chatbots, analytics, and integration to translate customer complexity into seamless simplicity. As McKinsey says, it’s all about building the superior customer experience that delivers a complete picture of the customer’s behaviour and preferences. This is all true, says Wynand Smit, CEO at INOVO, but customers are still getting frustrated and angry because they can’t get a grip on communication with companies.

Wynand Smit, CEO at INOVO

Connecting the dots

“There’s a disconnect between the technology that the company has invested in and the experience,” says Smit. “People read stories about self-driving cars that can identify a rock on the highway, yet their bank or mobile service provider cannot identify them immediately when they call in to fix a simple billing problem. They expect better, but they’re not getting it.” 

Ultimately, the customer wants to stop that vein from pulsing in the centre of their head because they’ve spent the past hour on the phone, been passed to three different people and given five different answers to their question. They want fast and simple service and easy access to the right information so they can service themselves and resolve problems relatively easily. However, if something goes wrong, they look at all the different channels of communication – social media, email, call centre, chatbot – and take a deep, fortifying breath before they try and fix a problem. “

Customers want there to be a connection, that’s all,” says Smit. “They want the call they had with the call centre to be communicated with the email team and shared with the resolution team. They don’t want to have to explain the same problem, repeatedly, only to get stuck in the endless loop of frustration. Unfortunately, this is the most common result of a customer complaint or query – frustration.” 

Adding more channels to the customer service process only adds more problems if not done correctly – every channel needs to be connected, relevant and the context must be retained if a customer moves across multiple touchpoints. There also needs to be clear pathways to problem resolution that minimises friction. Simply put, organisations need to make it simpler for customers to do business with them.  

No more empty promises 

Usually, companies spend a lot of money on technology designed to attract the customer, but not enough time or effort is put into retaining them. Frustrating delays, unnecessary errors and empty promises are often what’s left once the customer has been pulled in – and this divide is both commonplace and unnecessary. Building a bridge across this gap is where true customer service lies, and value is delivered. “

It’s about keeping the promise made to the customer and delivering support that’s timeous and relevant,” concludes Smit. “Manage interactions more effectively, introduce better self-service tools, and remove the muddle in the middle and you’ve got happy, loyal and retained customers. Use the capabilities of technology to deliver what you promise and use the right metrics to monitor what needs to improve.” 

Infrastructure, technology and processes need to make customers’ lives easier. It’s as simple and effective as that. The easier it is for the customer to do business with your business, the higher your retention rates and the better for, well, business.

 Distributed by African Media Agency (AMA) on behalf of INOVO.

About Wynand Smit
With over 10 years of operational and strategic experience in the SA contact centre industry, Wynand’s understanding of technology and its application to business has benefitted multiple organisations across a variety of industries. As CEO of contact centre solutions provider INOVO, he is passionate about using the contact centre as a platform to drive positive change in a business. 

About INOVO
INOVO offers contact centres a flexible way to service, sell to, or collect from customers across any channel – all with a view to transforming the customer experience, saving costs and driving efficiency and profitability. Through a collaborative approach, the company provides award-winning technology, solutions and professional services that deliver better, measurable results. For more information, go to www.inovo.co.za

The post Connecting the dots to deliver true customer service appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

A Rome, les Etats membres de l’ONU planchent sur la transformation des systèmes alimentaires

Avatar

Publié

le

L’ONU et ses Etats membres sont réunis cette semaine à Rome, en Italie, pour négocier les contours de systèmes alimentaires sains et durables à mettre en place d’ici 2030, année butoir pour la réalisation des 17 Objectifs de développement durable (ODD).

NEW YORK, USA, le 27 Juillet 2021,-/African Media Agency (AMA)/-Cette réunion préparatoire organisée du 26 au 28 juillet dans la capitale italienne, qui accueille également les trois agences alimentaires onusiennes (Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, Programme alimentaire mondial et Fonds international pour le développement agricole), a pour objectif de mettre les Etats membres de l’ONU d’accord sur les orientations qui seront transmises au Sommet sur les systèmes alimentaires à New York, en septembre.

Favorisée par les conflits, les inégalités et le changement climatique, l’insécurité alimentaire a également été accrue par la pandémie de Covid-19. Selon les Nations Unies, entre 720 et 811 millions de personnes dans le monde étaient confrontées à la faim en 2020 – soit jusqu’à 161 millions de plus qu’en 2019. De plus, près de 2,37 milliards de personnes n’avaient pas accès à une alimentation adéquate en 2020, soit une augmentation de 320 millions de personnes en un an seulement. Et trois milliards de personnes n’ont pas pu se permettre une alimentation saine.

« Ceci est bien sûr, pour chacun d’entre nous, inacceptable. D’autant plus que nous avons les moyens de relever ces défis mondiaux », a rappelé la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, qui est présente à Rome. Son constat est sévère : « Nous ne parvenons pas à garantir un droit fondamental aux personnes, tout comme nous laissons tomber notre planète ».

Mais la numéro deux de l’ONU a également reconnu les actions entreprises par les pays. A ce jour, 145 États membres mènent actuellement des dialogues nationaux solides sur la transformation des systèmes alimentaires. « Des pays grands et petits, du Nord et du Sud, certains en crise, d’autres ayant des économies alimentaires complexes. Tous ont reconnu la nature universelle du Programme 2030 et le puissant potentiel des systèmes alimentaires pour faire progresser tous les ODD », a-t-elle déclaré.

« S’assurer que la diversité des besoins soit prise en compte pour soutenir chaque réalité »

Avec des résultats consolidés dans des feuilles de route nationales, « nous avons une vision claire de ce que les gouvernements, ainsi que les différentes parties prenantes, en particulier la société civile et les peuples autochtones, attendent des systèmes alimentaires d’ici 2030 », a assuré Mme Mohammed.

Selon elle, le leadership en matière de transformation des systèmes alimentaires a été observé au niveau régional. « Toutes les régions ont exploré les spécificités uniques de leurs propres contextes et identifié des priorités de coopération et d’action ». Les États membres, notamment par l’intermédiaire du Comité de la sécurité alimentaire mondiale, et les agences onusiennes basées à Rome ont aussi contribué à mener un processus « inclusif et orienté vers l’action ».

Un large éventail d’experts et de parties prenantes a contribué à plus de 2.000 suggestions. Un groupe de scientifiques a également mené de vastes consultations et apporté une solide contribution à la base de données probantes qui sous-tend une grande partie des travaux du Sommet. Et plus de 750 dialogues indépendants ont permis à des personnes du monde entier de proposer des idées sur la façon de transformer les systèmes alimentaires.

« Des dizaines de milliers de personnes se sont directement engagées dans ce processus. Même si la pandémie nous a physiquement séparés, ce processus a rapproché les gens », s’est félicitée Mme Mohammed. « Il les a réunis autour d’une idée simple : l’alimentation peut nous aider à accélérer nos actions et apporter des solutions pour atteindre les Objectifs de Développement Durable. Selon la Vice-Secrétaire générale, les peuples reconnaissent qu’à travers l’alimentation, « nous pouvons voir la pertinence du Programme 2030 dans sa totalité. Et ils sont également inspirés à agir ».

Mais malgré cet enthousiasme et cette motivation, beaucoup de travail reste à faire à Rome avant de parvenir à un résultat positif lors du sommet « des peuples » et « des solutions » voulu par le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

« Nous devons travailler pays par pays, région par région, communauté par communauté, pour s’assurer que la diversité des besoins soit prise en compte pour soutenir chaque réalité », a dit Mme Mohammed. « A travers le Programme 2030, nous nous engageons à transformer notre monde. Nous ne pouvons le faire qu’en travaillant ensemble. Cela signifie que nous devons nous écouter les uns les autres, apprécier les diverses perspectives et comprendre les défis dynamiques et interconnectés auxquels nous sommes confrontés.

A Rome, l’ONU a rappelé aux Etats qu’ils doivent s’engager à faire les choix nécessaires pour s’assurer que personne et aucun pays ne soit laissé de côté. Un vœu d’unité voulu par Mme Mohammed qui a rappelé que « l’alimentation nous unit tous, en tant que familles, en tant que communautés, en tant que cultures et en tant qu’humanité ».

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info. 

The post A Rome, les Etats membres de l’ONU planchent sur la transformation des systèmes alimentaires appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?