Connect with us

Economie

L’alliance du digital et de l’agriculture : le nouvel or noir de l’Afrique selon Bearing Point

Publié

le

Le cabinet BearingPoint a publié un rapport sur l’agriculture. Il promeut l’usage du digital comme catalyseur de la transformation du secteur en particulier les plateformes numériques.
L’agriculture, moteur du continent mais peu productive

L’Agriculture représente 30 % du PIB et constitue un moteur pour de nombreuses économies africaines qui sont dépendantes aux matières premières. Mais le continent n’a pas encore effectué sa transition économique. C’est le passage d’une économie agricole à une économie à majorité industrielles et tertiaires. De plus, l’urbanisation, l’industrialisation vont créer des nouveaux emplois alors que les zones rurales se vident de sa population jeune en particulier.
Le potentiel agricole est élevé. Le continent possède environ 67 % des terres arables disponibles sur la terre. Mais on estime que seulement 1% des terres arables en Afrique seront exploitables à long terme. Cet écart est dû en grande partie à des carences en éléments nutritifs dans le sol et à une gestion sous-optimale des terres, ainsi qu’aux ravageurs et aux maladies agricoles selon BearingPoint.

La digitalisation du secteur pour une meilleure productivité

Le modèle agricole africain est basé sur une agriculture familiale. Cette agriculture familiale représente 60% de la population active et produit 80% des besoins alimentaires du continent. Mais la productivité constitue le défi majeur car le secteur génère de 20% à plus de 60% de pertes selon les filières. Les nouvelles technologies constituent un moyen d’améliorer cette productivité : cartographie numérique, drone, e-commerce, etc.
Le cabinet BearingPoint suggère de miser sur les plateformes numériques pour impacter positivement et durablement le secteur. Des plateformes ont vu le jour comme Agrospaces et ICT4Dev en Côte d’Ivoire. Ces plateformes sont spécialisées dans le partage de bonnes pratiques et d’information entre exploitants agricoles en Afrique. Mais pour changer la donne dans le secteur, les experts du cabinet de conseil BearingPoint propose un modèle plus ambitieux, agroécologique, écoresponsable, inclusif et touchant l’ensemble des parties prenantes d’une même filière agricole est possible pour structurer les filières vivrières.

L’agriculture pourrait générer 262, 3 milliards FCFA en 2050

Le cabinet a élaboré quatre scénarios d’évolution du secteur agricole. Dans ces scénarios, les progressions sont importantes et la contribution de l’agriculture pourrait dépasser celui du pétrole.
Avec le modèle de plateforme pour les filières vivrières, l’agriculture pourrait générer 262, 3 milliards de FCFA d’ici 2050. La contribution de l’agriculture au PIB serait supérieure à celle du pétrole avec un baril à 52 477 FCFA selon le cabinet.
Dans le second cas, près de 250 millions d’agriculteurs seraient concernés mais avec un impact revenu moindre mais près d’1,049 millions FCFA par année. Dans le cas du scénario effet réseau, le gain économique est encore plus considérable à près de 413,3 milliards de FCFA et 350 millions d’agriculteurs bénéficieraient d’un revenu de près de 1,443 millions FCFA par année.

Economie

Le nouveau prix du caco rejeté par les acheteurs ?

Publié

le

D’après Bloomberg, le Ghana n’a pu conclure aucune vente de cacao depuis l’instauration du système de tarification minimum.

La société ghanéenne Cocoa Marketing Company, chargée de la vente du cacao du pays, a indiqué qu’elle n’a pu réaliser aucune vente depuis l’instauration par la Côte d’Ivoire et le Ghana du nouveau prix minimum. Cette mévente est due aux prix jugés trop élevés par les acheteurs.

La Côte d’Ivoire et le Ghana avaient gelé les ventes de la campagne 2020-21 il y a un mois et ont introduit a introduit une prime de 400 $ la tonne métrique par rapport aux prix à terme supportée par les acheteurs pour améliorer les revenus des producteurs.

Malgré ce premier échec, les responsables sont optimistes et pensent que le marché va finir par accepter les prix proposés par le duo Côte d’Ivoire.
« Le marché achètera définitivement notre cacao, la CMC n’a fait que sonder le marché, en particulier après l’introduction du LID. Nous avons pesé la réaction du marché et sa dynamique …Il faudra un certain temps pour que le marché s’adapte. De plus, nous ne sommes pas sous pression pour vendre la récolte 2020-21 maintenant, cette saison est dans environ 15 mois » a déclaré Joe Forson, directeur général de la société ghanéenne Marketing Marketing à Bloomberg.

Lire l'article

Economie

4 pays africains parmi les pays les plus peuplés du monde

Publié

le

La chine est le pays le plus peuplé du monde suivie par l’Inde. Mais selon les prévisions l’Inde va être le pays le plus peuplé d’ici 2030.

4 pays africains figurent dans le top 10 : Egypte, Nigéria, RDC et Ethiopie. Ce sont des pays qui vont attirer les investisseurs vu leurs

tailles si les conditions économiques sont  favorables.

 

Source : Statistita

Lire l'article

Economie

La Côte d’Ivoire et le Ghana lèvent le gel des ventes de cacao de 2020/2021

Publié

le

La Côte d’Ivoire et le Ghana ont annoncé la fin du gel des ventes de cacao pour la saison 2020/2021 d’après Reuters.

La Côte d’Ivoire et le Ghana produisent 60% de la production mondiale de cacao. Afin d’influer sur les prix, ils avaient instauré un gel des ventes en juin dernier. Mais ils ont finalement instauré un mécanisme prévoyant le versement d’un revenu de 400 $ par tonne de cacao en cas de chute des cours en-dessous de 2 600 $.

Lire plus sur Agence Ecofin

Lire l'article

Les dernières tendances