Connect with us

Politique

Niger : le président nigérien demande le déclenchement de la force de la CEDEAO face à la dégradation de la situation sécuritaire

Avatar

Publié

le

Lors du 58e sommet ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’institution ouest-africaine, le président nigérien Mahamadou Issoufou a demandé samedi le déclenchement de la force en attente de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).


Samedi 23 janvier 2021, le président nigérien Mahamadou Issoufou a demandé le déclenchement de la force en attente de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) lors du 58e sommet ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’institution ouest-africaine, qui s’est tenu par visioconférence.

M. Issoufou, a été chargé par ses pairs de la mobilisation des ressources nécessaires à la lutte contre le terrorisme dans cet espace. Il a proposé « d’ériger les contingents militaires des pays de la CEDEAO qui évoluent au sein de la Mission intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) en brigade, avec un mandat offensif sur le modèle mis en place au sein de la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO)’ » selon Xinhua.

Plusieurs groupes terroristes sèment le trouble dans l’espace sahélo-saharien : Boko Haram logé au Nigeria depuis 2009, groupes terroristes proches d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), d’Ançar Dine basés depuis près de sept ans dans le nord du Mali, etc. Le 2 janvier, une attaque terroriste a coûté la vie à plus de 100 civils dans les villages nigériens de Tchombangou et Zaroumdareye, dans le département d’Ouallam de la région de Tillabéry (ouest), près de la frontière avec le Mali.

African Media Agency (AMA)

Le Conseil des Ministres Africains Chargés de l’Eau (AMCOW) tient sa 12e Assemblée Générale du Conseil Directeur

Avatar

Publié

le

ABUJA, Nigeria, le 18 février 2021 -/African Media Agency (AMA)/- La 12e Assemblée Générale du Conseil Directeur du Conseil des Ministres Africains Chargés de l’eau (AMCOW) se tiendra virtuellement le 18 février 2021.

L’Assemblée bisannuelle rassemble les 55 ministres responsables de l’eau et de l’assainissement également appelée Conseil Directeur, le Comité Consultatif Technique (TAC), les Points Focaux des États Membres, ainsi que les représentants de la Commission de l’Union Africaine.

L’Assemblée sera précédée de la séance du Comité Consultatif Technique du 15 au 17.

Lors de l’Assemblée Générale, le Conseil Directeur prendra en compte les recommandations du comité consultatif technique et prendra des décisions qui orienteront la politique et la stratégie de l’AMCOW pour les deux prochaines années.

Lors de la réunion, son Excellence Alain-Claude BILIE-BY-NZE, Ministre d’État et Ministre de l’Énergie et des Ressources en Eau de la République du Gabon, et Président actuel de l’AMCOW passera officiellement le relais de la présidence de l’AMCOW à l’Honorable Carl Hermann Gustav Schlettwein, Ministre de l’Agriculture, de l’Eau et de la Réforme Agraire de la République de Namibie.

L’Assemblée Générale devrait également étudier l’adoption des Directives pour les Politiques d’Assainissement en Afrique visant à guider de manière adéquate les pays africains qui développent des politiques d’assainissement et d’hygiène indispensables pour la création d’une base solide permettant d’améliorer l’accès aux services d’assainissement et d’hygiène et ainsi améliorer la santé et le bien-être de la population africaine, et renforcer la résilience du continent face aux pandémies telles que la maladie à coronavirus (COVID-19) qui a accru la pression sur les infrastructures d’eau, d’assainissement et d’hygiène existantes et ralenti les investissements des secteurs de l’eau et de l’assainissement.

Le Conseil Directeur fournira une orientation complémentaire relative à la stratégie et à la coordination de l’AMCOW pour stimuler la résilience, la reprise et la croissance en améliorant l’accès aux services d’approvisionnement en eau et assainissement.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour AMCOW

Pour en savoir plus sur l’AMCOW, veuillez contacter:
Mme Maïmouna Tall,
Responsable de la Communication et de la Visibilité
mtall@amcow-online.org
mobile : +001 470 510 93 20 ou +221 77 695 37 93 (WhatsApp)

M. Lawrence Nzuve,
Chargé de Communication
lnzuve@amcow-online.org
mobile: +254 727 364 905

Note aux rédacteurs :
L’AMCOW est une institution intergouvernementale panafricaine non budgétaire relevant du comité technique spécialisé pour l’Agriculture, le Développement rural, l’Eau et l’Environnement de l’Union africaine (UA) et assure un contrôle politique des ressources en eau et de l’assainissement en Afrique. Elle a pour mission de promouvoir la coopération, la sécurité, le développement socio-économique et la réduction de la pauvreté au sein des états-membres par la gestion efficace des ressources en eau du continent et la fourniture de services d’approvisionnement en eau et d’assainissement et est mandatée pour fournir un leadership politique dans la mise en œuvre de la Vision Africaine de l’Eau 2025 et des composants de l’eau de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Pour en savoir plus, consultez notre site Web https://www.amcow-online.org

Suivez @amcowafrica sur twitter ou retrouvez-nous sur Facebook sur @amcowafrica

The post Le Conseil des Ministres Africains Chargés de l’Eau (AMCOW) tient sa 12e Assemblée Générale du Conseil Directeur appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Politique

Sahel : la France repousse une réduction immédiate de ses effectifs

Avatar

Publié

le

Credit Photo : SortirParis.com

Le président Français Emmanuel Macron a indiqué qu’il excluait une réduction immédiate des troupes françaises combattant des militants islamistes dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest.

« Des changements importants seront, sans aucun doute, apportés à notre système militaire au Sahel en temps voulu, mais ils ne se produiront pas immédiatement », a déclaré Macron selon Reuters. Après un sommet virtuel avec cinq pays du Sahel, le président a indiqué qu’il excluait une baisse immédiate des effectifs. Tandis que Tchad a annoncé le déploiement de 1200 soldats pour compléter 5 100 soldats français dans la région.

La France a dispersé les militants du nord du Mali, mais son opération de contre-insurrection au Sahel a coûté des milliards d’euros et 55 soldats français ont été tués. De plus, en 2019, la France a augmenté ses effectifs de troupes pour son opération antiterroriste Barkhane au Sahel de 600 à 5 100 soldats.

 « Dans les mois à venir, nous ne changerons pas notre présence. Nous lancerons d’autres opérations importantes, et nous serons surtout renforcés par le bataillon tchadien, par la mobilisation malienne et par les contributions de la Mauritanie », a déclaré Macron.

Des troupes tchadiennes expérimentées seront déployées dans la zone des trois frontières du Mali, du Burkina Faso et du Niger. Une revue des effectifs français est dépendante de l’implication des autres pays de la Task Force Takuba, un groupement de forces spéciales destiné à accompagner les soldats maliens et nigériens au combat face aux djihadistes.

Lire l'article

Nominations

République démocratique du Congo : Sama Lukonde Kyenge nommé Premier ministre

Avatar

Publié

le

Credit photo : BBC

Le président congolais Félix Tshisekedi a nommé lundi le chef de la société minière d’État Sama Lukonde Kyenge au poste de nouveau Premier ministre.

Suite à la démission, le 28 janvier 2021 de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, proche de l’ancien président Kabila, à la suite d’un vote de défiance au parlement de la République démocratique du Congo, le président Kabila a nommé Sama Lukonde Kyenge.

Avant sa nomination, Sama Lukonde Kyenge était directeur général de la Gécamines. C’est un proche et un allié du président Tshisekedi.

Cette nomination est une nouvelle étape dans le processus de prise de distance de l’ancien président Kabila. Le président Félix Tshisekedi et l’ancien président Kabila avaient conclu un accord de partage du pouvoir à la suite de l’élection en 2018. Cet accord obligeait le président actuel à négocier tout changement politique a ajouté aux défis auxquels son gouvernement est confronté, tels que la corruption, deux épidémies d’Ebola et la violence croissante dans l’est riche en minéraux.

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?