Connect with us

Matières Premières

SUCAF-CI veut augmenter de 25 000 tonnes sa production de sucres dans 3 ans

Publié

le

Economie

Le nouveau prix du caco rejeté par les acheteurs ?

Publié

le

D’après Bloomberg, le Ghana n’a pu conclure aucune vente de cacao depuis l’instauration du système de tarification minimum.

La société ghanéenne Cocoa Marketing Company, chargée de la vente du cacao du pays, a indiqué qu’elle n’a pu réaliser aucune vente depuis l’instauration par la Côte d’Ivoire et le Ghana du nouveau prix minimum. Cette mévente est due aux prix jugés trop élevés par les acheteurs.

La Côte d’Ivoire et le Ghana avaient gelé les ventes de la campagne 2020-21 il y a un mois et ont introduit a introduit une prime de 400 $ la tonne métrique par rapport aux prix à terme supportée par les acheteurs pour améliorer les revenus des producteurs.

Malgré ce premier échec, les responsables sont optimistes et pensent que le marché va finir par accepter les prix proposés par le duo Côte d’Ivoire.
« Le marché achètera définitivement notre cacao, la CMC n’a fait que sonder le marché, en particulier après l’introduction du LID. Nous avons pesé la réaction du marché et sa dynamique …Il faudra un certain temps pour que le marché s’adapte. De plus, nous ne sommes pas sous pression pour vendre la récolte 2020-21 maintenant, cette saison est dans environ 15 mois » a déclaré Joe Forson, directeur général de la société ghanéenne Marketing Marketing à Bloomberg.

Lire l'article

Economie

La Côte d’Ivoire et le Ghana lèvent le gel des ventes de cacao de 2020/2021

Publié

le

La Côte d’Ivoire et le Ghana ont annoncé la fin du gel des ventes de cacao pour la saison 2020/2021 d’après Reuters.

La Côte d’Ivoire et le Ghana produisent 60% de la production mondiale de cacao. Afin d’influer sur les prix, ils avaient instauré un gel des ventes en juin dernier. Mais ils ont finalement instauré un mécanisme prévoyant le versement d’un revenu de 400 $ par tonne de cacao en cas de chute des cours en-dessous de 2 600 $.

Lire plus sur Agence Ecofin

Lire l'article

Economie

La demande de produits agricoles devrait croitre de 15 % les dix prochaines années

Publié

le

La demande mondiale de produits agricoles devrait augmenter de 15 % au cours des dix prochaines années. C’est ce que révèle le dernier rapport annuel de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la demande mondiale pour les produits agricoles.

La demande des produits agricoles va augmenter de 15 % lors de la prochaine décennie alors que croissance de la productivité agricole devrait augmenter légèrement plus vite. Ces augmentations vont provoquer une hausse des prix des principaux produits agricoles.

« L’agriculture mondiale a évolué et s’est transformée en un secteur très hétéroclite avec notamment des agriculteurs de subsistance et leurs exploitations face à de grandes multinationales agricoles » ont indiqué M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO et M. Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE dans la préface du rapport.

Céréales, sucre, huiles végétales : la demande de ces produits devrait augmenter

A cause de la croissance de la population, la demande et la consommation de produits de base vont augmenter. Le rapport précise que la consommation de céréales devrait croitre de 13 % soit 150 millions de tonnes.
La demande de sucre et d’huiles végétales va croitre en ligne avec celle de la hausse de la consommation d’aliments plus préparés et transformés, notamment dans de nombreux pays à faible et à moyen revenu qui s’urbanisent rapidement. Enfin l’utilisation de denrées agricoles en tant que matières premières pour produire des biocarburants devrait surtout augmenter dans les pays en développement.

Lire l'article

Les dernières tendances