Connect with us

Economie

UMOA : Les encours de crédit des Institutions de Microfinance en hausse de 12 % au 3 ème trimestre 2019

Avatar

Publié

le

La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest a rendu public les indicateurs clés des institutions de microfinance de la région. Les indicateurs sont en progression : parc client, dépôt, épargne et crédit. Le taux de dégradation du portefeuille s’est améliorée reste au-dessous des normes.

511 Institutions de microfinances ont servi 15,205 millions de personnes avec 4 869 points de service à fin septembre 2019. Le taux brut de dégradation du portefeuille est ressorti à 7,6% contre 8,9% à fin septembre 2018, pour une norme généralement admise de 3% dans le secteur.

Les dépôts collectés ont augmenté de 8,9% et s’établissent à 1 454 milliards de FCFA. Cette croissance est tirée par le Mali (+17,9%), au Togo (+11,4%), au Bénin (+9,8%).  A part la Guinée-Bissau (-23%), La Côte d’Ivoire (+8,8%),le Sénégal (+7,5%) et le Burkina (+6,1%) enregistrent des augmentations.

Les dépôts à vue demeurent prépondérants avec une part de 59,2%. Les dépôts à terme et les autres dépôts constituent chacun 20,4%.

L’encours des crédits est en hausse de 12,1%  et s’élève  à 1.499 milliards de FCFA. Cette hausse est observée au Mali (+17,1%), au Burkina (+13,5%), au Sénégal (+13,3%), en Côte d’Ivoire (+12,9%), au Bénin (+8,2%), au Togo (+8,0%) et au Niger (+3,1%).

Economie

Côte d’Ivoire : le prix du cacao en hausse de 21 % à 1 000 FCFA

Avatar

Publié

le

Côte d’Ivoire : le prix du cacao en hausse de 21 % à 1 000 FCFA

Le prix bord champ du cacao pour la campagne 2020-21 a été fixé à 1 000 FCFA a annoncé ce 1 er octobre 2020. Il est en hausse de 175 FCFA par rapport à la campagne précédente.

« J’ai le très grand plaisir de vous annoncer que nous avons décidé de ne pas baisser les prix aux producteurs (…) et décidé d’augmenter le prix de 825 Fcfa à 1 000 Fcfa le Kg », a dit Alassane Ouattara à l’occasion de la 7e édition de la Journée nationale du cacao et du chocolat à Yamoussoukro.

Le chef de l’Etat a indiqué que cette augmentation est la traduction de la détermination de la Côte d’Ivoire et du Ghana pour améliorer les revenus et les conditions de vie des producteurs.

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : le gouvernement adopte un budget en hausse 6,9 % à 8 261 milliards de FCFA en 2021

Avatar

Publié

le

Le gouvernement ivoirien a indiqué avoir adopté le projet de budget 2021 le 30 septembre 2020.

Selon le communiqué, les objectifs principaux de ce budget sont de favoriser la relance économique post COVID-19 et améliorer les conditions de vie des populations.

Ce budget proposé est en hausse de 6,9 % par rapport au budget initial de 2020 et s’établit à 8 261,1 milliards de FCFA. Ce budget devrait être 9 129,8 milliards de francs CFA en 2022 et 9 916,3 milliards de francs CFA en 2023.

Lire l'article

Economie

L’agence Fitch a confirmé le B du Nigéria. Mais elle a révisé les perspectives de négative à stable

Avatar

Publié

le

L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé la note B des émetteurs en devises à long terme. Mais elle a revu la perspective de négative à stable.

La confirmation de la notation B s’explique par la vulnérabilité externe à cause de la surévaluation de la monnaie et d’un arriéré de demande de restriction de devises. Toutefois, selon Fitch la priorité de  la Banque centrale du Nigéria (CBN) reste la stabilité du taux de change par rapport aux autres objectifs politiques. En outre, la faiblesse des recettes fiscales et indicateurs de gouvernance et de développement et la dépendance aux produits pétroliers constituent les facteurs expliquant la confirmation de la note. Enfin l’agence a indiqué que la transparence sur les passifs éventuels est faible. De plus, la chute des prix du pétrole va augmenter la pression sur les ressources de l’Etat.

L’agence a indiqué quatre facteurs qui positifs ayant contribué à la notation : la grande taille de l’économie nigériane, la faible dette des administrations publiques  par rapport au PIB, le faible endettement financier du souverain et un système financier comparativement développé avec un marché de la dette intérieure profond.

L’agence projette une croissance de -3 % en 2020, de 1,3 % en 2021 et de 3 % en 2022. Ces prévisions sont fondées sur une atténuation des perturbations liées à la crise sanitaire, une lente reprise des prix du pétrole et l’adhésion à l’OPEP +. Enfin elle a indiqué que les perspectives de croissance à moyen terme étaient modérées.

Lire l'article

Les dernières tendances