Connect with us

Politique

Mali : Le chef de l’opposition Soumalai Cissé est porté disparu

Publié

le

credit photo : Maliactunet

Le principal opposant malien Soumaila Cissé est porté disparu et aurait été kidnappé avec 11 membres de son parti lors d’une campagne électorale.

L’Union pour la République et la Démocratie (URD) ont annoncé que Soumaila Cissé le principal opposant malien et onze membres de sa délégation ont disparu. Le parti a indiqué les membres de la délégation en déplacement dans la région nord de Tombouctou n’étaient plus joignable depuis le mercredi 25 mars 2020. Des militants liés à Al-Qaïda et à l’État islamique lancent de fréquentes attaques contre des cibles civiles et militaires dans la région indique Reuters.

Cette disparation s’est produite avant les élections législatives planifiées le dimanche 30 mars 2020 malgré la pandémie de coronavirus.

Lire l'article
Publicité
Clic pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Politique

Mali : les élections législatives ont eu lieu malgré le coronavirus

Publié

le

credit photo : rfi

Le dimanche 29 mars 2020, les élections législatives ont eu lieu au Mali malgré une insurrection dans certaines régions et les craintes liées au Coronavirus.

Programmée en 2018 et reportée deux fois à cause de la violence dans certaines régions, les élections législatives ont et effectivement lieu ce dimanche 29 mars 2020 au Mali. 147 députés doivent être choisis lors de ce scrutin.

La menace de la propagation du coronavirus n’a pas convaincu les autorités maliennes de reporter à nouveau ces élections. Elles ont opté pour la tenue des élections avec une application des  mesures d’hygiène supplémentaires pour protéger les 7,6 millions d’électeurs du Mali. Le Mali avait confirmé 20 cas de coronavirus dimanche matin.

L’absence de rangs a permis aux électeurs de voter tout en respectant la distance recommandée. Les installations de lavage des mains devaient être disponibles, mais les kits sont arrivés trop tard pour les premiers électeurs a indiqué l’agence Reuters.

« J’ai voté sans problème, mais le kit d’hygiène contre le coronavirus n’était pas là. La priorité du nouveau parlement devrait être la lutte contre l’insécurité et l’éradication du coronavirus» a expliqué Ibrahim Konare, un conducteur de 30 ans à Reuters.

Lire l'article

Politique

Côte d’Ivoire : le ministre des affaires étrangères a démissionné

Publié

le

credit photo : Marcel Amon Tanoh Facebook

Marcel Amon-Tanoh le ministre ivorien des affaires étrangères a annoncé sa démission du gouvernement le 20 mars 2020.

« En tant qu’homme politique ayant assumé de nombreuses responsabilités au service de mon pays, je me dois de m’adresser à vous directement pour vous informer de ma démission du gouvernement », a indiqué M. Amon-Tanoh sur son compte facebook.

Marcel Amon-Tanoh a occupé des fonctions dans l’administration ivoirienne depuis 2020 : ministre du transport (Août 2020-Février 2003), Ministre du Tourisme (Mars 2003 à Décembre 2005), Ministre de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat (Décembre 2005 à Février 2010), Directeur de Cabinet du Président de la République (Décembre 2010 à Février 2012), Ministre et  Directeur de Cabinet du Président de la République (Mars 2012 à Novembre 2016). Il est ministre des affaires étrangères de novembre 2016, puis sera confirmé au poste de Ministre des Affaires Etrangères en janvier 2017.

Depuis plusieurs semaines, on prête à Marcel Amon-Tanoh des ambitions présidentielles. Il était absent au Conseil politique du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, le parti présidentiel) la semaine dernière. C’est un second concurrent potentiel de poids en plus de l’ancien président de l’Assemblée Nationale Guillaume Soro.

Lire l'article

Politique

Côte d’Ivoire : le parlement a adopté les modifications de la constitution

Publié

le

credit photo : Apanews

Les députés et sénateurs ivoiriens ont adopté à Yamoussoukro la capitale politique de la côte d’Ivoire les modifications de la constitution le 17 mars 2020.

Avec 246 voix pour, 02 voix contre les modifications de la constitution ivoirienne proposée par le président sortant ont été approuvé par le congrès lors d’une session qui s’est déroulé le 17 mars 2020. Les députés de l’opposition n’ont pas participé à ce vote. En effet, les deux chambres du parlement ivoirien comptent 354 sièges avec 255 pour l’Assemblée nationale (basse chambre) et 99 pour le Sénat (haute chambre).

Les parlementaires ont indiqué qu’ils n’approuvaient pas cette modification de la constitution. Cette modification est effectuée sept mois avant l’élection présidentielle. La nouvelle constitution a été modifiée au niveau de 21 articles par rapport à la précédente. Parmi les modifications majeures, la structure du système judiciaire est remaniée avec la disparition de la Cour suprême et la naissance du Conseil d’ Etat et la Cour de cassation. De plus, la nouvelle constitution prévoit  la continuité de l’exercice de fonction des députés « en cas d’une impossibilité d’organiser des élections parlementaires. Enfin le Vice-Président qui était élu est désormais choisi par le Président de la République. De plus, si le Vice-président lui-même est dans l’incapacité d’exercer le pouvoir, c’est au Premier ministre d’achever le mandat.

Lire l'article

Les dernières tendances