Connect with us

African Media Agency (AMA)

Tunisie : La liberté d’expression menacée par la multiplication des poursuites pénales

Avatar

Publié

le

Photo de Mathias P.R. Reding provenant de Pexels

LONDRES, Royaume-Uni, le 10 Novembre 2020,-/African Media Agency (AMA)/-Les autorités tunisiennes doivent cesser immédiatement d’exploiter des lois largement dépassées, excessivement vagues et répressives pour poursuivre en justice des personnes n’ayant fait qu’exercer leur droit à la liberté d’expression en ligne, a déclaré Amnesty International dans un rapport détaillé et une campagne rendus publics lundi 9 novembre 2020.

Amnesty International a constaté qu’au moins 40 blogueurs et blogueuses, administrateurs et administratrices de pages Facebook très suivies, militant·e·s politiques et défenseur·e·s des droits humains avaient été poursuivis en justice entre 2018 et 2020 pour avoir simplement publié en ligne des contenus critiquant les autorités locales, la police ou d’autres représentant·e·s de l’État.

« Il est extrêmement préoccupant de voir que, dix ans après la révolution, des blogueurs et blogueuses et des militant·e·s sont visés par des poursuites pénales en vertu de lois qui datent de l’époque où la Tunisie vivait sous un régime répressif, uniquement pour avoir publié leurs opinions sur Facebook. Au lieu d’essayer de museler la critique, les autorités tunisiennes feraient mieux de défendre le droit de toute personne de s’exprimer librement et en toute sécurité sans avoir à craindre de représailles », a déclaré Amna Guellali, directrice régionale adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.

« Ces poursuites judiciaires menacent les progrès réalisés jusqu’à présent en matière de protection des droits humains en Tunisie, où le droit à la liberté d’expression est l’une des valeurs durement acquises de la révolution. Nous appelons les autorités législatives à placer au rang de leurs priorités la réforme de toutes les lois largement dépassées et excessivement vagues qui permettent la répression, afin d’éviter un nouveau retour en arrière et de respecter pleinement l’obligation de la Tunisie de garantir le droit à la liberté d’expression. »

La plupart des affaires examinées par Amnesty International ne se sont pas traduites par des peines d’emprisonnement, mais les convocations pour interrogatoire, les inculpations et les procès eux-mêmes pour des charges passibles de peines de prison constituent des actes de harcèlement et d’intimidation contre celles et ceux qui critiquent les autorités, et vont avoir un effet dissuasif.Il est extrêmement préoccupant de voir que, dix ans après la révolution, des blogueurs et blogueuses et des militant·e·s sont visés par des poursuites pénales en vertu de lois qui datent de l’époque où la Tunisie vivait sous un régime répressif, uniquement pour avoir publié leurs opinions sur Facebook. Amna Guellali, directrice régionale adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International

Alors que la Tunisie est considérée comme le seul pays où les soulèvements du Printemps arabe ont été un succès et est saluée pour avoir instauré un environnement favorable à toutes les formes d’expression, le ministère de l’Intérieur menace maintenant ouvertement d’engager des poursuites contre des personnes ayant critiqué légitimement le comportement de la police, et l’on assiste à une multiplication des poursuites pénales pour des publications sur Facebook révélant des cas de corruption présumée, critiquant les autorités ou jugées « insultantes » pour les représentant·e·s de l’État.

Amnesty International appelle les autorités tunisiennes à protéger la liberté d’expression en Tunisie en abandonnant toutes les charges qui pèsent sur des personnes visées par des enquêtes ou des poursuites pour le seul exercice pacifique de leur droit à la liberté d’expression, en ordonnant l’arrêt de toutes les poursuites pénales pour des infractions liées à l’expression, et en donnant pour consigne aux agents de l’État de cesser d’engager ou de menacer d’engager de telles poursuites.

L’organisation demande aussi aux parlementaires tunisiens de réformer en toute priorité les textes législatifs qui érigent en infraction ou limitent de toute autre manière l’expression légitime, comme le Code des télécommunications et le Code pénal, et de faire en sorte que la diffamation soit traitée uniquement comme une question de droit civil.

Une intolérance croissante à la critique

Ces dernières années, les autorités tunisiennes se sont montrées de moins en moins tolérantes à l’égard des personnes qui critiquent les agents ou les institutions de l’État. Elles ont engagé de plus en plus de poursuites contre des blogueurs et blogueuses et des utilisateurs et utilisatrices de Facebook pour des propos jugés « insultants » ou « irrespectueux ».

Depuis deux ans, il est de plus en plus courant que le ministère de l’Intérieur, des syndicats représentant les forces de sécurité et des membres des autorités locales menacent de saisir la justice, parfois en réponse à des critiques du comportement de la police ou à des campagnes réclamant l’obligation de rendre des comptes.Au lieu d’essayer de museler la critique, les autorités tunisiennes feraient mieux de défendre le droit de toute personne de s’exprimer librement et en toute sécurité sans avoir à craindre de représailles. Amna Guellali, Amnesty International

Le 18 octobre 2019, le ministère de l’Intérieur a publié une déclaration dans laquelle il annonçait qu’il introduirait « une action en justice contre toutes les personnes ayant intentionnellement offensé, mis en doute ou accusé faussement ses services ». Dans la même déclaration, il a indiqué : « Des déclarations récentes et répétées provenant de diverses personnes liées à certains site Internet et aux médias sont considérées comme dangereuses et pourraient mettre en péril l’institution en charge de la sécurité. »

Durant le seul mois d’octobre 2020, au moins cinq militant·e·s ont été convoqués pour enquête pour avoir critiqué les forces de sécurité en ligne dans le contexte d’une campagne contre un projet de loi instaurant l’impunité.

Selon les recherches menées par Amnesty International, les dispositions qui sont le plus souvent utilisées pour poursuivre des personnes pour l’expression de leurs opinions en ligne sont issues du Code pénal tunisien, du Code des télécommunications et du Décret-loi n° 115 relatif à la liberté de la presse.

Par exemple, le 7 octobre 2020, Myriam Bribri, qui milite contre l’impunité, a été convoquée par la police judiciaire de Sfax après avoir critiqué la police sur Facebook. Elle a été interrogée le lendemain en lien avec une plainte du secrétaire général du Syndicat des forces de sécurité de Sfax l’accusant d’avoir « insulté la police ».

Le droit international relatif aux droits humains ne considère pas l’« insulte » comme une infraction légitime et estime que les propos de ce type doivent être protégés par la liberté d’expression.

Myriam Bribri a été arrêtée et placée en détention avant d’être transférée le jour même au tribunal, où elle a été inculpée en vertu de l’article 86 du Code des télécommunications, qui prévoit une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison pour toute personne faisant un usage des réseaux de télécommunication qui « sciemment nuit aux tiers ou perturbe leur quiétude ». Elle a déclaré avoir dû attendre au moins deux heures au tribunal avant que ses avocats ne soient informés que son procès commencerait l’après-midi même. Le juge a accepté la demande de l’avocat de Myriam de reporter l’audience et l’accusée a été remise en liberté provisoire. Elle doit comparaître de nouveau devant le tribunal le 14 décembre 2020.

De même, le 6 octobre 2020, Imed Ben Khoud, militant de la société civile de Kairouan, a partagé une caricature réalisée par un dessinateur anonyme sur Facebook, sur laquelle les policiers étaient représentés sous la forme de chiens et le ministère de l’Intérieur tunisien sous la forme d’une niche. Le 12 octobre, il a été arrêté par la Garde nationale et interrogé en lien avec des charges similaires en vertu du Code des télécommunications. Il a été remis en liberté le jour même sans avoir été inculpé, mais l’enquête est toujours ouverte.Nous appelons les autorités législatives à placer au rang de leurs priorités la réforme de toutes les lois largement dépassées et excessivement vagues qui permettent la répression, afin d’éviter un nouveau retour en arrière et de respecter pleinement l’obligation de la Tunisie de garantir le droit à la liberté d’expression. Amna Guellali, Amnesty International

Des membres des autorités locales ont aussi utilisé des dispositions du Code pénal pour poursuivre des personnes qui les avaient critiquées, comme le blogueur Anis Mabrouki. Le 13 avril, cet homme a publié sur sa page Facebook une vidéo montrant une foule rassemblée devant la mairie fermée de Tébourba (une ville située à 30 kilomètres de la capitale, Tunis) pour réclamer l’aide financière promise par le gouvernement dans le contexte du confinement lié au COVID-19. Il a critiqué le mépris des autorités locales pour les gens dans le besoin et a accusé le maire de ne pas avoir correctement géré la distribution de l’aide. Le lendemain, il a reçu des autorités une lettre de convocation après que le maire eut porté plainte contre lui. Le 15 avril, Anis Mabrouki a été inculpé de s’être « rendu coupable de bruit ou tapage de nature à troubler la tranquillité des habitants » et d’avoir « imputé à un fonctionnaire public des faits illégaux en rapport avec ses fonctions, sans en établir la véracité », en vertu des articles 316 et 128 du Code pénal. Il a été arrêté et placé en détention provisoire pendant deux semaines, avant d’être acquitté par le tribunal de première instance de Manouba le 30 avril.

La campagne d’Amnesty International appelle les autorités tunisiennes à cesser de poursuivre des personnes n’ayant fait qu’exercer leur droit légitime à la liberté d’expression pacifique et leur demande de réformer les lois qui menacent la liberté d’expression en Tunisie.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour Amnesty International.

The post Tunisie. La liberté d’expression menacée par la multiplication des poursuites pénales appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

African Media Agency (AMA)

RDC: Jusqu’au bout, le FCC dit Non aux consultations

Avatar

Publié

le

FCC

Initialement prévues pour le mardi 24 novembre, c’est finalement ce mercredi 25 novembre 2020 que prendront fin les consultations présidentielles conduites par Félix Tshisekedi, président de la RDC.

En ce dernier jour des consultations, la nouvelle sur la participation du fcc a circulé dans toutes les rédactions et sur les réseaux sociaux.

Faux et archi-faux a tenu à signaler rapidement la plateforme politique qui soutient le président honoraire de la RDC, Joseph Kabila kabange. Après une réunion de la conférence des présidents, le Fcc a une fois de plus dit non concerné par les consultations. Il reste par contre disposé à dialoguer avec le président Félix Tshisekedi dans le cadre de l’accord qui lie les deux parties et le tout dans le respect de la constitution.

Dans la foulée, certains cadres du fcc ont voulu recadrer Peter Kazadi qui sur une radio de la place a annoncé que le Fcc avait demandé à être reçu dans le cadre des consultations.

« Peter Kazadi n est pas porte parole du fcc. Nous n avons jamais demandé à être reçu par le président Félix Tshisekedi » a indiqué Serge Kadima du Pprd.
Félix Tshisekedi va donc conclure ses consultations sans la participation de son allié. Qu adviendra -t-il dans la suite?

PB

L’article RDC: Jusqu’au bout, le FCC dit Non aux consultations est apparu en premier sur Matininfos.NET – Information de la RDC en toute impartialité.

Source: Matininfos

The post RDC: Jusqu’au bout, le FCC dit Non aux consultations appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Covid-19 en RDC : 55 nouveaux cas enregistrés mardi

Avatar

Publié

le

Coronavirus Lab

Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020, le cumul des cas est de 12.365, dont 12.364 cas confirmés et 1 cas probable. Au total, il y a eu  331 décès  (330 cas confirmés et 1 cas probable) et 11.433 personnes guéries.   

  • 55 nouveaux cas confirmés, dont 46 à Kinshasa, au Kongo Central, au Sud-Kivu et dans le Haut-Katanga ;
  • 278 échantillons testés ;
  • Aucun nouveau décès parmi les cas confirmés des CTCo ;
  • Aucune nouvelle personne n’est sortie guérie dans les CTCo, ni parmi les patients suivis à domicile.  

N.B : Le test Covid-19 est gratuit pour tout le monde en République démocratique du Congo. Cependant, le test des voyageurs est payant à 30 dollars américains.

*Les 22 provinces touchées : 

  • Kinshasa             :              9.342 cas ;
  • Nord-Kivu           :              1.174 cas ;
  • Kongo Central   :              548 cas ;
  • Haut-Katanga    :              377 cas ;
  • Sud-Kivu              :              351 cas ;
  • Ituri                      :              183 cas ;
  • Lualaba               :              131 cas ;
  • Haut-Uélé           :              92 cas ;
  • Tshopo                :              68 cas ;
  • Nord-Ubangi     :              38 cas ;
  • Equateur            :              22 cas ;  
  • Sud-Ubangi        :              7 cas ;
  • Kwilu                   :              6 cas ;
  • Tanganyika        :              6 cas ;
  • Bas-Uélé             :              5 cas ;
  • Kasaï Oriental   :              4 cas ;
  • Maniema            :              4 cas ;
  • Tshuapa              :              2 cas.
  • Haut-Lomami    :              1 cas :
  • Kasaï                    :              1 cas ;
  • Kasaï Central     :              1 cas ;
  • Kwango                              :              1 cas ;

L’article Covid-19 en RDC : 55 nouveaux cas enregistrés mardi est apparu en premier sur Matininfos.NET – Information de la RDC en toute impartialité.

Source: Matininfos

The post Covid-19 en RDC : 55 nouveaux cas enregistrés mardi appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

La BOAD approuve de nouveaux engagements pour un montant global de 50 milliards FCFA

Avatar

Publié

le

Le Conseil d’Administration de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) s’est réuni en visio-conférence pour sa 119ème session ordinaire, sous la présidence de Monsieur Serge EKUE, Président du Conseil d’Administration, Président de la BOAD.

Au cours de cette réunion, le Conseil a examiné et approuvé cinq (05) nouvelles opérations pour un montant de 50 milliards FCFA, portant à 6 228 milliards FCFA, le total des engagements (toutes opérations confondues) de la BOAD depuis le démarrage de ses activités opérationnelles en 1976.

Les prêts approuvés portent sur le financement partiel des projets suivants : le Projet de sédentarisation des troupeaux de ruminants (ProSeR), Phase 1 en République du Bénin.

L’objectif global du projet est de contribuer à l’amélioration des productions animales et à la gestion rationnelle des exploitations. Montant de l’opération : 10 Milliards FCFA ;

Le Projet de réhabilitation des aménagements hydroélectriques de Sélingué et de Sotuba en République du Mali.

 L’objectif du projet est de contribuer à la fourniture régulière de l’énergie électrique à moindre coût. Montant de l’opération : 10 Milliards FCFA ;

La Mise en place d’une ligne de refinancement en faveur de la Banque Malienne de Solidarité (BMS) dans le cadre du programme de relance des activités des entreprises de l’UEMOA suite à la crise sanitaire liée à la Covid-19. Montant de l’opération : 10 Milliards FCFA ;

La Mise en place d’une ligne de refinancement en faveur de la Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA) au Mali, dans le cadre du programme de relance des activités des entreprises de l’UEMOA suite à la crise sanitaire liée à la Covid-19. Montant de l’opération : 10 Milliards FCFA ;

La Mise en place d’une troisième ligne de refinancement en faveur de Coris Bank International SA (CBI SA) au Burkina Faso.

La ligne est destinée au refinancement de projets d’investissement productifs dans les secteurs éligibles au financement de la Banque et s’inscrit dans le cadre du troisième programme initié par la BOAD et la KFW visant à soutenir les micros, petites et moyennes entreprises de l’UEMOA en améliorant leur accès aux moyens de financement par le canal du secteur bancaire commercial. Montant de l’opération : 10 Milliards FCFA

Source : agence de presse financiere

The post La BOAD approuve de nouveaux engagements pour un montant global de 50 milliards FCFA. appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?