Connect with us

Startup

Chipper Cash obtient un financement de 13,8 millions de dollars

Avatar

Publié

le

credit photo : Ventureburn

La  fintech Chipper Cash a annoncé avoir levé 8 096 milliards FCFA (13,8 millions de dollars).

La start-up fintech  Chipper Cash a annoncé avoir mobilisé 8 096 milliards FCFA (13,8 millions de dollars) lors d’un cycle de financement.

Chipper Cash, une fintech africaine a mobilisé 8 096 milliards FCFA (13,8 millions de dollars) lors d’un tour de table dirigé par Deciens Capital. Ce financement va servir au recrutement de nouveaux collaborateurs à San Francisco, Lagos, Londres, Nairobi et New York selon Techcrunch.

Chipper Cash offre ses services de paiement P2P mobiles et gratuits dans sept pays: l’Afrique du Sud, le Ghana, l’Ouganda, le Nigeria, la Tanzanie, le Rwanda, le Kenya et le Kenya.

Lire l'article
Publicité
Clic pour commenter

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Startup

e-santé : le nombre de start-up en hausse de 56,5 % au cours des trois dernières années

Avatar

Publié

le

Le marché de l’e-sante est en croissance en Afrique avec 180 entreprises en activité en 2020. C’est une hausse de 56,5 % depuis 2017 rapporte Disrupt Africa.

D’après  le rapport High Tech Health: Exploring the African E-health Startup Ecosystem Report 2020, publié par Disrupt Africa, l’e-santé est en croissance en Afrique. Le nombre d’acteurs du secteur a augmenté de 56,5 % au cours des trois dernières années : 180 start-ups opérationnelles ont été répertoriés. Tandis que les startups de cybersanté ont levé plus de 90 millions de dollars (52,4 milliards FCFA). Plus de la moitié de tous les fonds alloués dans l’espace au cours des cinq dernières années ont été effectués au cours du premier semestre de 2020.

«L’intérêt pour l’espace e-santé en Afrique s’est accéléré au cours des 18 derniers mois, et avec l’avènement de la pandémie COVID-19, il y a un coup de projecteur sur les startups e-santé. À bien des égards, le moment est venu pour le secteur des technologies de la santé du continent – il existe d’énormes opportunités pour prouver les concepts, gagner du terrain et réaliser des changements durables dans les soins de santé.», a déclaré Gabriella Mulligan, cofondatrice de Disrupt Africa.

Lire l'article

Bonne idée

Côte d’Ivoire : l’émergence du marché des sauces, marinades local

Avatar

Publié

le

En plus des sauces et marinades, on assiste à la naissance d’une offre locale de marinée en Côte d’Ivoire : des marinades déjà prêtes pour soutenir la saveur des repas, des sauces tomates ou piments déjà prêtes. Découverte d’un nouveau segment en construction

C’est bien connu le secret de grillade savoureuse ou de repas d’exceptions, c’est souvent une marinade spéciale. Les consommateurs ivoiriens aiment manger des plats relevés, bien épicés accompagnés de sauces tomates, piment ou à défaut d’huile.  Avec l’urbanisation et les contraintes professionnelles, les consommatrices ne disposent pas toujours de temps pour réaliser ses préparations. C’est ainsi qu’un nouveau marché des sauces et marinades commencent à se construire.

Un marché mondial dominé par les sauces, vinaigrettes et condiments

Le marché mondial des sauces,  vinaigrettes et les condiments est estimé à 120 milliards de dollars  (70 milliards FCFA) en 2016. Ce marché a cru de 5,18 % en moyenne annuelle entre 2012 et 2016.  Ce marché est composé de plus d’une dizaine de catégories : sauces, vinaigrettes et condiments, préparations pour sauces et sauces préparées, condiments composés et assaisonnements, Poivre (du genre Piper); gingembre, safran, curcuma, thym, feuilles de laurier, curry et autres épices, sauce soja, ketchup et autres sauces tomates, etc.

Le marché mondial est dominé par Kraft-Heinz, McCormick & Co, Lawry’s, Campbell Soup Co. Les entreprises américaines occupent une place de leader dans le secteur des sauces, des vinaigrettes et des condiments.

Les sauces préparées, les sauces pour salades, la mayonnaise, la sauce soja et les sauces barbecues constituent le Top 5 selon les prévisions en 2021. Ces catégories devancent les marinades et les bouillons.

Un marché ivoirien dominé par les bouillons et la mayonnaise

 « On en met par habitude, reconnaissent toutes les cuisinières du continent. C’est devenu un réflexe de l’ajouter dans les plats » a indiqué des consommatrices au journal Le Monde. Le bouillon constitue un ingrédient pratiquement incontournable dans les foyers ivoiriens. Le marché des bouillons en cube était estimé à 90 milliards FCFA en 2016. Ce marché est dominé par Maggi, Siprochim et Jumbo.

Le marché de la mayonnaise a aussi progressé et des marques comme St Ave, Calvé, Aromate et Top Mayo se partagent le marché. Les jeunes consommateurs ajoutent de la mayonnaise désormais à l’attieke poisson, au plat de poulet ou poisson braisé.

Les importations de préparations pour sauces et sauces préparées, condiments et assaisonnements sont en hausse. Les importations sont passées de 4 093 tonnes en 2015 à 5 141 tonnes en 2019. Le marché pèse 3 milliards FCFA.

Ces produits proviennent principalement de la France (28%), les Pays-Bas (18%) et les Etats-Unis (16%).

Un marché moderne de la marinade artisanal émerge

 La marinade ou la sauce donne plus de caractères aux grillades et préparations. Principalement fait maison ou recette secrète de restaurateurs, nous avons répertorié près de huit sites facebook proposants les marinades ou sauces : la marinette, les marinades et piment de mamie Souadou, Alloco Piment, Chris Garden, Les Marinades Awale, Cuisine gites, les marinades du chef, épices ivoire.

Ces entreprises créées en majorité par des femmes. Larivière Bouchou epse Bangoura de Chris Garden, explique que « c’est faciliter le quotidien des amateurs de cuisine ». Tandis que Vlei Noumanette  de la marinette met en avant les problèmes de conservation et de gain de temps : « Mes légumes pourrissaient rapidement d’une part et d’autres part je n’avais plus autant de temps à passer en cuisine qu’auparavant. Il fallait y pallier ».

Ces nouveaux arrivants sur le marché ont plusieurs points communs. Elles  se positionnent sur le segment bio et fait maison. Elles mettent en avant l’absence de bouillon et de conservateur. Ensuite elles touchent leurs clients via les réseaux sociaux. Elles ont entre 1 000 à 3000 clients. En outre, elles ciblent les mêmes segments de clients : les célibataires, les femmes actives et les hommes célibataires.

Les segments et produits proposés sont les éléments différenciateurs : marinade aux épices, sauce tomate aux piments, piment confit, piment à la moutarde, marinade curcuma,  tomate piment, piment akpi, marinade saveur persillade : ce sont quelques-unes  des offres que l’on peut trouver sur Internet.  De plus, le format et les prix constituent un autre élément distinctif des différentes marques. Toutefois les pots sont compris 2 000 entre 5 000 FCFA pour ml et .

Les difficultés rencontrées par ces entrepreneurs sont variées. D’abord il y a la maitrise des coûts de production. En effet, les prix des matières premières varient fortement sur les marchés. Ensuite la conservation des produits peut poser problème s’ils ne sont pas écoulés rapidement. Enfin la fourniture en  emballages qui ne sont pas disponibles sur place.

Ces entreprises touchent une niche pour le moment avec un maximum d’une centaine de clients par jour. Mais le potentiel de ce segment est important vu les habitudes culinaires de ménages ivoiriens qui mangent au moins une fois semaine des grillades de poisson ou de poulet.

Comme Maimouna Diop des Marinades Mamie Souadou qui déclare «  vouloir distribuer dans le monde »,  les autres entrepreneurs rêvent de construire des entreprises touchant les consommateurs à l’échelle nationale ou mondiale.

Lire l'article

Startup

Coca-Cola et Disrupt Africa lance l’appel à projet pour le Tracking Revolution Challenge

Avatar

Publié

le

Coca-Cola et Disrupt Africa ont annoncé l’appel à projets pour le Tracking Revolution Challenge. Un concours pour identifier des solutions pour le tracking des performances par  produit dans le commerce informel.

Coca-Cola et Disrupt Africa ont annoncé le lancement du «Tracking Revolution Challenge». Ce concours cible les startups opérant sur le continent qui propose des solutions technologiques de bout en bout qui fournissent des informations plus approfondies sur les performances de des marques Coca-Cola et de ses concurrents.

 « La majorité de nos produits transitent par des canaux commerciaux informels, et en raison de la nature du suivi de la vente au détail – non-numérisation et utilisation de l’audit manuel – la couverture de ce canal n’est pas particulièrement robuste comme nous en aurions besoin. Les commerçants sur place tels que les restaurants, les bars et les cafés déplacent également une quantité importante de nos produits, ce qui en fait également un canal d’intérêt majeur pour nous » a déclaré Njabu Hlanze, responsable des informations commerciales chez Coca-Cola Africa.

Les indicateurs que Coca-Cola Africa veut suivre  sont le prix, le volume des ventes, la valeur des ventes, la distribution, le type de pack, la géographie et le type de canal.

Les entreprises peuvent candidater du 25 juin au 21 juillet 2020.

Lire l'article

Les dernières tendances