Connect with us

Entreprendre

Côte d’Ivoire : Les 5 points essentiels en fiscalité pour les PME

Avatar

Publié

le

Entreprendre

La facilité Investissements pour l’emploi lance un appel à projets pour soutenir la création de l’emploi en Côte d’Ivoire

Avatar

Publié

le

La facilité Investissements pour l’emploi (IFE) a lancé un appel à projets pour soutenir les projets à buts lucratifs ou non-lucratifs qui soutiennent la création d’emplois à plein temps stables.

L’IFE est une société d’investissement créée par la KfW Banque de Développement pour le compte du Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ). L’IFE octroie des subventions de cofinancement à de nouveaux projets d’investissement ayant un impact important en termes de création d’emplois.

L’IFE va accorder un soutien financier compris entre 1 et 10 millions d’euros pour compléter les ressources mobilisées par les candidats. En outre, L’IFE va apporter un soutien technique aux bénéficiaires.

 Les candidats sont sélectionnés lors d’un processus en deux étapes :

· La soumission d’une note conceptuelle ;

· La soumission des propositions de projets pour les candidats lors de l’étape précédente.

Lire l'article

Entreprendre

Naïmadolls, la marque ivoirienne de jouets qui veut s’imposer sur le marché africain

Avatar

Publié

le

credit photo : Elle.ci

Sara Coulibaly a créé la marque de poupée Naïmadolls pour valoriser la beauté africaine. Elle a l’ambition de créer un groupe de référence dans l’industrie du jouet en Afrique.

Quand sa fille Naïma nait alors qu’elle réside en France, Sara Coulibaly parcourt en vain les rayons de jouets pour lui trouver une poupée noire. Cette expérience la pousse à agir. Rentrée en Côte d’Ivoire, elle se lance en 2015 dans la confection de poupées noires et métissées avec Naïmadolls.

Dès leur mise sur le marché, les poupées Naîmadolls peinent à décoller. C’est paradoxal dans l’environnement et malgré le besoin existant. Sara persévère et finit par convaincre les distributeurs locaux et les ventes commencent à décoller. Sara, qui est titulaire d’un Master en Intelligence Economique et Entrepreneuriat, a identifié un segment de marché porteur. En effet, le marché mondial du jouet est estimé à 101,7 milliards de dollars  (55 368 milliards FCFA) en 2020. En Côte d’Ivoire, les importations de jouets sont estimées à 7 milliards de FCFA en 2019.

Naïmadolls propose une gamme variée de poupées : mannequins, grandes poupées ou poupées moyennes. Les prix des poupées sont compris entre 15 000 et 30 000 FCFA en fonction du type de poupée. Ces jouets sont disponibles en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays africains.

Sara a diversifié son offre avec la gamme de jouets Kalao pour le grand public et Naïma édition pour les jouets et les livrets éducatifs axés sur la transmission des valeurs africaines aux enfants.

En Janvier 2020, elle a rejoint le programme USAID pour le  renforcement de capacités des PME, initié par la firme Entrepreneurial Solutions Partner (ESP) en partenariat avec l’USAID. À travers ce programme, Sara s’est entourée d’une équipe d’experts pour structurer son business et bénéficie d’un coaching dédié pour réaliser et implémenter la stratégie de croissance de l’entreprise.

 Aujourd’hui, elle ambitionne de construire une usine de fabrication des jouets à Abidjan et devenir ainsi le premier fournisseur de jouets sur le plan national. Elle va devoir s’imposer face aux autres marques Urbidolls ou les Sarama Dolls.

Lire l'article

Entreprendre

Comment Locagri une entreprise locale d’agroalimentaire a résisté à la la crise de la COVID-19

Avatar

Publié

le

La Côte d’Ivoire, ne cesse-t-on de le dire, est un pays essentiellement agricole. Le secteur agricole ivoirien contribue fortement au produit intérieur brut (PIB), à l’emploi des jeunes et au développement du pays. Malgré tout cet apport dans l’économie du pays, ce secteur connaît depuis quelques années des difficultés. Difficultés auxquelles, des jeunes entrepreneurs comme Jean Paul AKA ont choisi de faire face.

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur agronome option Eaux et forêts de l’INPHB obtenu en 2012, il occupe des postes de haute responsabilité qui lui permettent de côtoyer les acteurs du monde agricole. Il prend très vite le pouls de la situation de ces derniers et notamment celui d’une filière qui lui tient à cœur : le riz. Après un rapide état des lieux, il fait de nombreux constats entre autres : la stagnation de la production, la baisse des superficies consacrées à la culture, l’augmentation des importations en riz, etc…

Peiné par cette situation, Jean Paul décide donc de fonder en 2017, Locagri qui aura pour mission de faire la promotion de l’agriculture locale. Et comme pour poser la première pierre, il investit toutes ses économies dans la construction d’une unité de transformation de riz local à Agboville. En 2019, elle met sur le marché Locariz, sa première marque de riz made in Côte d’Ivoire, disponible en plusieurs variétés :

  • Riz de luxe long grains au parfum naturel au prix de 3200f le sac de 5kg.
  • Locariz Black, riz noir diabétique au prix de 1500f le kg

A ces deux catégories de produits, Locagri envisage faire du riz étuvé et du riz enrichi et d’autres gammes de riz blanchi (brisé une fois, brisé 2 fois, riz ordinaire) pour satisfaire les besoins en qualité et en quantité des consommateurs. La marque Locariz est disponible à la boutique Locagri sise à Angré Djibi, 100 m de l’immeuble CGK et dans d’autres supermarchés, supérettes et boutiques repartis dans les communes d’Abidjan.

Malgré la crise sanitaire liée au covid-19, Locagri poursuit son expansion grâce à l’engagement d’une équipe dynamique de 22 employés dont 10 femmes. L’entreprise se fournit en matière première chez plus de 300 producteurs qu’ils accompagnent avec un appui en intrants et des formations sur les bonnes pratiques agricoles. Elle espère ainsi pouvoir mettre en œuvre de solutions innovantes durables pour la transformation de l’agriculture en Côte d’Ivoire afin d’améliorer les revenus et les conditions de vie des planteurs.

En janvier 2020, Locagri rejoint le programme de renforcement des capacités des PME. A travers ce programme, ils ont pu mettre en œuvre des améliorations ( Mise en place de manuel de procédures, de fiches descriptives de processus, des documents de stratégie d’approvisionnement et de commercialisation) qui leur ont permis d’affiner leur process et leur fonctionnement. A cela, on peut ajouter une augmentation du chiffre d’affaires et une expansion des activités grâce à la politique de décentralisation mise en place avec l’appui et le suivi continu de l’équipe ESP.

Aujourd’hui, Locagri ambitionne d’être leader dans la transformation et la commercialisation du riz local en Côte d’Ivoire et accompagner le pays vers l’autosuffisance alimentaire.

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?