Connect with us

Covid19

COVID-19 : le nombre de ménages pauvres a augmenté de 213 % à 2,212 millions en Côte d’Ivoire

Avatar

Publié

le

Le ministère du plan et du développement de Côte d’Ivoire a réalisé une étude de l’impact socio-économique de la COVID-19 sur les ménages ivoiriens en mai 2020.  806 ménages ont été interrogés lors de cette enquête. Il ressort que la pandémie a provoqué une baisse des revenus de toutes les classes sociales. Les ménages ont revu leurs dépenses et privilégié les dépenses alimentaires pour faire face.

La baisse des revenus des ménages a concerné toutes les classes sociales

71 % des ménages ont enregistré une baisse de leurs revenus.  Cette baisse est plus accentuée pour les chefs de ménages travaillant dans le privé (93%) alors que la baisse  a concernée 6 % des familles avec des chefs de ménage du public (6%).

Plus de 31,5% des chefs de ménages ressentent une baisse du revenu variant entre 45% et 65%. De plus, 20 % des ménages ont indiqué avoir subi une diminution de revenus comprise entre 55 % et 65 %. Plus de la moitié des ménages dont le chef travail opère les services ont enregistré une baisse des revenus : couture,  commerce, agriculture, élevage, pêche,  restauration, hôtellerie et  transport

Le rapport montre que la crise a impacté toutes les classes sociales. Il indique que les revenus de la classe sociale élevée ont baissé de 58 %, ceux de la  classe pauvre de 47,4 % et ceux de la classe moyenne de 44,3%. Ainsi la précarité a augmenté avec 1,621 millions de ménages qui ont basculé dans la pauvreté. Le nombre total de ménages en dessous du seuil de pauvreté est passé de 591 425 à 2,212 millions.

L’impact de la crise a été modéré sur la consommation alimentaire

Pour faire face à la baisse des revenus, les ménages ont revu leurs dépenses non alimentaires. Les dépenses de transport, de transferts d’argent et d’éducation sont les postes de dépenses ayant le plus fortement baissé indiquent le rapport. En effet, moins de 20% des ménages interrogés ont vu leurs dépenses de consommation alimentaire ou non alimentaire diminuée.

 Avec la fermeture des établissements scolaires, les dépenses d’éducation constituent le premier poste de dépenses ayant connu une baisse pour les ménages. Plus de 4 ménages sur 10 ont diminué leurs dépenses d’éducation depuis la survenance de la crise.

Les transferts d’argent constituent le second poste budgétaire en déclin avec 40 % des ménages qui ont réduit leurs opérations d’envois et de réception. Enfin plus de 3 ménages sur 10 ont baissé leur budget transport. Cette baisse s’explique par la fermeture des écoles, le télétravail et l’interdiction des déplacements non autorisés entre Abidjan et l’intérieur du pays.

Covid19

COVID-19 : la Banque africaine de développement accorde 60 millions d’euros au Bénin, au Togo et à la Guinée

Avatar

Publié

le

La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le 24 juillet 2020 une aide de 60,32 millions d’euros (33,6 milliards de FCFA) au Bénin, au Togo et à la Guinée dans le cadre de  la réponse à la pandémie de Covid-19.

La BAD a accordé un crédit de 60,32 millions d’euros (33,6 milliards de FCFA) au Bénin, au Togo et à la Guinée. Ce financement est accordé dans le cadre du PARCovid-19. Il s’agit d’un mécanisme d’aide d’urgence à la crise sanitaire et socioéconomique induite par la pandémie de Covid-19. Ces financements constituent des prêts et des dons et sont tirés des ressources du Fonds africain de développement (FAD), le guichet de prêt à taux concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement et de la Facilité d’appui à la transition (FAT-Pilier I), un mécanisme de financement de la Banque destiné aux pays fragiles et en transition.

Ce fonds est réparti ainsi entre les trois pays : Bénin (6,28 millions d’euros), Togo (24,64 millions d’euros) et Guinée (29,5 millions d’euros).

 « La propagation du coronavirus fait peser de larges menaces sur la poursuite des activités économiques, la croissance économique des pays mais aussi les recettes des Etats au moment où ils doivent faire face à des besoins pressants notamment en termes de riposte sanitaire. Ces appuis viennent donc renforcer la capacité de réaction des pays contre le Covid-19 et devraient aider à rendre les pays plus résilients face aux urgences de santé publique et à combler le déficit en ressources budgétaires des Etats afin de faire face aux besoins sociaux de base et du secteur productif »  a souligné Marie Laure Akin Olugbade, directrice générale pour l’Afrique de l’Ouest de la Banque.

Lire l'article

Covid19

Togo : le gouvernement a lancé un programme de crédit digital pour les agriculteurs

Avatar

Publié

le

Le mardi 28 juillet 2020, le gouvernement Togolais a annoncé le lancement d’une plateforme de crédit numérique à taux zéro pour soutenir le secteur agricole impacté par la Covid-19.

YOLIM, qui veut dire saison des pluies et des semences en langue locale est un programme de crédit digital lancé par le gouvernement Togolais. Ce programme est mis en œuvre avec les les banques et les opérateurs de téléphonie mobile Togocom et Moov Togo.

Yolim accorde des crédits à taux d’intérêt nul aux petits exploitants agricoles, pour l’achat d’intrants (semences, engrais, pesticides) et la location d’équipements agricoles. Les agriculteurs bénéficient d’un montant maximum de 96 000 FCFA pour acheter leurs engrais, pesticides ou louer des tracteurs. Les agriculteurs doivent remplir cinq conditions pour bénéficier de ce crédit :

  • Produire à minima 0,5 hectare de culture destinée à l’exportation et 0,5 hectare de culture destinée à la consommation locale
  • Être en partenariat avec un agrégateur agréé autorisé par l’Etat à participer au programme YOLIM
  • Avoir une carte d’électeur valide.
  • Avoir un numéro de téléphone mobile actif qui vous soit propre

 209 magasins sont partenaires de l’opération et environ 57 843 agriculteurs ont été enregistrés pour en bénéficier.

« L’agriculture togolaise contribue à près de 40% à la formation de la richesse nationale et emploie plus de 60% de la population. Face aux impacts de la crise sanitaire due à la COVID-19, le gouvernement dans son plan de riposte a décidé de soutenir les acteurs du secteur agricole afin non seulement d’éviter que certains notamment les producteurs ne basculent dans l’extrême pauvreté mais aussi de créer les conditions pour une croissance forte pouvant compenser les pertes enregistrées dans les autres secteurs. Ainsi, un plan de riposte agricole est mis en œuvre pour améliorer le revenu des acteurs des chaînes de valeur agricole», a déclaré Koutéra BATAKA, Ministre de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique sur Twitter.

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Le FMI prête en urgence 85,15 milliards FCFA au Gabon pour faire face au Covid-19

Avatar

Publié

le

le-fmi-prete-en-urgence-85,15-milliards-fcfa-au-gabon-pour-faire-face-au-covid-19

Ne pouvant faire face tout seul à la pandémie de coronavirus, le Gabon a demandé et obtenu un second prêt du Fonds monétaire international (FMI) au titre de l’instrument de financement rapide (IFR). Vendredi, c’est donc 85,15 milliards de FCFA (152,6 millions de dollars) qui viennent d’être alloués au Gabon via ce mécanisme de prêt, soit un montant de 299,61 millions de dollars (167 milliards de FCFA) d’aide totale apportée au pays depuis le début de la pandémie. Montant que le Gabon devra rembourser (…)


Economie

/
,

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances