Connect with us

Startup

Gebeya va fournir des bourses d’études à des créatrices de logiciels en Ethiopie

Publié

le

Gebeya, une société panafricaine spécialisée dans les technologies de l’éducation et le placement en ligne de l’IFC, ont signé le 5 mars 2019 un contrat de services de conseil d’un montant de 500 000 dollars US pour la mise en œuvre du programme Digital Gender-Ethiopia. L’objectif est d’accroître le nombre de femmes développeurs de logiciels.
250 créatrices de logiciels vont être formées par Gebeya. De plus, un financement de démarrage va être accordé à 20 femmes entrepreneurs dont les idées commerciales numériques seront soutenues par Gebeya. Les entrepreneurs recevront des conseils techniques et stratégiques de Gebeya sur le développement commercial, ainsi que des services de conseil de la SFI d’une valeur de 50 000 dollars des États-Unis, destinés à soutenir les programmes de mentorat d’entrepreneurs numériques reconnus dans le monde entier.
Amadou Daffe, PDG et cofondateur de Gebeya, a déclaré: « Le projet permettra à l’entreprise d’élargir son champ d’action au-delà du modèle actuel rémunéré par les étudiants pour inclure une cohorte de développeurs de logiciels dont la formation sera financée par le biais de ce programme de bourses.Les femmes africaines représentent 50% de la population africaine mais ne contribuent que 39% à son produit intérieur brut. Cela est dû à leur incapacité de payer les frais de scolarité, à une idée fausse de la société sur les femmes et à leur aptitude professionnelle, à un soutien familial insuffisant ainsi qu’aux stéréotypes sexistes. Nous ne pouvons plus rester en retrait et regarder les femmes africaines intelligentes et capables se mettre à l’écart. Nous devons faire notre part pour combler le fossé entre les sexes en matière de technologie, où les femmes sont fortement sous-représentées.  »
Depuis sa création, Gebeya a connu une croissance rapide, aidant plus de 400 candidats à sortir de ses programmes de formation, plaçant 140 professionnels diplômés sur son marché des compétences en TI, générant chaque mois d’importantes commandes de clients via sa plateforme.

Innovation

Dayélian : la marque de snack 100 % africaine accélère son développement à l’international

Publié

le

Créée en 2015 par le béninois Régis Ezin, Iridium est une entreprise alimentaire spécialisée dans les snacks. Elle a pour objectif de promouvoir les trésors culinaires africains dans le monde en leur conférant une touche de modernité sans altérer leur essence originelle. Aujourd’hui l’entreprise est co-dirigée par Régis EZIN et Kate WADAGNI.

Alors que sur le marché du snack, on retrouve la confrontation formelle et informelle. Les producteurs locaux proposent de la noix de cajou, chips de bananes sous des formats basiques et peu modernes. Tandis que des marques internationales proposent des snacks (chips, biscuits, etc.) dans des emballages modernes.
Afin de combler le vide en marques de snack modernes à base de produits locaux, Il met sur le marché les snacks 100 % africain sous la marque Dayelian. La marque propose des snacks à base de produits locaux poissons grillés, noix de cajou, banane plantain, gari, coco grillé, le manioc, l’arachide, etc. Ces produits sont emballés dans des stand-up pouch, sorte de poches alimentaires stérilisés sous vide à des prix abordables. Les produits vendus entre 450 et 1700 FCFA. La marque cible en priorité la classe moyenne et répond aussi aux besoins croissants de consommation nomade.
Le succès majeur est le kluiklui d’Agonlin au dowévi. Il s’agit d’une recette populaire au Bénin mais qui jouissait d’une image ringarde. Selon son fondateur, Dayelian a contribué a amélioré l’image de ce produit qui est perçu comme chic et trendy.
La marque Dayélian s’adapte à la diversité des goûts, des habitudes de consommation locales et aux nouvelles attentes des consommateurs en matière de naturalité ou de coût. En effet, la marque propose une gamme large de 14 produits. De plus, elle propose des innovations comme le tapioca soufflé, le coco râpé citronnelle, le gari au lait de coco.

Après avoir pénétré avec succès le marché béninois, l’entreprise exporte aussi les produits au Burkina-Faso, au Togo. Elle va continuer son expansion internationale et va être disponible en Côte d’ivoire et au Sénégal bientôt.

Lire l'article

Startup

Quelles sont les startups africaines sélectionnées par l’accélérateur américain YC ?

Publié

le

Credit photo :Tecchrunch

Y Combinator, un accélérateur américain a sélectionné 7 jeunes pousses africaines sur 200 dans sa promotion 2019. Depuis 2016, l’accélérateur assiste les startups en démarrage et fournit des fonds de fonds de démarrage.
Parmi les sept entreprises retenues, 5 provenaient du Nigéria et 1 en Tanzanie. Six d’entre elles sont des entreprises fintech proposant des produits destinés au négoce de devises, à l’agriculture, aux soins de santé et à l’éducation selon Techcrunch.

1. Nala (Tanzanie)
Nala permet aux utilisateurs de payer leurs factures, d’effectuer des paiements P2P et d’acheter des minutes de téléphonie mobile sans connexion Internet.

2. 54gene (Nigeria)

En se concentrant sur l’Afrique, la société peut aider à détecter et à identifier des marqueurs d’ADN qui pourraient être négligés. La cofondatrice Abasi Ene-Obong est titulaire d’un doctorat en biologie du cancer de l’Université de Londres.

3. VertoFX (UK)

Fondé par des ex-banquiers Anthony Oduwole et Ola Oyetayo, VertoFX est une plate-forme permet aux entreprises d’accéder facilement aux devises étrangères et d’effectuer des paiements internationaux en toute transparence, en offrant aux clients des taux de change en temps réel et moins chers, des liquidités et des délais de règlement plus rapides. VertoxFX offre 18 monnaies sur sa plate-forme.

4. Thrive Agric (Nigeria)

Grâce à Thrive Agric, les petits exploitants agricoles du Nigeria accèdent à des prêts participatifs pour les aider à faire pousser leurs cultures et les aider à vendre leurs produits. La société a travaillé avec 14 000 agriculteurs à ce jour, avec des plans pour atteindre un million d’agriculteurs à travers l’Afrique d’ici 2022, ce qui représente une opportunité de marché de 54 milliards de dollars.

5. CredPal (Nigéria)

Credpal est une société de cartes de crédit qui permet d’effectuer des achats en ligne et hors ligne et de payer en versements mensuels fixes. Elle a été fondée par Fehintolu Olaogun et Olorunfemi Jegede.
Selon CredPal ses cartes ont la commodité d’une carte de crédit et la simplicité d’un remboursement mensuel fixe. L’objectif est de réduire la pression financière à laquelle sont confrontés les consommateurs en Afrique et d’améliorer leur niveau de vie.

6. Schoolable (Nigeria)

Schoolable crée une application de facturation permettant aux parents de faire leurs paiements à temps, tout en utilisant l’application pour économiser directement en vue des frais de scolarité.
Les frais de scolarité sont souvent payés avec du retard etil est plus difficile que ce qu’il devrait être pour les écoles de garder une trace des paiements.

7. Wallet.NG (Nigeria)

Une application fintech qui permet d’envoyer de l’argent à des amis ou à la famille et de payer des factures avec uniquement le numéro de téléphone du destinataire. Wallet aide les utilisateurs à garder une trace de leurs dépenses grâce aux rapports financiers disponibles sur l’application.

Lire l'article

Startup

2 start-up qui innovent dans le domaine de la beauté

Publié

le

Afriveille propose trois start-up innovantes dans le domaine de la beauté en Côte d’Ivoir

1.Coiffureexpress.ci

Fondée en février 2019, Coiffurexpress est une plate forme de commande d’un coiffeur à domicile.
Elle a été fondée par Aguie Patrick qui dispose d’une riche expérience dans l’organisation d’événements pour les jeunes ( RedCup Party, Abidjan Mousse, etc.).
Cette plateforme veut se positionner comme une alternative à Afrodict la pionnière dans ce domaine. Son business modèle est différent car ce n’est pas une plateforme de mise en relation entre des coiffeurs et des clients. En effet, c’est un service de coiffure à domicile avec des coiffeurs maisons.

Notre Avis: c’est une nouvelle alternative pour trouver un professionnel qui propose aussi des coiffeurs pour homme. Le site va devoir monter en puissance en terme de visibilité et d’offres pour s’imposer sur un marché qui comprend beaucoup d’offreurs et un nombre importants de salons près des domiciles.

2. Cerise.ci

Lancé au dernier trimestre 2018 par Biyoghe Charlotte Marie une jeune professionnelle du digitale.Cerise.ci est un site de vente en ligne de produits de beauté. Pour le moment, le site propose des articles de maquillage en majorité. Mais l’ambition est de devenir un site leader dans la vente en ligne des produits de beauté.

Notre Avis : la livraison gratuite pour une commande à partir de 20 000 FCFA et des moyens de paiement diversifiée vont permettre aux prospects de tester. Le challenge est bien entendu de se faire connaitre et d’offrir une expérience différente.

 

Lire l'article

Les dernières tendances