Connect with us

Economie

La Chine a accordé 2,1 milliards de dollars d’allégement de la dette aux pays pauvres

Avatar

Publié

le

Alors que les pays africains font actuellement face à une crise de la dette, le ministre des Finances de la Chine Liu Kun a indiqué que son pays avait accordé un allègement de 2,1 milliards de dollars (1 162 milliards FCFA) de la dette des pays pauvre selon Reuters. Les pays africains vont avoir besoin d’une aide à long terme en plus de la suspension du service de la dette du G20 accordé il y a quelques mois en raison de la crise sanitaire.

Cet allègement représente une part infime de la dette bilatérale officielle des pays pauvres envers le G20 qui étaient de 178 milliards de dollars (98 556 milliards FCFA) en 2019.  Milliards soit 63 % de cette dette est dû à la Chine. De plus, 112 milliards de dollars, soit  63% du total est dû à la Chine, selon une étude de la Banque.

Cependant, c’est minime par rapport à la dette des pays en développement envers la Chine. La dette bilatérale officielle des pays les plus pauvres envers les pays du G20 a atteint 178 milliards de dollars en 2019, Liu a déclaré à Reuters que la Chine était disposée à intensifier son aide financière aux pays en développement et qu’un soutien supplémentaire serait accordé aux pays les plus durement touchés par la pandémie et soumis à un stress intense, et qu’elle accordera également la priorité à l’approvisionnement en vaccins COVID-19 aux économies pauvres.

Economie

Fitch passe les perspectives de la Tunisie de stable à négative

Avatar

Publié

le

Fitch Ratings a révisé les perspectives de la Tunisie de stable à Négative et a confirmé la note de défaut des émetteurs en devises à long terme (IDR) à B.

L’agence de notation a dégradé ses perspectives pour la Tunisie de stable à négative. Cette dégradation est la conséquence de l’aggravation des risques de liquidité budgétaire en raison d’une forte détérioration des finances publiques et de l’environnement macroéconomique général provoqué par le choc de la pandémie de coronavirus. De plus, l’agence juge le risque politique élevé à cause d’un paysage politique fragmenté et de fortes tensions sociales. Ces tensions peuvent ralentir la mise en œuvre des réformes budgétaires critiques.

La croissance du PIB  devrait se contracter de 8 % en 2020, mais elle devrait redevenir positive à 4 % en 2021. Tandis que l’inflation moyenne devrait être de 5,6 % en moyenne en 2020-2021.

L’agence prévoit une augmentation du déficit de l’administration centrale (CG) à 10,5 % du PIB en 2020, contre 3,3 % en 2019. Cette hausse est liée aux augmentations salariales accordées dans le cadre d’un accord avec les syndicats et d’une hausse des dépenses à cause de la crise sanitaire.

L’agence a anticipé une dégradation de la gestion des finances publiques. En effet, le gouvernement n’a pas communiqué le montant des arriérés publics. Selon ses projections, le déficit budgétaire devrait diminuer à 7,1 % du PIB en 2021.

La Tunisie devrait réussir à couvrir ses besoins de financement sur 2020-2022 selon l’agence de notation soutenu les créanciers officiels et les émissions sur le marché intérieur et par le financement de la banque centrale. En revanche, sa capacité d’adaptation pour éviter toute déviation à la trajectoire budgétaire est limitée.

Des passifs éventuels importants des entreprises publiques financièrement faibles et du secteur bancaire présentent des risques à la hausse pour la trajectoire de la dette dans le contexte d’un grave choc économique.

Le risque bancaire est jugée élevé, car les indicateurs de santé du secteur bancaire sont inférieurs à celle de la médiane de la catégorie. En outre, les prêts non-productifs représentaient 16 % des prêts à la fin du premier semestre 2020. La qualité des actifs devrait se détériorer au cours des prochains mois.

Lire l'article

Economie

Fitch a dégradé la note de l’Afrique du Sud

Avatar

Publié

le

L’agence de notation Fitch a annoncé le 20 novembre 2020 avoir baissé de BB à BB- la note de défaut des émetteurs en devises à long terme de l’Afrique du Sud. À ces notes sont attachées à une perspective négative.

La pandémie a impacté de manière importante la croissance économique de l’Afrique du Sud. Le PIB devrait se contracter de 7,3 % en 2020. L’économie nationale a été affectée par le confinement strict au second trimestre et aux retombées de la pandémie. La croissance passera à 4,8% en 2021, puis ralentira à 2,5 % en 2022.

Les recettes publiques et les dépenses supplémentaires ont baissé. Le déficit public consolidé atteindra 16,3% du PIB au cours de l’exercice se terminant en mars 2021 (FY20 / 21), contre 6,4% en FY19/20. Une reprise en 2021 et la fin des programmes de soutien liés au COVID-19 contribueront à réduire les déficits au cours de l’exercice 21/22.

L’agence projette que la dette des administrations publiques devrait augmenter de 94,8 % du PIB en 22/23 contre 64,9 % en 19/20. En outre, le gouvernement projette que la dette brute atteindra 90 % du PIB en 22/23.

Le risque pour le financement du budget et la stabilité extérieure est important à cause des importants avoirs étrangers d’obligations d’État en monnaie locale d’Afrique du Sud. Cependant, le régime de taux de change totalement flexible combiné à une faible part de la dette libellée en devises dans la dette publique totale, à 11,8 % en octobre, sont des amortisseurs importants. Le très important secteur financier non bancaire local, avec environ 160% du PIB d’actifs, fournit des amortisseurs importants, et les plafonds sur les participations étrangères du secteur contiennent également des risques de financement externe.

Le déficit du compte courant (CAD) devrait se baisser à  0,3 % du PIB en 2020. La forte baisse de la demande intérieure, une augmentation des termes de l’échange de l’Afrique du Sud et une reprise plus rapide des exportations ont provoqué une amélioration de la balance commerciale au cours des trois derniers trimestres.

Les profits du secteur bancaires devraient chuter. Mais il ne devrait pas présenter de risques de responsabilité pour le souverain.

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

RDC : Les consultations présidentielles prendront fin ce mercredi (Présidence)

Avatar

Publié

le

Félix Tshisekedi

La clôture des consultations du chef de l’État a été repoussée à demain mercredi au lieu de mardi comme annoncée. Kasongo Mwema Yamba l’a fait savoir ce 24 novembre dans la soirée à la presse réunie au Palais de la Nation où se déroulent ces activités.

D’après le porte-parole du président de la république, ce report d’un jour est consécutif aux nombreuses listes des structures et personnalités devant être consultées.

Lire Aussi : RDC : Les consultations politiques prennent fin ce mardi (Présidence de la République)

« Compte tenu de l’engouement que les consultations initiées par le président de la République ont rencontré et tenant compte du fait qu’il y a eu des listes extrêmement longues, la clôture de ces consultations est repoussée à demain mercredi », dit-il.

En rappel, les consultations présidentielles avaient été lancées le 2 novembre. Pendant trois semaines, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi a personnellement reçu différentes personnalités du monde politique et social de Kinshasa et de l’arrière-pays, toutes tendances confondues dans le but de recueillir les avis des congolais sur la situation politique que traverse le pays en vue de la création de l’Union sacrée. 

La rédaction

L’article RDC : Les consultations présidentielles prendront fin ce mercredi (Présidence) est apparu en premier sur Matininfos.NET – Information de la RDC en toute impartialité.

Source: Matininfos

The post RDC : Les consultations présidentielles prendront fin ce mercredi (Présidence) appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?