Connect with us

Business

L’Afrique du Sud domine le palmarès des meilleurs aéroports africains

Publié

le

Lancé en 1999 par Skytrax, les World Airport Awards constituent une référence de qualité dans l’industrie aéroportuaire. Ce classement est basé sur un sondage de satisfaction auprès des clients.

Le classement mondial est dominé par l’Asie et l’Europe. Le trio de tête est Singapour Changi, Tokyo Haneda et Seoul Incheon. C’est la septième année consécutive que l’aéroport de Singapour Changi termine à la première place du classement.

M. Edward Plaisted, PDG de Skytrax, a déclaré : « Être élu meilleur aéroport du monde pour la septième année consécutive est un exploit vraiment fabuleux pour l’aéroport de Changi, et ce prix continue de souligner la popularité de cet aéroport auprès des voyageurs aériens internationaux. L’aéroport de Changi a pour objectif d’améliorer continuellement l’expérience de ses clients et d’innover avec de nouvelles fonctionnalités. L’ouverture de l’aéroport Jewel Changi en avril 2019 devrait ajouter une autre dimension unique à l’expérience des clients de l’aéroport de Changi.

Le classement africain est dominé par l’Afrique du Sud. Les aéroports de Cape Town, Durban et Johannesburg sont les trois meilleurs d’Afrique. Ils sont suivis par Maurice, Marrakech, East London, Port Elizabeth, Seychelles, Bloemfontein et Le Caire.

Business

Ghana : l’industrie cinématographique a généré 829 millions FCFA en 2018

Publié

le

L’industrie cinématographique a augmenté de 8% par rapport à 2018 à 829 millions FCFA d’après le rapport Entertainment and Media Outlook Africa 2019, du cabinet d’audit PwC. L’industrie cinématographique ghanéenne a eu un chiffre d’affaires stable d’environ 769,8 millions de FCFA en 2017 et 2017.

Les perspectives ne sont pas optimistes pour l’année 2019 et 2020 avec un chiffre d’affaires prévisionnel de 888,3 millions FCFA. Pour 2021, il est prévu 947 ;6 millions de FCFA, mais le secteur affichera les mêmes revenus en 2022 et 2023.

Lire plus sur Agence Ecofin

Lire l'article

Business

Côte d’Ivoire : le canadien Westbridge dément la cession de ses parts dans la BHCI

Publié

le

Westbridge Mortgage Reit, la société canadienne de financement immobilier, a démenti avoir vendu ses actions de capital de la Banque de l’Habitat de Côte d’Ivoire (BHCI).

Le 13 novembre 2019, le ministère ivoirien de l’Economie et des Finances a annoncé l’annulation de la vente des actions de la BHCI à la Westbridge Mortgage Reit. L’annulation de cession permettait à l’Etat ivoirien de reprendre le contrôle de la Banque. « Nous [Westbridge, Ndlr] n’avons d’accord avec personne pour revendre notre part d’actionnariat. En tout cas pas encore. Et nous n’avons pas entamé de discussions à cet effet. Nous sommes en possession de nos titres nominatifs représentant 51,6% des parts. Et avec l’ensemble des actionnaires représentant plus de 96% des actions, aucun n’a revendu ses titres », a indiqué J.D Diabira le directeur général de la BHCI et de Westbridge.

Des difficultés pour prendre le contrôle de la banque

Le capital de la BHCI compte comme actionnaires les plus importants Westbridge (51,6%), SCI Demack (33%), NSIA (10%), SOMAVIE (4%) et BOAD (1%). Le gouvernement ivoirien a décidé de céder ses actions à la Westbridge Mortgage Reit en 2017.

Dans une note adressée aux salariés de l’entreprise, le président du conseil d’administration James Clayton a indiqué que Westbridge a sollicité le 28 Octobre 2019 de l’aide du premier ministre t ivoirien pour « pour aboutir à une conclusion rapide qui permette soit de prendre le contrôle effectif de la Banque dont elle est actionnaire majoritaire, ou d’entamer un dialogue pour nous libérer et libérer la Banque de la situation dangereuse dans laquelle elle se trouve ».

Révélant que « de fait, la BHCI est contrôlée et gérée par des individus qui ne sont ni actionnaires, ni gérants. Vous le savez tous aujourd’hui, le ministre des Finances et la Directrice de cabinet du ministère des Finances sont au contrôle de la gestion de la Banque, et ce depuis déjà des mois, créant ainsi une confusion juridique préjudiciable à la Banque et aux intérêts des actionnaires légitimes » a indiqué James Clayton.

Deux raisons principales sont à l’origine de la crise selon les dirigeants de la Westbridge. Dans un premier temps, la banque a reçu son agrément bancaire quatre mois après la signature de l’agrément bancaire en décembre 2018. Ensuite les résultats d’un audit sur la gestion passée a mis en lumière 12 milliards FCFA de créances douteuses dont 4 milliards FCFA provenant étonnamment de transactions associées à des membres du gouvernement ivoirien. Ce montant des créances douteuses est 4 fois supérieures au montant projeté par la Banque.

NSIA et Westbridge ont recapitalisé la banque à 3,6 milliards FCFA sur 5 milliards FCFA approuvé par le conseil d’administration en Octobre 2018. Mais cette recapitalisation est insuffisante et des vices de procédures menacent sa validation.

Une incertitude qui est de nature à décourager les investisseurs

« Avec l’ensemble des actionnaires, Westbridge pense que le problème de liquidité que traverse la banque ne constitue en rien un problème insurmontable », fait remarquer James Clayton. Les fondamentaux de la banque restant solides et ne remettant pas en cause sa capacité à continuer de fonctionner. Par contre, s’inquiète-t-il, « la question de la gouvernance et l’incertitude qu’elle engendre sont de nature à décourager l’investisseur le plus confiant. Il nous paraît irréaliste de penser que des investisseurs-propriétaires vont s’engager à investir dans une banque qu’ils ne contrôlent pas ».

Lire plus sur Agence Ecofin

Lire l'article

Business

Le bénéfice net de la BOA CI en hausse de 4,8 % à 9 556 millions FCFA au 3 ème trimestre 2019

Publié

le

Les ressources collectées ont augmenté de 11,8 % et s’élèvent à 424191 millions de FCFA. Tandis que les crédits à la clientèle ont augmenté de 10,8 % et s’établissent 298 463 millions FCFA.

Ces positions impactent positivement le produit net bancaire qui progressent de 10,6% pour atteindre 26 040 millions de FCFA, grâce notamment à une forte croissance des commissions.

Le résultat net progresse de 4,8 % en glissement annuel et s’établit à 9556 millions de FCFA.

Lire l'article

Les dernières tendances