Connect with us

Startup

Les 20 finalistes du prix Anzisha sont connus

Avatar

Publié

le

Le prix Anzisha, un programme de soutien de l’Académie africaine du leadership et la Fondation Mastercard, a rendu public la liste des 20 finalistes pour l’édition 2020.

Sur 1 200 candidatures reçus cette année, 20 candidats ont été sélectionné pour la phase finale duPrix Anzisha. Les entreprises de ces entrepreneurs opèrent dans l’agriculture, l’industrie et l’éducation.  Ils sont originaires du Maroc, d’Afrique du Sud, du Ghana ou de Tanzanie.

Les gagnants seront annoncés lors de la conférence du Prix Anzisha de cette année, le 27 octobre, où le programme célébrera 10 ans de soutien aux très jeunes entrepreneurs.

Les nominés du Prix Anzisha 2020 sont :

Mustapha Zeroual, Maroc : fondateur d’IA4YOU, une initiative commerciale et sociale qui conçoit différents systèmes et plateformes numériques en utilisant l’intelligence artificielle.

Aseitu Olivia Kipo, Ghana : fondatrice de Kobaa-Ok qui se concentre sur la production et la vente de légumes et fournit des services de formation et de conseil à d’autres agri-entrepreneurs

Omonlola Loïs Aniambossou,  Bénin : fondateur d’Abiathar Services, une entreprise qui offre des services d’installation, de surveillance et de réparation aux propriétaires d’appareils électriques

Ian Khonje, Malawi : fondateur d’Ian Khonje Food Processers (IKFP) qui produit et conditionne de la confiture de baobab

Mohamed Bah, Sierra Leone : fondateur d’Information For All (IFA), une ONG qui construit des foreuses et répare des puits d’eau et des toilettes, permettant la durabilité de l’eau et l’hygiène pour les communautés privées d’eau

Benjamin Mushayija Gisa, 21 ans, Rwanda : fondateur de Kaso, une entreprise manufacturière qui fabrique et conditionne des produits naturels biologiques à la fois pour la consommation (et à des fins cosmétiques

Joshua Adabie Armah,Ghana : fondateur de PopKing Ghana, une entreprise qui vend du pop-corn frais en plusieurs saveurs à des vendeurs au Ghana

Adjei Nyamekye, Ghana : fondateur de Mosquito Trapping and Emergency LED Bulbs, une initiative qui vend des ampoules de pointe qui fournissent 12 heures d’électricité de secours en cas de panne de courant et qui piègent les moustiques

Wilfred Chege, Kenya : co-fondateur de Shulemall Limited, une plateforme de commerce électronique qui vend des uniformes, des livres scolaires, de la papeterie, aux élèves des internats

Abdelouahab Toukkart, Maroc : fondateur d’Isla Pack, une entreprise qui transforme le papier industriel usagé en boîtes et emballages pour articles de confiserie.

Mahlatse Matlakana, Afrique du Sud : fondatrice de Wozilex, une entreprise agroalimentaire qui produit et vend des légumes

Abdul Dumbuya,  Sierra Leone : co-fondateur d’une entreprise sociale qui produit du gingembre brut et le transforme en poudre de gingembre. 25 % de ses revenus générés  sont utilisés pour soutenir des programmes éducatifs

Saly Sarr, Sénégal : fondateur de SallyMaa, une marque de mode qui conçoit et fabrique des accessoires en cuir

Frida Agbor-Ebai Nenembou, Cameroun : fondatrice de Supreme Sparkle, une entreprise qui offre des services de couture, de salon et de spa.

Jonathan Paul Katumba, Ouganda : fondateur de Minute5, un service de livraison d’épicerie en ligne axé sur les produits agricoles frais

Alaa Moatamed,  Égypte : co-fondatrice de Presto, l’une des principales plateformes de gestion des livraisons en Égypte

Hamidu Biha,  Ouganda : fondateur de Biha Eco Venture, une entreprise de recyclage qui utilise les coquilles d’œufs de volaille pour fabriquer des produits écologiques comme le charbon écologique et des tuiles écologiques.

David Denis, 22 ans, Tanzanie : fondateur de Cutoff Recycle, une entreprise de recyclage des déchets de cheveux humains

Startup

La fintech nigériane Paystack rachetée par Stripe

Avatar

Publié

le

Stripe, l’entreprise américaine de paiement a annoncé l’acquisition de Paystack.

Paystack est une startup nigériane de traitement des paiements en ligne. Elle a été fondée en 2015 par Shola Akinlade et Ezra Olubi, Paystack deux développeurs nigérians. la fintech Paystack présent au Nigeria, au Ghana où plus de 60 000 entreprises utilisent ses services.

Créée en 2010, Stripe une société américaine destinée au paiement par Internet pour professionnels. En acquérant Paystack, l’américain Stripe entre sur le marché africain qui est en forte croissance.  « Le commerce en ligne augmente de 21 % d’une année à l’autre et de 75 % plus vite que la moyenne mondiale », a indiqué  Stripe dans une note d’information.

Stripe ne va pas être intégrée directement au portefeuille d’entreprises de Stripe. Stripe va accompagner Paystack pour sa croissance en particulier le développement de nouveaux produits.

Lire l'article

Startup

MTN Côte d’Ivoire lance l’appel à candidature pour son programme d’incubation Yellostartup

Avatar

Publié

le

MTN CI a lancé l’appel à candidatures  de son programme d’accompagnement des startups.

Du 14 Octobre au 8 novembre 2020, les entrepreneurs et startups peuvent candidater pour faire partie de la nouvelle cohorte de Yellostartup Côte d’Ivoire. 

YelloStartup est un programme qui cible les startups et les entrepreneurs qui veulent introduire des solutions innovantes. Les entreprises vont être sélectionnées selon quatre critères principaux : la viabilité économique, l’innovation,  l’impact social et l’intégrité et le leadership.

Cinq  solutions seront sélectionnées pour une période d’incubation d’une durée de deux mois, à partir du 18 novembre 2020, au sein d’une structure spécialisée en développement entrepreneurial et avec des Coachs et Experts en entrepreneuriat. Après évaluation de leur potentiel socioéconomique, Le trois meilleures solutions vont être retenues pour une phase d’accélération de février à mai 2020.

Les startups sélectionnées vont recevoir une aide financière d’un million de FCFA lors de la première phase. Ensuite, les trois finalistes vont bénéficier d’un soutien financier de cinq millions Francs CFA.

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

SAP Africa Code Week : top départ de l’édition virtuelle avec un concours pour les jeunes et une toute nouvelle application mobile

Avatar

Publié

le

  • Cette sixième édition de l’initiative de développement des compétences numériques voit son impact pédagogique étendu aux 54 pays africains
  • Une nouvelle application mobile et un concours de code pour encourager l’innovation chez les jeunes
  • Les partenariats public-privé au cœur des stratégies virtuelles de renforcement des capacités pédagogiques.

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud, October 15, 2020 -/ African Media Agency(AMA)/-La plus grande initiative africaine d’initiation aux compétences numériques bat son plein depuis son lancement le 5 octobre par SAP. Au programme de cette sixième édition d’Africa Code Week (ACW) : un format virtuel et de nombreuses nouveautés.

S’exprimant lors d’un événement virtuel célébrant la Journée mondiale des enseignants et le lancement officiel de l’ACW 2020, le Directeur général adjoint de l’UNESCO, Xing Qu, a rappelé que cette nouvelle édition se déroulait dans le contexte inédit de la pandémie de COVID-19. « L’apprentissage à distance est devenu la norme pour la plupart des étudiants et ce changement nous révèle à quel point les compétences numériques sont essentielles. Pourtant, moins de 30% des personnes dans le monde maîtrisent les compétences de base en TIC, et seulement 3% des adultes des pays à revenu intermédiaire ont des compétences en programmation informatique ».

Les femmes continuent également d’être exclues, a poursuivi M. Qu. « Selon la publication phare de l’UNESCO I’d Blush if I Could , les femmes et les filles ont 25% moins de chances que les hommes de savoir faire une utilisation de base des TIC. Nous savons tous que les compétences numériques ne sont plus une option mais une nécessité. Certes la COVID-19 crée de nombreux défis, mais elle présente aussi son lot d’opportunités. Si la pandémie pousse ACW à se dérouler entièrement en ligne cette année, c’est aussi ce qui lui permet de toucher les 54 pays du continent africain.

Des formations virtuelles et un concours pour développer ses compétences

Lancé le 1er septembre en partenariat avec SAP, UNESCO YouthMobile et Irish Aid, l’AfriCANCode Challenge est un concours de programmation informatique destiné aux jeunes âgés de 8 à 16 ans et qui a lieu en ce moment même sur le continent africain. Invités à concourir seuls ou en équipe, les « vaillants programmeurs » ont pour mission d’imaginer l’école de demain avec un jeu Scratch et une vidéo de 2 minutes expliquant pourquoi leur projet est le meilleur. Faisant appel à un large éventail de compétences essentielles, de la résolution de problème à la programmation en passant par le travail en équipe et la communication, le défi verra les trois meilleurs projets de chaque pays concourir pour la grande finale panafricaine. Les résultats définitifs seront annoncés vers la fin de l’année.

Une étude de 2016 a révélé que près de  69 millions de nouveaux enseignants seront nécessaires d’ici 2030  : c’est dire à quel point nous avons besoin d’eux pour réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies – notamment l’Objectif 4 visant à « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie » et l’Objectif 5 concernant « l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et filles ». Malheureusement, la pandémie de COVID-19 a gravement perturbé la scolarisation à travers le continent, avec environ 250 millions d’enfants africains du primaire et du secondaire non scolarisés et une pénurie d’enseignants qui continue d’entraver les efforts visant à garantir l’éducation primaire et secondaire pour tous les enfants.

Les partenaires ACW ont donc recentré leurs efforts sur le renforcement des capacités pédagogiques à l’aide d’outils virtuels. La saison 2020 de formation des enseignants a ainsi débuté le 21 septembre avec des centaines de sessions de formation en ligne organisées sur tout le continent grâce au travail acharné des partenaires publics, privés et associatifs qui soutiennent activement l’initiative dans chacun des pays participants.

L’apprentissage en ligne au service du renforcement des capacités pédagogiques

Les deux tiers de la population africaine devraient utiliser un smartphone d’ici 2025, et 84% de la population – soit plus d’un milliard de personnes – auront accès à une connexion SIM la même année.

Née pour faciliter l’apprentissage et l’enseignement au-delà des salles de classe, la nouvelle application ACW  est l’autre grande nouveauté de cette sixième édition. Lancée début octobre en quatre langues (anglais, français, portugais et arabe), elle permet aux étudiants comme aux enseignants de se former où ils veulent, quand ils veulent, depuis leur smartphone Android.

« Au cours des cinq dernières années, Africa Code Week est devenue une référence en matière de partage de ressources pédagogiques de qualité, gratuites et libres de droit ; des ressources capables d’accompagner les étudiants comme leurs enseignants sur le chemin de l’autonomisation numérique », explique Claire Gillissen-Duval, Directrice de la Responsabilité sociétale d’entreprise en Europe, Moyen-Orient et Afrique et co-fondatrice de l’initiative Africa Code Week chez SAP. « Étant donné l’adoption croissante des technologies mobiles en Afrique et la prévalence de l’apprentissage en ligne, nous pensons que le temps est venu de faciliter l’accès à un contenu éducatif de qualité par le biais d’une application mobile », souligne Mme Gillissen-Duval.

Selon Albert Nsengiyumva, Secrétaire exécutif de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) et parrain officiel de l’initiative Africa Code Week, un effort consolidé des secteurs public, privé et de la société civile est nécessaire pour réduire l’écart numérique entre les hommes et les femmes. « Nous devons à la fois garantir un accès abordable aux outils numériques et éliminer tout ce qui fait obstacle à la pleine participation des femmes et des filles à l’économie numérique. Nous voyons de grandes innovations naître de la façon dont les femmes utilisent les nouvelles technologies. Nous avons pris un bon départ dans la bonne direction, mais il nous faut désormais redoubler d’efforts concertés pour que ces progrès se maintiennent et s’inscrivent dans la durée ».

Rendez-vous sur le site web ACW pour consulter l’infographie du bilan 2019.Suivez SAP et ACW sur Twitter  @SAPNews et  @AfricaCodeWeek.  

Distributed by African Media Agency (AMA) on behalf of SAP.

A propos d’Africa Code Week

Depuis 2015, SAP Africa Code Week (ACW) permet aux jeunes Africains de s’initier gracieusement à la programmation informatique et aux enseignants de se former aux ressources pédagogiques dont ils ont besoin pour former leurs élèves. Les partenariats entre les secteurs public, privé et associatif sont la pierre angulaire qui permettent à l’initiative d’inscrire son impact pédagogique dans la durée : conformément aux Objectifs de développement durable 4, 5 et 17 fixés par les Nations Unies, elle met l’accent sur le renforcement des capacités pédagogiques et sur l’intégration des compétences numériques aux programmes scolaires.

Rien qu’en 2019, les ateliers ACW ont permis à 3,85 millions de jeunes Africains de s’initier à la  programmation. Un atelier d’approfondissement pédagogique a par ailleurs réuni 28 enseignantes de 15 pays africains autour de la question de l’autonomisation des jeunes Africaines par l’acquisition des compétences numériques. Rejoignez SAP et ses partenaires sur le site www.africacodeweek.org!

A propos de SAP

SAP est le leader du marché des applications d’entreprise : 77% des transactions financières mondiales passent par un système SAP. L’entreprise accompagne les organisations de toute taille et de tout secteur à mieux opérer. Nos technologies de machine learning, d’Internet des objets (IoT), d’analytique avancée et de gestion de l’expérience aident nos clients à transformer leur activité en « entreprise intelligente ». SAP dote les professionnels d’une vision approfondie sur leur activité et favorise la collaboration pour garder une longueur d’avance sur leurs concurrents. Pour les entreprises, nous simplifions la technologie afin qu’elles puissent utiliser nos logiciels comme elles le souhaitent, sans interruption. Notre suite d’applications de bout en bout et nos services permettent à plus de 440 000 clients d’opérer de manière rentable, de s’adapter en permanence et de faire la différence. Avec son réseau mondial de clients, partenaires, employés et leaders d’opinion, SAP aide le monde à mieux fonctionner et à améliorer la vie de chacun. Pour plus d’information, visitez le site www.sap.com.

Contacts presse :

Mme Delia Sieff, SAP Africa, +27 (11) 235 6000, delia.sieff@sap.com

The post SAP Africa Code Week : top départ de l’édition virtuelle avec un concours pour les jeunes et une toute nouvelle application mobile appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?