Connect with us

Business

5 risques majeurs pour les entreprises africaines en 2021 selon Control Risks

Avatar

Publié

le

Le cabinet de conseil spécialisé américain dans la gestion des risques Control Risks a répertorié les risques majeurs pour les entreprises en 2021 dans son rapport annuel RiskMap.

Le cabinet de conseil spécialisé  dans la gestion des risques Control Risks projette une année 2021 difficile et marqué par une grande incertitude opérationnelle et politique. « Une bonne gouvernance, des politiques cohérentes et le respect de l’État de droit sont des facteurs déterminants pour les investisseurs en Afrique. Des défis profondément ancrés perdurent dans ce domaine sur le continent, toutefois, nous notons aussi des changements positifs dans la région. La reprise sera l’occasion pour les États de remédier aux contraintes structurelles et de promouvoir de nouvelles approches et technologies » a déclaré Tom Griffin, associé pour l’Afrique et le Moyen-Orient chez Control Risks.

1. Un monde avec une pandémie durable

Les conséquences de la COVID-19 devraient se faire sentir durablement. Les entreprises vont évoluer dans un contexte d’incertitude opérationnelle prolongée avec des restrictions locales imposées ponctuellement en réponse aux pics de contamination. La reprise économique sera également plus progressive en Afrique. En effet, les États, ayant une marge budgétaire limitée, ne pourront pas engager des dépenses de relance soutenues et devront s’appuyer sur des secteurs privés sous-développés pour financer cette reprise.

2. États-Unis-Chine : des relations stabilisées, mais pas normalisées

En 2021, les relations sino-américaines devraient connaître une stabilisation superficielle, mais la mise sous pression du système international observée ces dernières années ne devrait pas s’inverser totalement. Les relations internationales seront toujours dominées par la compétition, plutôt que la coopération. 

3. L’écologie ou la faillite

Le continent a un potentiel important en termes d’énergies renouvelables. Les projets d’énergies renouvelables liés aux micro-réseaux ont un intérêt sur un continent caractérisé par de petits foyers de population disséminés sur de vastes surfaces.

4. L’accélération numérique va toucher les marchés émergents

Portée par la croissance de la connectivité sur le continent africain, les risques liés à cette connectivité ont aussi augmenté. La cybercriminalité a explosé, passant de tentatives d’escroquerie simples à des attaques complexes contre des infrastructures sensibles. Des acteurs criminels et gouvernementaux ont aussi pris part à des opérations d’influence, diffusant de fausses informations et du contenu incendiaire posant des risques pour la réputation des entreprises ainsi que du personnel politique. 

5. Manquer le redémarrage

Des acteurs criminels et gouvernementaux ont aussi pris part à des opérations d’influence, diffusant de fausses informations et du contenu incendiaire posant des risques pour la réputation des entreprises ainsi que du personnel politique. Sous la contrainte de la COVID-19, beaucoup d’entreprises ont flanché, mais n’ont pas cédé. En innovant, en adoptant rapidement de nouvelles technologies et en rationalisant leurs opérations, elles en sont sorties renforcées, quand leurs concurrents ont lâché prise.