Connect with us

Startup

54,2 % des start-up africaines ont fermé entre 2010 et 2018

Publié

le

WeeTracker analyse dans un rapport les taux de fermeture des startups sur le continent entre 2010 et 2018. 54,2% c’est le taux de fermeture enregistré en Afrique.

Le taux de fermeture des startups en Afrique est de 54,2% entre 2010 et 2018. Selon Wee Tracker, ce taux est inférieur à celui des startups aux États-Unis (67%), la Chine et l’Inde. L’Éthiopie (75%), le Rwanda (75%), le Ghana (73,91%), la République du Congo (67%), la Tanzanie (63%), le Nigéria (62%), la Somalie (60%), le Sénégal (58%) et le Kenya (58%) ont les taux de fermeture les plus élevés.

Le Taux global de fermeture des startups  ayant reçu un financement externe et a cessé ses activités après un certain temps pendant la période d’analyse s’établit à 20,30%. Dans les pays avec les taux les plus élevés, la majorité des startups n’avaient pas reçus de financement extérieur. En Afrique du Sud, 42% des startups ayant reçu un financement ont fermé. Avec 33 %, le Nigéria a le second taux d’échec de startups financées devant l’Egypte (29%).Alors que, dans des pays comme l’Éthiopie,  les startups n’ont pas été financées extérieurement. Au Zimbabwe, Rwanda, Zambie et Maroc, les taux de fermeture élevés sont dus aux manques de financement extérieur.

L’analyse par secteur montre que les start-up des réseaux sociaux (96%), commerce en ligne (76%), analytique (75%), marketplace (68%), le média et le divertissement (68%) sont les secteurs avec les taux d’échec les plus élevés. Tandis que la fintech et l’industrie du jeu sont les secteurs avec les taux d’échec les plus bas.

Covid19

Les levées de startups africaines en baisse de 57 % à 254,13 millions $ au 1 er trimestre 2020

Publié

le

Sans surprise les levées de fonds des startups africaines ont baissé de plus de 57 % au 1 er trimestre 2020 rapporte Wee Tracker Research.

Avec 254,13 millions de dollars levé au premier trimestre 2020 contre 567,98 millions de dollars, les levées de fonds ont baissé en valeur de 57 %. En volume le nombre d’accord a baissé de 21 % et s’établit à 86.

Cette baisse est liée à la pandémie de coronavirus qui impacte le monde entier. « COVID-19 a considérablement ralenti les activités de collecte de fonds à l’échelle mondiale, il est donc prudent de dire que les startups africaines sont également affectées par cette tendance, car un pourcentage important des investissements proviennent de VC internationaux. Les investisseurs réévaluent actuellement comment et où ils allouent leur capital », a déclaré Kola Aina l’investisseur en série et fondateur de Ventures Platform  à WeeTracker.

Lire l'article

Startup

Jumia Travel devient Travelstart

Publié

le

En décembre 2019, Jumia Travel et Travelstart un voyagiste en ligne sud-africain ont annoncé un accord de distribution. Travelstart prendra le contrôle des aspects de vente, d’exécution et de service client des sites de réservation en ligne Jumia Travel dans tous ses territoires d’exploitation.

Jumia Travel est présent dans plusieurs pays africains dont la Côte d’Ivoire, le Kenya et le Nigeria.

«Ce partenariat nous assurera de rester hyper concentrés sur notre croissance et notre voie vers la rentabilité alors que nous réinvestissons nos ressources dans nos marchés, services et technologies clés pour créer la meilleure expérience client en Afrique et permettre à Jumia de prospérer», a ajouté Joe Falter l’EVP de Jumia On Demand.

Lire l'article

Startup

Sando Kone veut faire de Ticafrique le leader du segment PME dans les services informatiques

Publié

le

Créée en 2015 par Sando Kone, Ticafrique est une  société de services informatiques en forte croissance qui rêve de devenir le principal fournisseur des PME.

Sando Koné, étudiant en économie à l’université se découvre une passion pour les technologies de l’information et la communication. Il remarque le faible usage des technologies de la communication par les entreprises africaines. C’est une opportunité qu’il décide d’exploiter car il est convaincu qu’avec les ressources et le potentiel, on peut développer le continent, cet afro optimiste décide de changer les choses.

Dès l’obtention de son diplôme en 2006, il lance Afritelsat qui offre des services VOIP (Voice over IP) ou téléphonie sur Internet. Mais face à la concurrence des multinationales, de nouveaux concurrents, les prix baissent. Son entreprise encore fragile ne peut résister et il dépose le bilan en 2008.

Ccet échec n’entame pas sa passion. En effet sa citation préférée est  « La seule façon de faire du bon travail est d’aimer ce que vous faites. Si vous n’avez pas encore trouvé, continuez à chercher » de  Steve Jobs le cofondateur d’Apple. Il travaille durant sept années comme directeur commercial pour une entreprise dans le domaine des technologies. Après cette période, il créée en 2015. Ticafrique propose  des solutions d’optimisation de la performance des entreprises et organisations à travers les télécoms, la communication web et les solutions numériques. L’entreprise grandit à une vitesse modérée avec une croissance annuelle de 66 % entre 2015 et 2019. Son chiffre d’affaires passe de 2,760 millions FCFA en 2015 à 35,780 millions FCFA en 2019. L’une des difficultés majeures est la construction d’une équipe. Grâce au soutien de  la communauté Entrafrica ,mise en place par la firme ESP,  à laquelle il appartient depuis 2017, il a pu acquérir les compétences pour bâtir une équipe.

Après avoir posé les fondations de son entreprise, Sando Kone rêve  de positionner en tant que promoteur des TIC auprès des Petites et Moyennes Entreprise (PME) avec un chiffre d’affaires annuel de 100 millions FCFA d’ici fin 2021.

Lire l'article

Les dernières tendances