Connect with us

Nominations

Arielle Kitio sacrée Femme Digitale Africaine de l’année

Publié

le

Credit Photo : Les Echos

 

La jeune camerounaise de 26 ans, elle veut encourager la passion de la technologie aux jeunes filles d’Afrique avec sa startup Caysti. Le Cameroon Youth School Tech Incubator (Caysti) est un centre d’éveil technologique pour les enfants entre 6 et 15 ans. Arielle l’a fondée en 2017. Dans ce centre, grâce à un logiciel abcCode, les enfants apprennent le code dans leur langue maternelle leur langue native, le français, le haoussa ou le wolof.

« La technologie est le meilleur égaliseur qui soit« , assure Arielle Kitio, 26 ans. Pour cette doctorante en génie logiciel, il est indispensable d’apprendre très tôt aux jeunes, et en particulier aux filles, le code informatique « pour développer leur créativité et leur autonomie. » 6 000 jeunes ont déjà été formé et l’objectif est de former 10 000 d’ici 2020.

Une surdouée au parcours exemplaire

La jeune femme a réalisé un parcours scolaire sans fautes à Yaoundé : un bac C avec mention à l’âge de 15 ans, un master en informatique option Cloud Computing mention très bien, un stage de master à l’Institut National Polytechnique de Toulouse. La « codeuse » comme la surnommait ses camarades crée une association pour mettre en lumière des femmes rôles-modèles dans la science et la tech, devient mentor et coach pour encourager les filles du Cameroun dans les compétitions internationales dans les STEM (sciences, technologies, engineering, mathématiques), avant de devenir entrepreneuse.
Arielle a remporté de nombreuses les distinctions : ambassadrice du Next Einstein Forum au Cameroun, classée dans Forbes 30 Under 30 Afrique, lauréate du Award TechWomen 2016 (Etats-Unis), du Prix Afrique Innovante 2018… et dernièrement, du Prix Margaret de la Femme Digitale Africaine 2019 attribué le 17 avril à Paris.

Lire plus sur Les Echos

Nominations

3 Entrepreneurs ivoiriens félicités pour leur prix d’excellence

Publié

le

entrepreneur cote d'ivoire

Découvrez trois entrepreneurs primés par le gouvernement ivoirien à l’occasion du prix de l’excellence.

1. Désirée Fouqueray-Porquet

Désyrée Fouqueray-Porquet a reçu le prix du meilleur chef d’entreprise catégorie femme.

Désyrée Fouqueray-Porquet dirige Quicknet Atalian Blobal Services et Fame Groupe. Quicknet est entreprise dans le domaine de l’hygiène alors que Fame Group est une société de services B2B premium (Traiteur, consultance, centre d’affaires et d’organisation d’évènements professionnels).
Elle est diplômée de SUP de CO Reims (aujourd’hui NEOMA Business School) en Marketing et Business International.

2. Jean-Luc Konan

Jean-Luc Konan a reçu le prix du meilleur chef d’entreprise catégorie champion national.

Jean-Luc Konan a fondé le groupe COFINA en 2013. Le groupe se positionne sur le créneau de la mésofinance. L’entreprise opère dans 6 pays (Sénégal, Guinée, Gabon, Congo, Mali et Côte d’Ivoire) avec sa filiale CAC (Compagnie Africaine de Crédit).

Jean-Luc KONAN  qui a plus de 20 ans d’expérience dans le secteur financier. Il a obtenu un DESS en Banque et Finances à l’Université Paris V et un Master en Banque et Ingénierie Financière à l’Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse.

3. TRA BI Ange

Ange Tra bi a reçu le prix du meilleur chef d’entreprise catégorie jeune.

Ange TRA BI est Associé-Gérant de INTELLIGENCE, une Entreprise de MZK Group qui a trois domaines d’activité : l’évènementiel, l’intelligence territoriale, les études et le conseil.
En 2014 il crée RH Mag, un magazine dédié aux Ressources Humaines, dont il est le Directeur de Publication. Puis il initie en 2016 les RH AWARDS qui visent à célébrer le mérite des Gestionnaires des Ressources Humaines qui se sont les mieux illustrés.

Promoteur de plusieurs évènements professionnels dont les Journées Nationales des Métiers et le Forum African Dream, il s’est bâti une réputation d’entrepreneur-innovant et de fin perfectionniste.

Lire l'article

Nominations

11 Africains de l’ouest parmi les jeunes scientifiques les plus talentueux d’Afrique

Publié

le

Le Next Einstein Forum (NEF) a présenté sa troisième cohorte des jeunes scientifiques africains d’envergure et dont les recherches et les innovations contribuent à relever les défis les plus urgents pour l’Afrique et le monde.
Energie renouvelable, nanomatériau et de nanotechnologie, sécurité alimentaire, médecine de précision, systèmes de santé, science du climat et urbanisme. Ce sont les domaines de recherche de ces scientifiques.
Le classement ouest africain est dominé par le Nigéria. Les pays francophones comptent quelques représentants : le Sénégal, le Cameroun, la Guinée et le Niger.

1. Dr Ademola Adenle (Nigéria) : ses recherches dans le domaine des politiques scientifiques et technologiques pour répondre aux enjeux de développement durable tels que le changement climatique, l’insécurité alimentaire, les innovations en matière énergétique et sanitaire en Afrique.

2. Dr Daniel Akinyele (Nigéria) se consacre à la découverte de connaissances plus approfondies dans la planification, le développement et la gestion de nouveaux systèmes d’électrification pour les communautés dépourvues d’électricité, grâce à la politique environnementale économique, technique et sociale, connue sous le nom de STEEP.

3. Dr Ibrahim Cissé (Niger) s’intéresse au développement de méthodes de microscopie à haute résolution allant directement à l’intérieur des cellules vivantes et de biomolécules simples pouvant décoder le génome humain d’ADN en ARN.

4. Dr Obidimma Ezezika (Nigéria) étudie les processus permettant de contribuer au développement de nouveaux modèles industriels afin de renforcer efficacement les interventions sanitaires en Afrique subsaharienne.

5.Dr Alpha Keita (Guinée) espère développer, avec son équipe en Guinée et en France, les réservoirs de virus pour mieux comprendre l’histoire naturelle de la propagation du virus Ebola.

6. Dr Eric Lontchi (Cameroun) étudie les manières de combattre l’épidémie croissante d’obésité et de diabète, et espère découvrir de nouvelles informations relatives à la pathogenèse et à des traitements potentiels du diabète.

7. Dr Blessing Mbabie (Nigéria) cherche à traiter l’état en temps réel de la résistance antimicrobienne et les facteurs sociaux qui l’entraînent, en découvrant des médicaments naturels dotés d’inhibiteurs à haut potentiel du mécanisme de résistance antimicrobienne.

8. Dr Ebele Mogo (Nigéria) consacre ses recherches à la transformation des systèmes sociétaux qui reconnaissent les réalités contextuelles africaines pour imaginer des communautés saines et prévenir les maladies non transmissibles.

9. Dr. Marian Nkansah (Ghana) se concentre sur le développement de la connaissance publique en matière de produits chimiques toxiques issus d’emplacements inhabituels et le risque associé sur les communautés locales, renforçant le croisement de l’évidence scientifique et des politiques.

10. Dr. Eucharia Nwaichi (Nigéria) dirige des projets de recherches dont l’objectif est de trouver des stratégies d’assainissement durable et sécurisé pour la réhabilitation des environnements affectés par le pétrole dans le delta du Niger.

11. Dr Cheikh Sarr (Sénégal) s’intéresse au développement d’un prototype de véhicule autoconduit, équipé de nombreux réseaux de capteurs, visant à faciliter la mobilité des personnes en situation d’handicap.

Lire l'article

Nominations

Ecobank nomme Nana Araba Abban directrice groupe Banque des particuliers

Publié

le

Le groupe Ecobank a annoncé la nomination de Nana Araba Abban au poste de directrice Groupe, Banque des Particuliers.

Expert-comptable, Nana Araba Abban dispose de plus de 25 ans d’expérience dans le secteur bancaire. Avant sa nomination, elle a occupé plusieurs positions de management dans le groupe : directrice de la Banque Directe, directrice du Service à la Clientèle et Responsable Senior des Services Bancaires aux Particuliers.

Avant de rejoindre le groupe Ecobank, elle a occupé plusieurs positions à la Standard Chartered et la Banque Royale de Scotland : Management du portefeuille produit, produits comptes et opérations bancaires.

Nana Araba Abban est titulaire d’un MBA en commerce des marchés émergents de l’Université de Liverpool et d’un baccalauréat ès sciences en mathématiques et statistiques de Queen Mary & Westfield College de l’Université de Londres, au Royaume-Uni.

Lire l'article

Les dernières tendances