Connect with us

Politique

Burkina Faso : des tirs entendus dans la capitale, mais le gouvernement dément un coup d’état

Avatar

Publié

le

Des tirs ont été entendus dans deux camps militaires de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Cependant, le gouvernement du Burkina Faso a démenti un coup d’Etat.

Des tirs ont été entendus très tôt dimanche matin au camp militaire Baba Sy et au camp militaire Sangoulé Lamizana à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

Le gouvernement a reconnu les tirs. Mais il a rejeté la tentative de coup d’état. « Des informations véhiculées dans les réseaux sociaux tendent à faire croire à une prise de pouvoir par l’armée en ce jour 23 janvier 2022 », a écrit le porte-parole du gouvernement burkinabè Alkassoum Maïga dans un communiqué.

Le siège de campagne du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), le parti au pouvoir à Ouagadougou a été saccagés dimanche, quelques heures après les tirs entendus dans la capitale burkinabè, a constaté l’agence de presse Alerte Info.

African Media Agency (AMA)

Transport /Première édition du Forum Wila : Les femmes revendiquent leurs places dans les métiers de la logistique en Côte d’Ivoire

Avatar

Publié

le

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, le 19 Mai 2022 -/African Media Agency (AMA)/-  Le premier Forum des femmes de la logistique organisé par l’Organisation non gouvernementale (Ong) Women In Logistics- Africa (WILA) a eu lieu, le samedi 30 avril 2022, à l’auditorium de la CGECI, à Abidjan-Plateau. Cette  première édition , autour du thème : « L’égalité des chances dans les métiers de la logistique. Quels défis ? Quelles actions ? », avait pour ambition d’augmenter la représentativité de la gent féminine dans le secteur des transports et de la logistique.

Madame Christiane Ohin Traoré, présidente de l’Ong WILA avec Monsieur Dioman Coné, représentant du Ministre des Transports.

Une première édition réussie

La vision #WILA2030 enclenchée en 2021 continue son déploiement. La présence effective à ce forum des présidentes nationales WILA du Togo Pascaline Berwa NDAYAMBAJE, du Cameroun Leopoldine LIKAK-BOSSECK, du Libéria Wheymar Reeves et du Gabon Pauline WHITE, a ce forum, a été remarquable.

Aussi, un signal fort est lancé avec le soutien du ministère des transports, du ministère de la Femme de la Famille et de l’Enfant, qui se sont associés au FORUM WILA au même titre que les entreprises du secteur des transports.

Présentant l’enjeu de cette rencontre, la présidente de l’Ong WILA, Christiane Ohin Traoré a expliqué qu’il s’agit, à travers cette tribune, de promouvoir le leadership des femmes dans le domaine de la logistique. “Sans égalité des genres, il est quasiment impossible d’évoquer le développement durable” a-t-elle déclaré.

Le représentant du ministre des Transports, Dioman Coné a abondé dans le même sens que la présidente de l’Ong WILA. Il a traduit toute la disponibilité du ministère des Transports à accompagner de telles initiatives.

« La question du genre est très importante pour le ministre des Transports, Amadou Koné. Il accorde une place de choix aux femmes dans tous les secteurs de son département », a-t-il fait remarquer. Poursuivant, il a précisé que plusieurs projets, en vue de l’insertion des femmes dans tous les secteurs d’activités en Côte d’Ivoire, sont d’ailleurs à l’étude dans cette perspective.

Distribué par  African Media Agency pour l’ONG Wila.

The post Transport /Première édition du Forum Wila : Les femmes revendiquent leurs places dans les métiers de la logistique en Côte d’Ivoire appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Le Conflit : Russie – Ukraine et son Impact sur L’Industrie des Infrastructures et de L’Environnement Bâti en Afrique

Avatar

Publié

le

NAIROBI, Kenya, le 18 Mai, 2022 -/African Media Agency(AMA)/-Introduction 

La Russie a lancé un assaut complet contre l’Ukraine, son voisin du sud-ouest, le 24 Février 2022, marquant une escalade significative dans le conflit russo-ukrainien en cours. 

Les deux pays sont de grands producteurs d’énergie et de produits industriels essentiels tels que le pétrole, le gaz, l’aluminium, le palladium et le nickel. Ils produisent également des produits alimentaires de base tels que le blé et le maïs. La guerre aura des répercussions sur les marchés mondiaux et la chaîne d’approvisionnement, en particulier en Afrique. La crise alimentaire imminente résultant de la guerre est le sujet du jour. Cependant, il y a d’autres secteurs à prendre en considération, notamment l’environnement bâti. 

L’urbanisation et l’état de l’environnement bâti en Afrique 

Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’Afrique est l’une des régions les moins urbanisées du monde ; toutefois, l’urbanisation devrait connaître une croissance exponentielle dans les années à venir. L’OCDE prévoit également que la population africaine doublera d’ici à 2050, les zones urbaines absorbant les deux tiers de cette augmentation. 

L’urbanisation rapide en Afrique, si elle est bien gérée, peut être le moteur essentiel du développement économique, sortant rapidement les sociétés de la pauvreté de masse. L’urbanisation rapide doit toutefois être relativisée. L’Afrique est confrontée à de graves lacunes en matière d’infrastructures, et l’insuffisance et le mauvais état des infrastructures existantes continuent de freiner la croissance économique dans la région.  

Au sein de l’environnement bâti, plus de 55 % de la population du continent vit dans des bidonvilles. La Banque Africaine de Développement estime que les besoins de financement des infrastructures du continent s’élèveront à 170 milliards de dollars par an d’ici 2025, avec un déficit estimé à environ 100 milliards de dollars par an. 

L’impact de la guerre Russe – Ukraine sur l’Afrique 

Le conflit a eu des effets évidents sur l’Afrique, principalement en raison du rôle des deux pays dans l’approvisionnement en produits de base essentiels qui soutiennent les secteurs infrastructurels et socio-économiques de la région.

La perturbation économique causée par le conflit en cours, en termes de sanctions et de bouleversement physique des routes commerciales, a entraîné une forte hausse des prix des produits de base, qui s’ajoute à l’inflation post-COVID existante. 

Dans l’environnement bâti, le conflit a exacerbé et exposé les dangers d’une dépendance excessive à l’égard des importations de matériaux de construction. Les prix des matériaux de construction ont augmenté, un fardeau que les propriétaires devront finalement partager.  

La Russie est considérée comme le quatrième plus grand exportateur d’acier au monde, desservant plus de 150 pays et territoires. Le prix de l’acier au Kenya, par exemple, a considérablement augmenté au cours des derniers mois. Les prix des barres d’acier et des clous ont augmenté de 80 à 90 % et de 13 à 43 %, respectivement, au cours des derniers mois dans le pays.  

En outre, le conflit a entraîné une pénurie de charbon, qui est une source d’énergie cruciale pour la production de ciment par la fabrication de clinker.  

Il y a fort à parier que la situation est similaire dans la plupart des pays africains, ce qui rend l’argument du logement abordable encore plus difficile à défendre. Si l’on considère le contexte socio-économique plus important, la flambée des prix des denrées alimentaires et de l’énergie pourrait être un déclencheur potentiel d’instabilité supplémentaire sur le continent. Selon une étude de la Fondation Mo Ibrahim, la Russie et l’Ukraine représentent 40,4 % des importations de blé de l’Afrique et 39 pays africains importent du blé de Russie pour nourrir leur population. 

Associées à l’impact négatif de la COVID-19 sur les prix de l’alimentation et de l’énergie, qui a déjà accru les inégalités, la pauvreté et la marginalisation, ces augmentations de prix peuvent déclencher de nouveaux troubles et une nouvelle instabilité au niveau national. L’instabilité menace l’environnement propice qui stimule le développement social et économique.   

Opportunités pour l’Afrique découlant du conflit entre la Russie et l’Ukraine 

D’autre part, le conflit peut être l’occasion pour les pays africains d’intervenir et de combler le manque de produits de base et de chaîne d’approvisionnement créé par le conflit et la pandémie.  

Par exemple, les pays africains disposant de vastes réserves de gaz, comme l’Algérie, le Nigeria et l’Égypte, peuvent tirer parti de l’écart existant entre les marchés pour élargir l’accès à l’énergie sur le continent africain et garantir l’approvisionnement énergétique de l’Union européenne tout en assurant la transition vers une économie à faible émission de carbone. 

Toutefois, cet objectif ne peut être atteint qu’en augmentant leur production et en améliorant les infrastructures correspondantes.

En outre, des financements sont également nécessaires pour réaliser cette ambition, ce qui pourrait être entravé par le récent engagement pris lors de la COP26 de ne plus financer les projets gaziers à l’étranger. Cet engagement ne tient pas compte de la situation catastrophique de l’accès à l’énergie en Afrique, où l’on estime que 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’énergie. 

En fin de compte, le conflit est l’occasion pour l’Afrique de redéfinir ses stratégies et de mettre en place des mesures appropriées pour renforcer l’industrialisation, l’intégration régionale et la sécurité alimentaire dans la région.  

Les pays africains doivent tirer parti des progrès récents de L’Accord De Libre-Echange Continental Africain (AfCFTA) et du nouveau programme urbain, qui créeront de nouvelles opportunités de marché pour la région. 

L’AfCFTA créera la plus grande zone de libre-échange du monde par le nombre de pays concernés. La AfCFTA reliera 1,3 milliard de personnes dans 55 pays, avec un PIB total de 3,4 billions de dollars américains. Selon la Banque mondiale, l’AfCFTA pourrait améliorer les revenus de l’Afrique de 450 milliards de dollars et ses exportations de 560 milliards de dollars, principalement dans le secteur manufacturier. L’empreinte d’un AfCFTA réussi affectera directement l’environnement bâti, car il réduira considérablement la dépendance à l’égard des importations de matériaux de construction et augmentera sensiblement les capacités et le savoir-faire. 

Winston Churchill a dit un jour « Ne jamais laisser une bonne crise être gaspiller  » et, malgré la grande souffrance humaine, le conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine peut être une opportunité pour l’Afrique. Beaucoup pensent que le monde sera refait après le conflit. Le moment est venu de prendre des mesures pour renforcer la capacité industrielle de la région, ce qui se traduira par une meilleure intégration régionale et une prospérité économique partagée sur le continent.  

Le Dr Muhammad Gambo est un expert africain de l’environnement bâti, du développement et de la politique du logement qui dirige actuellement le Centre d’Excellence de Shelter-Afrique, une IFD panafricaine.  

Distribué par African Media Agency  pour Shelter Afrique.

À propos de Shelter-Afrique

Shelter-Afrique est une institution panafricaine de financement et de développement du logement, créée par les gouvernements africains pour répondre au besoin d’un système durable de fourniture de logements et de projets d’infrastructure connexes en Afrique. Ses actionnaires comprennent 44 pays africains, la Banque Africaine de Développement, la Société Africaine de Réassurance et le Fonds de Solidarité Africain (FSA).

Le mandat de l’organisation est de fournir un financement par le biais de la dette, du quasi-fonds propres et des fonds propres aux institutions publiques et privées pour des projets de logement et d’infrastructure urbaine dans ses pays membres. Shelter-Afrique établit des partenariats stratégiques et offre une série de produits et de services connexes pour soutenir la fourniture efficace de logements abordables et de biens immobiliers commerciaux. Il s’agit notamment du financement de projets, des prêts institutionnels, des prises de participation et des coentreprises, du financement du commerce et du logement social. L’organisation offre également des conseils pratiques et une assistance technique à un large éventail de parties prenantes du secteur.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site http://www.shelterafrique.org/.

Suivez Shelter-Afrique sur TwitterLinkedIn et Facebook.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Babatunde Oyateru | Directeur de la Communications et des Affaires Extérieures

Centre Shelter Afrique, Longonot Road, Nairobi, Kenya.

Tél : +254 20 4978000 | Courriel : boyateru@shelterafrique.org|

Ou

Mike Omuodo | Media Fast PR | Tel : +254 736 014 596| courriel : mike.omuodo@mediafast.co.ke

The post Le Conflit : Russie – Ukraine et son Impact sur L’Industrie des Infrastructures et de L’Environnement Bâti en Afrique appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Politique

Guinée : rejet du calendrier de transition de 39 mois par l’opposition

Avatar

Publié

le

Les partis d’opposition ont annoncé leur désaccord avec le calendrier de transition démocratique de 39 mois proposé par la junte.

Ce mercredi 11 mai 2022, les partis d’opposition de Guinée ont rejeté le calendrier de 39 mois, soit 3 ans et 3 mois proposés par la junte militaire a indiqué Reuters. En effet, le colonel Mamady Doumbouya avait déclaré qu’il estimait qu’il faudrait plus de trois années pour que la Guinée repasse à un régime civil. Doumbouya avait précédemment déclaré qu’il soumettrait la proposition de 39 mois au CNT.

Dans un communiqué, trois partis d’opposition et leurs alliés ont exprimé leur désaccord face à cette proposition. De plus, ils ont indiqué que le Conseil national de transition (CNT), qui joue le rôle de parlement jusqu’aux élections, n’avait pas encore validé le calendrier. Enfin, ils ont appelé à un « véritable dialogue avec toutes les parties concernées, y compris la société civile », a indiqué Reuters.

La junte n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

La CEDEAO n’a pas encore donné sa position à la proposition de durée de transition.

Lire l'article

Les dernières tendances