Connect with us

African Media Agency (AMA)

Burkina Faso : le HCR condamne le meurtre de 25 personnes déplacées internes dans la province de Sanmatenga

Avatar

Publié

le

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a condamné fermement l’attaque durant laquelle 25 personnes déplacées internes ont été tuées au Burkina Faso, dans la nuit du dimanche 4 octobre.

NEW YORK, USA, le 08 Octobre 2020,-/African Media Agency (AMA)/-« Nous sommes bouleversés par la nouvelle de cet acte brutal et cruel », a déclaré dans un communiqué, Ioli Kimyaci, la Représentante du HCR au Burkina Faso.

Selon les survivants de l’attaque, 25 hommes ont été tués et un autre grièvement blessé. Leur convoi, qui transportait 46 personnes, avait été pris en embuscade par un groupe armé près de Pissila, dans la province de Sanmatenga, Région du Centre-Nord.

Les rescapés ont décrit un scénario dramatique de cet assaut au cours duquel les hommes ont été séparés du groupe et exécutés. L’un d’entre eux ayant été laissé pour mort. Les femmes et les enfants ont ensuite été libérés, alors que le groupe armé quittait les lieux.

Les déplacés internes ont été attaqués alors qu’ils rentraient chez eux depuis Pissila, espérant une amélioration de la situation sécuritaire sur place. « Des civils innocents cherchent à se mettre à l’abri mais, au lieu de cela, ils paient de leur vie, et ce à une fréquence alarmante », a ajouté Mme Kimyaci.

Les membres rescapés des familles ont réussi à rejoindre Pissila, une ville située à neuf kilomètres du lieu de l’attaque. L’ICAHD, une organisation partenaire du HCR, leur a assuré une aide psychologique.

Dégradation de la situation au Sahel

Le Burkina Faso est aujourd’hui le pays confronté aux crises de déplacement et de protection à la plus forte croissance, avec plus d’un million de personnes – soit plus d’un habitant sur vingt – qui sont déplacées par les flambées de violence dans ce pays. Beaucoup ont fui à plusieurs reprises dans le nord et l’est du pays.

Selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), des centaines de personnes ont été tuées au Burkina Faso cette année, dans des dizaines d’attaques contre des civils.

A l’ouverture le lundi 5 octobre de la 71e session du comité exécutif du HCR, le Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés s’est dit particulièrement inquiet de la situation humanitaire dans le Sahel. « Peu de situations m’ont autant choqué. Rien que l’année dernière, plus de 600.000 personnes ont été forcées d’abandonner leur maison (…) et le pire, ce sont les milliers de femmes violées », avait déclaré Filippo Grandi.

Cette dernière attaque au Burkina Faso traduit la dégradation de la situation dans la région du Sahel où outre Ouagadougou, le Mali et le Niger, sont également la cible d’attaques de groupes armés. Les violences ont fait à ce jour près de trois millions de déplacés et de réfugiés. Le Burkina Faso paie le plus lourd tribut avec un million de déplacés, soit près de 5% de la population.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info.

The post Burkina Faso : le HCR condamne le meurtre de 25 personnes déplacées internes dans la province de Sanmatenga appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

African Media Agency (AMA)

Cach-Fcc : Félix Tshisekedi sonne le glas!

Avatar

Publié

le

C’était l’un des discours les plus attendus. Mais à la fin du suspens, les prêtres de l’incompréhension et les déçus génétiques n’y ont vu que du feu. En vrai, Félix Tshisekedi a peint l’échec irréparable de la coalition CACH-FCC et annoncé des consultations visant à redéfinir l’action gouvernementale via un nouveau partenariat, fruit d’une union sacrée.

Le Chef de l’État s’est adressé à la Nation ce Vendredi 23 Octobre pour tirer des leçons de la situation politique de l’heure, conditionnée par des tensions au sein de la coalition CACH-FCC. De la conflictualité sur les ordonnances présidentielles nommant des mandataires au sein des entreprises du portefeuille, jusqu’à la prestation de serment de trois juges nommés à la Cour Constitutionnelle, la coalition née des résultats des élections de 2018 s’est dégradée de fil en aiguille, au gré des incidents à répétition.

Si l’enthousiasme des uns et les appréhensions des autres pronostiquaient une dissolution (dont les conditions ne sont pas réunies) de l’Assemblée Nationale ou la révocation du Premier Ministre (prérogative non reconnue au Président par la Constitution), le Chef de l’État a surgi de là où il était le moins attendu pour asséner le coup de grâce à la coalition CACH-FCC, tout en y mettant certes les formes. D’où le trouble dans certaines perceptions.

Aux prises avec le gouvernement Ilunkamba qui peine à impulser le souffle du changement, et avec les deux chambres du Parlement contrôlées par le FCC, le Président qui se trouve être en minorité au sein des institutions entrevoit le bien fondé de lancer une phase de consultations avec les leaders les plus représentatifs, pour se donner de la marge et tenter de se constituer une majorité parlementaire nouvelle aux contours d’une union sacrée. Il sied de dire qu’il a sans doute tâté le terrain et qu’il sait plus ou moins à quoi s’attendre. L’appel est tentant, la tâche s’annonce quelque peu âpre, mais aucun cas de figure n’est à exclure.

Les semaines qui viennent verront donc les leaders politiques défiler chez le Président de la République, et l’on saura si le FCC reste soudé comme par le passé ou s’il se déchire finalement face à l’ampleur particulière du moment. Toujours est-il que le Gouvernement Ilunkamba devenant de fait démissionnaire, la refondation de l’action gouvernementale passera inexorablement par un épisode de positionnements et de repositionnements qui peut réserver des surprises, y compris agréables.

Ces consultations, axées sur des objectifs clairs tel qu’énoncés dans l’adresse du Chef de l’État, ne sont pas un dialogue comme certains l’entendent, ni des concertations nationales, de triste mémoire. Ne sauraient être concernés que les leaders représentatifs avec qui la gestion du pays peut être envisagée sur la base d’un nouveau partenariat.

Avec trois ans restant au mandat, il n’est pas tard pour bien faire ou pour mieux faire, car « le salut du peuple est la loi suprême. »

Siméon Nkola Matamba

L’article Cach-Fcc : Félix Tshisekedi sonne le glas! est apparu en premier sur Matininfos.NET – Information de la RDC en toute impartialité.

Source: Matininfos

The post Cach-Fcc : Félix Tshisekedi sonne le glas! appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Félix Tshisekedi annonce en douce la fin de la coalition FCC-CACH (Tribune de Serge Gontcho)

Avatar

Publié

le

L’adresse tant attendue du Chef de l’État a eu lieu sans les effets apocalyptiques souhaités par certains et craints par d’autres. En six minutes, il a décrit les conditions dans lesquelles le pays est sorti du contexte difficile de l’ère Kabila, avec des élections compliquées, contexte qui a conduit au choix de la coalition FCC-CACH pour les premiers pas dans le Congo post-Kabila.

L’élément central de sa communication a été l’annonce implicite, de la fin de la coalition FCC-CACH, quand il affirmé qu’ « il n’est plus question de laisser à un seul groupe la gestion de l’avenir du pays ». On sait que le FCC a toujours été jaloux de ses avantages, allant jusqu’à exclure l’AFDC de Modeste Bahati, pourtant poids lourd du FCC, des postes au Gouvernement et dans les entreprises publiques. Or, par cette annonce, Félix Tshisekedi ouvre la porte à la bande à Bahati, mais aussi à l’opposition LAMUKA petit et grand modèle. Or, les députés de Jean-Pierre Bemba et ceux de Moïse Katumbi étaient au Palais du peuple le jour de la prestation de serments des juges constitutionnels, un soutien qui compte.

Que va faire le FCC, qui n’aime pas partager ? Entrer dans l’opposition ? Ou imposer la cohabitation au nom de sa majorité parlementaire ? Cornélien. Jusqu’à ce jour, le FCC n’a cessé de perdre des points. La prestation de serment des juges à la Cour constitutionnelle est la dernière défaite d’une série qui commence à être longue. Désormais, ce sont les députés du FCC qui sont placés devant le choix : jurer fidélité à un bateau qui prend eau, et risquer de sombrer avec lui, ou trahir … Ce n’est pas facile de se découvrir gibier quand on a été chasseur toute sa vie.

Fatshi a été astucieux. Il n’a pas dissous l’Assemblée, ce qui l’aurait soumis à en chercher une nouvelle, sans moyens financiers ni une CENI acceptée. Il laisse au FCC le soin de consommer sa témérité en poursuivant l’action en justice contre les ordonnances présidentielles (et perdre), ou faire profil bas. En même temps, il agace et isole davantage Fayulu, qui devra choisir entre saisir la main tendue na molili, ou continuer d’aboyer, et se mettre à dos la population qui lui demandera pourquoi il refuserait encore une fois la main tendue de son ex-ami.

Au bout de ces consultations, Tshisekedi reviendra encore vers le souverain primaire, pour … pourquoi au fait ? On ne sait pas, mais la pression n’est pas sur lui, et il a le temps de se voir venir, en attendant, assis dans un bon fauteuil avec une bonne bière à portée de main, il peut suivre la télénovelas « un chasseur se sachant chassé par son ex-chien de chasse ne sait plus chasser », avec des acteurs du FCC et de LAMUKA.

Serge Gontcho di Spiritu Sanctu (+ 243 81 27 22 490)
Conscience Nationale en Action (CNA)

L’article Félix Tshisekedi annonce en douce la fin de la coalition FCC-CACH (Tribune de Serge Gontcho) est apparu en premier sur Matininfos.NET – Information de la RDC en toute impartialité.

Source: Matininfos

The post Félix Tshisekedi annonce en douce la fin de la coalition FCC-CACH (Tribune de Serge Gontcho) appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

La Camerounaise, Françoise Moudouthe, nommée à la tête du Fonds Africain pour le Développement de la Femme

Avatar

Publié

le

Credit photo : fillespasepouses.org
Françoise Moudouthe est une féministe africaine originaire du Cameroun qui possède une expertise dans les domaines de l'égalité des sexes, de la santé et des droits sexuels et reproductifs, de la violence sexiste et de la participation et du leadership des jeunes. Elle se passionne pour la défense des droits des femmes et la promotion de la sororité au sein des mouvements féministes africains. Elle est la fondatrice d’Eyala, une plateforme bilingue dont l’ambition est de libérer la parole féministe en Afrique. Françoise a joué un rôle déterminant dans la création de Girls Not Brides, le partenariat mondial de la société civile visant à mettre fin au mariage des enfants, dont elle a dirigé l’action en Afrique pendant près de six ans. Plus récemment, Françoise a travaillé comme consultante internationale sur divers projets de plaidoyer pour les droits des femmes et de renforcement des mouvements féministes en Afrique. Elle siège aux Conseils d’Administration du Malala Fund et de Womankind Worldwide. « Je suis honorée de rejoindre l’AWDF. Depuis sa création il y a vingt ans, l’AWDF a joué un rôle déterminant dans le renforcement du mouvement féministe et de la philanthropie en Afrique et dans le reste du monde. Je suis ravie de pouvoir travailler avec l’équipe de l’AWDF, ses partenaires bénéficiaires, et l’ensemble du mouvement féministe africain, afin de soutenir et de redynamiser l’activisme féministe sur notre continenr", a réagi Françoise Moudouthe.

Source : agence de presse financiere

The post La Camerounaise, Françoise Moudouthe, nommée à la tête du Fonds Africain pour le Développement de la Femme appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?