Connect with us

Politique

Cinq personnes tuées dans la zone frontalière entre le Mali et le Burkina Faso

Avatar

Publié

le

Au moins cinq personnes tuées en deux jours dans une zone frontalière entre le Mali et le Burkina Faso entre jeudi et vendredi dans la commune de Boura, région de Sikasso, dans une zone frontalière avec le Burkina Faso a indiqué Xinhua.

Dans la zone, située à mi-chemin entre le centre et le sud du Mali, ont dénombre de nombreuses attaques meurtrières en particulier contre les forces de sécurité et les symboles de l’Etat.

Deux agents du ministère des Eaux et Forêts ont été enlevés jeudi soir par des individus armés non identifiés, et leurs corps sans vie ont été retrouvés vendredi après-midi. En outre, vendredi matin, une ambulance a sauté sur un engin explosif improvisé (EEI) dans la même zone alors qu’elle évacuait une femme malade au Centre de santé de référence (CsRef). C’est la première fois que les terroristes ont recours à des EEI dans cette zone.

African Media Agency (AMA)

L’OMS promet une enquête solide sur des allégations d’abus sexuels visant des employés en RDC

Avatar

Publié

le

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a promis mardi que tout membre de son personnel travaillant dans le cadre de son équipe d’intervention contre Ebola en République démocratique du Congo (RDC) et qui aurait été impliqué dans des abus sexuels, serait confronté à « des conséquences graves, y compris le licenciement immédiat ».

NEW YORK, USA, le 30 Septembre 2020,-/African Media Agency (AMA)/-L’agence onusienne a publié une déclaration au libellé ferme en réponse aux allégations formulées, à la suite d’une enquête de plusieurs mois, par des journalistes de The New Humanitarian et de la Fondation Thomson Reuters, qui affirment que des hommes s’identifiant comme travaillant pour l’OMS ont été accusés d’abus sexuels par une trentaine de femmes.

Au total, 51 femmes ont affirmé avoir été exploitées ou abusées sexuellement par des hommes principalement étrangers, s’identifiant comme des travailleurs humanitaires à Beni, la principale ville au centre de la pire épidémie d’Ebola du pays, entre 2018 et juin de cette année.

Il y a eu plusieurs flambées épidémiques d’Ebola dans l’ensemble de la RDC, dont une actuellement en cours dans la province occidentale de l’Équateur. La grande épidémie dans l’est du pays, qui est au centre des allégations d’abus, a été officiellement déclarée terminée le 25 juin après près de deux ans, tuant environ 2.280 personnes.

Parmi les autres organisations qui auraient été citées par les accusatrices, il y a le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’Agence des Nations Unies pour les migrations (OIM), Medecins sans frontières, Oxfam, World Vision, l’organisme de bienfaisance médical ALIMA et le ministère congolais de la Santé.

Politique de tolérance zéro

Dans le communiqué, les dirigeants et le personnel de l’OMS se sont déclarés « indignés » par ces informations : « Les actes qui auraient été commis par des personnes s’identifiant comme travaillant pour l’OMS sont inacceptables et feront l’objet d’enquêtes approfondies ».

« La trahison des personnes dans les communautés que nous servons est répréhensible », poursuit le communiqué. « Nous ne tolérons un tel comportement chez aucun de nos employés, sous-traitants ou partenaires. Toute personne identifiée comme étant impliquée sera tenue de rendre des comptes et encourra de graves conséquences, y compris un licenciement immédiat ».

L’agence des Nations Unies pour la santé a déclaré que son Directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus avait lancé un « examen approfondi des allégations spécifiques », soulignant que, comme pour le système des Nations Unies dans son ensemble, l’OMS a une politique de tolérance zéro en ce qui concerne l’exploitation et les abus sexuels.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info.

The post L’OMS promet une enquête solide sur des allégations d’abus sexuels visant des employés en RDC appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

Côte d’Ivoire : à l’approche de l’élection présidentielle, l’ONU appelle à préserver l’unité et la paix

Avatar

Publié

le

Aux termes d’une visite d’une semaine en Côte d’Ivoire, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas, a exhorté les Ivoiriens à agir « en synergie et en concertation pour préserver l’unité et la paix » à quelques semaines de l’élection présidentielle.

NEW YORK, USA, le 29 Septembre 2020,-/African Media Agency (AMA)/-Le Représentant spécial, dont le bureau se trouve à Dakar, au Sénégal, a conclu dimanche une mission pré-électorale de sept jours en Côte d’Ivoire où doit se tenir l’élection présidentielle dans un peu plus d’un mois (le 31 octobre).

L’objectif de la visite de M. Chambas était de réaffirmer l’attachement des Nations Unies à l’organisation d’une élection présidentielle « pacifique, inclusive, transparente et crédible ». Un vœu qu’avait formulé le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, le mois dernier, après les violences qui se sont produites en Côte d’Ivoire dans le contexte de manifestations contestant la possibilité pour le Président ivoirien, Alassane Ouattara, de briguer un troisième mandat.

Le 14 septembre dernier, La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, avait affiché sa préoccupation concernant la situation en Côte d’Ivoire où le processus électoral avait, selon elle, commencé dans « un climat politique tendu et sur fond de déclencheurs de violence préexistants liés à des questions de nationalité, de clivages régionaux et ethniques toxiques, d’inégalités économiques, de discrimination et d’impunité pour les crimes passés ».

Le Représentant spécial a tenu lors de sa visite en Côte d’Ivoire à encourager les parties prenantes à œuvrer ensemble en faveur de la paix et de la stabilité.

Au cours de sa mission, l’envoyé onusien a rencontré le Président Ouattara et s’est entretenu avec plusieurs de ses ministres dont le Premier Ministre et les Ministres en charge de l’administration, et celui de la sécurité et de la protection civile. Il a également eu des séances de travail avec le Conseil constitutionnel, la Commission électorale indépendante (CEI), le Conseil national des droits de l’homme (CNDH), les candidats à l’élection présidentielle, les partis politiques, ainsi que le Président de l’ex-Commission dialogue, vérité et réconciliation et des organisations de la société civile.

M. Chambas a aussi rencontré, le groupe informel des partenaires au développement, ainsi que l’équipe pays des Nations Unies en Côte d’Ivoire.

L’élection présidentielle doit être organisée dans le respect des droits de l’homme

Tout en félicitant les Ivoiriens pour leurs efforts pour la paix, le Représentant spécial a réitéré son appel à tous les acteurs politiques pour qu’ils poursuivent leur engagement pour l’organisation d’une élection pacifique et inclusive, dans le respect des droits de l’homme. Un appel qui s’inscrit dans celui formulé deux semaines plus tôt par Mme Bachelet qui avait instamment invité les autorités ivoiriennes à veiller à ce que les droits de l’homme de chacun soient pleinement protégés et respectés en cette période électorale importante.

A cet égard, M. Chambas a noté la libération provisoire le 23 septembre de détenus. « Un geste bienvenu », précise un communiqué publié dimanche par le bureau de l’ONU en Côte d’Ivoire. Il a émis l’espoir que d’autres mesures d’apaisement seront prises alors que le processus électoral se poursuit.

Dans ce communiqué, le Représentant Spécial a appelé tous les acteurs politiques ivoiriens à « rejeter l’usage des discours de haine, la violence et toute forme de sectarisme » et à « s’engager pour un processus électoral apaisé et un scrutin présidentiel pacifique ».

Devant le Conseil des droits de l’homme, Mme Bachelet avait mis en garde contre les fractures sociales qui risquent de s’aggraver avec l’intensification de la campagne politique et le durcissement des positions. A cet égard, la Haute-Commissaire avait noté « une augmentation des discours de haine sur les médias sociaux ».

Dans un contexte marqué par la pandémie de la Covid-19, M. Chambas, a insisté sur l’importance d’agir en synergie et en concertation pour surmonter les différends, préserver l’unité et la paix, indispensables à la prospérité de la Côte d’Ivoire.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info.

The post Côte d’Ivoire : à l’approche de l’élection présidentielle, l’ONU appelle à préserver l’unité et la paix appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Politique

Mali : Moctar Ouane nommé Premier ministre

Avatar

Publié

le

Moctar Ouane a été nommé Premier ministre par intérim du Mali le dimanche 26 Septembre 2020.

Moctar Ouane, l’ancien ministre des Affaires étrangères, a été nommé Premier ministre par intérim du Mali, a annoncé dimanche la télévision d’État. Avant sa nomination il était délégué général à la Paix et à la sécurité auprès de l’UEMOA.

Cette nomination répond à la requête de Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). L’organisation avait indiqué vendredi 24 septembre qu’elle lèverait les sanctions quand le Premier ministre civil serait nommé. Ces sanctions ont provoqué une baisse de 30 % des importations selon Reuters.

Moctar Ouane a été ambassadeur du Mali auprès des Nations Unies en 1995-2002 et ministre des Affaires étrangères en 2004-2011. Il a été conseiller diplomatique de de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) de 2014 à 2016.

Lire l'article

Les dernières tendances