Connect with us

Startup

Côte d’Ivoire : la bataille des frais de livraison est lancée entre Jumia Food et Glovo

Publié

le

 Grâce à une nouvelle expérience client et un positionnement prix bas, Glovo est en train de devenir une réelle alternative face au premier arrivant Jumia Food sur le marché ivoirien. Après cinq mois de présence de ce nouveau concurrent, Jumia Food vient de réduire ses prix de livraison pour s’aligner au tarif de Glovo. C’est le début de la bataille de ses startups pour le leadership du marché.

Une stratégie de pénétration de marché gagnante pour Glovo

Glovo est une application de livraison à la demande dont la promesse est « tout ce que vous avez commandé via l’application en moins d’une heure ». Elle a été créée en 2015 en Espagne et ses fondateurs sont Oscar Pierre et Sacha Michaud. Le délai de livraison est l’élément majeur de différenciation de la startup. De plus, la jeune pousse utilise d’un système algorithme de machine Learning qui calcule les trajets et attribue la commande au coursier le plus proche du lieu de saisi.

La Startup a lancé ses activités en Côte d’Ivoire en Avril 2019. Les débuts ont été timides. En plus de prendre ces marques, la compagnie a de l’être impacté par l’opération policière contre les véhicules à deux roues qui s’est déroulé durant les mois de mai et juin 2019. Mais depuis quelques mois, les livreurs jaunes de Glovo sont de plus en plus visibles dans les quartiers de la capitale. En ligne avec son positionnement d’accessibilité et pour acquérir rapidement des parts de marché, Glovoa choisi d’adopter un prix plus bas que Jumia Food. Cette stratégie d’entrée semble payer. « Pour les quatre premiers mois, nous sommes très heureux, parce que Abidjan a dépassé toutes nos attentes. Nous remarquons que dans nos chiffres, nous impactons environ 1 000 personnes tous les jours, à savoir les vendeurs, les boutiques, les clients et les Glovers qui se font des revenus grâce à cette activité » a indiqué Rodgrigo Altier le manager général monde à Educarriere. Enfin la compagnie a su s’imposer sur un segment autre que la livraison de repas assez rapidement. Tania Quintero la PDG de Glovo Côte d’Ivoire a indiqué à The Africa Report : « Alors que dans les autres pays, la livraison de nourriture est notre catégorie la plus importante, la livraison des courses au supermarché connaît le plus de succès ».

Jumia Food défend son leadership

Youpi !!! Désormais, vos plats préférés livrés à 500 FCFA seulement ! c’est le titre du courriel reçu de JumiaFood ce mardi 20 Août 2019. Avec ce courriel, le pionner du secteur Jumia Food a choisi de s’aligner au tarif du nouvel entrant. C’est une action de défense pour éviter une érosion du parc client.

Présent depuis 2013, Hello Food devenu Jumia Food a débuté comme une application de livraison de repas à la demande.  Depuis 2018, Jumia Food a été étendu à la livraison d’apéros, de courses de supermarchés. Sa proposition de valeur est similaire à celle de Glovo : les clients peuvent commander des courses et des repas et se faire livrer à domicile en moins d’1 heure. La plate-forme proposant une grande variété de plats (cuisine ivoirienne, camerounaise, togolaise, congolaise, sénégalaise, marocaine, libanaise, indienne, française, italienne, américaine, japonaise, coréenne, vietnamienne, mexicaine, turque, etc.) avec plus de 100 restaurants abidjanais. Les prix sur la plateforme sont les mêmes qu’au restaurant. Les chiffres en 2015 ont montré que le marché de la livraison de colis était porteur :  la pizza était le repas le plus commandé, les livreurs parcouraient en moyenne 1400 kilomètres par jour, 51 % des commandes étaient faites sur Internet et le temps moyen de livraison d’une commande était de 49 minutes.

Le marathon pour le leadership du marché débute

Après cinq années de leadership sans partage, Jumia Food a désormais un concurrent de poids. Ces deux entreprises ont de nombreux points communs. D’abord ils offrent une expérience utilisateur de qualité avec de beaux visuels, une navigation intuitive et un parcours client ordonné. Ensuite l’offre est similaire : les restaurants, les courses, l’apéro. Enfin le revenu-model est identique avec des frais de livraison facturés à 500 FCFA.

Les startups se différencient sur cinq éléments principaux :

  • l’ergonomie de l’application ( fluidité de l’expérience utilisateur, facilité d’utilisation, fonctionnalité suivi en temps réel du coursier,)
  • l’adaptation du parcours client ( moyens de paiement, suivi en temps réel, possibilité de signifier que l’on a la monnaie) : Jumia Food offre plus de moyens de paiement (carte bancaire, mobile money) quand Glovo propose deux modes (l’espèce et la carte bancaire)
  • la diversité de l’offre : Glovo livre les courses personnelles en plus des restos, supermarchés et boutiques quand Jumia ne le fait pas. Avec Glovo on trouve un nombre limité de restaurants pour le moment. Mais Glovo a intégré des maquis et des restaurants de plats typiquement locaux comme Chez Miss Zahui. Tandis que Jumia a la base de restaurants la plus large. Mais l’offre en terme de supermarchés reste limitée
  • Le branding : Glovo fait l’effort de livrer les plats dans des sacs cabas alors que Jumia Food ne le fait pas.

Les plates-formes ont des coûts logistiques et marketing importants et ont des pertes importantes. Ces startups vont batailler pour survivre et régner en maitre sur le marché afin de devenir profitable.

Startup

Heetch a lancé ses opérations en Algérie

Publié

le

La plateforme de véhicules à la demande Heetch a démarré officiellement <ses opérations le 11 septembre 2019 à Alger.

L’entreprise avait réalisé un pré-lancement en juillet 2019 et revendique plus de 5000 inscriptions de chauffeurs sur la plateforme. En outre elle indique avoir formés 500 chauffeurs.

Heetch a levé 38 millions $ en mai 2019 pour financer son expansion en Europe et en Afrique Francophone. Le Cameroun est le prochain pays sur la liste tandis que le démarrage effectif en Côte d’Ivoire dépend de la résolution de questions juridiques et administratives liés à l’activité de moto taxis.

Lire plus sur Agence Ecofin

Lire l'article

Startup

Susu Healthcare : une plateforme en ligne de santé numérique financée par la diaspora

Publié

le

Susu Healthcare est une plateforme en ligne qui offre une couverture d’assurance et de services médicaux aux familles de la diaspora.

Le bureau de transformation numérique sud-africain et Bola Bardet ont lancé Susu Healthcare. Il s’agit d’une plateforme en ligne qui offre des services médicaux (traitements médicaux, livraison de médicaments, prise en charge de maladies chroniques et services d’urgence) et couvertures médicales. Les services vont jusqu’à l’accès au soin et à l’évacuation en France.

« Les fonds renvoyés en Afrique pour des soins de santé s’élèvent à 8 USD milliards de dollars par an, mais des soins de santé, des médicaments et des assurances de qualité sont encore indisponibles dans de nombreux pays africains » a expliqué Bola Bardet, fondatrice et directrice générale de Susu.

Lire l'article

Startup

Avec les cessations de Yaatoo et Afrimarket, jumia règne sans partage sur le commerce en ligne en Côte d’ivoire

Publié

le

Le vendredi 13 Septembre 2019, la rédaction d’Afriveille a appris l’arrêt du de Yaatoo, filiale de commerce en ligne de Prosuma et la mise en liquidation d’Afrimarket. Avec l’arrêt de ces deux acteurs de poids, Jumia confirme son leadership sur le commerce en ligne en Côte d’Ivoire.

Prosuma arrête les investissements dans Yaatoo

Créée en 2016, Yaatoo est le site de commerce en ligne du groupe de grande distribution ivoirien Prosuma. Yaatoo voulait se positionner comme une alternative à Jumia en particulier dans l’alimentaire. Yaatoo proposait des produits des magasins des enseignes du groupe. Mais la jeune pousse avait débuté une diversification de sa gamme produit. Elle a adopté un positionnement prix bas moins chers que la boutique du quartier, d’après ses services marketing »), pour accroitre son volume de chiffre d’affaires. Mais après trois années, Le directeur général de Yaatoo Monsieur Dougnan Coulibaly a annoncé le 13 septembre 2019 la fin d’activité de l’entreprise de commerce en ligne. « La nouvelle est, en effet, tombée à l’issue d’une réunion avec les actionnaires du groupe Prosuma, qui m’ont informé de leur volonté d’arrêter les investissements dans le E-commerce, 3 années après le lancement de la plateforme Yaatoo » a-t-il indiqué sur Linkedin. Hasard du calendrier, on apprend le même jour la mise en liquidation d’Afrimarket en France.

Afrimarket mise en liquidation judiciaire

Créée en 2013 par Rania Belkahia et Jeremy Stoss, Afrimarket est une plateforme de commerce en ligne. Elle opère dans cinq pays africains (Côté d’Ivoire, Sénégal, Cameroun, Bénin et Mali). L’offre porte sur différents domaines : alimentaire, high-tech, beauté/hygiène, électroménager, enfants, maison). La jeune pousse se rémunère sur un pourcentage sur les ventes.

Afrimarket est une place de marché présente dans cinq pays africains dont la Côte d’Ivoire. La startup était en croissance et avait enregistré de belles performances ces quatre dernières années selon ses dirigeants : le volume d’affaires de sa plateforme a fini par atteindre 19,679 milliards FCFA en 2018, contre   163, 989 millions FCFA en 2015. De plus, elle avait aussi réussi à réduire ses coûts d’acquisition par huit et atteint une marge brute positive.

Afrimarket avait pour vision de devenir l’Amazon Africain comme son concurrent principal Jumia. De plus, l’entreprise revendiquait 20 à 30 % de croissance mensuelle. Mais pour financer cette croissance, la startup avait besoin de lever 13 milliards FCFA. Elle a tenté sans succès de lever ses fonds auprès de deux fonds d’investissements.

Le manque de maturité du marché africain est la raison principale avancée pour expliquer cette déconvenue. Afrimarket visait essentiellement la classe moyenne. Elle voulait leur offrir un vrai service de qualité. De plus, les difficultés opérationnelles en particulier logistique constituent des barrières importantes au développement des sites de commerce en ligne.

Le marché ivoirien est-il assez mature pour le commerce en ligne

L’échec d’Afrimarket montre les difficultés pour les entreprises de commerce en ligne de se développer sur le marché africain. En juin 2018, Africashop, la filiale de CFAO dédié au commerce en ligne était liquidée.

Cdiscount, qui était le leader français du commerce en ligne avait cessé ses activités dix-huit mois plus tôt. Les raisons de cet échec sont la mauvaise gestion des livraisons avec un stock situé à Bordeaux et un délai de livraison très long (36 à 60 jours). De plus, le manque de partenariats locaux. Enfin le positionnement trop haut de gamme, des prix trop élevés et le manque de flexibilité en termes de paiement.

Jumia devient le leader incontesté du commerce en ligne ivoirien avec la disparition de ses concurrents principaux.

Lire l'article

Les dernières tendances