Connect with us

Startup

Côte d’Ivoire : la bataille des frais de livraison est lancée entre Jumia Food et Glovo

Publié

le

 Grâce à une nouvelle expérience client et un positionnement prix bas, Glovo est en train de devenir une réelle alternative face au premier arrivant Jumia Food sur le marché ivoirien. Après cinq mois de présence de ce nouveau concurrent, Jumia Food vient de réduire ses prix de livraison pour s’aligner au tarif de Glovo. C’est le début de la bataille de ses startups pour le leadership du marché.

Une stratégie de pénétration de marché gagnante pour Glovo

Glovo est une application de livraison à la demande dont la promesse est « tout ce que vous avez commandé via l’application en moins d’une heure ». Elle a été créée en 2015 en Espagne et ses fondateurs sont Oscar Pierre et Sacha Michaud. Le délai de livraison est l’élément majeur de différenciation de la startup. De plus, la jeune pousse utilise d’un système algorithme de machine Learning qui calcule les trajets et attribue la commande au coursier le plus proche du lieu de saisi.

La Startup a lancé ses activités en Côte d’Ivoire en Avril 2019. Les débuts ont été timides. En plus de prendre ces marques, la compagnie a de l’être impacté par l’opération policière contre les véhicules à deux roues qui s’est déroulé durant les mois de mai et juin 2019. Mais depuis quelques mois, les livreurs jaunes de Glovo sont de plus en plus visibles dans les quartiers de la capitale. En ligne avec son positionnement d’accessibilité et pour acquérir rapidement des parts de marché, Glovoa choisi d’adopter un prix plus bas que Jumia Food. Cette stratégie d’entrée semble payer. « Pour les quatre premiers mois, nous sommes très heureux, parce que Abidjan a dépassé toutes nos attentes. Nous remarquons que dans nos chiffres, nous impactons environ 1 000 personnes tous les jours, à savoir les vendeurs, les boutiques, les clients et les Glovers qui se font des revenus grâce à cette activité » a indiqué Rodgrigo Altier le manager général monde à Educarriere. Enfin la compagnie a su s’imposer sur un segment autre que la livraison de repas assez rapidement. Tania Quintero la PDG de Glovo Côte d’Ivoire a indiqué à The Africa Report : « Alors que dans les autres pays, la livraison de nourriture est notre catégorie la plus importante, la livraison des courses au supermarché connaît le plus de succès ».

Jumia Food défend son leadership

Youpi !!! Désormais, vos plats préférés livrés à 500 FCFA seulement ! c’est le titre du courriel reçu de JumiaFood ce mardi 20 Août 2019. Avec ce courriel, le pionner du secteur Jumia Food a choisi de s’aligner au tarif du nouvel entrant. C’est une action de défense pour éviter une érosion du parc client.

Présent depuis 2013, Hello Food devenu Jumia Food a débuté comme une application de livraison de repas à la demande.  Depuis 2018, Jumia Food a été étendu à la livraison d’apéros, de courses de supermarchés. Sa proposition de valeur est similaire à celle de Glovo : les clients peuvent commander des courses et des repas et se faire livrer à domicile en moins d’1 heure. La plate-forme proposant une grande variété de plats (cuisine ivoirienne, camerounaise, togolaise, congolaise, sénégalaise, marocaine, libanaise, indienne, française, italienne, américaine, japonaise, coréenne, vietnamienne, mexicaine, turque, etc.) avec plus de 100 restaurants abidjanais. Les prix sur la plateforme sont les mêmes qu’au restaurant. Les chiffres en 2015 ont montré que le marché de la livraison de colis était porteur :  la pizza était le repas le plus commandé, les livreurs parcouraient en moyenne 1400 kilomètres par jour, 51 % des commandes étaient faites sur Internet et le temps moyen de livraison d’une commande était de 49 minutes.

Le marathon pour le leadership du marché débute

Après cinq années de leadership sans partage, Jumia Food a désormais un concurrent de poids. Ces deux entreprises ont de nombreux points communs. D’abord ils offrent une expérience utilisateur de qualité avec de beaux visuels, une navigation intuitive et un parcours client ordonné. Ensuite l’offre est similaire : les restaurants, les courses, l’apéro. Enfin le revenu-model est identique avec des frais de livraison facturés à 500 FCFA.

Les startups se différencient sur cinq éléments principaux :

  • l’ergonomie de l’application ( fluidité de l’expérience utilisateur, facilité d’utilisation, fonctionnalité suivi en temps réel du coursier,)
  • l’adaptation du parcours client ( moyens de paiement, suivi en temps réel, possibilité de signifier que l’on a la monnaie) : Jumia Food offre plus de moyens de paiement (carte bancaire, mobile money) quand Glovo propose deux modes (l’espèce et la carte bancaire)
  • la diversité de l’offre : Glovo livre les courses personnelles en plus des restos, supermarchés et boutiques quand Jumia ne le fait pas. Avec Glovo on trouve un nombre limité de restaurants pour le moment. Mais Glovo a intégré des maquis et des restaurants de plats typiquement locaux comme Chez Miss Zahui. Tandis que Jumia a la base de restaurants la plus large. Mais l’offre en terme de supermarchés reste limitée
  • Le branding : Glovo fait l’effort de livrer les plats dans des sacs cabas alors que Jumia Food ne le fait pas.

Les plates-formes ont des coûts logistiques et marketing importants et ont des pertes importantes. Ces startups vont batailler pour survivre et régner en maitre sur le marché afin de devenir profitable.

Startup

Ecobank lance la 3ème édition de son fintech challenge

Publié

le

Le groupe bancaire Ecobank a annoncé le lancement de son fintech challenge le 20 février 2020.

Ecobank lance un appel à candidature pour les start-up africaines et les développeurs à s’incrire à son concours. « En tant que groupe bancaire nous continuons d’être impressionnés par la façon qu’ont les Fintechs de transformer le secteur bancaire en Afrique. Nous avons avons hâte de découvrir les nouvelles innovations et opportunités de partenariat qui marqueront l’édition 2020 » a indiqué Le Directeur des Opérations du Groupe Ecobank, M. Eddy Ogbogu.

Selon le communiqué, les Fintech pourront bénéficier de plusieurs avantages:

         

  • La possibilité de participer au programme de mentorat dédié aux Fintechs 
  • L’établissement de partenariat de service avec  Ecobank ;
  • Le déploiement de leurs produits à l’échelle multinationale.

Lire l'article

Startup

La plateforme numérique d’agriculture Farmcrowdy acquiert Best Foods

Publié

le

credit photo : Prnews

La plateforme nigériane d’agriculture numérique Farmcrowdy a annoncé l’acquisition de Best Foods un groupe alimentaire.

Farmcrowdy est une plateforme numérique qui qui connecte les petits agriculteurs aux techniques agricoles intelligentes, aux intrants agricoles de qualité et à l’accès à des marchés supérieurs. La startup a annoncé être devenu actionnaire majoritaire de Best Foods une entreprise de production de bétail.

Avec cette acquisition Farmcrowdy devient le premier fournisseur de viande transformé du Nigéria. Elle va fournir de la viande à travers un réseau de plus de 100 points de vente. Le lancement de Farmcrowdy Meat Hubs est planifié pour le second trimestre 2020  pour fournir un accès à de la viande de qualité via la technologie, produite et commercialisée par Farmcrowdy.

« Best Foods offre à Farmcrowdy une opportunité passionnante d’améliorer ses services dans la production, la transformation et l’approvisionnement du bétail« , explique Kenneth Obiajulu, directeur général de Farmcrowdy.

Lire l'article

Entreprendre

Mathydy, la nouvelle marque africaine de marque qui émerge

Publié

le

credit photo : Le Monde

Créé par un couple de Sénégalais, Mathydy est une marque de montre luxes conçues et assemblés au Sénégal.

Matydy est la contraction de Mathy et Idy, un couple d’entrepreneurs sénégalais. Idy était salarié d’Alcaltel à Paris et Mathy vivait et travaillait dans une banque au Canada. Le couple a décidé de revenir au Sénégal pour contribuer au développement. Ils rentrent sans idée claire de ce qu’ils veulent faire et sans business plan précisent-ils au journal Le Monde.

Ils sont séduits se lancent dans l’aventure avec l’aide des artisans en bogolan. Mais ils rendent comptent qu’ils doivent s’orienter vers un design plus recherché. « Au départ, on avait pensé à un graphisme wax, mais c’était une idée à dépasser parce qu’il nous fallait quelque chose de plus raffiné, de plus recherché, un peu moins attendu ». L’idée est de proposer des bijoux simples mais raffinés. Leur business modèle est le suivant : les artisans locaux réalisent le design sur place, ils importent des mécanismes japonais et les montres sont assemblées à Dakar.

Les clés du succès sont l’adéquation entre le produit et les envies du consommateur. Ils ciblent la classe moyenne avec un prix 52 000 et 59 000 FCFA. Les montres sont vendues dans des boutiques ou sur Internet. Les montres sont vendus au Sénégal, en Côte d’Ivoire, en France en Belgique ou en Suisse.

Lire l'article

Les dernières tendances