Connect with us

Business

Filtisac réalise un bénéfice net en hausse de 91 % en 2020

Avatar

Publié

le

Avec un profit net en augmentation de 91 % à 1,863 milliards FCFA malgré une baisse du chiffre d’affaires (-4 %), le spécialiste de l’emballage Filtisac a réalisé une bonne performance financière en 2020 et reste solvable.

Dans un environnement marqué par la Covid-19, Filtisac a enregistré une baisse de 4% de son chiffre d’affaires. Passant de 40,436 milliards de F CFA en 2019 à 39,020 milliards de F CFA en 2020. Selon son rapport du 3e trimestre, cette baisse du niveau d’activité est la conséquence des fortes perturbations liées à la pandémie (hausse du coût des matières premières au département Jute, difficultés d’approvisionnement, réaménagement du fonctionnement des usines). L’excédent brut d’exploitation (EBE) a chuté de 58 % et s’est élevé à 1,637 milliards CFA. Ce qui traduit que l’entreprise ne dégage pas de ressources financières à partir de son activité.

Le résultat d’exploitation a fondu de 99 % par rapport à 2019 et s’est établi à 30,7 millions FCFA. En outre, le résultat financier qui était négatif à 17,764 millions FCFA est devenu positif et atteint 1,057 milliards Le profit net a augmenté de 91 % à 1,863 milliards FCFA. Une analyse de ses immobilisations montre qu’une cession d’immobilisation a été effectuée en 2020. Ce, faisant donc passer baisser la valeur des immobilisations de 3 % en 2020, pour s’établir à 18,778 milliards de F CFA.

L’analyse du besoin en financement d’exploitation révèle que le spécialiste de l’emballage avait besoin à financer d’environ 13, 464 milliards de F CFA. La trésorerie nette est restée négative. Mais on constate une amélioration, car elle est passée de -15,5 milliards FCFA en 2019 à -5,164 milliards FCFA en 2020. En revanche, son ratio de liquidité générale est 2 et qui est supérieur à la norme. Cela traduit donc que l’entreprise a la capacité de régler ses dettes à court terme. De plus, l’analyse financière des états financiers montre que l’entreprise a une bonne autonomie financière (52,9 %). Ce qui traduit son indépendance face aux financements extérieurs. De plus, avec un taux de 0,73, Filtisac dispose d’une bonne capacité de remboursement, un bon signe de sa solvabilité à long terme.

Business

La SOGB affiche un bénéfice net de 30 % au 1er semestre 2022

Avatar

Publié

le

Avec un chiffre d’affaires en augmentation de 25,3 % à 50,187 milliards FCFA, et un résultat net en hausse de 2,243 milliards FCFA pour s’établir à 9,780 milliards FCFA, la Société des Caoutchoucs de Grand-Béréby (SOGB) affiche pour ce 1er trimestre 2022 une bonne performance.

Dans un contexte de croissance du niveau de ses activités, la Société des Caoutchoucs de Grand-Béréby réalise une bonne performance au 1er semestre 2022. Laquelle se justifie par une hausse de son chiffre d’affaires de 25 % comparé au 1er semestre 2021 pour s’établir à 50,187 millions FCFA. Selon les instances dirigeantes, cette croissance est le reflet de la hausse du niveau de ses activités de palmier et de caoutchouc.

En effet, ses activités de palmier recensent une hausse de leur chiffre d’affaires de 29 % dû à l’effet combiné des prix de vente (+27 %) et volumes vendus (+3 %). De même, l’activité caoutchouc connaît une hausse de ses ventes de 6 %. Cette augmentation résulte de la croissance du prix de vente moyen de 17 % par rapport à celui constaté au 1er semestre 2021.

De plus, elle affiche un résultat d’exploitation en progression de 3,004 milliards FCFA pour s’établir à 13,153 milliards FCFA au premier semestre 2022. Un tel résultat traduit la capacité de l’entreprise à maîtriser ses charges d’exploitations malgré une mauvaise conjoncture économique. En conséquence, la SOGB réalise un résultat bénéficiaire de 9,780 milliards FCFA. C’est un écart de 2,243 milliards par rapport au premier semestre 2021. 

Lire l'article

Business

Côte d’Ivoire : la commande publique en hausse de 18 % à 393,4 milliards FCFA à fin juin 2022

Avatar

Publié

le

Les marchés publics ont augmenté en volume (+35 %) et en valeur (+18 %) au premier semestre 2022 et se sont établis à 393,4 milliards FCFA à fin juin 2022.

1 739 marchés ont été approuvés contre 1292 à la même période en 2021. C’est une augmentation de 35 %. En valeur, les marchés se sont élevés à 393,4 milliards FCFA à fin juin 2022. C’est une augmentation de 18 %.

72 % des marchés sont des appels d’offres ouverts ou restreints. La proportion d’appels d’offres a augmenté de 1,9 point par rapport au premier semestre 2021. Les procédures non-concurrentielles ont reculé et ont représenté 25 % des marchés approuvés.

Les marchés de gré à gré ont augmenté en valeur de 9,1 milliards FCFA des marchés de gré à gré s’explique principalement par la prise en charge des dépenses urgentes liées à l’achat et à l’installation de scanners pour l’optimisation des recettes douanières, à la réhabilitation des lacs de Yamoussoukro.

Lire l'article

Business

GCR Ratings affirme la note de Servair Abidjan à BBB (WU) avec une perspective stable

Avatar

Publié

le

Le 20 septembre 2022, l’agence de notation GCR Ratings a affirmé la note long terme de BBB (WU) de Servair Abidjan. Elle a également confirmé sa note d’émetteur de court terme de A3(WU) avec une perspective stable.

L’agence de notation GCR Ratings a affirmé la note long-terme de l’entreprise Servair Abidjan à BBB (WU). En plus, l’agence a confirmé la note de l’entreprise de court terme à A3 (WU). Cette notation s’explique par une bonne flexibilité financière et une bonne liquidité.

L’agence met en lumière une détérioration de la rentabilité financière. En effet, affecté par la pandémie Covid-19, le chiffre d’affaires de Servair a baissé de 24 % entre 2019 et 2021. L’activé a certes repris en 2021. Mais elle n’a pas retrouvé son niveau d’avant la pandémie. De plus, cette baisse du revenu a impacté négativement la marge en 2020. Enfin, l’activité est affaiblie par des incertitudes en raison de non reconduction par l’État ivoirien de la concession de catering et de handling qui ont expiré depuis 2015.

L’agence de notation a aussi relevé la forte concentration du portefeuille de clients entreprise. En effet, Air Côte d’Ivoire et Air France représentent aujourd’hui la moitié de son chiffre d’affaires sur le segment aérien. Enfin, l’exécution de la stratégie de diversification des revenus grâce au segment hors aérien accuse un retard par rapport au plan initial à cause de la concurrence agressive et de prospects qui ne sont pas encore prêts à mettre le prix de la qualité et la sécurité.

Lire l'article

Les dernières tendances