Connect with us

Business

Fitch alerte sur la faiblesse des fonds propres des banques marocaines

Publié

le

Dans sa note d’analyse sur les banques marocaines publiée le 8 mars 2019, Fitchs Ratings a relevé un faible niveau des fonds propres des banques marocaines. De plus, l’agence a alerté sur la qualité des actifs des banques.

Concernant la qualité des actifs, l’agence de notation estime que le taux moyen de 10 % affecté à l’encours des créances douteuses est déconnecté de la réalité. L’agence estime que la proportion de créances douteuses est plus élevée.
Les risques seraient encore plus importants, pour des banques marocaines en phase d’expansion dans les autres pays africains, en raison de la faible régulation bancaire sur les marchés où sont implantés leurs filiales. Fitch indique cependant, que ce risque est atténué par la capacité de soutien dont bénéficient ces banques de la part, soit du gouvernement marocain, soit des actionnaires, pour les filiales de banques étrangères opérant dans le Royaume.
Chez Attijariwafa bank, un des groupes mentionnés dans le rapport, on dit connaître et tenir compte des risques notamment à l’expansion. « Des matelas de sécurité au-dessus des minimas réglementaires en termes d’actifs liquides et de fonds propres sont définis en fonction du profil de risque de chaque filiale », avait expliqué Rachid Kettani, le directeur en charge des finances du Groupe, dans une interview accordée en mars 2018 à l’Agence Ecofin.
Une réponse analogue avait aussi été donné par le groupe Banque Centrale Populaire, en réponse au risque soulevé par Moody’s sur son expansion africaine. « La gestion des risques opérationnels et l’optimisation des coûts d’exploitation font partie des thématiques traditionnelles faisant l’objet d’une attention particulière lors du pilotage au quotidien des filiales internationales et du déploiement de projets stratégiques d’intégration des nouvelles acquisitions », avait fait savoir ses responsables.

Lire plus sur Agence Ecofin

Business

Onomo Hôtel choisit le Maroc comme hub pour l’Afrique du Nord

Publié

le

Le 1 er mars 2019, le groupe hôtelier a annoncé l’ouverture du Casablanca City Center. Il s’agit d’un hôtel l urbain qui propose des espaces généreux au design épuré, et un service à la hauteur de l’hospitalité Africaine.
Onomo Hôtel a ouvert des hôtels à Rabat, Casablanca, puis Tanger. Le groupe s’étend ainsi à l’Afrique du Nord avec le Maroc comme hub.
Créée il y a de cela dix ans, Onomo Hôtel, le groupe est présent dans 9 pays africains avec 12 hôtels. Le groupe a pour ambition de devenir la première plateforme hôtelière panafricaine mid-scale. Son objectif est d’avoir 3 700 chambres à l’horizon 2022.
Avec l’ouverture de 3 nouveaux hôtels au Maroc (Casablanca Sidi Maarouf, Casablanca Nouaceur et Tanger) à fin Juin et 3 autres durant le second semestre, notamment à Douala (Cameroun), Dar Essalam (Tanzanie) et Maputo (Mozambique), 2019 est une année de consolidation de la présence du groupe sur le continent Africain et marque le début d’une nouvelle phase dans son développement.

Lire l'article

Business

Côte d’ivoire : premier lingot d’or produit pour le projet Cil d’Ity

Publié

le

Credit photo: Mine d'Ity

Endeavour Mining a annoncé que la première coulée d’or de la mine Cil d’Ity a été produite avec quatre mois d’avance. Cette coulée est estimée à 1 800 onces.
La mine devrait entrée en phase de production commerciale durant le second trimestre de l’année. Des travaux d’optimisation et de réglage de l’usine de traitement sont en cours et devrait permettre à l’usine d’accroitre la capacité de production de 4 à 5 millions de tonnes par an, la capacité de l’installation.
Le projet Ity CIL devrait prolonger la durée de vie de la mine de 14 ans, produisant environ 204 000 onces par an pendant les dix premières années, à un coût minimal de 549 $ / once.La mine d’Ity compte produire cette année, entre 160 000 et 200 000 onces d’or à un coût global de 525 à 590 $/oz.

Lire plus sur Agence Ecofin

Lire l'article

Business

Côte d’Ivoire : ouverture du capital de la Banque Nationale d’Investissement

Publié

le

Le gouvernement ivoirien a annoncé le 20 mars 2019, l’ouverture de la Banque nationale d’Investissement (BNI). Des acteurs publics et la caisse nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) entrent au capital de la banque.
Cette opération permet d’augmenter le capital de la banque d’un montant de 20 milliards FCFA. Ainsi la banque va se conformer aux normes bancaires de la zone UEMOA.
La BNI était l’un des moyens de financement de l’économie ivoirienne avec près de 1200 milliards FCFA injectés dans l’économie selon Jeune Afrique. Mais la Banque connait des difficultés depuis quelques années suite çà des problèmes de management et des pertes de filiales comme BNI gestion.

Lire l'article

Les dernières tendances