Connect with us

Business

Moins de 2 % des véhicules neufs dans le monde vendu en Afrique

Publié

le

L’Afrique absent de l’industrie de production automobile

La production mondiale de véhicule est dominée par la région Asie-Océanie (54 millions de véhicules et 55% de la production mondiale), l’Europe (22 millions de véhicules et 23% de la production mondiale) et l’Amérique (21 millions de véhicules et 21% de la production mondiale). L’Afrique représente 0,96% (931 283 véhicules) de la production mondiale. L’Afrique du Sud et le Maroc représentent plus de 89% de la production africaine de véhicules automobiles.
La production africaine de véhicules se résume à de l’assemblage de véhicules de marques étrangères souvent destinés à l’export. Les pays du pourtour méditerranéen bénéficient d’une prime géographique en raison de leur proximité avec l’Europe. L’installation de ligne d’assemblage de véhicules en Afrique obéit plus à une logique de réduction des coûts de production et de recherche d’une main d’œuvre qualifiée bon marché des industriels plutôt qu’à une véritable stratégie des Etats africains producteurs visant à faire éclore le secteur et à en tirer des dividendes.

Moins d’un million de véhicules neufs produits dans le monde vendus en Afrique

862 907 véhicules neufs ont été vendus en Afrique en 2017. C’est environ 1,2 % des ventes mondiales. De plus, ces ventes sont en baisse. En effet, entre 2014 et 2017, la vente de véhicules de tourisme neufs en Afrique a baissé de 31% passant de 1,2 million d’unités vendues à 862 907 unités. L’Afrique du Sud, le Maroc et l’Egypte sont les principaux acheteurs de véhicules neufs en Afrique selon l’Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA). En 2017, ces trois pays ont acheté respectivement 369 599 unités, 155 218 unités et 133 391 unités soit 76% des voitures neuves vendus en Afrique.

Lire plus sur AfricaPostNews

Business

Onomo Hôtel choisit le Maroc comme hub pour l’Afrique du Nord

Publié

le

Le 1 er mars 2019, le groupe hôtelier a annoncé l’ouverture du Casablanca City Center. Il s’agit d’un hôtel l urbain qui propose des espaces généreux au design épuré, et un service à la hauteur de l’hospitalité Africaine.
Onomo Hôtel a ouvert des hôtels à Rabat, Casablanca, puis Tanger. Le groupe s’étend ainsi à l’Afrique du Nord avec le Maroc comme hub.
Créée il y a de cela dix ans, Onomo Hôtel, le groupe est présent dans 9 pays africains avec 12 hôtels. Le groupe a pour ambition de devenir la première plateforme hôtelière panafricaine mid-scale. Son objectif est d’avoir 3 700 chambres à l’horizon 2022.
Avec l’ouverture de 3 nouveaux hôtels au Maroc (Casablanca Sidi Maarouf, Casablanca Nouaceur et Tanger) à fin Juin et 3 autres durant le second semestre, notamment à Douala (Cameroun), Dar Essalam (Tanzanie) et Maputo (Mozambique), 2019 est une année de consolidation de la présence du groupe sur le continent Africain et marque le début d’une nouvelle phase dans son développement.

Lire l'article

Business

Côte d’ivoire : premier lingot d’or produit pour le projet Cil d’Ity

Publié

le

Credit photo: Mine d'Ity

Endeavour Mining a annoncé que la première coulée d’or de la mine Cil d’Ity a été produite avec quatre mois d’avance. Cette coulée est estimée à 1 800 onces.
La mine devrait entrée en phase de production commerciale durant le second trimestre de l’année. Des travaux d’optimisation et de réglage de l’usine de traitement sont en cours et devrait permettre à l’usine d’accroitre la capacité de production de 4 à 5 millions de tonnes par an, la capacité de l’installation.
Le projet Ity CIL devrait prolonger la durée de vie de la mine de 14 ans, produisant environ 204 000 onces par an pendant les dix premières années, à un coût minimal de 549 $ / once.La mine d’Ity compte produire cette année, entre 160 000 et 200 000 onces d’or à un coût global de 525 à 590 $/oz.

Lire plus sur Agence Ecofin

Lire l'article

Business

Côte d’Ivoire : ouverture du capital de la Banque Nationale d’Investissement

Publié

le

Le gouvernement ivoirien a annoncé le 20 mars 2019, l’ouverture de la Banque nationale d’Investissement (BNI). Des acteurs publics et la caisse nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) entrent au capital de la banque.
Cette opération permet d’augmenter le capital de la banque d’un montant de 20 milliards FCFA. Ainsi la banque va se conformer aux normes bancaires de la zone UEMOA.
La BNI était l’un des moyens de financement de l’économie ivoirienne avec près de 1200 milliards FCFA injectés dans l’économie selon Jeune Afrique. Mais la Banque connait des difficultés depuis quelques années suite çà des problèmes de management et des pertes de filiales comme BNI gestion.

Lire l'article

Les dernières tendances