Connect with us

Techno

Gartner prédit que 3 technologies vont révolutionner le marché africain

Publié

le

Dans son rapport « Gartner Africa ICT Hype Cycle 2019 », le cabinet de conseil américain prédit que les villes intelligentes, l’Internet des objets et les systèmes satellites en orbite basse vont changer le marché africain des technologies.

Bettina Tratz-Ryan, vice-présidente de la recherche chez Gartner justifie le potentiel des smart city par la forte croissance de l’urbanisation des entreprises et des populations dans les capitales africaines. En effet, avec la Smart City les responsables publics vont utiliser le numérique pour optimiser les gestions de transports, de l’énergie, des déchets.

Pour relever les défis auxquels doivent déjà faire face certaines villes, de nombreux urbanistes et responsables publics misent sur la  Smart City, à savoir le recours au numérique pour optimiser les flux urbains : gestion des transports, de l’énergie, des déchets,etc. Et les investissements dans la Smart City ont débuté avec des dépenses estimées à 1,2 milliard de dollars en 2018. « L’impact d’un système de villes intelligentes sur les entreprises en Afrique sera motivé par la capacité des entreprises publiques et privées à automatiser et à offrir de meilleures expériences de service », estime-t-elle.

L’Internet des Objets (IoT) est la seconde technologie structurante selon Gartner. Le marché de l’IoT est estimé à 500 milliards de dollars au cours des prochaines années. Jeffrey Mann, son vice-président de la recherche chez Gartner, a indiqué que la technologie offre de nombreuses possibilités pour certains types d’applications très novateurs. Pour lui, bien que l’Afrique n’ait pas d’énormes investissements en capital, elle a beaucoup de ressources pour utiliser les technologies de base et réaliser des choses intéressantes adaptées aux situations africaines.

Enfin Bill Menezes a indiqué la technologie des systèmes de satellites « est importante pour les pays africains, car les satellites peuvent couvrir toutes les zones géographiques isolées ou sous-desservies, fournissant ainsi la connectivité à large bande indispensable pour y opérer ».

Lire plus sur Agence Ecofin

Techno

Orange annonce la construction d’un nouveau réseau international pour l’Afrique de l’Ouest

Publié

le

Orange a annoncé la construction d’un nouveau réseau international en Afrique de l’Ouest du salon international Africacom.

Orange a annoncé le lacement d’un nouveau réseau international reliant les principales capitales de l’Afrique de l’Ouest (Dakar, Bamako, Abidjan, Accra, Lagos…). Cette infrastructure s’appuie sur un réseau de fibres optiques terrestres et de câbles sous-marins et bénéficie d’une exploitation centralisée. Le groupe va proposer une gamme de services de connectivité internationale avec ce nouveau réseau (International Private Line, Ethernet Private Line, Connexion point à point sécurisée).

Avec ce nouveau réseau international, Orange veut soutenir le développement de de l’écosystème numérique et de répondre aux besoins des entreprises en Afrique de l’ouest. En complément des investissements récents dans le câble sous-marin de dernière génération. Le lancement commercial du backbone ouest-africain est prévu au second trimestre 2020.

 « Pour Orange, ce backbone ouest-africain est un investissement majeur puisqu’il permettra une meilleure sécurisation de la connectivité internationale et nous permettra d’appréhender sereinement   la montée en débit nécessaire au développement numérique des territoires de la zone » a indiqué Alioune Ndiaye, DG d’Orange Afrique et Moyen Orient.

Lire l'article

Techno

L’Internet mobile, 3,5 fois plus cher que le tarif « abordable » en Afrique

Publié

le

L’Alliance for Affordable Internet (A4AI) a publié son rapport 2019 sur l’accessibilité prix. Le rapport dresse un tableau négatif.  Selon l’étude les habitants des pays avec une faible concurrence entre les opérateurs mobiles et les fournisseurs d’accès à Internet paient 3,42 $ par gigaoctet de données plus que ceux des pays avec des niveaux de concurrence élevé entre les opérateurs.

L’intensité de la concurrence est un élément clé pour avoir des prix Internet plus abordable. Mais
 les progrès en matière de concurrence ralentissent dans les pays à revenu faible et intermédiaire, en raison de fusions entre opérateurs de téléphonie mobile et fournisseurs d’accès à Internet (FAI).
  L’impact d’une concurrence limitée est considérable dans des régions telles que l’Afrique subsaharienne, où le prix de l’Internet représente environ 5,8% du revenu mensuel moyen.

Selon A4AI, 48 % d  (65 sur 136) des pays à revenu faible et intermédiaire étudiés dans le rapport ont des marchés pleinement concurrentiels.
 
« L’accès à l’Internet haut débit coûte encore trop cher. L’un des moyens d’aider à réduire les coûts consiste à intensifier la concurrence et à combiner davantage de solutions. Nous estimons que rien n’est fait à cet égard. Cela nécessite un effort concerté des gouvernements » a précisé Dhanaraj Thakur, directeur de la recherche à la World Wide Web Fondation, qui dirige A4AI.

Le rapport cite le Cameroun et le Mali parmi les pays qui ont contribué à accroître l’accessibilité financière, grâce à de nouveaux plans nationaux pour le haut débit.


Lire plus sur Scidev

Lire l'article

Techno

MTN lance le hackathon de l’API Mobile Money

Publié

le

Les développeurs africains sont invités à participer à un hackathon de l’API Mobile Money lancé le 22 Octobre 2019.

L’API Mobile Money permet aux développeurs et aux programmeurs d’innover sur la plate-forme et de développer des produits et d’autres solutions qui créeront une gamme plus large d’offres financières numériques pour les clients de MTN.

Dans la poursuite de son objectif de contribuer à réduire la fracture financière, le groupe MTN a accordé à des tiers l’accès à sa plate-forme d’interface de programmation d’accès Mobile Money (MoMo) pour créer des applications financières et transactionnelles innovantes à l’aide de la plate-forme API MTN MoMo.

Ce concours est organisé en partenariat avec Ericsson. De plus, il cible six pays :  Ghana, Ouganda, Côte d’Ivoire, Cameroun et Zambie.  Douze candidats par pays ayant proposé des applications utile et adapté aux marchés vont être sélectionnés.

 « L’amélioration de l’inclusion financière par le biais de la technologie numérique est un élément essentiel pour aider le continent à réaliser certains des objectifs de développement durable des Nations Unies. Nous voyons également cela comme une opportunité pour davantage de développeurs techniques, d’entrepreneurs et d’entreprises de travailler avec nous pour réduire la fracture financière, tout en créant de nombreuses opportunités pour eux-mêmes », a déclaré Serigne Dioum, responsable des services financiers mobiles du groupe MTN.

 Les finalistes auront la chance de gagner jusqu’à 2 500 USD et un membre de l’équipe gagnera un voyage à l’Innovation Lab d’Ericsson en Suède, à partir duquel les participants du hackathon pourront soumettre leur candidature.

Lire l'article

Les dernières tendances