Connect with us

African Media Agency (AMA)

Grands Lacs d’Afrique : dynamique encourageante malgré l’insécurité dans l’Est de la RDC, estime Huang Xia devant le Conseil

Avatar

Publié

le

NEW YORK, USA , le 29 Avril 2022 -/African Media Agency(AMA)/- La situation dans la région des Grands Lacs a été caractérisée par une « une dynamique encourageante de dialogue, de coopération et d’intégration, et plus généralement d’une volonté continue de s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité », malgré l’insécurité dans l’Est de la RDC, a déclaré mercredi l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la région des Grands Lacs, lors de son exposé devant le Conseil de sécurité.

« Cette dynamique positive a été perturbée par la crise sécuritaire et humanitaire dans l’est de la RDC, exacerbée par la reprise des activités militaires du Mouvement du 23 mars (M23) durant le dernier trimestre de l’an dernier », a néanmoins fait valoir Huang Xia, soulignant que  cette situation est d’autant plus déplorable qu’elle intervient près de 10 ans après la signature des Déclarations de Nairobi de décembre 2013 par le Gouvernement de la RDC et les rebelles du M23, dans lesquelles ce groupe armé, défait militairement, s’était engagé à ne plus reprendre les armes. 

Six mois après son dernier exposé devant le Conseil, M. Huang Xia, qui présentait le dernier rapport en date du Secrétaire général portant sur la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo (RDC) et la région, a également déploré que « les Forces démocratiques alliées (ADF) et d’autres groupes armés locaux continuent de commettre des atrocités contre les populations civiles ».

Un terrain d’entrainement

« Pour parvenir à leurs fins macabres, les ADF en particulier semblent toujours bénéficier d’un réseau de recrutements dans la région, voire au-delà, comme l’ont confirmé les récentes arrestations effectuées lors des opérations conjointes de la RDC et de l’Ouganda », a signalé M. Xia.

L’inquiétude de nombreux membres du Conseil a été renforcée par les déclarations de l’expert indépendant, Dinesh Mahtani, qui a expliqué que les conflits qui se déroulent aujourd’hui dans les Grands Lacs sont de plus en plus liés à des dynamiques venues d’autres parties du continent africain et sont en outre susceptibles de servir de terrain d’entrainement pour des insurgés ou des terroristes qui pourraient ensuite rentrer aguerris dans leur pays d’origine et y constituer une menace pour la sécurité. 

Ces propos ont également été illustrés par le représentant du Burundi, qui a affirmé que le groupe RED-Tabara, né après le coup d’état manqué de 2015 au Burundi et basé dans l’est de la RDC, collabore avec d’autres groupes terroristes, dont les Forces démocratiques alliées (ADF) et constitue une menace pour la paix dans toute la région. 

Consolider les acquis enregistrés  

En dépit de cette fragilité sur le plan sécuritaire, l’Envoyé spécial s’est dit « convaincu qu’il est encore possible de consolider les acquis importants enregistrés à ce jour » dans la région et d’avancer progressivement vers une paix durable.  

Pour cela il faut toutefois que des efforts soient fournis au moins à trois niveaux, notamment une coopération accrue en matière de sécurité, un dialogue direct et permanent au plus haut niveau entre les dirigeants de la région ainsi que l’appui continu de la communauté internationale à la région, a expliqué M. Xia.  

M. Xia a cité en exemple les opérations conjointes de la RDC et de l’Ouganda, le mémorandum d’entente entre le Burundi et la RDC pour relever les défis sécuritaires à leur frontière commune par les opérations conjointes de la RDC et de l’Ouganda, le mémorandum d’entente entre le Burundi et la RDC pour relever les défis sécuritaires à leur frontière commune, les consultations régulières entre les chefs des services de renseignement des pays de la région, l’établissement du Groupe de contact et de coordination sur les mesures non militaires et les efforts en cours au niveau de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) pour l’élaboration d’une stratégie de lutte contre le terrorisme dans la région.

« Cette dynamique en marche pour réduire de façon considérable l’influence néfaste des groupes armés mérite d’être saluée et soutenue », a estimé M. Xia.

Il a salué le leadership du President Kenyatta ainsi que les résultats fructueux du second conclave régional des chefs d’État sur la RDC, tenu à Nairobi le 21 avril dernier, avant de rappeler que, pour les dirigeants de la région, tous les groupes armés en RDC avaient désormais un choix clair à faire entre un désarmement pacifique ou la confrontation avec les armées des pays concernés.  Le Kenya a en outre souhaité le soutien du Conseil de sécurité à cette initiative régionale audacieuse.   

Pour M. Xia, le « dialogue direct et permanent au plus haut niveau entre les dirigeants de la région », permettrait d’apaiser les tensions et de renforcer la confiance. 

Quant à l’appui continu de la communauté internationale à la région, l’Envoyé spécial a appelé les membres du Conseil de sécurité, ainsi que les membres du Groupe international de contact sur la région, à accompagner les efforts de dialogue régional.  

Aussi, il a annoncé son intention de poursuivre, en collaboration étroite avec les autres institutions garantes de l’Accord-cadre, ses démarches de bons offices en appui aux efforts diplomatiques « visant à l’amélioration des relations de bon voisinage entre les pays des Grands Lacs ». 

La promotion de la coopération économique

Il ne suffit pas de faire face à la situation sécuritaire, il faut aussi mettre l’accent sur la promotion de la coopération économique en facilitant la liberté de déplacement des biens et des personnes, a plaidé le Rwanda.  

À ce propos, les A3 ont rappelé que la pauvreté était à la fois une cause profonde et une conséquence des conflits dans la région.  

Pour eux, l’exploitation illégale, la concurrence et l’exportation des ressources naturelles, y compris par les acteurs internationaux et les groupes armés, doivent être résolus afin que ces ressources soient une bénédiction et non plus une malédiction.  

En ce sens, l’Envoyé spécial a dit vouloir promouvoir une meilleure appropriation nationale et régionale de l’Initiative régionale sur les ressources naturelles, soutenue par la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL).  

« La 15e édition du Forum OCDE-CIRGL sur les chaines d’approvisionnement des minerais responsables prévue la semaine prochaine nous offrira déjà une opportunité de solliciter l’appui des acteurs en amont de la chaine de production, notamment les « grandes entreprises », aux efforts de la région dans la lutte contre l’exploitation et le commerce illicites de minerais de grande valeur », a précisé l’Envoyé.

Le Secrétaire exécutif de la CIRGL, João Samuel Caholo, a promis qu’elle veillerait à ce que les groupes armés « ne soient pas financés par l’exploitation des ressources minières ou naturelles ». 

Lutte contre l’impunité

La plupart des membres du Conseil ont également insisté sur le renforcement de la participation des femmes pour promouvoir une paix durable dans la région, et soutenu la récente création d’un réseau régional de femmes entrepreneurs. 

A cet égard M. Xia s’est d’ailleurs félicité de l’élargissement de la Communauté d’Afrique de l’Est à la RDC.

Par ailleurs, l’Envoyé spécial a assuré que son Bureau continuera à soutenir les efforts des pays de la région en matière de lutte contre l’impunité et de promotion des droits humains. Dans ce domaine, le Burundi a assuré le Conseil de sa volonté de continuer les réformes en matière de justice, y compris transitionnelle.  

La RDC a, pour sa part, dit poursuivre les réformes du système de défense et de sécurité́ pour neutraliser les forces négatives.  Pour combattre l’impunité, les États-Unis se sont dits déterminés à travailler avec d’autres États Membres pour faire un usage vigoureux du régime de sanctions prévu par la résolution 1533 du Conseil de sécurité.  

La Chine a elle aussi insisté sur l’importance de contrer les activités illicites d’exploitation des ressources naturelles, mais a souhaité que soit évitée toute utilisation à mauvais escient des mesures coercitives du Conseil. 

Distribué par  African Media Agency (AMA) pour ONU infos .

The post Grands Lacs d’Afrique : dynamique encourageante malgré l’insécurité dans l’Est de la RDC, estime Huang Xia devant le Conseil appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

African Media Agency -English

Promoting African agency on the global stage: communicators gather in Rwanda to establish roadmap 

Avatar

Publié

le

KIGALI, Rwanda, 23 May 2022 -/African Media Agency (AMA)/- The flagship event of Africa Communications Week 2022 hosted by KGL FWD with support from Africa No Filter and RwandAir will take place on 23 and 24 May 2022. The event brings together Africa focused communications professionals across Rwanda and other parts of the continent to discuss how communication can strategically position African nations on the global stage, thereby strengthening their transformation agenda. 

Recent global governance issues such as climate, public health, trade, and security, have demonstrated that African actors are not passive agents in international relations. Strategic communication plays a fundamental role in improving their capabilities to exert various levels of agency and, increasingly, set the terms of engagement.

“Far too often, Africa has been framed as a place acted upon, not as a diverse continent with an evolving agenda of its own, however the increasing visibility of African leaders and experts in international organizations is bringing African narratives and interests into the mainstream” says Africa Communications Week co-founder Annie Mutamba.

Communicators from across the continent will gather in Kigali to identify concrete priority areas to promote African agency on the global stage. Working groups will be tasked to come up with clear, actionable recommendations for Africa-focused communicators to adopt.

“African agency should not be viewed as solely emanating from state actors. Africans from across public and private sector and civil society need to keep pushing for a seat at the table and this is where strategic communication can amplify their voice in shaping the global agenda.” Africa Communications Week co-founder Eniola Harrison explains

International speakers and facilitators at this year’s flagship event include Yolande Makolo (Rwanda Government Spokesperson), Mimi Kalinda (Africa Communications Media Group), Diana Mpyisi (Blue Oceans Rwanda), Nkiru Balonwu (Africa Soft Power Project), Uzo Madu (What’s in It for Africa), Joan Mazimhaka (Illume Creative Studio), Ndeye Diarra Diobaye (Euros Agency) and Fiona Kamikazi (PR Professional). 

“With today’s technology and digital communication tools Africa is able to talk to the world and we have more agency over what is said about us than ever before. Being able to come together and explore this as communications professionals from across the continent is a powerful and exciting opportunity. As KGL FWD, we are honored to be hosting this year’s Africa Communications Week flagship event and look forward to celebrating the evolution of our communications industry with the Rwanda Communications Network .” says Autumn Marie, managing director KGL FWD. 

Communication experts have a voice, they have resources and they have networks. They also need to be strategic and intentional about how they are deliberately shaping a narrative that is so vital to the transformation of the continent. As the world emerges from the Covid-19 pandemic, now more than ever, communicators should proactively support the economic recovery of the continent. 

Distributed by African Media Agency on behalf of Africa Communications Week.

About Africa Communications Week

Launched in 2017, Africa Communications Week is a bilingual (EN/FR) global movement building bridges between communications professionals committed to Africa’s transformation. AfricaCommsWeek is not meant exclusively for African professional but is open to international organisations and companies with a presence, a stake, interests or expertise in Africa 

AfricaCommsWeek’s mission is to empower and equip Africa-focused communications professionals with the tools and resources to change the current narratives about Africa. 

For Press Enquiries: 

info@africacommunicationsweek.com 

www.africacommunicationsweek.com 

The post Promoting African agency on the global stage: communicators gather in Rwanda to establish roadmap  appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

A la COP15, en Côte d’Ivoire, le PAM appelle à mettre en place des systèmes alimentaires résilients

Avatar

Publié

le

NEW YORK, USA Le 20 Mai 2022 -/African Media Agency(AMA)/- Dans le cadre de la Conférence des Parties (COP15) à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD), qui se tient en Côte d’ivoire jusqu’au 20 mai, le Programme alimentaire mondial (PAM) appelle à une expansion massive de solutions éprouvées qui aident à réparer les systèmes alimentaires défaillants et à rendre les communautés touchées par la dégradation des terres plus résistantes aux chocs.

La désertification – à la fois une conséquence et un contributeur majeur au changement climatique – est l’une des menaces les plus insidieuses et les plus négligées pour la sécurité alimentaire, la nutrition et les systèmes alimentaires durables, indique le PAM dans un communiqué. Parallèlement aux conflits et aux crises économiques, elle contribue à la croissance sans précédent du nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire dans le monde.

« La forte hausse des prix des denrées alimentaires, du carburant et des engrais liée à la crise en Ukraine aggrave davantage des situations déjà fragiles à travers le monde », a déclaré Volli Carucci, Directeur de la résilience et des systèmes alimentaires du PAM.

« C’est pourquoi il est plus urgent que jamais de s’attaquer aux causes profondes des crises alimentaires tout en répondant aux besoins immédiats. Nous devons aider à créer des systèmes alimentaires plus résilients et à renforcer la résilience des communautés touchées par la dégradation des terres », a-t-il indiqué.

Ainsi au Sahel, le PAM aide les communautés de toute la région à remettre en état les terres pour la production de cultures et de fourrage, et à les relier aux repas scolaires, aux programmes de nutrition et au soutien aux petits exploitants agricoles. En seulement trois ans, environ 110.000 hectares de terres stériles ont été ramenés à la vie, bénéficiant à plus de 2,5 millions de personnes dans plus de 2.000 communautés.

L’appel à l’action du PAM intervient alors que les négociations sur la restauration des terres et la résilience à la sécheresse lors de la 15e session de la Conférence des Parties (COP15) de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification entrent dans leur phase finale.

Changer les systèmes alimentaires commence par la terre

Selon le PAM, plus de 276 millions de personnes sont actuellement confrontées à la faim aiguë, et la crise ukrainienne pourrait conduire 46 millions de personnes supplémentaires à une grave insécurité alimentaire. Une grande partie des personnes souffrant d’insécurité alimentaire dans le monde vivent dans des zones dégradées confrontées à une désertification accélérée, générant une concurrence et des tensions pour des ressources rares.

« Changer les systèmes alimentaires commence par la terre et la façon dont nous l’utilisons. Des sols sains sont un élément clé des fondations pour construire et maintenir notre sécurité alimentaire et notre résilience. Il est maintenant temps de multiplier nos efforts », a noté M. Carucci.

Selon le PAM, les actions immédiates nécessaires à grande échelle pour transformer nos systèmes alimentaires actuels comprennent :

  • Accélérer la réhabilitation des terres dégradées pour permettre une production locale pour la consommation locale, la création d’emplois et des opportunités de revenus et promouvoir des chaînes d’approvisionnement plus résilientes, y compris l’approvisionnement local pour les programmes de protection sociale.
  • Accroître la production et l’utilisation d’engrais organiques tels que le compost pour amortir la disponibilité réduite d’engrais sur les marchés mondiaux et augmenter les rendements de manière durable.
  • Réduire les pertes de récoltes en améliorant la gestion et le stockage post-récolte – générant une transformation et des emplois pour les jeunes.
  • Promouvoir l’utilisation d’aliments locaux et autochtones tels que l’huile comestible extraite d’arbres sahéliens à haut rendement, tels que Balanites Aegyptiaca (dattier du désert) et le Baobab, comme alternatives à l’huile de tournesol, et réintroduire des cultures résistantes à la sécheresse dans les régimes alimentaires et les aliments locaux.

La COP15 devrait permettre de trouver des solutions pour la restauration des terres et la résistance à la sécheresse et de s’’inspirer des bonnes pratiques – et les développer massivement – notamment les efforts entrepris par les pays du Sahel. Des initiatives comme la Grande Muraille Verte véhiculent déjà un message d’action collective dans le but de construire une fondation verte qui protégera les plus vulnérables et leurs enfants de la faim.

Cette COP15 est la première des trois réunions des Conventions de Rio qui se tiendront en 2022, la COP15 sur la biodiversité (Kunming, Chine) et la COP27 sur le changement climatique (Sharm El-Sheikh, Égypte) devant se tenir plus tard dans l’année.

Distribué par African Media Agency pour ONU Info.

The post A la COP15, en Côte d’Ivoire, le PAM appelle à mettre en place des systèmes alimentaires résilients appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

African Media Agency (AMA)

TECNO Est L’un Des Premiers À Lancer La Version Android 13 Beta Sur Sa Toute Dernière CAMON 19 Pro 5G

Avatar

Publié

le

HONG KONG – Le 13 Mai 2022 -/African Media Agency(AMA)/- Lors de Google I/O 2022 qui s’est tenue du 11 au 12 mai, Google a officiellement lancé Android 13 Beta 2, le système d’exploitation de nouvelle génération. En tant que pionnier mondial de la technologie électronique, TECNO Mobile faisait partie des premiers fabricants de smartphones à rejoindre le programme Android 13 Beta. Son dernier produit, CAMON 19 Pro (5G), fonctionnera sous Android 13 Beta, offrant à la fois des performances supérieures et la confidentialité et la sécurité aux utilisateurs.

Android 13 beta pour TECNO CAMON 19 Pro

En attendant, TECNO déclare également vouloir mettre à jour Android 12 sur sa série CAMON 18, et continuer à se consacrer à faire de ses utilisateurs les premiers à adopter le dernier système et les percées technologiques de pointe grâce à l’expérience produit la plus récente.

Android 12 pour TECNO CAMON 18 Series

« Nous nous réjouissons que, grâce au partenariat à long terme avec Google, TECNO ait mis à disposition de nos utilisateurs le dernier système Android pour leur apporter des expériences d’utilisation exceptionnelles.TECNO CAMON 19 Pro (5G) équipé de Android 13 Beta va certainement permettre à nos utilisateurs d’être parmi les premiers à accéder aux nouvelles fonctionnalités et à leur apporter du plaisir. », a déclaré Stephen HA, vice-président de TRANSSION et directeur général de TECNO Mobile.
Dans un esprit de «ne reculer devant rien », TECNO vise à encourager les utilisateurs à découvrir des possibilités illimitées. Tout en proposant des produits intelligents qui allient technologie et art, TECNO souhaite leur créer un style de vie plus intelligent et plus élégant. Son très attendu CAMON 19 Pro (5G) est un smartphone très performant conçu pour les jeunes passionnés de mode, qui privilégie les capacités de TECNO en matière de photos de nuit.

Android 13 présente des optimisations clés, notamment : 

  • Une permission de notification plus stricte – La confidentialité et la confiance des utilisateurs représentent des principes fondamentaux des produits Android. Pour permettre aux utilisateurs de prendre le contrôle des notifications qu’ils souhaitent suivre, Android 13 introduit POST_NOTIFICATIONS – une nouvelle permission d’exécution. En d’autres termes, les apps doivent demander des autorisations de notification aux utilisateurs avant de les afficher.
  • Polices vectorielles couleur – Android 13 intègre la prise en charge des polices COLR version 1 (spécification, vidéo d’introduction) et met à jour les emoji du système au format COLRv1. COLRv1 est un nouveau format de police, très compact, qui permet un rendu rapide et net, quelle que soit la taille. COLRv1 peut être utilisé pour l’application à partir de la version préliminaire 2 pour les développeurs.
  • API de conversion de texte pratique – Android 13 permet aux applications d’appeler la nouvelle API de conversion de texte, ce qui permettra aux utilisateurs de trouver plus rapidement et plus facilement le contenu dont ils ont besoin.
  • Audio Bluetooth LE amélioré – Avec l’audio à faible énergie (LE), les utilisateurs seraient en mesure de partager et de diffuser leur audio aux autres, ou de s’abonner à des diffusions publiques d’informations, de divertissements et autres, tout en passant en toute transparence d’un mode d’utilisation à l’autre.

Pour des étapes de téléchargement plus spécifiques, veuillez consulter le site officiel : https://spot.tecno.com/global/forum.php?mod=viewthread&tid=170154

Distribué par African Media Agency pour TECNO Mobile.

The post TECNO Est L’un Des Premiers À Lancer La Version Android 13 Beta Sur Sa Toute Dernière CAMON 19 Pro 5G appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Les dernières tendances