Connect with us

Techno

La Côte d’Ivoire classée 104 ème mondial en terme de préparation à l’intelligence artificielle

Publié

le

Singapour : pays le mieux préparé au monde à l’intelligence artificielle

Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et Oxford Insights ont élaboré un indice de préparation à l’intelligence artificielle. 194 pays sont pays sont classés à partir de 11 indicateurs d’entrée, regroupés sous quatre groupes de haut niveau : gouvernance, infrastructure et données, compétences et éducation et les services gouvernementaux et publics.
Selon les prévisions l’intelligence artificielle devraient ajouter 15 000 milliards de dollars à l’économie mondiale d’ici 2030. AI a le pouvoir de transformer la manière dont les gouvernements du monde entier fournissent les services publics. En retour, cela pourrait grandement améliorer les expériences des citoyens en matière de gouvernement.
Sans surprise l’Amérique du Nord est la région la plus performante, tandis que l’Afrique et la région Asie-Pacifique sont les moins performantes. L’indice montre l’inégalité actuelle en matière de préparation à l’IA entre les gouvernements mondiaux, les pays à revenu élevé se classant probablement mieux dans le classement que les pays à revenu moyen et faible.
Singapour, Le Royaume Uni, l’Allemagne, les Etats Unis, la Finlande, la Suède, le Canada, la France, le Danemark et le Japon sont les dix premiers pays les mieux préparés à l’intelligence artificielle.

Aucun pays africain ne figure dans le top 50

Les pays africains sont en retard en matière d’intelligence artificielle. Aucun pays africain ne figure parmi les 50 premiers et seuls 12 pays africains figurent dans le top 100. Le Kenya, La Tunisie, Maurice, L’Afrique du Sud, le Ghana, Le Maroc, Les Seychelles, l’Ouganda, la Gambie et le Sénégal sont les dix pays africains les mieux préparés. La Côte d’Ivoire occupe le 104 ème rang Mondial et le 14 ème rang africain.
On note quelques développements dans le domaine en 2018. L’ouverture premier centre de recherche africain sur l’IA de Google au Ghana. L’Université de Lagos a lancé en juin 2018 le premier hub pour l’IA au Nigéria, vise à développer le secteur et les compétences de l’IA dans le pays. La prolifération rapide et continue de pôles technologiques en Afrique est maintenant un phénomène largement étudié, plusieurs villes telles que Le Cap, Addis-Abeba, Kigali et Nairobi se positionnant toutes comme des centres régionaux d’innovation.

Techno

L’Internet mobile, 3,5 fois plus cher que le tarif « abordable » en Afrique

Publié

le

L’Alliance for Affordable Internet (A4AI) a publié son rapport 2019 sur l’accessibilité prix. Le rapport dresse un tableau négatif.  Selon l’étude les habitants des pays avec une faible concurrence entre les opérateurs mobiles et les fournisseurs d’accès à Internet paient 3,42 $ par gigaoctet de données plus que ceux des pays avec des niveaux de concurrence élevé entre les opérateurs.

L’intensité de la concurrence est un élément clé pour avoir des prix Internet plus abordable. Mais
 les progrès en matière de concurrence ralentissent dans les pays à revenu faible et intermédiaire, en raison de fusions entre opérateurs de téléphonie mobile et fournisseurs d’accès à Internet (FAI).
  L’impact d’une concurrence limitée est considérable dans des régions telles que l’Afrique subsaharienne, où le prix de l’Internet représente environ 5,8% du revenu mensuel moyen.

Selon A4AI, 48 % d  (65 sur 136) des pays à revenu faible et intermédiaire étudiés dans le rapport ont des marchés pleinement concurrentiels.
 
« L’accès à l’Internet haut débit coûte encore trop cher. L’un des moyens d’aider à réduire les coûts consiste à intensifier la concurrence et à combiner davantage de solutions. Nous estimons que rien n’est fait à cet égard. Cela nécessite un effort concerté des gouvernements » a précisé Dhanaraj Thakur, directeur de la recherche à la World Wide Web Fondation, qui dirige A4AI.

Le rapport cite le Cameroun et le Mali parmi les pays qui ont contribué à accroître l’accessibilité financière, grâce à de nouveaux plans nationaux pour le haut débit.


Lire plus sur Scidev

Lire l'article

Techno

MTN lance le hackathon de l’API Mobile Money

Publié

le

Les développeurs africains sont invités à participer à un hackathon de l’API Mobile Money lancé le 22 Octobre 2019.

L’API Mobile Money permet aux développeurs et aux programmeurs d’innover sur la plate-forme et de développer des produits et d’autres solutions qui créeront une gamme plus large d’offres financières numériques pour les clients de MTN.

Dans la poursuite de son objectif de contribuer à réduire la fracture financière, le groupe MTN a accordé à des tiers l’accès à sa plate-forme d’interface de programmation d’accès Mobile Money (MoMo) pour créer des applications financières et transactionnelles innovantes à l’aide de la plate-forme API MTN MoMo.

Ce concours est organisé en partenariat avec Ericsson. De plus, il cible six pays :  Ghana, Ouganda, Côte d’Ivoire, Cameroun et Zambie.  Douze candidats par pays ayant proposé des applications utile et adapté aux marchés vont être sélectionnés.

 « L’amélioration de l’inclusion financière par le biais de la technologie numérique est un élément essentiel pour aider le continent à réaliser certains des objectifs de développement durable des Nations Unies. Nous voyons également cela comme une opportunité pour davantage de développeurs techniques, d’entrepreneurs et d’entreprises de travailler avec nous pour réduire la fracture financière, tout en créant de nombreuses opportunités pour eux-mêmes », a déclaré Serigne Dioum, responsable des services financiers mobiles du groupe MTN.

 Les finalistes auront la chance de gagner jusqu’à 2 500 USD et un membre de l’équipe gagnera un voyage à l’Innovation Lab d’Ericsson en Suède, à partir duquel les participants du hackathon pourront soumettre leur candidature.

Lire l'article

Techno

6 technologies innovantes pour transformer le marché des infrastructures

Publié

le

Cet article tiré du Forum Economique Mondiale décrit comment six technologies peuvent transformer le marché des infrastructures.

  1. Les Logiciels Building Information Modeling

Grâce aux logiciels BIM (Building Information Modeling), les architectes ou ingénieurs peuvent concevoir toutes les étapes d’un projet de construction numériquement. Il permet non seulement une conception générée par ordinateur en trois dimensions, mais peut également fournir des informations sur des considérations fonctionnelles telles que le temps et les coûts, voire même l’impact sur l’environnement. (Les fenêtres du sol au plafond augmenteront-elles la facture énergétique ? L’architecte veut ajouter un nouveau mur : en quoi cela affecte-t-il les exigences techniques ?) Le BIM optimise la conception, réduit les erreurs et offre une plus grande prévisibilité des coûts.

2.      L’impression 3D

L’impression 3D peut améliorer l’efficacité des grands projets d’infrastructure tout en réduisant les coûts et les problèmes de sécurité. Par exemple MX3D, la société d’impression 3D néerlandaise, a tenté de concevoir et de construire le premier pont en acier au monde imprimé en 3D – le tout dans les airs.

3.      Mass Timber

Mass Timber remplace de plus en plus d’autres matériaux de construction tels que le ciment et l’acier, et de nouveaux produits tels que le CLT (bois lamellé-croisé formé par l’empilement et le collage de couches de bois perpendiculaires) et le bois lamellé-collé permettent des constructions en bois encore plus hautes et plus fortes.

4. Routes plastiques

La société d’ingénierie néerlandaise KWS a mis au point une route modulaire légère et préfabriquée à base de déchets de plastique recyclés. Les points forts de ces routes sont une durée de vie plus longue, un moyen de recycler le plastique.

La route est creuse afin de laisser de la place pour l’installation de canalisations et le drainage des eaux de pluie.

5. Blockchain

Avec la Blockchain, les donneurs d’ordre peuvent rationnaliser la gestion des contrats dans le cadre de projets d’infrastructure.

 Le potentiel de Blockchain à faire l’objet de contrats intelligents peut être utilisé pour payer des aspects importants d’un actif d’infrastructure en libérant progressivement les paiements directs au fournisseur, à la compagnie de transport ou à l’installateur. De plus, il offre une traçabilité complète. Ses applications de certification d’identité pourraient réduire les problèmes liés à la recherche de travailleurs ou d’entreprises possédant la certification de construction ou les autorisations de sécurité appropriées.

6.      Réplica

Avec le logiciel Replica, Sidewalk Labs logiciel qui peut utiliser des données de localisation en temps réel pour planifier les systèmes de transport en masse. Le programme désidentifie les données de localisation mobile à partir de smartphones et d’applications, les combine avec des informations démographiques globales et fournit aux agences de planification des informations sur la manière, le moment et le motif des déplacements des personnes en milieu urbain. C’est un outil qui pourrait améliorer la rapidité et l’efficacité de la planification et de la maintenance des infrastructures, évitant ainsi le risque de passerelles sans nulle part.

Lire l'article

Les dernières tendances