Connect with us

Matières Premières

La production d’huile de palme durable s’écoule difficilement

Publié

le

Selon Bloomberg, malgré les polémiques sur l’huile de palme, la production d’huile durable a du mal à se vendre. Les consommateurs ne veulent pas payer des coûts supplémentaires pour se fournir en huile de palme durable.

La production d’huile de palme durable représente 20 % de la production mondiale d’huile de palme. Elle s’établit à 13,6 millions de tonnes par an. Malgré des polémiques sur la consommation de l’huile de palme en occident à cause de son impact sur la déforestation.

Sime Darby Plantation Bhd., Le meilleur planteur au monde, c’est parce que c’est plus cher à produire et que personne n’est prêt à payer un supplément. En effet, il indique ne pouvoir écouler que la moitié de sa variété certifiée.

L’huile certifiée se vend généralement avec une prime d’environ 30 dollars la tonne au type non certifié, bien que cela puisse varier considérablement en fonction des volumes et des négociations entre acheteurs et vendeurs. Selon Sime Darby, il faut au moins 8 à 12 dollars la tonne aux producteurs pour obtenir une certification. Des frais d’audit, de logistique et d’évaluations environnementales sont également nécessaires. Les contrats à terme sur indices de référence ont chuté de 1,7%, leur maximum en six semaines, à 2 134 ringgits (520 dollars) la tonne à Kuala Lumpur lundi.

La demande d’huile de palme bute reste faible en Europe et dans les grands pays consommateurs comme l’Inde, la Chine, la Malaisie et l’Indonésie.

Lire plus sur Bloomberg

Economie

Caoutchouc : la production dans les principaux pays producteurs en baisse de 800 000 tonnes

Publié

le

Selon les prévisions du conseil internationale tripartite du caoutchouc (ITRC), composé de la Thaïlande, la Malaisie et l’Indonésie, devrait baisser de 800 000 tonnes.  Cette baisse est provoquée par la propagation d’une maladie fongique dans les plantations des trois pays.

Alors qu’en Indonésie, environ 382 000 hectares ont été touchés au 1er octobre dernier, la maladie a affecté au moins 50 000 hectares en Thaïlande. De son côté, la Malaisie a vu environ 2 135 hectares de plantations frappées par une défoliation entre novembre 2017 et septembre dernier.

Cette baisse des récoltes ne va impacter les cours du caoutchouc à cause de l’abondance des stocks et des tensions commerciales affectant le premier consommateur de caoutchouc à savoir la Chine.

Lire plus sur Agenceecofin

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : Les exportateurs satisfaits de la campagne d’anacarde

Publié

le

Le Groupement des exportateurs et professionnels de produits agricoles (GIE-GEPPA) a exprimé sa satisfaction pour la campagne de vente 2019 lors d’une conférence de presse qui a eu lieu le 19 Octobre 2019 à Abidjan.

Malgré un début de campagne incertain dans un contexte de baisse des prix de l’anacarde, le gouvernement ivoirien a pris les actions qui ont permis d’enrayer la baisse des prix a expliqué le porte-parole du GIE-GEPPA.

 Gustave Kotchi, le porte-parole du GIE-GEPPA, s’est félicité qu’il « se dégage un bilan particulièrement satisfaisant pour les producteurs et l’ensemble des acteurs de la filière ».

A l’ouverture de la campagne 2019 en février dernier, le prix bord champ plancher a été fixé à 375 Fcfa/kg de noix de cajou bien séchées, bien triées et exemptes de matières étrangères.

Selon les prévisions, la production ivoirienne devrait augmenter de % 5,12 par rapport à 2018 pour s’établir à 800 00 tonnes. En termes de volumes d’anacardes transformés, la Côte d’Ivoire a enregistré un peu moins de 69 000 tonnes de produits en 2018, en deçà des objectifs que le Conseil s’est fixé. Le régulateur envisageait de transformer notamment 100 000 tonnes.

Lire plus sur Apanews

Lire l'article

Economie

La Côte d’Ivoire va plafonner la production de cacao à 2 millions FCFA

Publié

le

2 millions de tonnes, c’est le plafond de la récolte de cacao que la Côte d’Ivoire veut établir pour la saison 2019/20. Cette production serait inférieure de 200 000 tonnes à la production de la saison dernière. « Notre objectif est de contrôler notre production. Si vous produisez trop, le prix va baisser « , a déclaré mardi Yves Brahima Kone, président du Conseil du café et du cacao (CCC).

C’est une nouvelle étape dans la mise en œuvre de la stratégie élaborée par la Côte d’Ivoire et le Ghana pour protéger les revus des producteurs.

« La CCC a également indiqué qu’elle avait augmenté le nouveau prix qu’elle paye aux producteurs de cacao à 825 FCFA par kg pour la récolte de la campagne principale 2019/20, contre 750 FCFA la saison dernière. »

Lire l'article

Les dernières tendances