Connect with us

Economie

Les Africains peuvent voyager sans visa dans 25% des autres pays africains

Publié

le

La quatrième édition du Rapport sur l’indice d’ouverture sur les visas en Afrique 2019, de la Commission de l’Union africaine et de la Banque africaine de développement a été rendu public le 11 Novembre 2019. Pour la première fois, les africains peuvent voyager sans visa ou avec un visa d’entrée dans plus de 27 pays africains.

« Notre travail sur l’Indice d’ouverture des visas suit les progrès de l’Afrique en matière de libre circulation des personnes. Beaucoup reste encore à faire malgré les efforts réalisés. Pour intégrer l’Afrique, il faut abattre les murs ! La libre circulation des personnes, et en particulier la mobilité de la main-d’œuvre, sont cruciales pour promouvoir les investissements. », a déclaré Akinwumi A. Adesina, président de la Banque africaine de développement.

Les indices d’ouverture et de réciprocité sont en progression dans toutes les régions du continent à l’exception de l’Afrique Centrale. En effet, 9 des 20 pays les plus ouverts au visa sont situés en Afrique de l’Est : Comores, Djibouti, Ethiopie, Kenya, Ouganda, Rwanda, Seychelles, Somalie, Tanzanie. Tandis que l’Afrique de l’Ouest compte 7 des 20 pays les ouverts au visa (Bénin, Cabo Verde, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Sénégal, Togo). Madagascar, Maurice et le Mozambique sont les trois pays d’Afrique Australe appartenant au top 20. Enfin la Mauritanie est le seul pays d’Afrique du Nord a figuré dans le Top 20.

Le nombre de pays proposant des eVisas a augmenté de 31% en 2019, 21 pays hébergeant désormais une plateforme en ligne. Les deux tiers des pays qui proposent des visas électroniques ont également enregistré les progrès les plus marqués en matière d’ouverture des visas depuis 2016, la majorité ayant récemment introduit le système.

En 2019, les pays les plus performants en matière d’ouverture des visas figurent parmi les pays les plus attractifs en termes d’investissements directs à l’étranger et bénéficient d’un fort taux de croissance, y compris dans le secteur du tourisme. Avec leur politique d’exemption de visa pour tous les visiteurs africains, les Seychelles et le Bénin restent les deux premiers pays d’Afrique en matière d’ouverture des visas. L’Éthiopie a également enregistré une performance record en progressant de 32 places dans le classement et intégrant ainsi les 20 pays les plus ouverts en Afrique.

Cependant, les voyageurs africains doivent encore obtenir un visa pour voyager dans un peu moins de la moitié du continent. Les pays doivent assouplir davantage les procédures en introduisant des visas à l’arrivée par exemple.

Economie

Côte d’Ivoire : le gouvernement satisfait du niveau de recouvrement fiscal à fin septembre 2019

Publié

le

A fin Septembre 2019, le gouvernement ivoirien a indiqué avoir mobilisé 4 544,7 milliards de ressources contre 4 542,5 milliards FCFA de ressources à fin septembre 2019. Il y a donc une différence de 2 milliards FCFA.

 4 544,7 milliards FCFA, c’est le montant des ressources mobilisées par le gouvernement ivoirien à fin septembre 2019. Les recettes fiscales représentent 59 % (2 683,1 milliards FCFA) des ressources mobilisées. Les emprunts sur les marchés monétaires  représentent 23 % (1 054,6 milliards FCFA), les ressources de trésorerie 2 % (95,4 milliards FCFA) et les recettes non fiscales 2% (93,6 milliards FCFA).  Le gouvernement a jugé le niveau de recouvrement des recettes fiscales satisfaisant par rapport aux objectifs.

Les dépenses exécutées à fin septembre 2019 s’élèvent globalement à 4 542,5 milliards de FCFA.

Lire l'article

Economie

Nestlé investit 45 millions de dollars par an dans la durabilité du cacao

Publié

le

Le groupe agroalimentaire Nestle a indiqué dépensé 45,13 millions de dollars (26,7 milliards FCFA) par année pour se fournir en cacao durable selon Reuters.

Le cacao durable représente environ 15 % des approvisionnements actuels du groupe Suisse. Son objectif est d’atteindre 100 % d’ici 2025. L’entreprise, qui a dépensé environ 220 millions de francs au cours des dix dernières années pour lutter contre le travail des enfants et la déforestation dans le cacao.

Le système de surveillance et de remédiation du travail des enfants de Nestlé (CLMRS), qui fait partie de son programme d’approvisionnement durable, ne couvre actuellement que 15 % du cacao qu’il s’approvisionne en Afrique de l’Ouest. En 2018, l’entreprise a réduit de 18 000 (23%) enfants à 11 613 enfants  (15%) le nombre d’enfants impliqués dans le travail des enfants.

« Nous sommes fiers que Nestlé ait pris cet engagement mais (son) un défi de taille pour passer de 15% à 100% en cinq ans« , a déclaré Nick Weatherill, directeur exécutif de l’International Cocoa Initiative (ICI).

Nestlé s’approvisionne actuellement à 68% en cacao dans ses produits de confiserie à partir de sources durables, tandis qu’un peu moins de la moitié du cacao qu’il utilise dans tous ses produits à base de cacao provient de sources durables.

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : le FMI décaisse 133,4 millions $ et prolonge le mécanisme de facilité élargi

Publié

le

Le 6 Décembre 2019, le Fonds Monétaire International (FMI) a annoncé avoir achevé la 6 ème revue de l’économie ivoirienne dans le cadre du mécanisme de facilité élargie. A l’issue de cette revue, le fonds a autorisé le décaissement immédiat de 133,4 millions $ (79 milliards FCFA).

Le Conseil d’administration du FMI a achevé la sixième revue de l’accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC)  et de l’accord élargi au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC)  en faveur de la Côte d’Ivoire, a approuvé la prolongation de l’accord au titre de la FEC/MEDC jusqu’à fin décembre 2020. Le conseil a donné son accord pour le décaissement de 133,4 millions de dollars (79 milliards FCFA). L’objectif du programme est d’encourager une croissance inclusive, réduire la réduction de la pauvreté, soutenir la discipline budgétaire.

Les perspectives économiques sont positives avec une prévision de croissance de 7,5 % en 2019 et 2020. De plus, les prévisions envisagent une convergence du déficit budgétaire à la norme régionale de 3 % du PIB en 2019.

 « Les perspectives à moyen-terme demeurent vigoureuses, fondées sur la poursuite d’une politique macroéconomique prudente et des réformes du secteur financier, et le maintien du rythme des réformes structurelles pour stimuler la croissance inclusive tirée par le secteur privé.

Les autorités ont réaffirmé leur engagement à respecter la cible régionale du déficit budgétaire de 3 % du PIB en 2019 et 2020. Cet objectif, essentiel à la stabilité macroéconomique, devrait être atteint grâce à l’effet combiné des économies de dépenses budgétaires et des mesures de mobilisation de recettes intérieures telles que : l’élargissement de l’assiette fiscale; la rationalisation des exonérations; et la digitalisation rapide de l’administration fiscale. Ces actions permettront à la Côte d’Ivoire de financer ses ambitieux projets de développement  » a indiqué  M. Furusawa, président par intérim et directeur général adjoint.

Lire l'article

Les dernières tendances