Connect with us

Economie

Les Africains peuvent voyager sans visa dans 25% des autres pays africains

Avatar

Publié

le

La quatrième édition du Rapport sur l’indice d’ouverture sur les visas en Afrique 2019, de la Commission de l’Union africaine et de la Banque africaine de développement a été rendu public le 11 Novembre 2019. Pour la première fois, les africains peuvent voyager sans visa ou avec un visa d’entrée dans plus de 27 pays africains.

« Notre travail sur l’Indice d’ouverture des visas suit les progrès de l’Afrique en matière de libre circulation des personnes. Beaucoup reste encore à faire malgré les efforts réalisés. Pour intégrer l’Afrique, il faut abattre les murs ! La libre circulation des personnes, et en particulier la mobilité de la main-d’œuvre, sont cruciales pour promouvoir les investissements. », a déclaré Akinwumi A. Adesina, président de la Banque africaine de développement.

Les indices d’ouverture et de réciprocité sont en progression dans toutes les régions du continent à l’exception de l’Afrique Centrale. En effet, 9 des 20 pays les plus ouverts au visa sont situés en Afrique de l’Est : Comores, Djibouti, Ethiopie, Kenya, Ouganda, Rwanda, Seychelles, Somalie, Tanzanie. Tandis que l’Afrique de l’Ouest compte 7 des 20 pays les ouverts au visa (Bénin, Cabo Verde, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Sénégal, Togo). Madagascar, Maurice et le Mozambique sont les trois pays d’Afrique Australe appartenant au top 20. Enfin la Mauritanie est le seul pays d’Afrique du Nord a figuré dans le Top 20.

Le nombre de pays proposant des eVisas a augmenté de 31% en 2019, 21 pays hébergeant désormais une plateforme en ligne. Les deux tiers des pays qui proposent des visas électroniques ont également enregistré les progrès les plus marqués en matière d’ouverture des visas depuis 2016, la majorité ayant récemment introduit le système.

En 2019, les pays les plus performants en matière d’ouverture des visas figurent parmi les pays les plus attractifs en termes d’investissements directs à l’étranger et bénéficient d’un fort taux de croissance, y compris dans le secteur du tourisme. Avec leur politique d’exemption de visa pour tous les visiteurs africains, les Seychelles et le Bénin restent les deux premiers pays d’Afrique en matière d’ouverture des visas. L’Éthiopie a également enregistré une performance record en progressant de 32 places dans le classement et intégrant ainsi les 20 pays les plus ouverts en Afrique.

Cependant, les voyageurs africains doivent encore obtenir un visa pour voyager dans un peu moins de la moitié du continent. Les pays doivent assouplir davantage les procédures en introduisant des visas à l’arrivée par exemple.

African Media Agency (AMA)

Libye : la Banque africaine de développement accorde une aide d’urgence d’un demi-million de dollars pour l’achat d’ÉPI destinés à la lutte contre le Covid-19.

Avatar

Publié

le

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, le 9 Juillet 2020,-/African Media Agency (AMA)/- Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement a approuvé, mercredi 3 juin à Abidjan, l’octroi d’une subvention de 480 000 dollars américains à la Libye pour l’achat d’équipements de protection individuelle (ÉPI), indispensables pour le traitement des cas d’infection au nouveau coronavirus.

La subvention de la Banque au titre du Fonds spécial de secours (FSS) contribuera au plan national d’intervention de la Libye face au Covid-19. Elle permettra de privilégier la prévention et le contrôle des infections, et de protéger les communautés, en particulier les personnes les plus vulnérables, notamment les agents de santé.

Cette subvention de 480 000 dollars est la première accordée depuis 2014 à ce pays d’Afrique du Nord dans le cadre du FSS. Elle a été approuvée à la suite d’une demande du gouvernement libyen et valide le travail de coordination entre les ministères des Finances et de la Santé du pays.

L’aide de la Banque portera sur la fourniture d’ÉPI destinés à être utilisés dans les unités de soins intensifs et dans le traitement des patients infectés. Les ÉPI, qui restent à acquérir, seront distribués dans les hôpitaux du pays assignés au traitement des patients infectés par le Covid-19.

Cette opération complétera les activités humanitaires actuellement menées par les agences des Nations unies et les organisations internationales pour limiter les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la population libyenne. En conséquence, les mesures d’assistance de la Banque seront mises en place par les bureaux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Libye. 

L’Afrique du Nord est la région du continent qui enregistre le plus de cas de contamination. Au moins, 45 000 personnes ont été infectées et environ 1 500 sont décédées depuis l’émergence du virus sur le continent en mars dernier. Bien que le nombre d’infections signalées en Libye reste gérable (156 cas confirmés et 5 décès au 1er juin 2020), les services de santé du pays manquent de personnel, de médicaments et de matériel médical.

 La pandémie de Covid-19 survient à un moment difficile pour l’économie libyenne, gravement touchée par une forte baisse de la production pétrolière, doublée d’une chute des cours du brut sur les marchés internationaux. Le pays est également confronté à des troubles sociaux et politiques, qui constituent une menace pour l’ensemble de la population. 

L’aide apportée par la Banque africaine de développement vise à garantir que les secours et l’assistance nécessaires soient apportés à la population libyenne. Les interventions demeurent axées sur la prévention des infections chez les médecins, les infirmières et les agents de santé qui se trouvent en première ligne face à la pandémie et sont indispensables au succès des opérations de prévention et de contrôle menées.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour la Banque Africaine de Développement.

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement
Le Groupe de la Banque africaine de développement est la principale institution du financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). Représentée dans 41 pays africains, avec un bureau extérieur au Japon, la Banque contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 Etats membres régionaux. Pour plus d’informations: www.afdb.org

Contact médias :  
Amba Mpoke-Bigg
Département communication et relations extérieures
Banque africaine de développement
e-mail : a.mpoke-bigg@afdb.org

Source : African Media Agency (AMA)

Lire l'article

Politique

Côte d’Ivoire : le premier ministre Amadou Gon Coulibaly est décédé

Avatar

Publié

le

Côte d’Ivoire : le premier ministre Amadou Gon Coulibaly est décédé

Ce 8 juillet 2020, Amadou Gon Coulibaly est décédé suite à un malaise pendant le conseil des ministres.

Le Premier ministre est décédé alors qu’il avait été interné à la polyclinique Saint-Anne Marie (PISAM) à Cocody où il avait été immédiatement pris en charge.

: « Je suis de retour pour prendre ma place aux côtés du président, pour continuer la tâche de développer et de construire notre pays » avait déclaré Amadou G Coulibaly le jeudi dernier . Il était de retour en Côte d’Ivoire après un séjour médical de deux mois en France.

Lire l'article

Covid19

L’Afrique perdrait jusqu’à 237 milliards de dollars à cause de la pandémie COVID-19

Avatar

Publié

le

L'Afrique perdrait jusqu’à 237 milliards de dollars à cause de la pandémie COVID-19

L’Afrique  perdrait jusqu’à 237 milliards de dollars à cause de la pandémie COVID-19

L’Afrique pourrait perdre près de 237 milliards de dollars en raison de la pandémie selon la Banque Africaine de Développement (BAD). Mais les analystes de la Banque prévoient une reprise économique en 2021.

La BAD a revu ses prévisions de taux de croissance du continent à la baisse. Le taux de croissance du continent est projette une contraction de 3,4 % contre une croissance de 3,9 % avant la pandémie. Une reprise partielle en V devrait permettre à la croissance de rebondir entre 2,4 et 3% l’an prochain rapporte Reuters.

La reprise économique est menacée par des risques comme des catastrophes naturelles, des cours de matières premières peu élevées.

Lire l'article

Les dernières tendances