Connect with us

Startup

Ahoko Rent : le partenaire clé pour une mobilité profitable et fiable

Avatar

Publié

le

Quand Eric Adangba décide de quitter son poste de directeur de forage chez l’un des plus grands groupes pétroliers pour se lancer dans un domaine considéré comme peu prestigieux en Côte d’Ivoire, ses proches ont du mal à accepter son choix. Mais c’était sans compter sur la passion et la détermination de ce compétiteur né, qui s’est créé une place à part dans le monde de la location de véhicules.

Après son diplôme d’ingénieur en pétrole obtenu à l’INPHB de Yamoussoukro, Éric enchaîne 15 ans dans les industries pétrolières et le business development. Malgré son brillant parcours, le jeune ingénieur ressent au plus profond de lui un goût d’insatisfaction. Il veut ainsi apporter une valeur plus grande et sait déjà dans quel secteur faire ses premiers pas d’entrepreneur après avoir constaté que : « Le secteur de la location de voiture en Côte d’Ivoire représente plus de 3 milliards de FCFA avec une croissance de 7% par an mais souffre de disponibilité de véhicules, de fiabilité et de sécurité d’une part. D’autre part plus de 70.000 véhicules personnels en bon état (moins de 5 ans) sont stationnés dans des parkings, des garages, à la maison à ne rien faire pendant que certains de ces propriétaires de véhicules ont besoin de revenus additionnels ou de rentabiliser leur investissement », détaille-t-il.

Il décide alors de démissionner et, porté par l’innovation, lance en 2017 sur fonds propres Ahoko Rent (www.ahoko.net), la première plateforme digitale de location de voiture à Abidjan. Cette plateforme met en relation les propriétaires de voitures – désireux de générer des revenus additionnels – et les usagers recherchant la disponibilité, la sécurité, la fiabilité à un coût compétitif. Un changement soudain de cap que ses proches ne comprennent pas. Mais Éric l’acharné voit très loin. « Ma mère ne comprenait pas comment son fils démissionne d’un poste de directeur dans le domaine pétrolier pour de la ferraille (les voitures…). J’ai dû braver les inquiétudes de mes proches pour suivre la passion qui ne me faisait plus dormir, l’entreprenariat », se souvient Éric.

Pour faire la différence, la jeune entreprise décide de miser sur son système de réservation en ligne, sa large gamme de véhicules et un service client à nul autre pareil. « Nous sommes à l’ère du digital. En tant qu’entrepreneur, vous n’avez pas le choix que d’adapter vos produits et services aux consommateurs de plus en plus nombreux à faire leurs achats en ligne. Bien entendu, le digital vous donne l’accès à un plus grand marché, mais le plus important c’est de pouvoir délivrer.»

En Juillet 2020, le besoin de structurer le business et d’atteindre un autre niveau de croissance pousse Ahoko à rejoindre le programme de renforcement de capacités des PME, initié par la firme Entrepreneurial Solutions Partners (ESP) en partenariat avec l’USAID. « Les premiers mois nous ont permis de maîtriser et de standardiser nos coûts d’exploitations et nos offres commerciales. Après nous avons amélioré et régularisé toutes les dispositions en matière de ressources humaines et de fiscalité. Aujourd’hui, nous sommes sur le pan de formalisation des procédures de travail, de la sécurisation des marchés futurs et du déploiement de la stratégie de croissance » explique t-il.

Sous son air plutôt docile, cet ancien Directeur forage pétrolier cache un vif esprit de compétition. Il déroule un plan de bataille ambitieux pour faire de Ahoko le leader de la location de véhicules en Afrique. « Notre stratégie d’expansion est très claire : capitaliser sur les villes africaines en forte croissance en implantant des succursales afin de capturer et servir la demande grandissante en location pour nos clients B2B. Par la suite, développer une application mobile qui permettrait à tout propriétaire de véhicules de gagner de l’argent quelle que soit sa position en Afrique en servant les clients particuliers qui ont de plus en plus un besoin de mobilité et de sécurité. »

Startup

Educas : la solution pour former et se former efficacement

Avatar

Publié

le

S’il y a bien un domaine dans lequel les nouvelles technologies offrent des opportunités enthousiasmantes, c’est sans nul doute celui de l’éducation. Algorithmes, applications, plateformes, objets connectés, … de plus en plus d’entrepreneurs réinventent la façon d’apprendre et de se former. Francis Nibon, notre entrepreneur de ce mois a décidé d’améliorer l’expérience éducative à travers un concept innovant.

Ancien professeur de Physiques-Chimie, c’est pendant ces années passées dans l’enseignement que Francis Nibon se passionne pour la psychologie cognitive et les neurosciences. Au fil des échanges avec ses élèves, parents d’élèves et collègues, le jeune enseignant fait quelques constats : tout le monde ne peut pas apprendre de la même façon ; les méthodes d’enseignements sont inadaptées et les parents n’arrivent pas à suivre leurs enfants. Ainsi, en 2008, l’idée lui vient de créer une solution pour améliorer l’environnement de l’apprentissage et de la formation en Côte d’Ivoire. Avant toute chose, il commence à se former via des structures spécialisées et prend beaucoup de temps pour tester et améliorer sa solution. En 2010, Francis est prêt à passer le cap. Il démissionne de son poste d’enseignant et lance Educas. Il le sent, cette solution va renverser tous les business models existants. Educas combine les neurosciences, la psychologie cognitive et les sciences de l’apprentissage pour développer des solutions intelligentes aux défis éducatifs. Pendant plusieurs années, il travaille et développe des partenariats stratégiques avec des établissements privés.

« Aujourd’hui avec la science, il est possible de savoir comment le cerveau perçoit l’information et comment se fait le processus de mémorisation. L’objectif est donc d’identifier avec précision ce qui fait la spécificité de tel ou tel apprenant. Sur la base de cette spécificité, nous allons l’aider à mettre en place une stratégie qui lui est propre, lui proposer des outils et rediriger vers lui des ressources pédagogiques. » explique cet entrepreneur qui vient bousculer les codes traditionnels de l’enseignement. Au-delà des élèves et étudiants, Educas propose aussi des solutions adaptées aux enseignants (fournir des outils psycho-pratiques pour les aider à enseigner mieux), aux parents d’élèves (leur apprendre à travers des ateliers pratiques à devenir de véritable coach pour leurs enfants), aux responsables d’établissements (leur fournir des données qui pourront les aider à prendre de meilleures décisions) et des cours en ligne. D’ailleurs, face à la crise sanitaire, la plateforme est apparue pour certains comme la solution pour assurer les cours à distance. C’est pourtant bien avant la pandémie qu’Educas a su convaincre avec sa solution.

Sa passion et sa détermination ne tardent pas à être récompensées. En 2012, il décroche le 1er prix de la Business plan compétition de la Banque Mondiale ; en 2014, il est désigné « Talent du monde » Zone UEMOA par la fondation Solacroup Hebert en France et en 2017, il est lauréat du prix de la fondation Tony Elumelu et du prix Orange de l’entrepreneur social Côte d’Ivoire. Début 2021, l’entreprise rejoint le programme de renforcement des capacités, initié par la firme Entrepreneurial Solutions Partner (ESP) en partenariat avec l’USAID. Un programme qui lui permettra de mieux structurer ses processus et sa gestion financière, de mettre en place une stratégie commerciale, de bénéficier d’une mise en relation avec des partenaires en plus d’un suivi personnalisé. En bref, « le programme m’a fait passer de simple entrepreneur à entrepreneur-chef d’entreprise. » ajoute-t-il. Pour ce sportif féru de marche à pied, « devenir entrepreneur, c’est avant tout un état d’esprit, énormément de travail, et une implication de chaque seconde ». Prochaines étapes : devenir une entreprise de référence sur le marché de l’edtech et étendre son implantation sur le continent.

Lire l'article

Startup

La startup nigériane 54gene réussi une levée de fonds de 25 millions de dollars

Avatar

Publié

le

La startup nigériane 54gene a capté 25 millions de dollars en série B. Ce cycle d’investissement a été conduit par la société de capital-risque panafricain Cathay AfricInvest Innovation Fund.

54gene est une entreprise de technologie de la santé spécialisée dans la génomique a capté un investissement de 25 millions de dollars. Ce tour de table a été réalisé piloté par Cathay AfricInvest Innovation Fund et a réuni bien d’autres investisseurs. Au titre des autres investisseurs, l’on retrouve Adjuvant Capital, KdT Ventures, Plexo Capital, Endeavor Catalyst et Ingressive Capital.

Ce nouveau financement a plusieurs objectifs. D’abord, il va servir à recruter et à former des talents. Ensuite, l’entreprise veut accroître ses capacités en matière de séquençage, d’identification et de validation de cibles et d’essais cliniques de médecine de précision. Enfin, grâce à ce financement, 54gene amorcera son expansion à travers le continent.

Ce tour de table intervient un an après que la société, fondée par le Dr Abasi Ene-Obong, a levé 15 millions de dollars en série A. Ce nouvel investissement porte la totalité des fonds levés par la startup à plus de 45 millions de dollars depuis sa création.

Lire l'article

Startup

La BOAD et BPI France vont coopérer pour soutenir les PME de la zone UEMOA

Avatar

Publié

le

Serge Ekue, Pdt de la BOAD Crédit : BOAD

La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) a annoncé le 14 septembre 2021 la signature d’un accord de collaboration avec la Banque Publique d’Investissement française (BPI France) pour soutenir les PME de la zone UEMOA. Grâce à ce partenariat, les deux organisations vont développer des activités et financer en commun les projets des PME.

Pour la BOAD, cet accord a pour objectif de faciliter l’accès aux financements des PME de la sous-région ouest africaine, notamment aux crédits à moyen et long terme. En effet, la BOAD a pour objectif de contribuer à la création la création de 245 000 emplois supplémentaires, dont environ 17 000 dans le segment des MPME sur la période 2021-2025.

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?