Connect with us

Economie

Le Royaume-Uni organise la première rencontre spéciale avec les Etats Africains

Avatar

Publié

le

credit photo : Ap

Le lundi 20 janvier 2020, Boris Johnson, le premier ministre britannique a rencontré une dizaine de dirigeants africains pour un échange dans un contexte de Brexit.

C’est le premier sommet UK-Afrique sur l’investissement qui est organisé par la primature du Royaume-Uni. Il réunit des dirigeants de pays et d’entreprise du Royaume Uni et d’Afrique.

Le Premier ministre Boris Johnson a plaidé pour que son pays devienne le « partenaire d’investissement de choix » pour les pays du continent africain. Des accords portant sur plusieurs milliards de livres sterling seront annoncés lors du sommet et devront participer directement à la création d’emplois et à la croissance.

Même si les perspectives sont positives, les conditions commerciales entre l’Afrique et le Royaume Uni vont mettre des années à évoluer. Les conditions commerciales seront « turbulentes » a indiqué Alok Sharma Le secrétaire au développement international du Royaume-Uni à BBC. En effet, Au-delà de l’horizon 2020, les accords commerciaux entre de nombreux pays africains et un Royaume-Uni entièrement Brexited devraient également rester les mêmes dans le cadre d’un certain nombre d ‘ »accords de continuité« . Les véritables opportunités et défis apparaîtront à l’expiration de ces accords de continuité.

Covid19

Sénégal : 68 % des entreprises envisagent d’investir après la crise de la COVID-19

Avatar

Publié

le

L’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie, a réalisé une enquête auprès de 792 entreprises pour identifier les besoins en investissement post COVID-19.

 61 % des entreprises ont baissé leur production au Sénégal . Cette baisse qui a touché les entreprises de toutes tailles a été plus importante chez les moyennes entreprises (84 %) et les petites entreprises (60 %). De plus, on a observé une chute du chiffre d’affaires pour 85 % des entreprises tandis qu’il a stagné pour 15 % des entreprises. Cette baisse des entreprises a affecté toutes les entreprises : grandes entreprises (63 %), moyennes entreprises (79 %), petites entreprises (87 %).

L’écoulement de la production (45 %), le respect des mesures préventives de la COVID-19 (36 %), l’approvisionnement en matières premières (31 %) sont les difficultés rencontrées principales par les entreprises à cause de la COVID-19. Les conséquences de ces mesures sont : le manque de liquidités ou de financement (61 %), la réduction de la production/vente (52 %) et la diminution du personnel (29 %). La baisse du personnel permanent a été enregistrée dans moins d’un quart des entreprises.

Les besoins de financement à court terme sont de 1,1 milliard pour les grandes entreprises, 215 millions pour les moyennes et 33 millions pour les petites entreprises. Les besoins des entreprises sont : les acquisitions ou les entretiens d’équipements, l’extension d’activité et l’amélioration du local.

 68 % des entreprises ambitionnent d’investir après la pandémie avec un budget moyen estimé à 134,8 millions de FCFA. Ces investissements doivent permettre d’atteindre les objectifs de croissance (71 %), améliorer la compétitivité (66 %), l’augmentation de la productivité ou de l’efficacité (59 %) et la modernisation de l’entreprise (54 %).

Lire l'article

Economie

Bénin : la filière karité a rapporté 26,6 milliards FCFA en 2019/2020

Avatar

Publié

le

La filière karité a rapporté 26,6 milliards FCFA en 2019/2020 pour 120 000 tonnes d’amandes exportées.

Le Bénin a exporté 120 000 tonnes d’amandes de karité pour environ 26,4 milliards FCFA. Tandis que les expéditions de 162,8 tonnes de beurre de karité  ont généré 142 millions FCFA a indiqué Alimatou Assouman, ministre de l’Industrie et du Commerce du pays.

 « Le karité est une filière intégrée qui a un fort potentiel de création de valeur ajoutée en même temps qu’elle emploie un grand nombre de femmes économiquement vulnérables », a déclaré Mme Assouman.

Lire plus sur agenceecofin

Lire l'article

Economie

2 africaines retenues pour le round final pour devenir directrice générale de l’OMC

Avatar

Publié

le

credit photo : The guardian

L’Organisation Mondiale du Commerce a annoncé que cinq candidats ont été retenus. Deux candidates africaines ont été retenus parmi ces finalistes a annoncé le vendredi 18 septembre 2020 l’organisation basée à Genève.

Le nombre de candidats était passé de huit à cinq, a annoncé vendredi l’instance basée à Genève. De plus, deux Africaines ont été qualifiées pour le second tour de sélection pour devenir la prochaine directrice générale de l’OMC.

L’OMC recherche un nouveau directeur général pour remplacer le Brésilien Roberto Azevedo, qui a démissionné un an. Les cinq candidats sont la ministre kényane Amina Mohamed, l’ancien ministre nigérian des finances Ngozi Okonjo-Iweala, le ministre sud-coréen du commerce Yoo Myung-hee, l’Arabie saoudite Mohammad Al-Tuwaijri et l’ancien ministre britannique Liam Fox.

Le prochain directeur va devoir faire face à un défi considérable avec la montée des tensions mondiales et le protectionnisme lors d’un ralentissement induit par le coronavirus a indiqué Reuters.

Le deuxième tour, va se dérouler du 24 septembre au 6 octobre. À l’issue de cette étape, deux candidats sont retenus. L’OMC a déclaré vouloir sélectionner le gagnant d’ici début novembre.

Lire l'article

Les dernières tendances