Connect with us

Economie

La croissance économique plafonne à 3 % en Afrique Subsaharienne selon la Banque Mondiale

Publié

le

https://www.youtube.com/watch?v=yDaYVT1btb0

Dans la dernière édition de son rapport Africa Pulse’s, la banque mondiale signale un ralentissement de la croissance en Afrique subsaharienne.

Selon les estimations des analystes de la banque mondiale, la croissance économique est passée de 2,5% en 2017 à 2,3 % en 2018. Ce taux de croissance est inférieur au taux de la croissance de la population. De plus, le taux de croissance dans la zone est inférieur à 3 % depuis 2015.
Ce ralentissement est la conséquence de la conjoncture internationale marqué par les incertitudes politiques et réglementaires et par la fragilité. En outre, l’instabilité macroéconomique, liée entre autres à une mauvaise gestion de la dette, à l’inflation et aux déficits explique cette tendance.
Ces tendances diffèrent en fonction des pays et masque les résultats positifs de pays à taille réduite.
Au Nigéria, la croissance est ressortie à 1,9 % en 2018, en hausse par rapport à 2017 (0,8 %), à la faveur d’une légère reprise du secteur non pétrolier. Tandis que l’Afrique du Sud est sortie de la récession au troisième trimestre 2018, mais la croissance est restée atone, à 0,8 %, tout au long de l’année, les incertitudes politiques décourageant les investissements. Enfin l’Angola, troisième économie de la région, est demeuré en récession, l’activité étant plombée par la faiblesse persistante de la production pétrolière.

Le Ghana, Le Kenya, Le Rwanda, L’Ouganda, la Tanzanie, le Bénin et la Côte d’Ivoire ont enregistré une croissance solide. Du côté de l’offre, la croissance robuste a reflété des conditions météorologiques favorables qui ont stimulé la production agricole et électrique (Kenya, Rwanda, Ouganda), des réformes favorables aux entreprises (Côte d’Ivoire, Kenya, Togo), une expansion continue de la production de coton (Bénin, Togo) et un élan dans l’essor de l’industrie manufacturière et des services (Ghana, Rwanda). Du côté de la demande, les investissements dans les infrastructures et la consommation privée ont contribué à la reprise de la croissance.
La banque mondiale projette une croissance de 2,8 % en 2019 et 3,3 % en 2020. Du côté de la demande, cette accélération est portée les exportations et la consommation privée. Alors que du côté de l’offre un rebond de la production agricole et d’une augmentation de la production minière et des services dans certains pays.

« Les pays ont plus que jamais la possibilité de tourner la page de la fragilité en coopérant entre eux pour lutter contre l’instabilité, les violences et le changement climatique. » souligne César Calderon, économiste principal à la Banque mondiale et auteur principal du rapport.

Economie

Côte d’Ivoire : 729,7 milliards FCFA d’investissements agréés en 2019

Publié

le

Avec 702,9 milliards de FCFA en 2018 contre 729,7 milliards FCFA en 2019, les investissements agrées ont progressé de 4 %. Mais c’est un ralentissement comparé à la hausse de 51 % enregistrée en 2017.

L’amélioration de l’environnement des affaires et les mesures incitatives prises par le gouvernement  pour accroître la production des entreprises de transformation des produits agricoles.

63 entreprises ont effectivement réalisé leurs investissements à hauteur de 114 milliards de francs CFA pour 1 736 emplois créés contre 2 129 emplois initialement prévus, soit 81,54% de réalisation selon le communiqué du gouvernement .

Lire l'article

Economie

Le Port d’Abidjan passe la barre des 25 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019

Publié

le

 Les performances du port autonome d’Abidjan (PAA) sont en hausse de 7%  avec 25, 827 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019 a indiqué le directeur général Hien Sié lors de la cérémonie de présentation des vœux.

« C’est dans un contexte, globalement favorable à la croissance des économies de la sous-région, que le port d’Abidjan a évolué au cours de l’année écoulée. Ce qui se traduit par une évolution positive de nos trafics. Le trafic des navires affiche une croissance de 1 % par rapport à 2018 ; le trafic national a évolué de 6 % ; le trafic en transit a connu une embellie de 26 % ; quant au transbordement, il a renoué avec la croissance qui s’établit à 8 % », a révélé le directeur général.

Cinq grands projets stratégiques sont prévus pour consolider sa position : l’inauguration du 2e terminal à conteneurs et du terminal RoRo, la pose de la première pierre du futur terminal céréalier courant janvier, la viabilisation des 40 ha de terrains remblayés pour la création d’une nouvelle zone industrielle et le bitumage de la voie Gestoci-Zimbabwe-Vridi cité.

Lire plus sur Agencecofin

Lire l'article

Economie

Mali : Hausse de 7 % de la production en 2019

Publié

le

La production industrielle d’or malienne a progressé de 7 % et s’établit à 65,1 tonnes en 2019 selon Reuters.

Le début de la production d’une mine de la compagnie Australienne Resolute Mining explique cette hausse.

La production industrielle représente 92 % de la production totale du pays qui est estimée à 71,1 tonnes.

Lire l'article

Les dernières tendances