Connect with us

Economie

La croissance économique plafonne à 3 % en Afrique Subsaharienne selon la Banque Mondiale

Publié

le

https://www.youtube.com/watch?v=yDaYVT1btb0

Dans la dernière édition de son rapport Africa Pulse’s, la banque mondiale signale un ralentissement de la croissance en Afrique subsaharienne.

Selon les estimations des analystes de la banque mondiale, la croissance économique est passée de 2,5% en 2017 à 2,3 % en 2018. Ce taux de croissance est inférieur au taux de la croissance de la population. De plus, le taux de croissance dans la zone est inférieur à 3 % depuis 2015.
Ce ralentissement est la conséquence de la conjoncture internationale marqué par les incertitudes politiques et réglementaires et par la fragilité. En outre, l’instabilité macroéconomique, liée entre autres à une mauvaise gestion de la dette, à l’inflation et aux déficits explique cette tendance.
Ces tendances diffèrent en fonction des pays et masque les résultats positifs de pays à taille réduite.
Au Nigéria, la croissance est ressortie à 1,9 % en 2018, en hausse par rapport à 2017 (0,8 %), à la faveur d’une légère reprise du secteur non pétrolier. Tandis que l’Afrique du Sud est sortie de la récession au troisième trimestre 2018, mais la croissance est restée atone, à 0,8 %, tout au long de l’année, les incertitudes politiques décourageant les investissements. Enfin l’Angola, troisième économie de la région, est demeuré en récession, l’activité étant plombée par la faiblesse persistante de la production pétrolière.

Le Ghana, Le Kenya, Le Rwanda, L’Ouganda, la Tanzanie, le Bénin et la Côte d’Ivoire ont enregistré une croissance solide. Du côté de l’offre, la croissance robuste a reflété des conditions météorologiques favorables qui ont stimulé la production agricole et électrique (Kenya, Rwanda, Ouganda), des réformes favorables aux entreprises (Côte d’Ivoire, Kenya, Togo), une expansion continue de la production de coton (Bénin, Togo) et un élan dans l’essor de l’industrie manufacturière et des services (Ghana, Rwanda). Du côté de la demande, les investissements dans les infrastructures et la consommation privée ont contribué à la reprise de la croissance.
La banque mondiale projette une croissance de 2,8 % en 2019 et 3,3 % en 2020. Du côté de la demande, cette accélération est portée les exportations et la consommation privée. Alors que du côté de l’offre un rebond de la production agricole et d’une augmentation de la production minière et des services dans certains pays.

« Les pays ont plus que jamais la possibilité de tourner la page de la fragilité en coopérant entre eux pour lutter contre l’instabilité, les violences et le changement climatique. » souligne César Calderon, économiste principal à la Banque mondiale et auteur principal du rapport.

Economie

Côte d’Ivoire : Le nombre de passagers a augmenté de 34 % à 703 700 au 1 er trimestre 2019

Publié

le

Selon les données du ministère de l’économie et des finances rendus publics par Alerte Info, les données du transport aérien sont en progression.

On dénombre 703 700 passagers au premier trimestre 2019 contre 521 485 passagers au premier trimestre 2018. C’est une augmentation de 34 %. De plus, les vols commerciaux ont progressé de 4,3 % pour s’établir à 164 728 passagers.

Le point positif c’est le redécollage du trafic intérieur impulsé par la réouverture de l’aéroport de San Pedro. Ce trafic a augmenté de 69,3 % selon l’agence.

Lire plus sur Alerte Info

Lire l'article

Economie

Le Port de Lomé distingué meilleur hub de transbordement en Afrique de l’Ouest et du Centre

Publié

le

Lors du 40e conseil annuel de l’Association de gestion des ports de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (AGPAOC), qui s’est tenu du lundi 17 à jeudi 20 juin à Lomé, le Port de Lomé a reçu le prix du meilleur port de transbordement en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Selon les statistiques, le Port de Lomé est le premier hub en transbordement devant le Port de Lagos et le Port de Tema au Ghana. Les performances du port s’expliquent par la situation géographique du port qui est le seul en eaux profondes de la profonde de la sous-région. De plus, les atouts du port sont : l’allègement des procédures, ponctué d’une réduction sensible du délai, avec l’instauration du guichet unique, combiné à la modernisation de l’infrastructure portuaire, notamment la construction d’un 3e quai, ont permis de réduire les coûts et d’orienter le port sur le chemin de la compétitivité.

Lire plus sur Togofirst

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : Baisse de 22 % des créations d’emplois dans le privé à fin avril 2019

Publié

le

Avec 6 409 emplois créés en avril 2019 contre 8 243 en avril 2019, le nombre d’emplois créés est en baisse selon Alerte Info. C’est une baisse de 22 % en glissement annuel.Le commerce (29 %), l’industrie (17,8%) et le BTP (12%) sont les secteurs qui ont créé le plus d’emplois au mois d’Avril 2019.

Selon le ministère, on dénombre 1, 038 millions d’emp78 041 emplois ont été créés en moyenne annuelle de 2011 à 2015 en Côte d’Ivoire. Le secteur privé contribue à plus de 80 % de ces emplois avec 66 644 en moyenne.

Lire plus sur Alerte Info

Lire l'article

Les dernières tendances