Connect with us

Economie

La croissance économique plafonne à 3 % en Afrique Subsaharienne selon la Banque Mondiale

Publié

le

https://www.youtube.com/watch?v=yDaYVT1btb0

Dans la dernière édition de son rapport Africa Pulse’s, la banque mondiale signale un ralentissement de la croissance en Afrique subsaharienne.

Selon les estimations des analystes de la banque mondiale, la croissance économique est passée de 2,5% en 2017 à 2,3 % en 2018. Ce taux de croissance est inférieur au taux de la croissance de la population. De plus, le taux de croissance dans la zone est inférieur à 3 % depuis 2015.
Ce ralentissement est la conséquence de la conjoncture internationale marqué par les incertitudes politiques et réglementaires et par la fragilité. En outre, l’instabilité macroéconomique, liée entre autres à une mauvaise gestion de la dette, à l’inflation et aux déficits explique cette tendance.
Ces tendances diffèrent en fonction des pays et masque les résultats positifs de pays à taille réduite.
Au Nigéria, la croissance est ressortie à 1,9 % en 2018, en hausse par rapport à 2017 (0,8 %), à la faveur d’une légère reprise du secteur non pétrolier. Tandis que l’Afrique du Sud est sortie de la récession au troisième trimestre 2018, mais la croissance est restée atone, à 0,8 %, tout au long de l’année, les incertitudes politiques décourageant les investissements. Enfin l’Angola, troisième économie de la région, est demeuré en récession, l’activité étant plombée par la faiblesse persistante de la production pétrolière.

Le Ghana, Le Kenya, Le Rwanda, L’Ouganda, la Tanzanie, le Bénin et la Côte d’Ivoire ont enregistré une croissance solide. Du côté de l’offre, la croissance robuste a reflété des conditions météorologiques favorables qui ont stimulé la production agricole et électrique (Kenya, Rwanda, Ouganda), des réformes favorables aux entreprises (Côte d’Ivoire, Kenya, Togo), une expansion continue de la production de coton (Bénin, Togo) et un élan dans l’essor de l’industrie manufacturière et des services (Ghana, Rwanda). Du côté de la demande, les investissements dans les infrastructures et la consommation privée ont contribué à la reprise de la croissance.
La banque mondiale projette une croissance de 2,8 % en 2019 et 3,3 % en 2020. Du côté de la demande, cette accélération est portée les exportations et la consommation privée. Alors que du côté de l’offre un rebond de la production agricole et d’une augmentation de la production minière et des services dans certains pays.

« Les pays ont plus que jamais la possibilité de tourner la page de la fragilité en coopérant entre eux pour lutter contre l’instabilité, les violences et le changement climatique. » souligne César Calderon, économiste principal à la Banque mondiale et auteur principal du rapport.

Economie

Côte d’Ivoire : hausse des quantités de cacao broyé

Publié

le

268 000 tonnes de fèves de cacao ont été traités par les broyeurs ivoiriens selon les données de l’association des exportateurs GEPEX.
C’est une augmentation de 254 000 tonnes comparée à la même période l’année dernière rapporte Reuters.Les données GEPEX ne couvrent que six des plus grandes entreprises de rectification, parmi lesquelles Barry Callebaut, Olam et Cargill, sur 12 sociétés actives.

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : le besoin en financement du secteur de la santé estimé à 1658 milliards FCFA

Publié

le

Près de 500 acteurs publics et privés ont participé au premier dialogue national sur le financement de la santé en Côte d’Ivoire. Lors de cette rencontre, le besoin en investissement dans le secteur de la santé en Côte d’Ivoire a été estimé à 1658 milliards de FCFA pour la période 2020-2024.

Malgré de bons indicateurs économiques, la Côte d’Ivoire est à la traine dans le domaine de la santé. « Malgré les efforts déjà effectués, l’enquête démographique 2012 indique que l’espérance de vie en Côte d’Ivoire, est de 55 ans, la cinquième la plus faible au monde. Le taux de mortalité maternelle est de 614 décès pour 100.000 naissances vivantes, le deuxième plus élevé au monde. Le taux de mortalité qui est de 128 décès pour 100.000 habitants, le onzième le plus élevé au monde » a indiqué M. Duncan, Vice-Président de la Côte d’Ivoire.

Lire plus sur APA

Lire l'article

Economie

Côte d’Ivoire : 64 milliards FCFA pour la réalisation de projets d’adduction d’eau

Publié

le

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme gouvernementale « Eau pour tous », un contrat a été signé le 17 Avril 2019 entre la China Harbour Engineering Company Ltd (CHEC) et le gouvernement ivoirien.
Ce contrat d’un montant de 64 milliards concerne la réalisation de projets d’adduction d’eau dans 6 régions du nord-ouest, centre-ouest et nord dans le pays. Les projets sont axés sur l’extension et le renforcement du réseau de distribution d’eau d’Abidjan, le renforcement de la production par la réalisation de nouveaux forages dans 100 localités et l’alimentation en eau potable de 81 localités.

Lire plus sur Agence Ecofin

Lire l'article

Les dernières tendances