Connect with us

Business

Le bénéfice net de NSIA Banque a chuté de 52 % à 2,826 milliards FCFA à fin juin 2020

Avatar

Publié

le

NSIA Banque a publié ses résultats semestriels ce 23 septembre 2020. Ces résultats montrent que la crise a impacté négativement l’activité de la banque avec une baisse du résultat d’exploitation et du bénéfice net.

Dans un contexte marqué par la pandémie de la COVID-19, la NSIA Banque a consolidé son bilan. Le total de bilan a progressé de 1 193 milliards FCFA en 2019 à 1 230 milliards de FCFA en 2020. C’est une hausse de 3%. Cette hausse s’explique par l’augmentation des dépôts de 4 % à 781 milliards FCFA. Tandis que le portefeuille titres a augmenté de 16 % et s’est établi à 31,7 milliards FCFA. En revanche, les crédits à la clientèle ont baissé de 810 milliards à fin juin 2019 à 804 milliards FCFA à fin juin 2020. Toutefois, la banque indique dans son communiqué que la quote-part des crédits accordés aux petites et moyennes entreprises a augmenté de  75 % à 75 milliards FCFA.

L’analyse du compte de résultat permet de mieux prendre en compte l’ampleur de la crise sanitaire. Le produit net bancaire (PNB) a diminué de 6 % et s’est établi à 30,3 milliards de FCFA au premier semestre 2020. Ce repli s’explique par deux raisons principales : une hausse de 1 % de la marge d’intérêt à 21,15 milliards FCFA et une baisse de 9 % des commissions à 9 milliards FCFA.

 L’impact de la crise est évalué à 4,18 milliards FCFA. L’effet sur le PNB a été une réduction importante des produits d’intérêt (1 milliard FCFA), en lien avec la baisse des crédits (2 milliards FCFA) et le report d’échéances. À ces opérations s’ajoutent les charges exceptionnelles liées à la COVID-19 de 110 millions de FCFA et des provisions sur créances doutes d’une valeur de 1,52 milliards FCFA).

Les frais généraux sont passés de 19,1 milliards FCFA à fin juin 2019 à 18,3 milliards FCFA à fin juin 2020. C’est une diminution de 4 %.

Le résultat brut d’exploitation a baissé de 11 % et s’est établi à 9,1 milliards FCFA. Tandis que le bénéfice net a baissé de 52 % à 5,9 milliards FCFA.

Business

L’agence de notation WARA confirme la notation A de Filtisac

Avatar

Publié

le

Pour la deuxième année consécutive, West Africa Rating Agency (WARA) a attribué la notation de long terme de Filtisac SA en grade d’investissement en octobre 2020.

WARA a annoncé qu’elle affirmait la notation A en grade d’investissement de Filtisac. Cette notation signifie que le risque de crédit est faible.

L’agence justifie cette notation par la domination de l’entreprise sur le marché des sacs et d’emballages rigides. Par ailleurs, l’agence de notation a trouvé pertinente la stratégie de différentiation par la qualité de Filtisac pertinente. En outre, les perspectives de développement sont bonnes dans une zone agricole et qui utilise les sacs en jute et en fibres synthétiques. De plus, WARA a jugé le degré de diversification de l’entreprise industrielle satisfaisante en mix produit et en couverture géographique. Par ailleurs, Filtisac est jugée robuste sur le plan financier avec une bonne liquidité, un endettement modéré et des fonds propres élevés. Enfin, la sacherie est un domaine où les marges sont modestes, et avec une dépendance aux cours des matières premières restent importante.

Lire l'article

Business

L’agence de notation WARA affirme le BBB+ de la SIFCA

Avatar

Publié

le

L’agence de  notation West Africa Rating Agency (WARA) a confirmé la notation de long terme à BBB+ de la SIFCA avec une perspective stable

Le 22 Octobre 2020, l’agence de notation WARA a indiqué avoir affirmé la notation à long terme BBB+ de la SIFCA, un acteur agro-industriel majeur ivoirien qui évolue dans les domaines du caoutchouc, de l’huile de palme et du sucre. Avec cette notation, la SIFCA est classée comme une entreprise disposant d’une qualité de crédit moyenne et avec un risque de crédit de manière spéculative.

L’agence a indiqué que cinq facteurs principaux ont contribué à cette notation. Le premier point est la position de leader de l’entreprise sur ses marchés. Ensuite la gouvernance du groupe, qui dispose d’une vision et d’une stratégie claire, constitue le second facteur. De plus, l’agence a noté une demande sur le long terme soutenue de caoutchouc naturel et d’huile de palme. Par ailleurs, WARA a constaté la mise en œuvre de la stratégie de recentrage et de réorganisation du groupe. Enfin, le dernier facteur est la poursuite des politiques d’investissement et de réduction des coûts pour résister à la volatilité des cours.

Les quatre facteurs de fragilité mis en avant par les analystes de l’agence sont : la dépendance aux cours mondiaux de l’huile de palme et du caoutchouc naturel, la difficulté à proposer des produits finis à base d’huile de palme sous une marque forte, des faiblesses au niveau de la qualité des processus industriels et l’environnement économique instable.

Lire l'article

Business

Le bénéfice avant impôt de Bernabe CI en baisse de 17 % au 3e trimestre 2020

Avatar

Publié

le

La crise sanitaire de la COVID-19 a provoqué une baisse de l’activité de Bernabe Côte d’Ivoire. En effet, le distributeur de produits industriels et de quincaillerie a enregistré un chiffre d’affaires de 29,175 milliards FCFA à fin septembre 2020. C’est une baisse de 17 % comparé au troisième trimestre 2019. Le point positif, c’est la reprise d’activité constaté au troisième trimestre a indiqué l’entreprise dans son communiqué.

Le résultat d’exploitation de Bernabe baisse de 11 % et reste positif à 975 millions de FCFA. Ce repli est dû à l’impact de la pandémie sur la crise sanitaire.

Le profit avant impôt est passé de 587,3 millions à fin septembre 2019 à 414, 681 millions à fin septembre 2020. C’est une baisse de 102,7 millions FCFA.

Lire l'article

Les dernières tendances

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?