Connect with us

Techno

Orange et GIZ s’associent pour le développement des compétences numériques

Publié

le

Le 17 Décembre 2019, Alioune Ndiaye, Directeur Général d’Orange Afrique et Moyen-Orient, et Kathinka Kurz, responsable du programme de partenariats pour le développement avec le secteur privé  à la GIZ, ont signé un accord de partenariat.

La GIZ et Orange ont signé un partenariat pour le développement des compétences numériques de 20 000 jeunes dans 14 pays d’Afrique et Moyen-Orient. Orange et la GIZ établiront des hubs numériques en Afrique et au Moyen-Orient : Orange Digital Centres (ODC). Chaque Orange Digital Center (ODC) comprend une école du code, un FabLab Solidaire, un accélérateur de start-up Orange Fab et Orange Digital Ventures Africa, le fonds d’investissement du Groupe Orange.

Ces centres proposent gratuitement aux jeunes une formation au numérique, accélèrent la création de start-up et accompagnent les porteurs de projets. Les ODC comporteront un équipement numérique de pointe.

 Pour réaliser ce programme, Orange va contribuer à hauteur de 13,119 milliards FCFA pour Orange et jusqu’à 6,559 milliards FCFA pour la GIZ. Ce partenariat aura un impact durable sur la perspective économique des jeunes.

Déjà implantés en Tunisie et au Sénégal, les Orange Digital Centre doivent être déployé au Maroc, en Jordanie, au Cameroun, en Ethiopie, au Mali, à Madagascar, en Sierra Leone et au Liberia.

Techno

Orange introduit Orange Money au Maroc

Publié

le

Le Maroc est devenu le 18 ème pays du groupe à proposer la solution de services financiers mobiles.

Le service Orange money, qui permet aux utilisateurs d’utiliser leur téléphone pour effectuer leurs transactions financières, est désormais disponible au Maroc a annoncé le groupe le 10 mars 2020.

Lancée en 2008 en Côte d’Ivoire, Orange Money dispose 45 millions de clients en 2019. De plus, elle revendique 279 milliards FCFA de chiffre d’affaires pour  28 milliards de FCFA en 2019.

Lire l'article

Techno

Côte d’Ivoire : le gouvernement ouvre les codes USSD aux acteurs du secteur financier

Publié

le

Le gouvernement ivoirien a annoncé des mesures pour accroitre l’inclusion financière. La mesure principale est l’ouverture des codes USSD des opérateurs de téléphonie mobile aux autres acteurs du secteur financier. Le gouvernement a précisé que cette ouverture des codes USSD devrait être complétée par l’interopérabilité des services financiers. L’impact recherché est la baisse des coûts des services financiers pour les rendre accessibles.

Le gouvernement ivoirien a annoncé des mesures pour accroitre l’inclusion financière. La mesure principale est l’ouverture des codes USSD des opérateurs de téléphonie mobile aux autres acteurs du secteur financier. Le gouvernement a précisé que cette ouverture des codes USSD devrait être complétée par l’interopérabilité des services financiers. L’impact recherché est la baisse des coûts des services financiers pour les rendre accessibles.

Lire l'article

Techno

Les pays africains mal préparés à la 4 ème révolution industrielle

Publié

le

La Banque Africaine de développement (BAD) a rendu public un rapport sur l’adoption des technologies en Afrique. Le rapport dénommé Découvrir le potentiel de la 4 ème révolution industrielle montre que les pays africains sont mal préparés pour la révolution technologique.

Le niveau de préparation des pays africains est faible pour tous les pays. Les pays les mieux classés comme l’Ile Maurice et l’Afrique du Sud arrivent en milieu des classements. Les pays africains peuvent être segmentés en trois groupes : les leaders (Maurice, Afrique du Sud, Égypte, Tunisie et Maroc) qui dominent la production, les chefs de file (Nigéria, Kenya, Sénégal, Zambie, Tanzanie, Ouganda, Ethiopie et Cameroun). Le Botswana est à la frontière des « pays chefs de file » alors que le Ghana est à la frontière des « pays à fort potentiel».

Le capital humain constitue l’un des défis majeurs pour le continent pour tirer parti de la 4 ème révolution industrielle. Pour y arriver les pays doivent réformer les systèmes éducatifs afin qu’ils correspondent aux besoins du marché du travail du futur.

Le financement des entreprises est l’un des moteurs pour l’adoption des technologies. En effet, l’Afrique a besoin d’entreprises suffisamment financées pour impulser l’adoption massive des technologies.

Lire l'article

Les dernières tendances