Connect with us

Economie

Economie : hausse des arrivages de cacao en Côte d’Ivoire

Avatar

Publié

le

En Côte d’Ivoire, les arrivées de cacao dans les ports ivoiriens ont totalisé 1,153 million de tonnes du 1er octobre au 5 janvier, soit 3,6% de plus que sur la même période en 2018/19 rapporte Comodafrica.

Les arrivages de cacao classés et scellés (G&S) du Ghana s’élevaient à 456 000 tonnes. La production de cacao au Ghana devrait atteindre 850 000 tonnes cette saison, a annoncé Cocobod.

Covid19

COVID-19 : la Banque africaine de développement accorde 60 millions d’euros au Bénin, au Togo et à la Guinée

Avatar

Publié

le

La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le 24 juillet 2020 une aide de 60,32 millions d’euros (33,6 milliards de FCFA) au Bénin, au Togo et à la Guinée dans le cadre de  la réponse à la pandémie de Covid-19.

La BAD a accordé un crédit de 60,32 millions d’euros (33,6 milliards de FCFA) au Bénin, au Togo et à la Guinée. Ce financement est accordé dans le cadre du PARCovid-19. Il s’agit d’un mécanisme d’aide d’urgence à la crise sanitaire et socioéconomique induite par la pandémie de Covid-19. Ces financements constituent des prêts et des dons et sont tirés des ressources du Fonds africain de développement (FAD), le guichet de prêt à taux concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement et de la Facilité d’appui à la transition (FAT-Pilier I), un mécanisme de financement de la Banque destiné aux pays fragiles et en transition.

Ce fonds est réparti ainsi entre les trois pays : Bénin (6,28 millions d’euros), Togo (24,64 millions d’euros) et Guinée (29,5 millions d’euros).

 « La propagation du coronavirus fait peser de larges menaces sur la poursuite des activités économiques, la croissance économique des pays mais aussi les recettes des Etats au moment où ils doivent faire face à des besoins pressants notamment en termes de riposte sanitaire. Ces appuis viennent donc renforcer la capacité de réaction des pays contre le Covid-19 et devraient aider à rendre les pays plus résilients face aux urgences de santé publique et à combler le déficit en ressources budgétaires des Etats afin de faire face aux besoins sociaux de base et du secteur productif »  a souligné Marie Laure Akin Olugbade, directrice générale pour l’Afrique de l’Ouest de la Banque.

Lire l'article

Economie

« Je me concentrerais, si j’obtenais le poste, sur le système de règlement des différends. Parce que c’est le pilier fondamental de l’OMC » a déclaré Ngozi Okonjo-Iweala

Avatar

Publié

le

Dans un entretien à Xinhua, Ngozi Okonjo-Iweala, la candidate du Nigéria au poste le plus élevé de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a déclaré que la réparation du système de règlement des différends de l’organe serait l’une de ses priorités, si elle était choisie comme nouvelle chef de l’OMC.

Ngozi Okonjo-Iweala, ancienne ministre du Nigéria de 2003 à 2006 et de 2011 à 2015, et directrice générale de la banque mondiale en 2007, est candidate au poste le plus élevé de de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Elle est concurrence avec sept autres candidats dont deux autres africains Abdel-Hamid Mamdouh (Égypte) et  Amina Mohammed (Kenya). Les candidats ont été auditionnés durant le mois de juillet, et ils sont tous ont une approche similaire, notamment avec Washington. Leur profil les départagera selon la nouvelle liste.

« Je me concentrerais, si j’obtenais le poste, sur le système de règlement des différends. Parce que c’est le pilier fondamental de l’OMC. Si vous avez une organisation basée sur des règles, vous devez avoir un endroit où les règles sont arbitrées et c’est ce qui se passe avec le système de règlement des différends. Donc, rétablir cela sera également une priorité absolue », a déclaré Okonjo-Iweala. L’organe de règlement des conflits est paralysé. L’administration américaine bloque depuis deux années les nouvelles nominations des juges de la cour suprême de l’OMC. Selon l’administration américaine, la cour a dépassé ses attributions. La cour suprême, l’organe d’appel est composé de sept juges et a besoin d’au moins trois juges.

La candidate a montré sa confiance pour « trouver un moyen de débloquer la division apparente » du côté commercial, entre la Chine et les États-Unis, soulignant qu’il serait important de trouver des domaines d’intérêt mutuel et de renforcer la confiance au sein du système commercial de l’OMC.

Lire l'article

Economie

Sénégal : les matériels de de production d’énergies renouvelables exonérés de TVA

Avatar

Publié

le

Le gouvernement sénégalais a annoncé l’exonération de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), des matériels de production d’énergies renouvelables de source solaire, éolienne et biogaz.

Le gouvernement du Sénégal a, par arrêté interministériel, exonéré la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA),  vingt-deux (22) matériels entrant dans la production d’énergies renouvelables de source solaire, éolienne et biogaz.

Parmi cette liste de vingt-deux matériels, on trouve le panneau solaire photovoltaïque, le capteur ou panneau solaire thermique, l’onduleur solaire, la batterie solaire, le kit de chauffe-eau solaire, le régulateur de charge, le kit de lampe solaire, le lampadaire solaire, etc.

L’objectif de cette mesure est d’accroitre l’accès à l’électricité grâce à une diminution du coût d’accès aux équipements solaires. En outre, cette mesure fait partie de la  politique d’accès universel à l’électricité à l’horizon 2025, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de promotion des énergies renouvelables.

Lire plus sur APA

Lire l'article

Les dernières tendances